Dansomanie Index du Forum
Connexion S'enregistrer FAQ Liste des Membres Rechercher Dansomanie Index du Forum

L'Origine du monde est... à l'Opéra

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24879

MessagePosté le: Mar Sep 25, 2018 2:34 pm    Sujet du message: L'Origine du monde est... à l'Opéra Répondre en citant

Impossible à mettre sur les réseaux sociaux si on ne veut pas se faire censurer par les pudibonds hypocrites :

La foufoune la plus célèbre, celle de "L'origine du monde", le tableau érotique peint par Gustave Courbet, a maintenant un visage : il s'agit de Constance Quéniaux, qui était... danseuse à l'Opéra de Paris. :




Citation:
L'un des plus grands mystères de l'art semble résolu. Grand spécialiste de Dumas, Claude Schopp révèle dans son livre L'Origine du monde, vie du modèle, à paraître le 4 octobre, que le modèle utilisé par le peintre pour son célèbre tableau s'appelait Constance Quéniaux, une ancienne danseuse de l'Opéra.

Comme beaucoup de découvertes, celle-ci, racontée dans L'Origine du monde, vie du modèle, à paraître le 4 octobre (édition Phébus), est le fruit du hasard. C'est en travaillant sur la correspondance d'Alexandre Dumas fils et de George Sand que le grand spécialiste français des Dumas, Prix Goncourt de la biographie en 2017, a résolu une énigme vieille de 152 ans. Le chercheur Claude Schopp révèle dans son nouveau livre l'identité du modèle de la peinture L'Origine du monde, signée Gustave Courbet.


http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2018/09/25/03015-20180925ARTFIG00105-la-femme-de-l-origine-du-monde-le-chef-d-oeuvre-de-gustave-courbet-enfin-identifiee.php









_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
céline



Inscrit le: 21 Oct 2016
Messages: 380
Localisation: province

MessagePosté le: Mar Sep 25, 2018 5:38 pm    Sujet du message: l'origine du monde est à l'opéra Répondre en citant

A l'origine, ce tableau était un nu complet mais il a été découpé recadré et les autres pièces de la toile perdues. Dommage


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 19906

MessagePosté le: Mar Sep 25, 2018 5:51 pm    Sujet du message: Répondre en citant

La lettre de Dumas fils à George Sand qui mentionne Constance Quéniaux et qui a mis la puce à l'oreille à Claude Schopp :
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53030252v/f526.item.r=lettre%20dumas%20fils%20george%20sand


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 19906

MessagePosté le: Mar Sep 25, 2018 5:56 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Tout le monde en parle... Même Le Parisien, qui a interviewé Claude Schopp :
http://www.leparisien.fr/culture-loisirs/l-origine-du-monde-constance-queniaux-devait-etre-d-une-intelligence-redoutable-25-09-2018-7902138.php


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
chien en peluche



Inscrit le: 29 Oct 2011
Messages: 1397

MessagePosté le: Mar Sep 25, 2018 6:42 pm    Sujet du message: Répondre en citant

sophia a écrit:
La lettre de Dumas fils à George Sand qui mentionne Constance Quéniaux et qui a mis la puce à l'oreille à Claude Schopp :
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53030252v/f526.item.r=lettre%20dumas%20fils%20george%20sand

En lisant le message de haydn, j'ai eu l'intention de chercher la lettre en question sur Gallica. Merci beaucoup, donc, sophia, pour ce lien
Very Happy


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
JMJ



Inscrit le: 16 Mai 2009
Messages: 660

MessagePosté le: Mar Sep 25, 2018 8:15 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je ne trouve pas de photo probante mais elle ressemble furieusement à Lucilla Morlacchi dans le Guépard de Visconti.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 19906

MessagePosté le: Mar Sep 25, 2018 8:53 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Photos de Constance Quéniaux, signées Disdéri :





Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 19906

MessagePosté le: Mar Sep 25, 2018 10:12 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Un peu plus étoffée que l'interview du Parisien, celle de France Culture :
https://www.franceculture.fr/peinture/mademoiselle-constance-queniaux-la-femme-a-lorigine-du-monde


