Dansomanie Index du Forum
Connexion S'enregistrer FAQ Liste des Membres Rechercher Dansomanie Index du Forum

DE L ETAT DE NOS THEATRES

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Pierre



Inscrit le: 30 Déc 2003
Messages: 978
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim Fév 01, 2004 9:15 pm    Sujet du message: DE L ETAT DE NOS THEATRES Répondre en citant

Nous avons pu échanger sous le sujet "Claude Bessy" de la passionnante restauration en cours à Garnier, chef d'oeuvre total.

Je reviens de la Chauve-Souris à Bastille et découvre aujourd'hui une nouvelle preuve de la dégradation du "fer à repasser" :

Emmailloté de filets depuis plus de quinze ans, on savait qu'il pleuvait dans le bâtiment de Carlos Ott, voilà maintenant que les volées des grands escaliers se trouvent à leur tour ficelés dans d'inquiétantes toiles.

Triste sort pour ce navire né d'une erreur du jury international convoqué par feu François Mitterrand. La légende dit que ces doctes architectes, apercevant les esquisses anonymes du malheureux canadien, crurent déceler la patte du célébrissime Richard Meier. Erreur fatale, le pauvre garçon n'avait rien construit hormis une maison individuelle. S'en suivie une construction bâclée, sauvée à l'interieur par Paul Andreu, architecte des Aéroports de Paris (et futur architecte de l'Opéra de Pékin).

Les célébrations du bicentenaire arrivant à grand pas, il fallut activer les travaux. Le tout conjugué aux moeurs douteuses du monde politique et des travaux publics de l'époque concentrèrent sur Bastille toutes les malfaçons possibles et imaginables.

Le Second Empire s'est peut-être abîmé dans la honte à Sedan, mais le régime avait au moins des serviteurs comptables des deniers publics, maîtres de leur art et amoureux de leurs oeuvres.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Katharine Kanter



Inscrit le: 19 Jan 2004
Messages: 1059
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim Fév 01, 2004 10:00 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Sans vouloir être discourtois

je crois que ce serait mieux pour tout le monde

des deux côtés de la rampe

si nous arrêtions cette manie du gigantisme et revenions

à des théâtres d'une taille où les chanteurs n'auraient plus besoin de

HURLER

et les danseurs sauraient que l'expression des yeux du visage et des mains

passerait la rampe


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 23859

MessagePosté le: Dim Fév 01, 2004 11:09 pm    Sujet du message: Répondre en citant

La course au gigantisme ne date malheureusement pas d'hier! Au dix-huitième siècle déjà, certains théâtres jaugeaient plus de 3000 places, comme le San Carlo à Naples. Mais les choses se sont vraiment emballées avec la construction des grands théâtres américains dans le dernier tiers du 19ème siècle, et Bastille (2800 places) est loin d'être le plus grand théâtre actuel. Plus que de la taille elle-même (encore que personnellement je préfère de loin des bâtiments de taille plus modeste, le Grand Théâtre de Bordeaux constituant une sorte d'idéal), les problèmes viennent de la conception.
Jusqu'au milieu du XIXème siècle, on a construit les théâtres et les salles de concert de manière plus ou moins empirique, sans calculs très sophistiqués pour l'accoustique. Et finalement, c'est ce qui marchait le mieux! On copiait en les modifiant, les adaptant, les salles qui s'étaient avérées bonnes à l'usage, et l'on obtenait à nouveau une bonne salle.
A partir du moment ou les travaux de l'acousticien Savart ont donné aux architectes et aux ingénieurs une base théorique apparemment solide, plûtot que de se fier au résultat auditif, MUSICAL, on s'est fié aux calculs, aux modèles mathématiques, réputés objectifs et plus fiable que l'oreille humaine... Des gens qui n'y connaissaient rien à la musique se sont mis a bâtir opéras et salles de concert... et ce fut la catastrophe. La qualité d'une acoustique ne se résume pas à un taux de réverberation, malheureusement...
Bastille possède une acoustique difficile, l'orchestre y sonne de manière brouillée, les timbres sont confus. Côté chanteurs, cela ne favorise pas forcément de très grosses voix qui ont tendence à se disperser. L'essentiel est d'avoir une projection très droite. Et s'il est parfois difficile pour les chanteurs de passer au dessus de l'orchestre, c'est que le Maestro Conlon manifeste un goût immodéré pour les cuivres tonitruants...
Bastille est néanmoins intéressant pour certaines productions de ballet, style Bayadère, où l'immense plateau permet des ensembles très spectaculaires. Au détriment évidemment de la proximité avec les danseurs... Et plus question d'y faire valoir des petites batteries toutes en finesse, de toutes façons, on ne les remarquera plus à moins d'être armé de jumelles de safari!
L'un des cas les plus caricaturaux de ces salles "calculées" et non "entendues" fut le Philharmonic Hall, à New York. Lors du concert inaugural, dirigé par L. Bernstein, on s'est rendu compte que d'une part les musiciens ne s'entendaient pas entre eux, mais pire, que toutes les fréquences graves étaient absorbées : c'était comme si l'orchestre était privé de violoncelles et de contrebasse. On a tenté quelques rafistolages, mais sans succès, et il a fallu refaire tout l'intérieur de la salle, qui porte depuis le nom d'Avery Fisher Hall, en l'honneur du milliardaire qui a financé les travaux pour remettre la bâtisse d'aplomb!
Pour en revenir à l'Opéra Bastille et aux propos de Pierre, là, il ne s'agit pas seulement de mauvaise acoustique, mais de malfaçons graves dans le bâtiment. Les procès traînent en longueur, personne ne veut financer les réparations et les responsabilités sont évidemment très diluées... Résultat, on risque de garder les filets pendant un certain temps encore, si tout ne finit pas par s'écrouler!!! Heureusement que Charles Garnier, lui, a construit plus solide... Enfin, les grands édifices construits sous le règne de M. Miterrand ont une fâcheuse tendance à s'effriter : Arche de la Défense, Opéra Bastille, Bibliothèque nationale de France... Le contribuable a sûrement payé ces monuments au prix fort, mais la réalisation a-t-elle vraiment été à la hauteur de la dépense?


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
shylock



Inscrit le: 04 Jan 2004
Messages: 361
Localisation: Nanterre

MessagePosté le: Lun Fév 02, 2004 7:50 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Le mitterandisme immobilier ne survivra pas longtemps à son promoteur... Mais laissons-là la politique. Je me souviens, dans les années 70, de réflexions acides de musiciens de l'Orchestre de Paris se plaignant de la qualité déplorable de l'acoustique du Palais des Congrès. Depuis, l'orchestre a été brinqueballé du Théâtre des Champs-Elysées à Mogador en passant par la Salle Pleyel, en attendant peut-être de s'échouer aux Entrepôts Calberson de Gennevilliers... Paris n'a toujours pas de salle de concert digne de ce nom. Mais qu'attend le Ministère pour acheter les plans de la Philharmonie de Berlin?




Dernière édition par shylock le Lun Fév 02, 2004 8:26 pm; édité 2 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous pouvez voter dans les sondages de ce forum


Nous Contacter
Powered by phpBB © phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com