Dansomanie Index du Forum
Connexion S'enregistrer FAQ Liste des Membres Rechercher Dansomanie Index du Forum

La Dame aux camélias [ONP Garnier 04/12/2018-03/01/2019]
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 23946

MessagePosté le: Lun Déc 17, 2018 11:47 am    Sujet du message: Répondre en citant

On attend vos commentaires avec le plus grand intérêt alors, Delly Smile



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Lise



Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 151

MessagePosté le: Lun Déc 17, 2018 7:01 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Leonore Baulac indique sur Instagram qu'elle a dansé la Dame aux Camélias hier à la dernière minute. Ça devait être Laura Hecquet hier non ? J'espère qu'elle n'a pas eu de souci.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Kao



Inscrit le: 13 Juil 2017
Messages: 1

MessagePosté le: Lun Déc 17, 2018 7:17 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Apparemment c'est Florian Magnenet qui s'est blessé 😕. Pensant l'échauffement j'imagine car Mathieu Ganio et Leonore Baulac sont arrivé en catastrophe.
Ça n'a pas empêché la soirée d'être magnifique. Mais on reste un peu amer. Et on espère que Florian Magnenet va bien


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Delly



Inscrit le: 14 Juin 2016
Messages: 603

MessagePosté le: Lun Déc 17, 2018 9:32 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Mes impressions (le terme est particulièrement adapté), donc, de la soirée de ce vendredi 12, avec Hecquet/Magnenet et Pagliero/Louvet.

"J'évacue" tout d'abord le fait que la représentation n'a pas été parfaite, certes. Le corps de ballet a mis du temps à se caler, et le Bal masqué a été proche du raté, même pour la spectatrice très indulgente que je suis. Mais il est rentré dans l'ordre dès la fin du 1er acte, jusqu'au bal final parfaitement au point. Les personnages de Prudence, le Duc, Gaston Rieux et le compte de N, sans qu'on n'ait de gros reproches à leur faire, manquaient un peu de relief. Mais le coeur y était, ça papotait en scène pendant les scènes de "mondanités", et nous avons bien rigolé pendant la partie de campagne, entraînés d'ailleurs par un orchestre et surtout des pianistes qui ont fait honneur à la magnifique musique de Chopin : on était presque au concert, ce qui suffit à transmettre l'émotion.

Mais j'ai véritablement découvert un chef d'oeuvre de chorégraphie et d'art du mouvement expressif, qu'on oublie à trop regarder des extraits constitués des célèbres pas de deux sortis de leur contexte. Florian Magnenet et Laura Hecquet, sont tous deux très longilignes et savent mettre à profit leurs longs bras et jambes pour exprimer les émotions par le seul mouvement, c'est magnifique. Car je dois dire qu'il y a longtemps que je n'étais pas sortie aussi émue d'un ballet, dont je connais pourtant le scénario, et cela grâce au partenariat.
Laura Hecquet est une très belle Marguerite, à l'aise techniquement, faite pour ce style néo-classique. Totalement prise dans son personnage, sensible, grave et digne, charismatique. Florian Magnenet parvient à me toucher comme il l'avait fait avec Grémine, assez étonnamment, sans en faire des tonnes dans l'expression du visage ou l'amplitude des mouvements. Il réussit surtout à être un partenaire non seulement parfait dans le geste, mais surtout à donner du sens au geste de partenariat. Même d'un peu loin, on sent que chaque toucher, porté, appui, est complètement imprégné du personnage. Armand peut assez vite devenir un faire valoir, un support, voire être noyé sous la difficulté technique, ici ce n'est jamais le cas.