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 19906

MessagePosté le: Mer Sep 26, 2018 12:05 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Notons que la révélation, qui n'a pas forcément d'intérêt en soi (le tableau de Courbet me semble davantage valoir pour sa force symbolique que pour ce qu'il cache en termes référentiels), sinon qu'elle met en lumière l'existence d'une danseuse de l'Opéra - anonyme parmi les anonymes -, arrive à point nommé pour faire la promo du bouquin de Claude Schopp et de l'expo Nadar à la BnF.


http://www.editionsphebus.fr/l-origine-du-monde---vie-d-une-courtisane-claude-schopp-9782752911780



http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/anx_expositions/f.nadar_legende_photographique.html




Dernière édition par sophia le Mer Sep 26, 2018 4:36 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
JMJ



Inscrit le: 16 Mai 2009
Messages: 660

MessagePosté le: Mer Sep 26, 2018 4:07 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Autrement dit, c'est cette révélation qui constitue en elle-même la promo du bouquin.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Idamante



Inscrit le: 29 Nov 2015
Messages: 60

MessagePosté le: Dim Sep 30, 2018 10:24 am    Sujet du message: Répondre en citant

Le scoop de Schopp sert à vendre son livre. Il n’empêche, derrière la promotion bien organisée - opportune, dirai-je surtout - se dessine un profil de femme passionnant . Ce qui manque, dans les articles consacré à Constance Quéniaux - dans le livre, je ne sais - c’est la danseuse, celle qu’on voit en tutu dans les belles photos proposées par Haydn et Sophia.

Je tombe à l’instant sur un article de la « Gazette Musicale de Paris , publiée par la bibliothèque d’Ottawa ( Article du 14 juillet 1858 , soir de la première de Sacountala , 8 ans avant que Courbet ne peigne le tableau pour l’amant de notre danseuse, Khalil-Bey) . Il rend compte du ballet donné à l’Opéra de Paris, Théâtre Impérial, plus précisément ( celui sis rue Le Pelletier ? ) . Le critique semble fasciné par le grand spectacle donné dans des décors flamboyants , jungle, palais somptueux cachés dans la verdure où brament deux éléphants , la trompe levée , salles de marbre polychrome et volutes à n’en plus finir . Les costumes, nous les connaissons. Outre qu’il nous reste les esquisses sur Gallica https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84546319/f7.item.zoom, ce sont ceux de « notre » Bayadère de l’Opéra de Paris, presque pli pour pli . L’ histoire racontée n’en est pas très éloignée non plus : Sacountala , rôle-titre, part à la recherche de son amant qui s’avère être le roi qui lui a promis le mariage . Elle sera pendant les deux actes du ballet développé par Théophile Gautier, en butte à la cruauté de la reine , d'un ermite-fakir, et du roi qui, entre temps , a oublié sa promesse et perdu sa raison ( sic !) … On a perdu la partition d’Ernest Reyer dans l’incendie de l’opéra - pour les curieux, une version parallèle de la musique orientaliste du jeune Reyer, une symphonie cette fois https://www.youtube.com/watch?v=5mSZqdIT9oU . Le critique décrit assez bien l'orchestration un peu fade, le côté patchwork de la composition qui lasse au final, après avoir intéressé par la touche orientaliste en vogue à cette époque.

