Dansomanie Index du Forum
Connexion S'enregistrer FAQ Liste des Membres Rechercher Dansomanie Index du Forum

Samuel Murez online - 3e Etage
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 22840

MessagePosté le: Mar Juin 02, 2015 11:52 am    Sujet du message: Répondre en citant

Une nouvelle bande-annonce a été mise en ligne sur le compte Vimeo de "3e Etage"




https://vimeo.com/109835569


L'affiche du spectacle a également été refaite :




_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gaïa



Inscrit le: 09 Déc 2012
Messages: 44
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim Juin 14, 2015 10:16 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Un spectacle réussi que ce "Tchaïkovski. Récits du royaume des songes", non pas par son ambition chorégraphique (rien de sensationnel de ce côté-là) mais par sa théâtralité forte et décapante, ainsi que par une construction très habile. J'y reviendrai plus en détails demain.



(de gauche à droite : Sophie Mayoux, Paul Marque, Clémence Gross, Lydie Vareilhes, Hugo Vigliotti, Muriel Zusperreguy, François Alu, Sofia Rosolini, Yann Chailloux, Marion de Charnacé, Takeru Coste, Simon Le Borgne)


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 22840

MessagePosté le: Dim Juin 14, 2015 10:19 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci Gaïa Smile

Nous attendons aussi les commentaires des autres lecteurs/lectrices de dansomanie qui y étaient sûrement aussi (moi, j'ai un mot d'excuses signé de J. Neumeier, à Hambourg Wink )



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Florestiano



Inscrit le: 28 Mai 2010
Messages: 1749

MessagePosté le: Dim Juin 14, 2015 10:41 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ainsi donc la balletomanie s’était donné rendez-vous au théâtre André-Malraux de Rueil-Malmaison, où Josua Hoffalt présentait sa première chorégraphie. Cette création était précédée d’une part des propos fracassants du danseur (et de Samuel Murez) rapportés dans plusieurs interviews-fleuves et d’autre part de la lignée de ratages monumentaux et quasi-systématiques des chorégraphies montées par nos Étoiles maison (exception, notable, faite de Kader Belarbi, dont on attend toujours la reprise de l’excellent Wuthering Heights - mais non, on préfère reprendre Caligula jusqu’à l’écoeurement… - et de Jean-Guillaume Bart). Intérêt doublement suscité, donc.

À la lecture de l’argument, on se disait que Hoffalt avait fait le choix de la pente facilement savonneuse du pastiche le plus soporifique s’épuisant dans un détournement gaguesque de tubes du répertoire. Loin s’en faut. Nous est présenté un travail original, dont le découpage montre le soin particulier porté à une narration limpide autant qu’à une construction rythmée : 2 actes, 4 tableaux, couvrant pas moins de… 53 scènes ! Difficile de résumer, donc. Les aventures du petit Rothbart, que sa maman Carabosse, aidée de son Monstre de compagnie, chasse du Château pour qu’il aille, accompagné de son ami le Bouffon, trouver épouse et qui, guidé par l’Oiseau bleu croisé en route, se retrouve au bord d’un lac où un certain Siegfried, à la mèche narcissique, s’échine à séduire un Cygne blanc - sur lequel flashera Rothbart - et à éconduire un Cygne noir - également rejeté de Rothbart (ma bonne dame, il ne fait pas bon être différent par les temps qui courent…) -, ne laissent aucun répit au spectateur et se poursuivent, à l’acte II, au Château de Carabosse, où, à l’issue d’un divertissement généreux en rebondissements, tout le monde trouvera son équilibre (même le Monstre, qui, transformé en fort beau jeune homme, réconfortera le Cygne noir), sauf Carabosse, grande perdante de l’affaire, et Siegfried, étouffant dans sa solitude (y’a tout d’même une morale, ma bonne dame…). Ouf !
On se retrouve donc avec un récit dans lequel le vieil amateur fréquentant assidûment Petipa se délectera à l’idée de chasser les citations, repérera les influences, s’amusera des décalages, s’agacera des infidélités et où, tout à la fois, le néophyte trouvera une trame cohérente entremêlant des références culturelles universelles sans s’embarrasser d’une volonté d’exégèse balletomaniaque appuyée. Tout cela étant rendu possible par une pantomime ciselée, loin des canons de l’art romantique certes, parfois lourdingue et pipi caca d’accord, mais parfaitement intelligible et très théâtrale.
Un ensemble intelligent et plaisant, mais relativement lambda. Nous aurions bien du mal à caractériser ce qui fait le style ou la marque de ce spectacle assez passe-partout et très professionnel. De ce point de vue d’ailleurs, chapeau bas : décors et lumières connaissent un traitement extrêmement fouillé, exceptionnel pour ce type de spectacles qui se signalent d’ordinaire par une nécessaire économie de moyens.