Et ce partenariat extrêmement équilibré donne toute la force à ce couple. Pas de "fusion" ici, mais une magnifique attention mutuelle, de petits gestes pour faciliter la vie du partenaire... Le plus beau moment fut pour moi la 1ere partie du pas de deux en blanc. Il a été celui où la difficulté des portés a été la plus visible. Et pourtant c'est grâce à cela que le lien du couple Armand Marguerite était sensible. D'abord la difficulté a été surmontée, et surtout les deux danseurs ont fait preuve d'une telle solidarité dans ce moment, le contact entre eux était si visible que l'amour des deux héros se ressentait plus que dans les suivants, plus fluides, plus faciles. Les deux danseurs ont terminé la soirée épuisés et émus, ce lien entre eux transparaissant aux saluts avec là aussi beaucoup de sensibilité.

Une marge de progrès pour les deux danseurs tient sans doute dans l'évolution psychologique des personnages. En effet, dès le premier acte Laura Hecquet campe une Marguerite souriante mais déjà chargée d'un destin dramatique. F. Magnenet ne se départit jamais d'une forme de gravité un peu égale, ça manque de contraste et le solo de la lettre devient un peu scolaire.

La soirée n'aurait pas été la même sans la présence de Ludmila Pagliero et Germain Louvet en couple "miroir" des héros. L'entrée en scène de L. Pagliero est un éblouissement qui ne s'arrête pas. Facilité technique qui donne toute la liberté à l'interprétation, présence incroyable... G. Louvet est un très beau des Grieux, ample. Dans le 1er acte, son des Grieux est un peu mécanique, exagéré. On dirait que ce des Grieux est très conscient de ne danser pour personne, les choses importantes se passant dans les loges. Belle évocation de la sociabilité du 19e siècle à Garnier !! Cette distanciation apporte une certaine légèreté à ce premier acte au théâtre.
Mais dès lors que le "ballet dans le ballet" devient le miroir puis l'annonce du destin tragique des héros, Louvet comme Pagliero changent littéralement de rôles et entament une montée en puissance parfaitement en phase avec ce qui se passe pour Marguerite et Armand. Dès lors, ces incursions qui pour moi étaient plutôt vides et longuettes apportent une réelle plus-value à l'oeuvre, proche du coup de génie : image de la fatum contre laquelle les héros ne peuvent rien, prémonition précise de l'épisode suivant, tout est plein de sens. Louvet et Pagliero dansent Marguerite et Armand plutôt que Manon mais c'est à chaque fois magnifique. Il y a une certaine similitude physique entre Germain Louvet et Florian Magnenet et cela a contribué à la puissance de ce croisement entre deux histoires. C'est sans doute parce que j'ai assisté à un quatuor que j'attribue la réussite émotionnelle de ma soirée.

J'imagine facilement l'ennui profond que doit générer cette oeuvre lorsque les interprètes ne sont pas à la hauteur, mais vendredi ce ne fut pas le cas. Le spectacle était aussi dans le public, car j'ai rarement vue autant de tenues de soirée et paillettes, l'esprit de Noel (pourtant absent sur scène....) soufflait. Un public du coup assez vivant et réactif, ce qui est bien agréable.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 23946

MessagePosté le: Mar Déc 18, 2018 8:06 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Naïs Dubosc remplace Bianca Scudamore en Olympie ce soir.



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
lopatkino



Inscrit le: 28 Mar 2015
Messages: 57

MessagePosté le: Mer Déc 19, 2018 2:04 pm    Sujet du message: Répondre en citant

site ONP : Hecquet maintenue le 21 décembre, avec Bullion en remplacement de Magnenet


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 23946

MessagePosté le: Jeu Déc 20, 2018 2:05 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci lopatkino Smile



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 23946

MessagePosté le: Jeu Déc 20, 2018 4:35 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Quelques mots sur la représentation du mercredi 19/12/2018, marquée par l'entrée en scène du couple Amandine Albission / Audric Bezard.