Ce qui me semble vraiment intéressant , c’est que le chorégraphe de ce ballet-pantomime - et le principal danseur noble -, n’est autre que Lucien Petipa , frère aîné de Marius ( quelquefois orthographié Petipas ). La parallélisme antre Sacountala et La Bayadère du petit frère, presque 20 ans après, est réjouissant . Les emprunts de Marius à Lucien sont nombreux , même si l’art de Marius rend intemporel une chorégraphie visiblement plus riche . Ici la danse semble se limiter aux divertissements de chaque acte ( pas de cinq, pas de deux ) où le foisonnement des personnages devait produire le plus grand effet . Pensez ! 8 fakirs, 8 rabatteurs, 8 Seigneurs, 32 gardes et 32 prêtresses, 26 Rakassas (des mauvais génies nous dit le livret ) , 3 filles célestes et 44 Apsaras ( on ne nous en dit rien !), 32 femmes du Zéname, 4 bourreaux, 16 femmes du harem, et j’en passe … " Indépendamment de son attrait théâtral, le livret de M. Théophile Gautier vous offre un attrait philologique qui n'est pas à déddaigner. Il vous fait connaître des noms et des mots indiens dont, sans doute, vous n'avez jamais entendu parler : Madhavya, Saradonala, Pryamwada, Anousouya , Parabhrilica,Tchatourica, rakkasas , zename , anta-pourrah, amras, malica, madhavis, richis, tir ta, brahmatcharis, et quelques autres. Encore deux ballets comme Sacountala, et nous saurons l'indien " . ( Le Ménestrel juillet 1858)
Danse surtout lors des grands pas de deux amoureux , qui sont , avec une réelle liberté de ton, expressément présentés comme des ébats érotiques qui lient avec volupté les deux personnages principaux. Madame ( ou Mademoiselle , ça dépend ) Ferraris dans le rôle-titre semble avoir subjugué tous les coeurs. ‘« Les jambes de la Ferraris sont des ailes » . " Son pas de l'abeille, au premier acte, est charmant. Son pas de deux avec Petipas (Douchmanta, le roi) est tout simplement un chef-d'oeuvre. Il faut voir Sacountala, enlevée par son partenaire, suspendue horizontalement, hissée sur un buisson de fleurs, puis pivotant, tournoyant sur la pointe des pieds. Ce pas, exécuté; avec une légèreté, ( est d’ une) élégance, une précision admirables " ( Le Ménestrel), Les critiques insistent sur la densité des applaudissements et des fleurs reçues, et regrettent le départ de la ballerine italienne pour Saint -Petersbourg, dans la foulée. On apprécie la noblesse de Lucien Petipa ( « grâce et dignité - double portion de Bravo » ( Le Figaro juillet 1858) Mérante, et Coralli « d’une farouche beauté » dans le rôle du méchant .( Gazette musicale de Paris juillet 1858).

Et Mademoiselle Quéniaux, me direz-vous ? Dotée d’un pas de deux à l’acte II, qu’elle partage avec Mlle Couqui, elle y est célébrée autant qu’il se peut à un rôle secondaire … :" il faut nommer Mlles Couqui et Quéniaux, dont le pas de deux a été vivement et justement applaudi " ( Le Ménestrel ) , " les jambes de Mlles Quéniaux et Couque parlent couramment le sanscrit" ( Le Figaro , dont le critique à l’humeur légère s’attarde surtout sur la musique) " Il y a un duo composé de Mlles Couqui et Quéniaux qui vaut bien la peine qu’on les regarde " ( La Gazette musicale de Paris ) . C'est peu. C'est déjà beaucoup...



Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 19906

MessagePosté le: Dim Sep 30, 2018 1:33 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Née vers 1831, Constance Quéniaux entra dans le corps de ballet de l'Opéra en 1847 et dansa de petits rôles de 1853 à 1859 (notamment celui de Mysis, dans le ballet Aelia et Mysis, ndlr.), lit-on sous la plume d'Ivor Guest.
On dirait aujourd'hui de Constance Quéniaux qu'elle était l'équivalent d'une demi-soliste - certes pas une anonyme du corps de ballet, mais une figure destinée à rester "seconde", dans l'ombre de l'étoile. De fait, on peut trouver son nom mentionné subrepticement dans les critiques de l'époque, assorti de commentaires souvent louangeurs. En parcourant simplement l'anthologie de textes critiques sur la danse de Gautier publiée par Ivor Guest, j'ai trouvé son nom mentionné à quatre reprises, ce qui n'est pas tout à fait rien.
"Mlle Quéniaux nous a fait admirer une fois de plus ses beaux yeux noirs et sa danse élégante et correcte [...]." (Reprise de La Sylphide, La Presse, 9 mars 1852)
"Mlle Quéniaux remplissait le rôle de la méchante comtesse, et le plissement de ses beaux sourcils noirs, s'il n'entraînait pas l'Olympe comme le froncement des sourcils touffus de Jupiter, excitait du moins les bravos du parterre ; on n'est pas plus agréablement insupportable et plus délicieusement furieuse. Etre acariâtre et charmante, faire hésiter entre le tire-pied et la déclaration d'amour, tel est le problème résolu par Mlle Quéniaux dont nous verrions avec plaisir l'intelligence dans quelque ballet nouveau." (Reprise du Diable à quatre, La Presse, 27 février 1855)
"[...] Mlle Quéniaux, la danseuse pure et correcte [...]." (Sacountala, Le Moniteur universel, 19 juillet 1858)


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous pouvez voter dans les sondages de ce forum


Nous Contacter
Powered by phpBB © phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com