Dansomanie Index du Forum
Connexion S'enregistrer FAQ Liste des Membres Rechercher Dansomanie Index du Forum

Interview : Jean-Lucien Massot, un Français au Danemark

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Festival Bournonville 2005
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 23830

MessagePosté le: Mer Juin 08, 2005 1:51 pm    Sujet du message: Interview : Jean-Lucien Massot, un Français au Danemark Répondre en citant

Jean-Lucien Massot est Soliste principal au Ballet Royal du Danemark, et a très gentillement accepté de se confier à Dansomanie. Qu'il en soit chaleureusement remercié.



_________________________________________________________



Un Français au Danenark : Jean-Lucien Massot




Pour un danseur français de haut niveau, le Ballet de l'Opéra National de Paris n'est pas l'unique voie possible. A 33 ans, l’Avignonnais Jean-Lucien Massot est aujourd’hui Soliste principal au Ballet Royal du Danemark, après un parcours riche et une carrière déjà bien remplie, au service de la danse. Portrait.



Je suis né en Avignon en 1972. J’ai commencé la danse parce que j’avais des problèmes de pieds et de dos. C’est le médecin qui m’a conseillé cette activité, un peu comme une forme de rééducation.

Je suis entré dans la classe de danse du Conservatoire d’Avignon en 1982, et j’en suis ressorti en 1989, avec une Médaille d’or. A 17 ans, je suis parti pour Berlin, où j’ai fais mes débuts à la Deutsche Oper [ex-Berlin-Ouest, ndlr.] en août 1989. Deux mois après, je vivais en direct la chute du mur, et je me trouvais à Check Point Charlie lorsque ces événements historiques se sont produits !

Je suis resté à Berlin jusqu’en 1994. J’ai fait toute ma carrière à la Deutsche Oper, où je suis passé par tous les grades : corps de ballet, demi-soliste, soliste. Peter Schaufuss m’a fait confiance, et m’a souvent confié des rôles importants. C’est à lui que je dois ma place. En 1994 donc, il m’a proposé de le suivre au Ballet Royal du Danemark, où il m’a fait engager en tant que Soliste principal.

C’est évidemment dur de devoir s’imposer dans une compagnie où l’on n’a pas fait toutes ses classes. Je devais refaire mes preuves. Le Ballet Royal du Danemark possède une grande et ancienne tradition, dans laquelle il faut savoir s’intégrer. Tant qu’on n’est pas membre de la compagnie, on ne se rend pas compte du poids de la tradition, et de l’importance du style qui la caractérisent. Le Ballet Royal du Danemark, c’est à la fois une histoire prestigieuse et un style tout à fait spécifique. Avant d’arriver à Copenhague, je n’avais jamais dansé de ballet de Bournonville. Je savais faire Giselle, le Lac des cygnes, mais pour Bournonville, il me fallait tout réapprendre depuis le début!

Il y a une définition du style Bournonville que j’aime beaucoup : «les jambes, c’est le rythme, et le haut du corps, c’est la mélodie». Bournonville est très musical, et fort heureusement, lorsque j’étais au Conservatoire d’Avignon, j’avais déjà suivi des cours de musique et d’histoire de l’art.

Comme tous les autres membres de la compagnie, j’ai dû suivre des cours spéciaux de technique Bournonville. J’ai travaillé notamment avec Frank Andersen [actuel directeur du Ballet Royal du Danemark, ndlr.] et Dina Bjorn. Ce sont eux qui m’ont «coaché» pour apprendre les rôles. Et du fait que je n’avais pas était formé au Danemark, il y a eu énormément de travail à fournir.

Le premier ballet de Bournonville que j’ai dansé, c’était Conservatoire. Je le redanserai le 8 juin 2005 dans le cadre du festival. Ensuite, ce fut Napoli, que j’ai beaucoup étudié avec Frank Andersen. Epaulements, ports de bras… : chez Bournonville, tout est minutieusement noté, codifié, et on ne peut rien changer, il faut respecter la chorégraphie à la lettre.

