Dansomanie Index du Forum
Connexion S'enregistrer FAQ Liste des Membres Rechercher Dansomanie Index du Forum

Soirée Mats Ek [ONP Garnier 22/06 - 14/07/2019]
Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Lauriston



Inscrit le: 13 Déc 2017
Messages: 6

MessagePosté le: Mer Juin 26, 2019 10:10 am    Sujet du message: Répondre en citant

Un spectacle qui plaira à ceux qui préfère Buster Keaton à Fred Astaire. C’était ma première rencontre avec l’œuvre de Mats Ek et j’en retiens que son truc (car ça semble être un chorégraphe « à trucs » - gimmicks galore, comme diraient les anglophones) c’est d’esquiver une ligne harmonieuse avant de prendre un malin plaisir à la briser devant nos yeux. Les bras semblent être son arme de préférence pour contrer la séduction du lisse et nous basculer dans un univers où l’angle droit triomphe sur l’arc. C’est une géométrie qui visiblement plaît à certains (à beaucoup, même, vu le tonnerre d’applaudissements à la fin du Boléro), peut-être à cause de l’accueil qu’elle offre au gauche et au laid, mais une soirée entière de ça a fini par me lasser. L’approche chorégraphique a tendance à transformer les danseurs en pantins ou marionnettes, bannissant la subtilité dans l’incarnation des personnages. Encore une fois, c’est un choix qui peut se comprendre (ça a fait le bonheur de Brecht et de l’agitprop) mais en conséquence on ne fait rien d’une partie important du talent des étoiles de la compagnie.
Des trois morceaux, Another Place me semblait le plus prenant, grâce à la complicité entre Aurélie Dupont et Stéphane Bullion, qui ont su rendre plus fluide le burlesque d’Ek. Carmen a des moments puissants (je m’en souviendrai de Carmen subitement clouée au mur par son amant), et ne manque pas de sang chaud (comme il faut), et je ne suis pas surpris qu’il reste à l’affiche 27 ans après sa création. Je doute que Boléro, nouvelle création, vivra aussi longtemps. L’éternel crescendo de Ravel n’y trouve d’écho que dans le remplissage progressif d’une baignoire, mais la façon dont elle est utilisé à la fin de la pièce fait autant d’effet qu’un pétard mouillé.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gimi



Inscrit le: 09 Mar 2014
Messages: 616

MessagePosté le: Mer Juin 26, 2019 4:01 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Gimi a écrit:
L’Opéra de Paris a rectifié ce 25 juin quelques distributions de Carmen et d’Another Place :
• pour Carmen, […]la distribution du 5 juillet a disparu et le 14 juillet, il n’y a plus de titulaire pour le rôle titre 😡
    La distribution du 5 juillet a été rétablie, mais toujours plus de Carmencita Le 14 juillet. Par contre, pour le même prix, maintenant 2 interprètes du rôle titre le 8 juillet Very Happy .


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
céline



Inscrit le: 21 Oct 2016
Messages: 344
Localisation: province

MessagePosté le: Jeu Juin 27, 2019 3:36 am    Sujet du message: Soirée Mats Ek Répondre en citant

On peut passer à côté de ce chorégraphe pourtant passionnant à mon sens pour les raisons citées par Lauriston. Une bonne "porte d'entrée" si l'on veut bien supporter A.Part, est la pièce écrite pour une diffusion télévisée "Smoke" avec Niklas Ek justement et Sylvie Guillem qui apporte une douceur et une sensualité sans affadir ce vocabulaire. Chez Ek la trivialité est une pudeur, je suis heureuse de ne pas être restée sur ma première impression. Ses ballets au répertoire de Paris sont bien choisis. "Carmen" est un rôle parfait pour E. Abbagnato potentiellement, Sylvie Guillem ne l'a pas marqué à mon avis alors qu'elle possédait tout pour. Si Ekman est pour moi un chorégraphe à gimmicks, Ek ne joue pas dans la même catégorie.On n'aime ou pas, c'est raté ou réussi, mais il a créé une oeuvre, sans casser le corps des danseurs et des danseuses et mérite une seconde impression. Merci pour "Giselle" et "La Maison de Bernarda", "Appartement" c'est mieux que "Play" quand même.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gimi



Inscrit le: 09 Mar 2014
Messages: 616

MessagePosté le: Mar Juil 02, 2019 2:33 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Gimi a écrit:
La distribution du 5 juillet a été rétablie...
    Pour la soirée de ce 2 juillet, Alessio CARBONE cède à nouveau sa place à Stéphane BULLION dans Another Place.




