menu - sommaire



entretiens
Balet Moskva, 30 ans de danse contemporaine en Russie

09 octobre 2017 : Elena Tupyseva - Compagnie «Balet Moskva»

Si Moscou est généralement associée au Bolchoï, véritable temple du ballet classique, au même titre ou presque que le Mariinsky de Saint-Pétersbourg, la capitale russe est généralement moins connue des balletomanes étrangers pour ses spectacles de danse contemporaine. L'activité créatrice y est pourtant foisonnante, et notre correspondante Katya Anapolskaya nous fait découvir l'une des troupes moscovites les plus actives, «Balet Moskva», en allant à la rencontre de sa directrice, Elena Tupyseva.


Elena Tupyseva


Si vous posez la question aux amateurs de  danse: «A quel théâtre associez-vous les mots danse et Moscou», la première réponse sera sans doute «le Bolchoï». Après, les spécialistes peuvent vous répondre aussi : «le Théâtre Stanislavski», surtout depuis que l'étoile de l'Opéra de Paris, Laurent Hilaire, y est devenu directeur de la troupe de ballet. D’autres encore, qui connaissent bien le sujet, peuvent vous répondre qu’il existe aussi le Ballet du Kremlin. Mais en 2019, c’est un autre théâtre de Moscou qui va fêter son trentième anniversaire, le Théâtre Ballet de Moscou, à notre avis trop peu connu, y compris au sein du public moscovite.

La raison en est sans doute que le répertoire de ce théâtre a été longtemps celui de toutes les petites compagnies orientées vers la danse classique : Le Lac des cygnes, Giselle, Don Quichotte, etc..., ce qui le mettait d’office dans l’ombre des illustres théâtres et ne lui permettait en aucune façon de leur faire concurrence. Mis à part pour le simple spectateur, pour qui acheter un billet au Bolchoï était une chose inaccessible et pour qui un spectacle donné par la troupe classique du Ballet de Moscou était la seule possibilité de voir des danseuses en tutu blanc et d' écouter la musique de Tchaïkovski (souvent avec beaucoup de coupures).

Balet Moskva
Frozen Laugh

En 2012, un nouveau responsable a été nommé pour exercer les fonctions de directeur général et directeur artistique de cette compagnie moscovite, Elena Tupyseva. Depuis, la situation a changé du tout au tout.

«Il était clair que notre théâtre ne pouvait plus continuer comme avant. Alors qu’existent des théâtres comme le Bolchoï et le Stanislavski, il n’y avait aucune nécessité de danser le même répertoire et de s’en tenir à la tradition classique, d’autant plus que dans notre théâtre, nous n’avons pas de tradition de répertoire, nous sommes un théâtre trop jeune pour avoir un héritage à préserver. Aujourd’hui, notre théâtre se compose de deux petites compagnies : une compagnie classique qui danse le répertoire contemporain néoclassique, et une compagnie de danse contemporaine. L’existence même d’un tel théâtre est intéressante, cela nous  permet d’avoir un répertoire varié et d’éduquer de nouveaux spectateurs. Nous pouvons déjà dire que nous avons notre propre public, nos admirateurs», explique Elena Tupyseva.

Balet Moskva
Architecture of sound

«Pour améliorer rapidement le niveau de la troupe, j’ai dû la renouveler. Cela a été difficile, mais cela était indispensable. J'ai invité quelques chorégraphes russes et étrangers pour organiser un concours et garder dans la troupe ceux qui étaient en mesure de continuer à travailler avec nous. Le résultat a été que le nombre de danseurs de la troupe a été réduit et la qualité a augmenté. La troupe a intégré par ailleurs quelques étrangers et aujourd’hui dansent chez nous un Australien, un Néerlandais, une  Israélienne et un Suédois».

«Cherchant à faire évoluer notre troupe de ballet classique et à constituer un nouveau répertoire, j’ai décidé d’étudier ce qui se faisait dans le monde du ballet en Europe et aux Etats-Unis. La situation dans la danse contemporaine m’était familière, dans la mesure où je dirigeais depuis 2000 le Centre de chorégraphie contemporaine à Moscou, dont le fondateur a été le chorégraphe et metteur en scène Sacha Pepeliyev. Je connais bien de nombreux chorégraphes contemporains, en Europe et aux Etats-Unis, je suis amie avec plusieurs d’entre eux et je suis au courant de ce qui se passe dans ce milieu.