Amandine Albisson possède un physique qui évoque très bien une élégante française du 19ème siècle et incarne une Marguerite Gautier crédible sur le plan dramatique. Elle préserve le caractère de cocotte, de demi-mondaine de l'héroïne d'Alexandre Dumas fils. Comme toujours chez elle, le travail de pointes est soigné. En revanche, elle accorde moins d'attention aux ports de bras, et surtout, elle se refuse au moindre épanchement lyrique. Si cela n'est pas gênant dans l'acte I et la 1ère scène de l'acte II (la partie de campagne), où il lui faut faire montre d'un tempérament un peu frivole et primesautier, cela soulève plus de questions dans le tableau suivant (les pas de deux successifs avec Duval Père et Fils) et dans l'acte III. Si Laura Hecquet en faisait beaucoup dans le registre de la Mater dolorosa, Amandine Albisson est en revanche d'une stupéfiante retenue. Au moins ne pourra-t-on lui reprocher de sombrer dans le mauvais goût et la mièvrerie. Le juste équilibre est difficile à trouver, et, à l'Opéra du moins, Isabelle Ciaravola - et Delphine Moussin, mais qui n'a eu que peu de représentations - ne sont pas près d'être détrônées dans ce rôle emblématique du répertoire "néoclassique" que Brigitte Lefèvre a fait entrer à l'Opéra de Paris au cours des années 2000.

Audric Bezard est un partenaire bien assorti à Mme Albisson, et assez théâtral aussi. Les portés, comme souvent dans les chorégraphies de John Neumeier, sont assez "sportifs", et l'en d'entre eux, à la fin de la partie de campagne, a dû causer quelque frayeur à la Marguerite Gautier du jour... La chevelure d'Armand Duval n'est pas non plus sortie indemne de l'aventure, et le malheureux Audric Bezard a dû tenir une bonne partie du second acte avec une mèche rebelle, avant de pouvoir remettre les choses en ordre dans la coulisse.

Le couple Manon / Des Grieux évoluait dans un style très Louis XV, que Fabien Révillon et surtout Sae Eun Park restituaient plutôt bien. La danseuse coréenne a un jeu de jambe peut-être moins ciselé que celui d'Amandine Albisson, mais en revanche, elle se montre plus lyrique, plus prompte aux effusions et semble davantage chercher à consoler Marguerite qu'à la dominer, dans la fameuse scène d'affrontement.

En Gaston Rieux, Axel Ibot, de retour au sein de la compagnie national, était assez drôle, tandis qu'en Olympie, Charlotte Ranson n'a rien perdu de son charme.

Mais le héros de la soirée - en tout cas pour les balletomanes assidus - était tout de même Yann Saïz, qui abandonnait pour quelques heures ses fonctions de professeur à l'école de danse, pour remonter sur les planches dans le rôle de Duval Père. Cet excellent danseur, qui n'a pas eu tout à fait la carrière qu'il méritait, est aussi un très bon acteur, et a toujours possédé une large palette expressive.

Signalons aussi la bonne tenue de Yann Chailloux (le Duc) et d'Adrien Couvez (Le Comte de N).

Les scènes de bal de l'acte I mériteraient, elles, davantage de brio, mais une direction d'orchestre plus nerveuse contribuerait sans doute aussi à arranger les choses. L'orchestre, justement, s'est avéré médiocre à l'acte I, avec heureusement une troisième partie mieux réussie (il ne joue pas à l'acte II).

Ceux qui découvraient La Dame aux Camélias auront sans doute pris du plaisir à cette représentation. A ceux qui l'ont déjà vu dix ou vingt fois auparavant, il aura manqué ce petit frisson, cette magie indescriptible qui font les soirées d'exception.