Au rayon des interprètes, on ne peut pas dire que toutes les parties soient servies avec le même génie.
Les filles en particulier sont d’une faiblesse qui a tendance à démobiliser l’attention dans les rares scènes de pure danse qui ne viennent pas au soutien de la tension dramatique (la technique étique des petits cygnes effare). Inexpérience et transparence sont au rendez-vous, et on regrette par trop l’absence de Léonore Baulac, un temps annoncée en Cygne noir. Quitte à choisir un danseur extérieur au groupe 3ème Étage pour son Siegfried, Josua Hoffalt aurait sans doute pu trouver plus princier, plus altier et plus égocentrique qu’un Yann Chailloux à la palette expressive monochrome et à l’élévation épuisée.
L’Oiseau bleu est l’occasion pour le très jeune Paul Marque de montrer des lignes parfois hésitantes mais prometteuses ; le rôle du Chat l’occasion pour Takeru Coste d’encore montrer un sens comique irrésistible et un plaisir évident dans le divertissement.

Rothbart est un rôle taillé sur mesure pour l’excellent François Alu - dont le fan-club, au rendez-vous, sait encore une fois prodiguer des hurlements tout aussi généreux que ridicules. On souhaiterait une scène aux dimensions décuplées tant l’ampleur de sa danse ne fait qu’une bouchée du plateau du théâtre André-Malraux. Son énergie enthousiaste est mise au service d’une écriture naturellement plus pyrotechnique que les autres rôles et compense une pantomime pour le coup un peu timide.

Mais le véritable triomphateur de ce spectacle restera pour nous Hugo Vigliotti, qui trouve dans le Bouffon un rôle à la pleine mesure du talent éblouissant - et si intensément sous-exploité - qui est le sien. Les rôles de Bouffon sont classiquement très « payants » mais se réduisent par trop à quelques tours et quelques pirouettes. Dans ces Récits, le Bouffon est un véritable compagnon de Rothbart et a une présence quasi-permanente en scène. Vigliotti est un régal de jeu, il ne s’arrête pas une seconde - même en marge de l’action principale -, il se lâche, il se fait plaisir et nous fait plaisir. Il sait aussi émouvoir - notamment quand, près de la fin, il se relève de son électrocution. Et enfin un danseur qui s’élève - le contraste avec Chailloux est à cet égard douloureux pour ce dernier -, qui danse « grand », qui se livre pleinement en scène !

Peu avare en applaudissements, le public s’enthousiasme à juste titre pour ce spectacle maîtrisé, ambitieux sans être prétentieux, tout à fait adapté pour des théâtres de taille moyenne et auquel on souhaite de connaître une seconde vie en tournée compte tenu du travail de qualité réalisée.

Le hic, certes périphérique : ces programmes écrits dans une taille de police strictement illisible.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 22840

MessagePosté le: Dim Juin 14, 2015 10:46 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci Florestiano Smile

Pour les programmes, il est toujours possible de leur signaler le problème (taille de la police ou couleur)?



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 22840

MessagePosté le: Dim Juin 14, 2015 10:48 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Et pour le Fan club, on ne va pas se plaindre qu'un danseur français en ait un. Et puis, d'ici à concurrencer Simkin...



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 16911

MessagePosté le: Lun Juin 15, 2015 8:27 am    Sujet du message: Répondre en citant

Merci Florestiano de ce retour. Smile

*En même temps*, on ne peut pas dire - a contrario apparemment de ces Récits - que La Source était un chef d'oeuvre de théâtralité et de narrativité.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Joelle



Inscrit le: 06 Avr 2013
Messages: 773

MessagePosté le: Lun Juin 15, 2015 11:26 am    Sujet du message: Répondre en citant

Nous avons assisté hier après-midi à un très chouette spectacle mitonné par J. Hoffalt et S. Murez et je leur dis "bravo" !

Un joyeux pastiche reprenant quelques grands moments du Lac des Cygnes et de la Belle au Bois Dormant avec des interprètes motivés et qui s'amusaient (presque) autant que le public.

Siegfried et son égo (sans oublier son brushing et son harem "cygnesque"), le flamboyant bouffon, la vénéneuse Fée Carabosse, l'adorable duo des chats, le Cygne noir délaissée par Siegfried, tandis que le Cygne Blanc tombe amoureuse de Rothbart...

Nous avons vraiment trouvé cette parodie tout à fait réussie, même si la technique des très jeunes Cygnes n'était pas toujours parfaite. Là n'était peut-être pas l'essentiel.

