Dansomanie Index du Forum
Connexion S'enregistrer FAQ Liste des Membres Rechercher Dansomanie Index du Forum

Nouvelles du Royal Ballet / News from the Royal Ballet
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 137, 138, 139
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
tonnelier



Inscrit le: 22 Aoû 2011
Messages: 51

MessagePosté le: Lun Juin 10, 2019 2:02 am    Sujet du message: Répondre en citant

compte rendu in the Daily Telegraph with photos, payant mais voici le.. texte

Telegraph Culture Dance What to See

Margot Fonteyn: A Celebration, Royal Ballet, review: when Darcey Bussell returned to Covent Garden and the stars came out

Save
3
Darcey Bussell and Gary Avis in 'Façade'
Darcey Bussell and Gary Avis in 'Façade' Credit: Alastair Muir

Mark Monahan, Dance Critic

9 June 2019 • 1:51pm

The Royal Ballet gave most of its brightest stars a chance to twinkle on Saturday night in the one-off gala in honour of the centenary of its prima ballerina assoluta, Margot Fonteyn – as well it might.

Fonteyn (1919-1991) was the Royal Ballet’s first, biggest and most enduring female star, as well as the chief muse to Frederick Ashton, whose choreography came to define the company’s style of dancing. She was also, at a point in her life when she might have considered retiring, one half – with that comet-like Kirov defector Rudolf Nureyev – of what probably remains the most famous and most garlanded ballet partnership of all time. Which is to say that her place in the history of British Ballet is unique and unchallenged.

In a three-hour evening made up entirely of works associated with her – and many of them made on her – the first half was given over entirely to a performance of Fokine’s The Firebird. This was delivered with brio by all concerned, and was most notable for a strong, skittishly avian performance by Itziar Mendizabal as the creature of the title. But, even so, one suspects it was the second, 85-minute half of the programme that the capacity audience was most looking forward to.

Here were excerpts from 11 ballets, most by Ashton, and here danced by a terrific array of talent. It’s incredibly rare to have this many big names on the Covent Garden stage at one time, especially so given that one of them in fact took her leave of both the company and the Covent Garden stage 12 years ago to the day.

For Saturday night marked the almost completely unheralded, tantalisingly fleeting return of Darcey Bussell to this stage, and my, she looked terrific. In the arms of her former regular partner Gary Avis (full of mischief himself), she captured all the playful fun of the Tango from Ashton’s 1940 confection Façade, as musical and as charming as ever, and looking a million dollars. My companion for the evening almost fell off her seat when I told her that Bussell is now 50.
Darcey Bussell and Gary Avis in 'Façade'
Darcey Bussell and Gary Avis in 'Façade' Credit: Alastair Muir

In fact, every last dancer did him- and herself proud, but there were several that deserve a special mention. Performing the Balcony Scene from Kenneth MacMillan’s Romeo and Juliet (a great triumph for Fonteyn and Nureyev in 1965, if sadly at the expense of MacMillan’s original first couple, Lynn Seymour and Christopher Gable), David Hallberg – guesting from American Ballet Theatre and here partnering Natalia Osipova – was a technically polished, completely magnetic Romeo. I kick myself that I didn’t manage to catch him perform the whole thing earlier in the season.
Vadim Muntagirov in 'Le Corsaire'
Vadim Muntagirov in 'Le Corsaire' Credit: Alastair Muir

In another, even bigger showpiece of a pas de deux – this one, from Marius Petipa’s enjoyable slice of 19th-century hokum, Le Corsaire – Vadim Muntagirov (with the ever excellent Yasmine Naghdi) was a wonder, carving the most elegant and eloquent shapes through the air and never sacrificing classical polish or line for elevation (he fused all three faultlessly). Marianela Nuñez was a radiantly confident Aurora in the punishingly exposed Rose Adagio from The Sleeping Beauty (also Petipa), blissfully unhurried in the way she took each of her prospective suitors’s hands after each balance.
Marianela Nuñez in 'The Sleeping Beauty'
Marianela Nuñez in 'The Sleeping Beauty' Credit: Alastair Muir

And I must also mention a bewitching rendering of a little solo from Ashton’s little-known 1940 piece The Wise Virgins by Romany Pajdak, here glowing with solemn grace and inner purpose. Pajdak is a first artist (ie just one notch above regular corps) that the company commendably uses often, but still not enough: it’s high time this unusually poetic performer was promoted to soloist.
Romany Pajdak in 'The Wise Virgins'
Romany Pajdak in 'The Wise Virgins' Credit: Alastair Muir

The evening’s final live performance was Ashton’s 1936 piece Apparitions, here given in its entirety. This was very much led from the front by Lauren Cuthbertson and Matthew Ball, and yet from a choreographic point of view it never started to justify its inclusion in the bill, not least when two postwar masterpieces, both created for Fonteyn – Cinderella, and above all that seraphically perfect work of art, Symphonic Variations – went entirely unrepresented.