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
dumbo



Inscrit le: 14 Avr 2006
Messages: 116

MessagePosté le: Mer Déc 26, 2018 9:45 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Brièvement quelques impressions sur la représentation du 23 décembre, la deuxième du couple Albisson/Bezard. Ils étaient sans doute plus à l'aise que pour leur première et techniquement tout m'a paru en place. J'ai été surprise de certains choix d'Amandine Albisson au premier acte, une brusquerie, manifestement volontaire, de certains de ses gestes. Ces à-coups presque violents, en particulier lorsque Marguerite réagit à l'histoire de Manon, cherchent certainement à incarner le tumulte de son âme face à cette prémonition de son sort, mais l'effet est encore trop appuyé. Audric Bezard à l'inverse m'a touchée dès sa première scène, malgré quelques effets de jeu un peu trop appuyés également. Les deux artistes affineront certainement au fil des représentations et des reprises.

Je suis insensible à la première partie de la partie de campagne, mais la représentation a pris toute son ampleur avec le pas de deux de Marguerite et d'Armand tout en passion heureuse et en fraîcheur. Les personnages ont pris vie et ne l'ont plus lâchée jusqu'à la fin. Très beau duo de Marguerite et de monsieur Duval, émotion de revoir Yann Saïz, si juste dans ce rôle.

À l'inverse de haydn j'ai trouvé qu'Amandine Albisson gagnait en lyrisme et en caractère au fur et à mesure de la représentation, mais il peut y avoir un monde entre une prise de rôle et les spectacles suivants. Il serait évidemment déloyal de la comparer à Isabelle Ciaravola (et je sais que ce n'était pas votre propos !), mais je pense qu'au fur et à mesure des reprises Amandine Albisson saura se créer sa propre Marguerite et qu'elle y sera de plus en plus intéressante.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Dimago



Inscrit le: 08 Juin 2013
Messages: 35

MessagePosté le: Mer Déc 26, 2018 10:23 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Débordé en ce temps de Noël et terrassé par un mauvais rhume Embarassed, je voulais poster sur la soirée du 19 décembre.
J'ai eu un moment d'hésitation en voyant le récent post d'Haydn. Wink
(Dommage que je n'ai pas pensé à vous faire signe.)

Et je me suis dit qu'il ne fallait pas que lire le Forum mais y participer. Cool

Je suis venu à l'Opéra Garnier avec des pieds de plomb car j'étais très déçu par la distribution... et je craignais de m'ennuyer en ayant lu les posts précédents.
Et ce fut au contraire une bien agréable surprise.

Je gardais en mémoire, la merveilleuse soirée du 3 juillet 2006 avec Clairemarie Osta et Mathieu Ganio...
Mais en fait ma mémoire était très sélective, et j'ai redécouvert ce ballet avec beaucoup d'intérêt. De nombreuses scènes s'étaient évanouies et j'étais libre pour accueillir d'une manière neuve.

Ma première surprise a été la qualité du jeu d'acteur d'Audric Bézard. Il a su jouer à pleine mesure sans en faire trop. J'ai beaucoup aimé l'intensité de sa présence à la fin de la pièce, sur le côté, tournant simplement quelques pages du livre qu'il tenait dans les mains.

Audric et Amandine ont réussi à me faire croire à leur histoire d'amour et parfois j'ai ressenti beaucoup d'émotion. Leur rencontre sur les Champs-Elysées était d'une intensité dramatique très forte.

Adrien Couvez, en amoureux transi qui cherche à s'imposer et qui n'apprécie pas de se voir damer le pion, était excellent et le Duc de Yann Chailloux avait cette froideur de celui à qui l'argent permet tout ou presque.

J'ai adoré le duo Fabien Révillon et Sae Eun Park, dans leurs ensembles comme dans leurs solos. Je ne me souvenais pas que Manon et Des Grieux étaient si souvent présents. J'ai beaucoup aimé notamment le "duo" Des Grieux /Armand Duval. Un très beau moment de poésie.

Le Gaston Rieux d'Axel Ibot était pétillant à souhait et gentiment coureur de jupons. L'Olympia de Charlotte Ranson lui donnait magnifiquement la réplique.

Oui, je me suis laissé émerveiller, emporter par ce ballet que j'ai redécouvert comme si je ne l'avais jamais vu en entier. Alors que je l'avais vue en 2006 et en 2013 avec Isabelle Ciaravola et Karl Paquette.