Les deux stars de la soirée ont été F. Alu et H. Vigliotti qui nous ont offert de beaux moments de virtuosité et de rires aussi, sans oublier l'acclamation gigantesque pour J. Hoffalt lorsqu'il est s'est fait traîner sur scène au moment des saluts.
Et F. Alu nous a gratifié de superbes sauts très impressionnants (pire que sur la scène de Garnier... Prendrait-il trop de risques ce jeune homme ???)

Une fois de plus, un spectacle un peu déjanté et intelligent de la part de 3è Etage. J'espère que de nombreux théâtres programmeront cette nouvelle oeuvre qui est faite pour les grands et les petits ! Very Happy


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gaïa



Inscrit le: 09 Déc 2012
Messages: 44
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Juin 23, 2015 3:32 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Josua Hoffalt réalise, avec "Tchaïkovski : Récits du Royaume des Songes", son premier spectacle d’envergure, visiblement longuement pensé. Un spectacle généreux, vivant et drôle, qui tire son originalité d’une théâtralité débordante et juste à la fois.

Un programme sobre et élégant - gratuit - expose l’intrigue de manière très détaillée, et explique la naissance de la pièce. L’accent est mis sur la volonté de Josua Hoffalt d’adapter les ballets classiques aux qualités des danseurs eux-mêmes, et au public d’aujourd’hui. La construction du ballet est pour le moins inattendue : deux actes, trois tableaux (plus un prologue et un intermède) dans le premier, un seul dans le second, et 53 scènes au total. L’ensemble n’est pourtant pas bancal et les nombreuses entrées et sorties des personnages laissent le spectateur en alerte. L’histoire est relativement compliquée, les modifications de caractère des personnages ne facilitant pas la tâche. Toutefois, comme dit dans l’entretien avec Samuel Murez et Josua Hoffalt, la caractérisation des personnages est la composante la plus captivante et l’emporte sur le déroulé précis des évènements. Les décors sont relativement simples (des colonnes, un trône) mais très bien mis en valeur par un superbe travail de lumières, assez sombre, ainsi que l’utilisation de la fumée, qui donnent à tout le ballet un aspect de conte de fées.

L’histoire se déroule ainsi. A la cour de la terrifiante et violente fée Carabosse (Muriel Zusperreguy), un monstre Melchior (Simon Le Borgne), des Seigneurs des Ténèbres aux visages cadavériques, un Bouffon plein d’entrain (Hugo Vigliotti) et le fils de Carabosse, Rothbart (François Alu), meilleur ami du Bouffon, qui n’a aucune envie de se marier ni de monter sur le trône. Chassés du royaume, le Bouffon et Rothbart ne peuvent y revenir qu’avec une épouse pour ce dernier, sans quoi le Bouffon sera décapité. Rothbart se lamente sur son sort. Surgit alors l’Oiseau bleu, chassé par le Chat botté. Rothbart et le Bouffon sauvent l’Oiseau bleu, qui, reconnaissant, les emmène au lac des cygnes. Là, deux Cygnes jumelles, un "beau gosse" à mèche, Siegfried, qu’Odette - Cygne blanc - ne supporte plus, mais qu’Odile - Cygne noir - essaie sans relâche de séduire, en vain. Pour se débarrasser d’elle, Siegfried propose à Rothbart le Cygne noir. Tous arrivent au château de Carabosse. Rothbart en pince en fait pour le Cygne blanc, tandis que le Cygne noir découvre le monstre Melchior qui, comme elle, a besoin d’affection. Le chat botté Moustache, qui attaquait tous les oiseaux, est assagi par la jolie Mistrigi. Rothbart et le Cygne blanc dansent l’un pour l’autre, et le Cygne noir tente à nouveau de séduire Siegfried, malgré les efforts du Bouffon pour remettre tout dans l’ordre. Finalement, Carabosse perd ses pouvoirs magiques, Rothbart prend le pouvoir et le confie au Bouffon ; il quitte le château avec le Cygne blanc, le monstre Melchior devenu homme tombe amoureux du Cygne noir et l’Oiseau bleu prend les Cygnes jumelles sous son aile, laissant Siegfried seul.

Mistigri apparaît d’abord devant le rideau et entre peu à peu dans l’intrigue jusqu’à devenir la compagne de Moustache, faisant comme un lien entre le spectateur et la scène. Lydie Vareilhes, qui a dû être chat dans une autre vie, rend à la perfection les coups de patte et de langue distillés dans ses variations, avec une grande vivacité et une mine étonnée-mais-pas-trop plus vraie que nature. Takeru Coste est lui aussi très à son aise.