Personnellement, l’étude des ballets de Bournonville m’a beaucoup aidé à progresser, notamment en ce qui concerne l’interprétation. Le Ballet Royal du Danemark est à juste titre réputé pour la qualité de sa pantomime. Elle est beaucoup plus «réaliste» qu’ailleurs, et c’est ce réalisme qui fait sans doute que les œuvres de Bournonville sont toujours actuelles, qu’elle plaisent encore au public. Cela parle aux gens, c’est quelque chose de très vivant, et le Ballet du Danemark est tout sauf un musée poussiéreux. D’ailleurs, même les Américains apprécient beaucoup Bournonville, et leur technique fait de larges emprunts aux principes de Bournonville. Cela est notamment dû à Stanley Williams, un danseur américain qui après avoir fait carrière au Danemark, est parti enseigner à l’école du New York City Ballet, et y a largement diffusé la technique Bournonville.

Et la France? Bournonville était de père français, alors qu’est ce qui peut expliquer le curieux désintérêt de la France pour son œuvre? Je n’en sais rien. Vu de l’étranger, on a l’impression qu’elle oublie un peu son patrimoine. Cela ne veut pas dire non plus qu’il faille uniquement danser les chorégraphies du passé. J’aime interpréter un répertoire varié, aussi bien classique que moderne. Mais il faut savoir créer tout en préservant la tradition.

Il y a quelque temps, je suis revenu en Avignon pour danser Don Quichotte au Conservatoire. Malheureusement, je n’ai jamais pu me produire avec le ballet d’Avignon. Des discussions avaient eu lieu dans cette perspective, mais elle n’ont pas abouti. Pourtant, le soleil du Sud – j’ai des origines espagnoles – me manque!

Mes projets immédiats? Une tournée en Espagne, justement, puis à Londres, au Sadler’s Wells Theatre. Cet été nous irons au Brésil, danser Napoli, et à Malaga, avec également un programme Bournonville. Ensuite débutera la saison 2005-2006, que Frank Andersen à voulu plus orientée vers les ouvrages modernes, histoire de faire une petite pause après le Festival. Il y aura entre autres du Preljocaj, une création de Petr Zuska, un chorégraphe tchèque, avec un pas de deux de toute beauté, et du Neumeier (La Petite Sirène, Roméo et Juliette).

Mes chorégraphes préférés? Jiri Kylian, un vrai magicien. C’est un artiste d’une sensibilité extrême. Si seulement je pouvais créer une de ses œuvres!

Mon avenir à plus long terme? Ce que je ferais quand j’aurais passé la quarantaine, je n’en sais rien encore. Peut-être rentrer en France, m’installer dans le Sud comme professeur de danse. Mais tout dépendra de ce que l’on me proposera au Ballet Royal du Danemark. Depuis trois ans, je prépare les «aspirants» [danseurs stagiaires, ndlr.] à l’examen d’entrée au Corps de ballet. Comme les choses se sont bien passées, peut-être que l’on continuera de faire appel à mes services plus tard!




Entretien réalisé le 07 juin 2005

© Jean-Lucien Massot – Dansomanie





Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 23830

MessagePosté le: Dim Juin 12, 2005 8:47 pm    Sujet du message: Répondre en citant




Une autre photo de Jean-Lucien Massot, qui craignait que sa dégaine de corsaire n'effarouche un peu trop les lecteurs de Dansomanie Wink . Donc le voici transformé, en costume-cravate, lors du cocktail d'adieu qui a suivi le gala du samedi 11 juin.


Au risque de paraître complaisant - mais j'assume mes faiblesses - je renouvelle mes remerciements à Jean-Lucien Massot, qui n'est pas seulement un grand artiste de la danse, mais aussi un homme simple, direct et chaleureux, qui m'a reçu avec la plus grande gentillesse. J'espère que Dansomanie aura, dans la mesure de ses modestes moyens, contribué à faire un peu mieux connaître M. Massot aux balletomanes français ; j'espère également que quelqu'un aura un jour la bonne idée de l'inviter à faire la démonstration de ses talents sur une scène française de renom, et que l'on ne devra pas fredonner une fois de plus la sempiternelle rengaine : nul n'est prophète...


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Festival Bournonville 2005 Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Nous Contacter
Powered by phpBB © phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com