Dernière édition par Gimi le Jeu Juil 04, 2019 2:23 pm; édité 4 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Alexis29



Inscrit le: 22 Avr 2014
Messages: 749

MessagePosté le: Mar Juil 02, 2019 2:37 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Impossible de prendre des places pour ce spectacle, ni aucun autre spectacle, depuis hier sur le site de l'Opéra.

Pas possible non plus d'acheter des places par téléphone, grosse panne...


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24254

MessagePosté le: Mar Juil 02, 2019 3:09 pm    Sujet du message: Répondre en citant








Bizarrement il n'y a pas trop de récriminations sur le compte twitter de l'opéra. Mais ça n'a pas l'air d'être circonscrit au système de paiement, les gens ne peuvent pas non plus accéder à leur espace client pour imprimer les billets déjà achetés. Pas rassurant.



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Alexis29



Inscrit le: 22 Avr 2014
Messages: 749

MessagePosté le: Mar Juil 02, 2019 3:23 pm    Sujet du message: Répondre en citant

En revanche la personne que j'ai eu au téléphone m'a dit qu'ils étaient en mesure de prendre des réservations pour ce soir.

Apparemment, et toujours d'après cette personne, ils ne seraient pas les seuls touchés par le problème sur Paris.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24254

MessagePosté le: Mar Juil 02, 2019 4:35 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Cela signifierait dans ce cas un problème chez le prestataire, mais dans ce cas, logiquement, on devrait tout de même pouvoir accéder à l'espace client.



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Alexis29



Inscrit le: 22 Avr 2014
Messages: 749

MessagePosté le: Mar Juil 02, 2019 10:22 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Toujours rien... Une trentaine d'heures de panne.

Y-a-t'il déjà eu un précédent aussi long ?


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24254

MessagePosté le: Mar Juil 02, 2019 10:59 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Dans les tout débuts du site de l'ONP, à l'époque de Hugues Gall.

Là je pense qu'ils ont bloqué l'accès aux espaces personnels par mesure de sécurité. Mais ça doit être sérieux, car avec un site HS la perte de recettes de billetterie est sans doute significative.



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24254

MessagePosté le: Mer Juil 03, 2019 11:48 am    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai recopié les messages relatif à cette panne présumée dans le fil de discussion approprié. Merci de l'utiliser pour tout ce qui concerne les problèmes de billetterie.

Opéra de Paris (et ailleurs...) / Réservations, placement...

http://www.forum-dansomanie.net/forum/viewtopic.php?t=5004&start=1170



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gimi



Inscrit le: 09 Mar 2014
Messages: 616

MessagePosté le: Jeu Juil 04, 2019 2:14 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Gimi a écrit:
Pour la soirée de ce 2 juillet, Alessio CARBONE cède à nouveau sa place à Stéphane BULLION dans Another Place.
    Dito pour la soirée du 4 juillet (à ce jour, Alessio CARBONE n’a assuré aucune représentation, mais reste programmé pour les 11 et 12 juillet).


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Idamante



Inscrit le: 29 Nov 2015
Messages: 60

MessagePosté le: Ven Juil 05, 2019 10:50 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Mardi 2 juillet 2019 - Du bonheur . Et ce, dans les trois Entrées : Carmen / Another place / Boléro ( Dit-on toujours Entrées au XXI° comme on le faisait au XVII° siècle ? Très peu pour moi, le terme de Triple Bill …)

Un bémol pourtant : Rentrer dans le personnage incarné par A Albisson . Il manquait une âme à cette vision de Carmen, séductrice impénitente et brutale . Le largage expéditif , avec vociférations, de l' amant bohémien, à la première apparition demande une incarnation forte - Le jeu de Carmen se lit dans la musique .Or les subtilités des rythmes de Bizet - même modifiés Chédrine - sont absentes , la Habanera, rythmes à 2 et 3 temps qui se superposent, est ici dansée platement, sans relief ni amusement narquois …

Mais mettons un bémol à mon bémol: je ne peux me détacher de la noblesse , la subtilité et la profondeur de l’ héroïne de notre Opéra comique national , qualités requises par la musique de George Bizet, ce qui, je le confesse n’a pas grand chose à voir avec les Carmen « internationales » et /ou l’exotisme et les tourments de l’( intéressante ) orchestration russe - même lorsqu’on lui adjoint la musique élégante et mystérieuse de l’Arlésienne …

Alors acceptons tel quel le ballet monté par Mats Ek , au décor sobre noir et blanc ( éventail ouvert ou peigne de mantille ) sur lequel se projettent des costumes rutilants, aux couleurs violentes et irisées, à la limite de la vulgarité, tout en respectant les « codes couleurs » : Carmen sera rouge, les cigarières à volants andalous lamé bleu/vert ; les gardes en taupe ( sic) et Escamillo en … Habit de lumière d’un or aveuglant.