And so to the unavoidable question: who, if anyone, on Saturday looked like the new Fonteyn? The answer to this came in the form of a brief snippet from Ondine, the fantastical romance created by Ashton, for Fonteyn, in 1958.
Francesca Hayward and Ed Watson in 'Ondine'
Francesca Hayward and Ed Watson in 'Ondine' Credit: Alastair Muir

As the water nym​​ph who gives that work its title, Francesca Hayward (partnered by Ed Watson) painted an astonishingly sensuous and three-dimensional portrait of a sea creature on land, rediscovering and exulting in her body. Her unimprovable line, proportions and feather-lightness; her helpless musicality, disciplined technique and supple, subtle sexiness; her gift for “speaking” with her entire frame in long, lyrical phrases; and, perhaps above all, her ability to make you care about the character in question: in all these things, she looked absolutely – and not for the first time – like Fonteyn’s heir.

The sleekly produced event ended, rightly, with footage of Fonteyn herself. Here, she performed Salut d’amour, a small piece created by Ashton for her 60th-birthday gala in 1979, and described by my late father (the critic James Monahan, quoted in the programme) as “a marvellously tactful, tasteful, nostalgic concoction”. If Fonteyn's age necessarily limited what Ashton could ask of her here, her uniquely heartbreaking appeal was nevertheless unmistakable – a perfect and poignant coda to an appropriately gracious evening.


Related Topics


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
chien en peluche



Inscrit le: 29 Oct 2011
Messages: 1205

MessagePosté le: Jeu Juin 13, 2019 4:27 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Le NBS a publié (J'ai reçu aussi un courriel de leur part.) sur leur site les détails du gala pour la fin juin à Yokohama à l'occasion de la prochaine tournée de la compagnie au Japon. Pour les spectacles, j'en suis plutôt contente. Il est un peu dommage qu'on n'ait laissé qu'un seul pas de deux tiré de Manon. Mais on donnera Winter Dreams. Je préfère les ballets dans leur ensemble plutôt qu'une éternelle série de pas de deux tirés d'un grand ballet. Mais quant aux distributions, j'en suis fortement déçue : Ni Osipova ni Cuthbertson ne danseront plus Symphony in C. Je n'ai rien contre Fumi Kaneko, mais je ne suis pas si patriote pour aimer un(e) danseuse / danseur, puisqu'elle (il) est japonais(e). Voici le lien (heureusement en anglais ) : https://www.nbs.or.jp/english/news/20190613-01.html
Quant à la promotion de Sambé, sophia a partiellement raison. Je sais qu'il est digne amplement de cette promotion. Mais comme le NBS n'avait pas tardé à publier cette nouvelle sur leur twitter, ce cas me rappelle un peu la nomination de Hugo Marchand à Tokyo. Le forfait de Mathieu Ganio n'avais pas manqué de causer en 2017 beaucoup d'ennuis au NBS, alors que la blessure de McRae est aussi une grosse casse-tête pour eux, puisqu'il est très très populaire chez nous.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Alexis29



Inscrit le: 22 Avr 2014
Messages: 736

MessagePosté le: Ven Juin 14, 2019 6:30 pm    Sujet du message: Répondre en citant

https://www.lemonde.fr/culture/article/2019/06/13/nuits-de-fourviere-natalia-osipova-traverse-l-histoire-de-la-danse_5475689_3246.html


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 18566

MessagePosté le: Sam Juin 15, 2019 8:26 am    Sujet du message: Répondre en citant

C'est Matthew Golding qui remplaçait Vladimir Shklyarov, blessé.
https://www.nuitsdefourviere.com/programme/natalia-osipova#distribution

https://www.francetvinfo.fr/culture/spectacles/danse/la-star-du-ballet-natalia-osipova-aux-nuits-de-fourviere_3489989.html


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Florine



Inscrit le: 16 Juil 2006
Messages: 276
Localisation: Londres

MessagePosté le: Dim Juin 16, 2019 2:11 am    Sujet du message: Répondre en citant

chien en peluche a écrit:
Mais quant aux distributions, j'en suis fortement déçue : Ni Osipova ni Cuthbertson ne danseront plus Symphony in C. Je n'ai rien contre Fumi Kaneko, mais je ne suis pas si patriote pour aimer un(e) danseuse / danseur, puisqu'elle (il) est japonais(e).


Osipova s'est blessée lors de la répétition générale, et n'a pas dansé Symphony in C à Londres. Je ne suis pas sûre que Cuthbertson est à 100% non plus. Et pourquoi pas aimer Kaneko parce que c'est une très belle danseuse, japonaise ou non? Smile




Dernière édition par Florine le Dim Juin 16, 2019 2:17 am; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Florine



Inscrit le: 16 Juil 2006
Messages: 276
Localisation: Londres

MessagePosté le: Dim Juin 16, 2019 2:15 am    Sujet du message: Répondre en citant

sophia a écrit:
J'ai d'abord pensé que c'était une manière de le distinguer en raison de son caractère inattendu à cette époque de l'année. Peut-être, plus prosaïquement, est-ce lié aussi à la tournée au Japon (les organisateurs qui veulent des étoiles à tout prix...)?? D'habitude, les promotions passent plus inaperçues - ou disons qu'elles s'inscrivent peu ou prou dans la logique de la saison (et je trouve d'ailleurs ça très bien).


