Dansomanie Index du Forum
Connexion S'enregistrer FAQ Liste des Membres Rechercher Dansomanie Index du Forum

And now for Nureyev himself
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Katharine Kanter



Inscrit le: 19 Jan 2004
Messages: 1165
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Juil 11, 2017 6:33 pm    Sujet du message: And now for Nureyev himself Répondre en citant

And now for Something completely Different.

The matter of Nureyev himself.

Might one suggest that the ballet world would do us all a favour, by forgetting, just forgetting, about Rudolf Nureyev?

Nureyev was a political football, and in a sense, nothing more than a victim of the Cold War.

He is still being used as a political football, and in a manner that he himself would NOT have appreciated.

One surmises that many of us have not quite grasped what the Cold War was about. Anyone heard of the Deep State?

Be that as it may, as a dancer, Nureyev was VASTLY over-rated. Not, perhaps, as vastly over-rated as Misty Copeland is today, but over-rated nonetheless.

He was also very much disliked ... with a few exceptions. Beryl Grey reports in her just-published autobiography that in a bad mood, he kicked a leading soloist and actually broke bones in her back. Charming, really.

Nureyev never had the level of knowledge or the self-control to wield the kind of power that was handed to him on a platter, and which he blithely mis-used.

Cyril Athanassof and Jean Guizérix, to name those two names, were far better dancers. Yuri Soloviev and Nikita Dologushin - not to speak of twenty or so other men in the USSR - were far superior. The Royal Theatre in Denmark at that time boasted of five or six male dancers who stood head and shoulders above Nureyev. As did America, with men like Royes Fernandez.

There is little positive to say about his various pieces of choreography, unmusical in the extreme, while within three to four years of leaving Russia and his teacher Pushkin, his technique fell apart.

His idea of technique was "force it until it pops". Grind the turn-out, turn the screws up on every articulation, use the 3/4 point instead of the 1/2 no matter it does in the Achilles tendon. It was all, all wrong.

Our world happens to be waiting neither for soft-porn on Matthilde Kchessinskaya, nor for (soft? hard?) porn on Nureyev.

Give us a break.

And men who want to learn how to dance, might wish to study the traces left on film of the Other Gentlemen mentioned above.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
frederic



Inscrit le: 23 Jan 2007
Messages: 976

MessagePosté le: Mar Juil 11, 2017 6:41 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Noureev's life is an novel by itself, enough to produce a lot of essays whatever you can think of him about him as a dancer or a choreographer. It doesn't make any sense to ask to forget about Noureev. It's too late and nobody care about what I could think or about what You could think about Noureev. He is part of history, period! It's not anymore about like or dislike. I could say that I don't like Mona Lisa or that Rachmaninov is overrated or that Sylvie Guillem was a disastrous ballerina. So what! Give us a break Miss Kanter and do not waste your time writing nonsense….


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 19682

MessagePosté le: Mar Juil 11, 2017 7:01 pm    Sujet du message: Répondre en citant

It's not because he belongs to ballet mythology that he cannot be discussed as a dancer and/or as a choreographer and/or as a political/social figure. On the contrary.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Oriane



Inscrit le: 07 Fév 2016
Messages: 83

MessagePosté le: Mar Juil 11, 2017 7:07 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je me demande si les vidéos lui rendent justice. C'est pourquoi je me suis toujours abstenue de le juger en tant qu'interprète. Étant née précisément l'année où il est mort, je n'ai aucune idée du charisme impressionnant qui était le sien d'après les dires de ses contemporains (les écrans ne constituent pas forcément les meilleurs témoins des prouesses d'un artiste).

En revanche, son rôle de passeur des traditions entre les pays et les générations ne doit pas être sous-estimé à mon avis, même si Noureev est loin d'en est la seule figure.

S'agissant de ses chorégraphies ... J'ai longtemps été habituée aux versions russes, si bien que le caractère tortueux des créations de Noureev m'échappait. Il m'échappe toujours, à quelques exceptions près (Roméo et Juliette), même si je commence à m'y faire ... Je dirais qu'il a imposé une certaine vision du monde, souvent grinçante, très rarement destinée aux enfants. Il a contribué à ancrer le ballet dans un univers "sérieux" où l'on ne plaisante pas avec les fantasmes. Pourquoi pas ...