Le Siegfried de Yann Chailloux, outre le comique de la mèche de cheveux, n’est pas inoubliable techniquement. En revanche, le jeune (et encore inconnu) Paul Marque en Oiseau bleu m’a paru très solide techniquement et doté une belle souplesse du haut du corps.

Les cygnes sont bien différents du Lac traditionnel. Ici, pas d’êtres éthérés, fragiles ou désincarnés, mais des femmes plutôt séductrices : pour preuve, la variation "du cygne noir" est dansée par le Cygne blanc. Le Cygne noir est presque le plus fragile des quatre cygnes, toujours rejeté par Siegfried, d’autant que son interprète, Clémence Gross, est aussi la plus menue - Sofia Rossolini, interprète du Cygne blanc, est une danseuse très grande. Si ces personnages nouveaux sont intéressants à voir évoluer, les danseuses ne m’ont pas paru idéales. Il manque une aura, une perfection du mouvement. La lassitude du Cygne blanc, par exemple, se retrouvait un peu trop dans la danse elle-même, qui avait une certaine lourdeur. Chez les femmes, Muriel Zusperreguy est finalement la plus convaincante ; sa Carabosse est autoritaire, brusque et tourmentée.

Mais le tandem Alu-Vigliotti offre les moments dansés les plus jubilatoires. On le sait, François Alu est un vrai phénomène - il dévore la scène du Théâtre André-Malraux. Le rôle semble chorégraphié exclusivement pour lui tant les enchaînements de sauts et de pirouettes lui ressemblent. Il est de surcroît crédible en Rothbart un peu blasé, fuyant les engagements. Pourtant sa virtuosité éclatante se trouve poussée un peu trop loin à mon sens : au bout du cinquième, sixième saut extraordinaire, on finit par s’attendre à la suite... Certes, c'est impressionnant et plaisant, mais la chorégraphie aurait gagné à ne pas multiplier autant les prouesses techniques, qui perdent leur dimension superlative dès lors qu’elles sont trop répétées.
L’équilibre entre technique et théâtralité est parfaitement tenu chez le Bouffon d’Hugo Vigliotti, en tous points excellent. Débordant d’énergie et très drôle dans ses chaussons à gros pompons, il possède lui aussi des sauts d’une magnifique élévation et réussit fort bien à "exister" aux côtés de François Alu. Ses variations sont aussi moins convenues et classiques que celles des autres personnages, et l’on se dit que Josua Hoffalt aurait pu réduire encore plus les emprunts. Hugo Vigliotti parvient aisément à transmettre au public une riche palette d'émotions (inquiétude, joie, sollicitude, etc.) et, s'il en fait des tonnes, on ne se dit jamais qu'il en fait trop. Cette originalité dans le jeu de scène me semble être la grande réussite de ce spectacle fort bien enlevé.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 22840

MessagePosté le: Mar Juin 23, 2015 3:41 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci Gaïa Smile Smile



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 22840

MessagePosté le: Mar Juin 23, 2015 7:27 pm    Sujet du message: Répondre en citant

La critique de Gaïa est maintenant aussi en ligne sur le site de Dansomanie, illustrée de nouvelles photos du spectacle :




    14 juin 2015 : Tchaïkovski (J. Hoffalt) au Théâtre André Malraux de Rueil-Malmaison

      Josua Hoffalt réalise, avec Tchaïkovski : Récits du Royaume des Songes, son premier spectacle d’envergure, visiblement longuement pensé. Un spectacle généreux, vivant et drôle, qui tire son originalité d’une théâtralité débordante et juste à la fois.

      Un programme sobre et élégant - gratuit - expose l’intrigue de manière très détaillée, et explique la naissance de la pièce. L’accent est mis sur la volonté de Josua Hoffalt d’adapter les ballets classiques aux qualités des danseurs eux-mêmes, et au public d’aujourd’hui. La construction du ballet est pour le moins inattendue : deux actes, trois tableaux (plus un prologue et un intermède) dans le premier, un seul dans le second, et 53 scènes au total. L’ensemble n’est pourtant pas bancal et les nombreuses entrées et sorties des personnages laissent le spectateur en alerte. L’histoire est relativement compliquée, les modifications de caractère des personnages ne facilitant pas la tâche. Toutefois, comme dit dans l’entretien avec Samuel Murez et Josua Hoffalt, la caractérisation des personnages est la composante la plus captivante et l’emporte sur le déroulé précis des évènements.