A mon avis, Sophia a raison. Le Royal Ballet a une longue histoire de promotions disons "précoces" ou "inattendues" qui ont coincidé avec une tournée au Japon Wink


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
chien en peluche



Inscrit le: 29 Oct 2011
Messages: 1205

MessagePosté le: Dim Juin 16, 2019 5:27 am    Sujet du message: Répondre en citant

Florine a écrit:
chien en peluche a écrit:
Mais quant aux distributions, j'en suis fortement déçue : Ni Osipova ni Cuthbertson ne danseront plus Symphony in C. Je n'ai rien contre Fumi Kaneko, mais je ne suis pas si patriote pour aimer un(e) danseuse / danseur, puisqu'elle (il) est japonais(e).


Osipova s'est blessée lors de la répétition générale, et n'a pas dansé Symphony in C à Londres. Je ne suis pas sûre que Cuthbertson est à 100% non plus. Et pourquoi pas aimer Kaneko parce que c'est une très belle danseuse, japonaise ou non? Smile


Merci, Florine, des renseignements pour l'état actuel d'Osipova et de Cuthberton. Je leur souhaite un très bon rétablissement, et j'espère du moins pouvoir les voir dans le rôle qu'elles sont prévues maintenant. Quant à Kaneko, je vous l'ai déjà dit : Je n'ai rien contre elle. Mais je l'avais vu danser lors du gala "le Ballet suprême" en 2017 et elle ne m'avait pas donné une impression spéciale. J'adore Osipova, je n'ai pas encore eu l'occasion de voir Cuthertson sur la scène. En payant très cher (y compris les frais de voyage pour Tokyo, hôtel etc.), j'aurais aimé voir la danseuse que j'aime ou celle qui m'intéresse. D'où ma déception. Est-ce une faute?
J'ai dit que je ne pouvais pas aimer un(e) danseuse / danseur tout simplement parce qu'elle (il) est un(e) de mes comptriotes et, précisons un peu plus, qu'elle (il) fait leur carrière dans une grande compagnie étrangère. L'on a une forte tendance chez nous à la (le) prendre pour une superstar, et ce que je n'aime pas, c'est ce culte presque aveugle. Il y a d'ailleurs un certain nombre de danseuses / danseurs qui font leurs activités au Japon et qui ont un très bon niveau. En payant 1,1000 yens (les tarifs que j'avais payé pour une place de catégorie D, une des places au 10e rang du deuxième balcon, ctdr., à peu près au paradis), on peut avoir une des bonnes places pour les spectacles, par exemple, du Nouveau Théâtre National de Tokyo, et on peut y passer une soirée agréable. Pourquoi alors dois-je aimer la danseuse / le danseur, qui ne m'a pas encore convaincue par sa prestation? (Je dis : pas encore. Mon jugement n'est jamais définitif.)
Ajoutons que je connais par ma propre expérience la difficulté à vivre dans un pays étranger. Dans ce sens, je respecte, bien entendu, non seulement les efforts de Kaneko, mais aussi ceux de tous qui font leurs activités professionnelles très très loin de leur patrie.
p.s. Je ne sais ce qui se passe à Londres. Du moins, à Paris, les spectateurs ont le droit de crier dans la salle de spectacle dans le but d'exprimer leur mécontentement pour le changement de distributions : Remboursez! Le tapage qui avait eu lieu à l'annonce du forfait de dernière minute de Domingo pour La traviata du dimanche 25 février 2018 m'avait beaucoup amusée (Je dis "l'annonce", car Domingo avait finalement chanté le rôle de Giorgio Germont.), car ce type d'événement n'arrive jamais au Japon. Dans la mesure où je connais, si jamais on fait la même chose aux spectacles organisés par le NBS, on ne tardera pas à nous mettre à la porte...


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
chien en peluche



Inscrit le: 29 Oct 2011
Messages: 1205

MessagePosté le: Ven Juin 21, 2019 3:09 pm    Sujet du message: Répondre en citant

La tournée du Royal Ballet au Japon a commencé par la première de Don Quichotte de ce soir. Mais malheureusement, encore une autre blessée : Claire Calbert a remplacé Laura Morera initialement prévue pour le rôle de Mercedes. Souhaitons que la blessure de Morera n'ait rien de grave Embarassed


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
chien en peluche



Inscrit le: 29 Oct 2011
Messages: 1205

MessagePosté le: Mar Juin 25, 2019 5:06 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Laura Morera n'a dansé ni samedi soir ni ce soir. Je doute qu'elle n'assume les rôles prévus pour le gala de ce week-end. Elle est distribuée dans le pas de deux tiré de Manon le samedi 29 et pour la matinée du dimanche 30 dans le rôle principal de Winter Dreams. J'attends sagement ce qui se passera en regardant la vidéo de ce ballet en un acte de MacMillan (Je prépare un peu avant d'aller aux spectacles Smile ).


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 137, 138, 139
Page 139 sur 139

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous pouvez voter dans les sondages de ce forum


Nous Contacter
Powered by phpBB © phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com