Une bien agréable soirée pour terminer 2018. Very Happy

Dimago


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
NEOPHYTE



Inscrit le: 25 Sep 2011
Messages: 925
Localisation: PARIS

MessagePosté le: Ven Déc 28, 2018 7:14 pm    Sujet du message: Répondre en citant

jeudi 27 décembre 2018

J'ai passé ma matinée ce jeudi-là à trouver une place,
Chopin et Stéphane Bullion à Garnier, je ne voulais pas rater ça!

Stéphane Bullion et Eleonora Abbagnato forment un couple très glamour, les pas-de-deux sont très charnels, ils incarnent parfaitement leurs personnages.

Cerise sur le gâteau de cette belle soirée : revoir danser Héloise Bourdon, elle était parfaite en Olympia, elle a les "jeux de pointes" d'Isabelle Ciaravola et un port de bras digne du Mariinsky, j'ai adoré.

Roxane Stojanov dansait Prudence Duvernoy et je lui ai trouvé la flamboyance d'une Ekaterina Kondaurova (et pas seulement à cause des cheveux...).

Manon Lescaut et le chevalier Des Grieux étaient dansés par Ludmilia Pagliero et Germain Louvet et c'était parfait.

J'ai trouvé cette distribution excellente, j'espère que pour le Lac on les retrouvera.... on peut rêver... et croire au Père Noël....


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
colette



Inscrit le: 02 Avr 2017
Messages: 23

MessagePosté le: Sam Jan 05, 2019 3:50 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Petit retour sur la Dame aux camélias, j'ai pu voir toutes les distributions sauf Laura Hecquet- Florian Magnenet.
J'aime beaucoup ce ballet et j'ai été très contente de cette série concernant les rôles principaux et la plupart des rôles secondaires, le corps de ballet était malheureusement plus à la peine.

Mathieu Ganio- Léonore Baulac.
Une très bonne idée de les avoir fait danser ensemble, il y a une belle complicité entre eux. Léonore Baulac a déjà su faire évoluer son personnage au fil du ballet et certainement au fil des représentations, j'ai vu une de leurs dernières, j'ai trouvé que son interprétation de Marguerite était personnelle et très juste. Elle apparaît comme une jeune fille insouciante au début, mais elle sait évoluer vers le drame. Le pas de deux blanc de l'acte 2 très fort, et dans ce même acte, la scène avec le père poignante.
Une très bonne surprise.

Audric Bezard - Amandine Albisson
Deux prises de rôles mais un très beau travail aussi.
L'Armand d'Audric Bezard est entier, contrairement à celui de Mathieu Ganio plus en nuances. Dans l'acte 3 il est le plus "méchant".
Amandine Albisson est une très belle Marguerite en particulier dans l'acte 1.
Cependant il y avait un peu moins de fluidité dans les portés peut être, ce qui empêchait un abandon total dans l'acte 2 notamment.

Stéphane Bullion - Laura Hecquet
Stéphane Bullion a joué au Superman en remplaçant Florian Magnenet, ils ont dû très peu répéter avec Laura Hecquet.
Cela s'est vu dans certains portés, ce qui permet de voir toute la difficulté de ces pas de deux. Cependant au fur et à mesure du ballet, cela semblait de plus en plus facile entre eux. Si l'acte 1 était compliqué l'acte 3 a été magnifique.
Laura Hecquet a moins de facilités que les autres pour jouer la courtisane au départ (mais cela peut aussi s'expliquer par le stress de la technique) en revanche elle a une vraie force dramatique, la scène avec le père d'Armand et l'acte 3 m'ont emportée.
Stéphane Bullion : un grand bravo, il a assuré sur ce nouveau partenariat.
Une très belle représentation, unique et à part.