Balet Moskva
Café Idiot

Mais je n’avais pas cette connaissance concernant le ballet classique. J’ai dû alors pendant un bon moment étudier très sérieusement les conditions dans lesquelles évoluait le ballet classique de notre époque. J'ai été voir la troupe du ballet de San Francisco, l’ABT à New York, le ballet de l'Opéra de Zurich, celui de Dresde et beaucoup d’autres, ce qui m’a permis finalement de définir une ligne directrice pour le développement de notre compagnie classique. J’ai fait connaissance avec le directeur du Het Nationale Ballet à Amsterdam et j’ai passé quelques jours dans cette troupe à étudier leurs méthodes de travail et leur répertoire. C’est là que j’ai rencontré un jeune chorégraphe canadien, Robert Binet, qui est l’auteur de notre dernier spectacle. Je n’ai pas peur de faire des erreurs dans le choix de tel ou tel chorégraphe, j’estime avoir le droit de faire des erreurs. Chaque expérience est une nouvelle étape dans notre évolution. Inviter pour une mise en scène un chorégraphe jeune mais qui a déjà fait ses preuves, c’est intéressant pour lui et pour nous.

Balet Moskva
Duimovochka (La Petite Poucette, d'après Tommelise de Hans Christian Andersen)

C’est comme un laboratoire créatif dans lequel s’affine l’art du chorégraphe. Et pour la troupe, c’est la possibilité de découvrir et d’essayer un nouveau langage chorégraphique. Pour élever le niveau technique de la troupe, nous invitons en permanence des professeurs d’Europe et des Etats-Unis, nous collaborons avec des maîtres du ballet de l'école de Dresde (Palucca-Schule) et nous travaillons bien sûr avec des danseurs et chorégraphes russes. Nos répétiteurs, professeurs et chorégraphes sont  Artyom Ignatiev et Anastasia Kadruleva, anciens danseurs du Ballet Eifman de Saint-Pétersbourg. Comme il se doit, tout ce travail a déjà porté ses fruits : deux ans d’affilée, nous avons eté récompensés par un «Masque d’or» [la principale distinction russe pour les spectacles de théâtre, ndlr] à Moscou. Par exemple, le spectacle Café Idiot (Masque d'or en 2016) a eu un grand succès : ce travail de Sacha Pepelyaev d’après le roman de Dostoïevski est très demandé par divers festivals de théâtre et  de danse contemporaine. Cette année, nous avons été invités par le chorégraphe Viatcheslav Samodourov à Ekaterinbourg pour présenter  un autre  spectacle, Every Direction is North,  de Karine Ponties (Masque d'or en 2017). Espérons que nous allons continuer comme cela. Еt vous trouverez ci-dessous une liste des quelques spectacles à notre répertoire, à mon avis les plus réussis, qui donne une idée des chorégraphes avec lesquels nous travaillons actuellement
».

Balet Moskva
Equus

        Répertoire des danseurs de la compagnie ayant une formation classique / néoclassique :

        -    Kreutzer Sonata / La Sonate à Kreutzer, Rober Binet (Canada)
        -    Minos, Juanjo Arques (Pays-Bas)
        -    Equus, Artyom Ignatiev, Anastasia Kadruleva (Russie)
        -    Médée, Kirill Simonov (Russie)
        -    Architecture of sound, Kirill Radev, Konstantin Semenov
(Russie)

        Répertoire des danseurs de la compagnie ayant une formation strictement contemporaine :

        -    Café Idiot, Sasha Pepelyaev (Estonie / Russie)
        -    Every Direction is North, Karine Ponties (Belgique)
        -    Frozen Laugh, Chris Haring (Autriche)
        -    Holding the Time, Rachid Ouramdane (France)
        -    Le Sacre du Printemps, Régis Obadia (France)

        En savoir plus : http://baletmoskva.ru/




Propos recueillis et traduits du russe par Katia Anapolskaya


 Balet Moskva
La Sonate à Kreutzer

Le contenu des articles publiés sur www.dansomanie.net et www.forum-dansomanie.net est la propriété exclusive de Dansomanie et de ses rédacteurs respectifs.Toute reproduction intégrale ou partielle non autrorisée par Dansomanie ou ne relevant pas des exceptions prévues par la loi (droit de citation notamment dans le cadre de revues de presse, copie à usage privé), par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. 




© 2017, Dansomanie


http://www.forum-dansomanie.net
haut de page