Tout le ballet tient aux relations de personnage à personnage, aux rapports de couple . Et là, la danseuse se retrouve avec des partenaires d’exception . Il faut les citer tous . Le Don José complexe, amoureux et torturé de F Magnenet, honteux de cet amour qui cependant le nourrit - jamais caricatural . « M » ( Micaela) la petite souris , toute menue, toute gracile jouée par Muriel Zuppereguy avec toute la force intérieure du personnage , Aucun PDD entre eux mais le toucher, la caresse, la protection avec toute la tendresse et la subtilité requises . Remarquable interprétation. Des seconds rôles superlatifs - Trois pas à danser mais l’amie de Carmen, maîtresse du Capitaine des gardes, attire le regard . Vérification à l’entracte , c’est Hanna O ‘ Neill , merveilleuse de présence scénique . Et finir par celui pour lequel les mots manquent , l’Escamillo de Hugo Marchand , en lamé doré de la tête au pied, sexy sans vulgarité - si ! , présence magnétique, personnage ( ET danseur) qui n’est pas dupe de la fascination exercée sur les autres . Variation éblouissante . Qui joue avec sa Carmen, pauvre chose entre ses mains, subjuguée, fascinée par l’homme comme comme nous, Public, pouvons l’être par le danseur … Ovations.

Ajoutons la remarquable utilisation de la musique par le chorégraphe, la richesse et variété du langage chorégraphique . C’est cru , c’est violent mais il y a toujours un second degré, un humour décapant - qui n’est pas souligné à la truelle. La manière dont Mats Ek intègre des figures de danse contemporaine et des figures de danse classique convient parfaitement aux danseurs de l’Opéra de Paris. On peut imaginer la différence entre le ballet suédois original de 1992 et cette version là, mais cette hybridation prend greffe, au point que les mouvements de bras signalés auparavant, me semblent de petits points d’orgue ironiques et goûteux, des jeux de mains qui évitent de se prendre au sérieux et la grandiloquence des moments dramatiques.

PS: Pour ceux qui sont loin, un tout petit aperçu du ballet , vidéo base définition , hélas http://video.lefigaro.fr/figaro/video/l-opera-garnier-s-envole-avec-mats-ek/6054015898001/

Suite au post suivant … Demain .


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24254

MessagePosté le: Ven Juil 05, 2019 11:56 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci Idamante Smile


Il faut que je prenne mon courage à deux mains et que j'écrive enfin aussi ma bafouille sur ce spectacle. Je découvrais ce soir la seconde distribution, et, contrairement à ce que j'attendais, eh bien, j'ai largement préféré Aurélie Dupont à Ludmila Pagliero dans Another place.

Du temps où elle trustait encore tous les rôles principaux dans les grands ballets du répertoire, j'avoue que je n'étais pas l'un de ses fans inconditionnels, loin de là.

Dans Another place, elle a essuyé un certain nombre de critiques parce qu'elle avait décidé de remonter sur scène, alors qu'elle occupe le poste de Directrice de la danse, et qui plus est dans une création signée d'un des chorégraphes majeurs de notre époque.

Suite à divers désistements, blessures etc..., Aurélie Dupont et Ludmila Pagliero se sont retrouvées avec le même partenaire, Stéphane Bullion, ce qui facilite les comparaisons.

Avec Aurélie Dupont, Another place s'inscrivait dans la lignée d'Appartement : esprit déjanté, un peu leste pour ne pas dire grivois - malgré les costumes tristounets, on a toujours l'impression que Mats Ek fait les fonds de panier chez Emmaüs - avec de l'humour et du punch. Tout cela était présent le soir de la Première, avec une vraie complicité entre les partenaires, qui jouaient l'un avec l'autre, se provoquaient, s'asticotaient. Par ailleurs, Aurélie Dupont s'était très bien appropriée la gestuelle si caractéristique d'Ana Laguna - les deux artistes ont pourtant un physique très différent - au point que chaque mouvement semblait avoir été tracé pour la muse et compagne de Mats Ek.