      --> Lire la suite



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 22840

MessagePosté le: Sam Sep 05, 2015 10:30 am    Sujet du message: Répondre en citant

Bonne nouvelle pour ceux qui ont manqué le spectacle de Josua Hoffalt à Rueil-Malmaison lors de sa création, il sera repris le 12 janvier 2016 au théâtre de Chartres (1 heure de train depuis la gare Montparnasse, pour les Parisiens) :





    C’est un grand ballet classique que proposera la compagnie 3e étage (là où se situent les loges des danseurs du Corps de Ballet de l’Opéra au Palais Garnier). il nous transportera dans l’univers merveilleux du Lac des Cygnes et de La Belle au Bois Dormant, peuplé de personnages feériques incarnés par les plus brillants solistes de l’Opéra de Paris.

    Ce ballet a été conçu par le danseur étoile Josua hoffalt, dans la plus grande tradition de théâtralité et d’artifices du Palais Garnier. il sera interprété par une distribution hors du commun et présenté dans les maquillages et costumes fastueux de l’Opéra de Paris, comblant tous ceux qui viennent au théâtre pour rêver. On retrouvera les personnages légendaires - tels Odette la femme- cygne, Odile le cygne noir, l’Oiseau bleu, la fée Carabosse et bien d’autres - dans les danses qui les ont rendus célèbres. Du pas de deux du Cygne blanc à la variation de l’Oiseau bleu, en passant par la danse des Quatre petits cygnes ou celle des Trois chinois, nous n’en perdrons pas une miette ! L’intrigue originale développée à travers plusieurs tableaux, entièrement nouveaux, révèlera leur complexité d’une façon qui fascinera autant ceux qui les connaissaient que ceux qui les découvriront.

    Au cœur de ce projet, on retrouve le mélange d’excellence et d’humour, de virtuosité et d’inventivité, qui est devenu la marque de fabrique de la compagnie 3e étage. Un régal pour les yeux!

    http://www.theatredechartres.fr/Saison1516/Saison1516/songes.html



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Joelle



Inscrit le: 06 Avr 2013
Messages: 773

MessagePosté le: Sam Sep 05, 2015 6:55 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai également vu que 3e Etage se produisait au Théâtre des Sablons à Neuilly les 14 et 15 novembre prochains. Ils y présenteront Classiques du 21ème siècle.

http://culture.theatredessablons.com/spectacles/classiques21


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 22840

MessagePosté le: Dim Nov 15, 2015 11:01 am    Sujet du message: Répondre en citant

Joelle a écrit:
Superbe spectacle ce soir à Neuilly de 3e Etage ! Ils ont tous assuré même sans répétitions au préalable et nous ont fait passer un super moment dont on avait bien besoin !


2001danse a écrit:
Joelle a écrit:
Superbe spectacle ce soir à Neuilly de 3e Etage ! Ils ont tous assuré même sans répétitions au préalable et nous ont fait passer un super moment dont on avait bien besoin !


Bonjour Joelle, pourriez-vous nous dire quels danseurs et quelles pièces ont été présentées hier soir ?

Le programme mentionne "8 Solistes et Danseurs" ainsi que les chorégraphes George Balanchine, Ben van Cauwenbergh, Marius Petipa et Raul Zeummes.



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Joelle



Inscrit le: 06 Avr 2013
Messages: 773

MessagePosté le: Dim Nov 15, 2015 11:48 am    Sujet du message: Répondre en citant

Etaient présents : F. Alu, L. Baulac, A. Conforti, T. Coste, C. Gross, S. Le Borgne, P. Marque et L. Vareilhes.

Après l'introduction du Directeur du Théatre et un joli texte lu par S. Murez et une minute de silence, le spectacle a commencé.

Classiques du XXIème siècle présente en quelque sorte l'histoire de la Danse Classique, de ses débuts sous le règne de Louis XIV jusqu'à la création de la danse contemporaine avec des textes fort humoristiques et intelligents pour introduire chaque oeuvre.

Programme :

Don Quichotte (Petipa) - Pas de Deux

Le Lac des Cygnes (Petipa) - Adage

Notre-Dame de Paris (Roland Petit)

Limb's Theorem (Forsythe)

Processes of Intricacy (Murez)

Chaconne (Murez)

Quatre (Zeummes)

Les Bourgeois (Van Cauwenbergh)

Allegro Animato (Murez) en final

Les danseurs n'ayant pas pu répéter avant le spectacle se sont excusés des imperfections probables, mais tout s'est bien déroulé !

C'était une soirée particulière dans un contexte très particulier, mais une bien belle soirée...


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivante
Page 7 sur 9

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous pouvez voter dans les sondages de ce forum


Nous Contacter
Powered by phpBB © phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com