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
frederic



Inscrit le: 23 Jan 2007
Messages: 976

MessagePosté le: Mar Juil 11, 2017 7:13 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Did I say that Sophia?? Katarine wants the world to "forget" about Noureev which doesn't make any sense. And you know perfectly that I am not a huge fan of him as a choreographer. And I am old but not that old to see him when he was a young dancer. I guess he was not that bad. But anyway, there is a mythology as you point out and that's why Noureev can be a topic for essays, books, novels, movies and even ballets. We could try to erase that as Miss Kanter suggests but good luck with that!
And therefore, Noureev as Baryshnikov are still hugely disliked in Russia because they defected.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Oriane



Inscrit le: 07 Fév 2016
Messages: 83

MessagePosté le: Mar Juil 11, 2017 7:33 pm    Sujet du message: Répondre en citant

I forgot to say that in your list of great dancers of the past who seem better than Rudi (at least on screens), Vladimir Vasiliev was not named. I think that he is much more revered in Russia than Noureev. Like a living legend.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Delly



Inscrit le: 14 Juin 2016
Messages: 603

MessagePosté le: Mar Juil 11, 2017 7:44 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Oriane a écrit:
Je me demande si les vidéos lui rendent justice. C'est pourquoi je me suis toujours abstenue de le juger en tant qu'interprète.

En revanche, son rôle de passeur des traditions entre les pays et les générations ne doit pas être sous-estimé
S'agissant de ses chorégraphies ... J'ai longtemps été habituée aux versions russes, si bien que le caractère tortueux des créations de Noureev m'échappait. Je dirais qu'il a imposé une certaine vision du monde, souvent grinçante, très rarement destinée aux enfants. Il a contribué à ancrer le ballet dans un univers "sérieux"...


Tant née un peu avant vous, et surtout fort loin de Paris, j'ai grandi dans le "mythe" Noureev perceptible uniquement au travers des ouvrages "classiques" de vulgarisation sur l'Opéra de Paris. Sans mouvement donc, mais comme un monument qui occupait beaucoup, beaucoup de place. Et la "génération Noureev" aussi, était ma référence unique (avec quelques noms de la génération Lifar).

C'est donc naturellement que je me suis glissée dans ses chorégraphies, sans en voir le caractère spécifique, dont les danseurs parlent. Et c'est ensuite, en dépit de toute chronologie, que j'ai découvert d'autres styles, ainsi d'ailleurs que son propre héritage russe, son rôle de "passeur". Comme beaucoup d'amateurs, je croyais qu'il avait intégralement créé ses ballets. Sad

Ses chorégraphies sont inégales, mais il a le sens du (grand) spectacle, et c'est vrai qu'il a contribué à ancrer le ballet dans un univers sérieux. Ce sont deux points sur lesquels je lui suis reconnaissante, parce que mes soirées "j'invite des collègues qui n'ont jamais vu de ballet" avec des ballets de Noureev, sont très réussies : le grand spectacle les emporte, la technique est visible, et le côté "sérieux" donne au ballet une profondeur qu'ils apprécient et qui les sort de certains clichés sur la danse. Je dois dire à mon grand regret que la soirée "Giselle" n'a pas eu autant de succès, par exemple. La Sylphide de Lacotte réussissant en revanche à séduire tout le monde, par le fond comme la forme.

Je vous accorde que ce n'est peut-être pas rendre justice à la danse elle-même, au style français... mais il faut bien commencer quelque part et Noureev est un bon début, qui joue son rôle. Pour ma part j'évolue vers d'autres styles mais chacun son rythme.

Ce n'est qu'assez récemment et en partie ici que j'ai mieux compris les détails de son histoire personnelle et les liens avec la danse... Le personnage et sa vie sont fascinants, sa "petite" histoire est liée à notre "grande" Histoire, politique et sociale, et cela rajoute bien sûr à l'intérêt pour le ballet.