Ludmila Pagliero, elle, nous entraînait dans l'univers austère, noir, de La Maison de Bernarda. On avait peine à croire qu'il s'agissait de la même œuvre. L'étoile argentine est très retenue, presque prude, et la partie de jambes en l'air sur la table de la cuisine semble davantage tourner au viol qu'au jeu entre amants. J'en suis resté assez interloqué. On est face à deux interprétations si radicalement opposées qu'on a peine à savoir ce que Mats Ek désirait réellement. Si je n'ai pas les moyens de sonder l'âme du suédois, pour deviner de quel côté elle penche vraiment, en revanche, en tant que spectateur, mon choix est fait, et pour une fois sans hésitation.



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/


Dernière édition par haydn le Sam Juil 06, 2019 10:54 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 18606

MessagePosté le: Sam Juil 06, 2019 11:11 am    Sujet du message: Répondre en citant

 l'instar de Kylian et Forsythe - les deux autres membres de la Sainte Trinité -, Mats Ek fait un peu figure, aujourd'hui, de bouée à laquelle on s'accroche frénétiquement de peur d'être noyé dans le grand flot insipide d'une époque qui peine à trouver des maîtres. Il faut bien avouer néanmoins que cela fait plaisir de voir, dans cette morne saison parisienne, une soirée chorégraphique - vraiment chorégraphiée - un tant soit peu nourrissante. Deux créations, alors même que le maître suédois avait annoncé renoncer à toute activité il y a peu, venaient en outre aiguiser la curiosité.

Carmen, sur la partition de Bizet revisitée par Rodion Chédrine pour la Carmen Suite d'Alberto Alonso, demeure, et de loin, la pièce la plus inventive de la soirée. Mats Ek ne nous propose pas une relecture radicale du mythe et son approche en est même plutôt littérale, jouant jusqu'à l'outrance avec les stéréotypes qu'elle véhicule, reflétés par la mise en scène et les costumes lamés. C'est plutôt par la forme, par le geste, inattendu, trivial, grotesque, sans pour autant sombrer dans la parodie ou le grand-guignol, que Mats Ek donne de la voix (au sens propre comme au sens figuré) à sa Carmen. Question interprétation, Abbagnato a de la gouaille, mais manque un peu de feu, comme son Don José (Simon Le Borgne), dont la plastique se prête pourtant bien au langage du maître. Très applaudie, Muriel Zusperreguy, dans le rôle de Micaëla, est particulièrement à l'aise avec le style du chorégraphe et parvient à nous toucher.

Another Place, dans la veine conjugale de Mats Ek, rappelle évidemment d'autres duos, plus anciens, qui peignent les heurs et malheurs du couple au quotidien. On pense notamment à Place, qu'on avait pu voir il y a quelques années au Théâtre de la Ville avec Ana Laguna et Mikhail Barychnikov. On y retrouve par exemple la fameuse table, manipulée en tous sens, autour de laquelle se nouent et se dénouent les relations du couple. Mats Ek joue en outre avec l'espace unique du Palais Garnier - la fosse, les coulisses, le mur du lointain, le foyer - et il faut dire que cette trouée lumineuse, féerique, en fin de parcours, au coeur de la grisaille ordinaire, est un moment extraordinairement émouvant. La musique - la sonate en si de Lizst, magnifique de romantisme - produit ce même décalage grinçant, typiquement "matsekien". Pour le reste, trente-trois minutes sur ce thème, cela ressemble quelque peu à du délayage. Mats Ek décline son savoir-faire, ce vocabulaire de l'intimité qu'il connaît par cœur, mais pour que "ça" marche, il faut que l'interprétation soit au rendez-vous. Si Stéphane Bullion, seul, paraît complètement dans l'esprit du chorégraphe, le couple formé avec Ludmila Pagliero (qui devait danser avec Alessio Carbone, ceci pouvant expliquer cela...) est peu habité, dégage peu d'empathie, et semble marquer la chorégraphie plutôt que l'interpréter. Décevant donc.

Il paraît que certains ont crié au chef d’œuvre à propos de cette nouvelle version du Boléro. Vraiment? On peut certes remercier Mats Ek d'avoir proposé quelque chose de différent, sans comparaison possible avec la tradition - celle inaugurée par Nijinska et poursuivie, mutatis mutandis, par Béjart -, mais cela reste une pochade (de fin d'année), qui a ses moments amusants, et rien de plus si l'on veut vraiment être honnête.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante
Page 2 sur 3

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous pouvez voter dans les sondages de ce forum


Nous Contacter
Powered by phpBB © phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com