Stéphane Bullion - Eleonora Abbagnato
Je ne peux utiliser que des superlatifs les concernant.
Un superbe partenariat, tout est fluide, même les portés les plus difficiles.
Cette entente et cette maîtrise technique permettent une interprétation inégalée sur cette série voire inégalable pour moi.
Eleonora Abbagnato est une merveilleuse interprète, dans les trois actes. Elle est tour à tour la courtisane brillant en société mais rongée et inquiète déjà par sa maladie, puis totalement amoureuse et s'abandonnant à Armand. Puis désespérée et raisonnable face au père d'Armand. Et souffrant de sa maladie et du comportement d'Armand ensuite après un black pas de deux qui est le plus émouvant de tout ce que j'eu l'occasion de voir.
Stéphane Bullion a tout aussi : la nuance, la force, une belle danse, chaque mouvement exprime une émotion, une intention.
Je ne crois pas qu'une captation ait été réalisée et c'est bien dommage.

Concernant les rôles secondaire, Ludmila Pagliero et Sae Eun Park ont fait de très belles Manon différentes.
Sae Eun Park une Manon plus dans le songe et Ludmila pagliero plus terrienne et maléfique.
Fabien Révillion très beau De Grieux, partenaire de Sae eun Park, idem pour Germain Louvet.

Les trois Comte de N très bons et différents aussi et tous touchants. J'ai beaucoup aimé celui d'Adrien Bodet.

Gaston : Axel Ibot et Antonio Conforti ont semblé très investis et s'amuser dans ce rôle.
Prudence : Sabrina Mallem, Séverine Westermann superbes et très affirmées dans ce rôle, Roxane Stojanov très bien aussi.
Olympia : Nais Duboscq, Charlotte Ranson, très très pestes, interprétation excellente. Héloise Bourdon et Bianca Scudamore un peu moins pestes, mais quelles belles danseuses.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
chien en peluche



Inscrit le: 29 Oct 2011
Messages: 1145

MessagePosté le: Sam Jan 05, 2019 5:08 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci beaucoup, colette, pour ce compte-rendu.
J'aurais aimé voir Audric Bezard en Armand, ce danseur dont Lenski en 2009 m'avait impressionnée---certes, il n'avais pas eu l'aisance technique de Heymann, mais son interprétation du personnage avait été très intéressante.---, puis Marguerite de Laura Hecquet, Manon / Des Grieux du couple Pagliero / Louvet, enfin, Gaston Rieux d'Axel Ibot.
Je vous envie, vous (au pluriel) qui habitez à Paris, et qui pouvez choisir les distributions Smile


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Edouard



Inscrit le: 22 Fév 2012
Messages: 26
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim Jan 06, 2019 8:29 am    Sujet du message: Dame aux Camélias Répondre en citant

J’ai revu ce ballet (dix fois au moins) avec un immense plaisir et je peux dire que j’étais transporté dans les cieux.
Tout d’abord la musique de Chopin et l’interprétation par les pianistes Emmanuel Strosser et surtout Fréderic Vaysse-Knitter valaient à elles seules le déplacement (pour moi en tout cas).
La chorégraphie de Neumeier est exceptionnelle.
Je dis que c’est l’un des plus beaux ballets du répertoire.
Beaucoup de mes amis que j’ai amené voir ce ballet, danseurs, maîtres de ballet et de grandes personnalités de la danse, m’ont aussi confirmé cela, que pour eux c’est un des plus beaux.
C’est un beau cadeau que l’Opéra de Paris m’a fait et je remercie tous ceux qui ont contribué à cela.
Je pense que je pourrais parler des heures sur ce ballet sur les interprètes, les décors, les costumes, les lumières, l’orchestre, le jeu des danseurs, etc, etc.
Ce ballet, c’est du Grand Art pour moi.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5
Page 5 sur 5

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous pouvez voter dans les sondages de ce forum


Nous Contacter
Powered by phpBB © phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com