Les vidéos ont en effet permis au monde moderne de le "voir en vrai". C'est parfois... étonnant, comme vous dites elles ne lui rendent pas toujours justice, encore que certaines... Les interviews notamment aident à imaginer ce qu'il pouvait être.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
CatherineS



Inscrit le: 09 Mai 2015
Messages: 948

MessagePosté le: Mar Juil 11, 2017 8:32 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai eu la chance de voir Noureev danser lors de l'entrée au répertoire de Raymonda à l'Opéra. Quand je suis sortie du spectacle, je n'avais pas vu un excellent danseur, mais j'avais vu quelque chose d'unique. Quand j'ai revu le spectacle lors de sa diffusion à la télévision, je me suis dit, mais "comment ai-je pu aimer ça ?" tellement c'était loin de ce que j'aime en danse, tête dans les épaules, sauts 'rase-bitume". Sur scène il avait donc un magnétisme exceptionnel. Je l'ai revu lors d'un de ses derniers Rothbart, il était tellement diminué techniquement qu'il était inutile de "tirer sur l'ambulance".

Mais Noureev, c'est un mythe, certes ce n'est pas un danseur excellent, mais il a ouvert l'Ouest à ses congénères, il est celui qui a osé passé à l'Ouest. Il avait un caractère exécrable, c'est évident. Il y a naturellement de bien meilleurs danseurs que lui y compris à son époque, et j'ai du mal à comprendre comment on peut encore le considérer comme un "Dieu" quand on voit les vidéos actuelles.

Maintenant il avait une vista exceptionnelle pour dénicher les talents, il a quand même permis à l'Opéra de devenir le grand Opéra qu'il a été. Ce n'est pas pour rien que les étoiles "Noureev" sont inoubliables.

Noureev n'est certes pas le danseur exceptionnel et les vidéos sont cruelles pour lui, mais c'était une personnalité unique avec un magnétisme exceptionnel et un sens du spectacle inné. On peut ne pas aimer ses ballets, mais ce sont des mises en scènes grandioses, travaillées, réfléchies sans doute trop parfois...

Je me souviens encore de Washington Square, pourtant c'était mauvais et Ives est un musicien que j'ai du mal à écouter, mais sa mise en scène était exceptionnelle, un sens du théâtre unique.

Comme Delly, tous les gens que j'ai envoyé voir des ballets siglés Noureev ont adoré, y compris Cendrillon. Ce sont des spectacles grandioses. Et je pense qu'il a effectivement ce rôle de passeur en France tout du moins des grands classiques académiques...
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
céline



Inscrit le: 21 Oct 2016
Messages: 380
Localisation: province

MessagePosté le: Mar Juil 11, 2017 8:57 pm    Sujet du message: nuriyev himself Répondre en citant

On ne peut pas rayer le travail effectué sur Raymonda, Le Lac ou Roméo et Juliette. On connait les variations créées, pour les danseurs mais je me suis toujours demandé d'où venaient les les transformations des variations féminines: par exemple dans la fameuse variation de Raymonda où la danseuse doit sans cesse décentrer son buste vers l'arrière sur pointes où le déhanchement de la variation du panier de la Bayadère. Des détails qui changent tout, d'où viennent-ils?


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
CatherineS



Inscrit le: 09 Mai 2015
Messages: 948

MessagePosté le: Mar Juil 11, 2017 9:03 pm    Sujet du message: Répondre en citant

https://www.youtube.com/watch?v=r5SiEHC2z8Y

https://www.youtube.com/watch?v=9jGhC8LkNz4&list=RD9jGhC8LkNz4#t=0

https://www.youtube.com/watch?v=FEdDKxmpSzY

Je ne vois pas vraiment de différence dans le déhanchement du panier !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
céline



Inscrit le: 21 Oct 2016
Messages: 380
Localisation: province

MessagePosté le: Mar Juil 11, 2017 9:22 pm    Sujet du message: nuriyev himself Répondre en citant

Je connais bien sûr toute ses vidéos, en existe-t-il avant l'entrée au répertoire de la Bayadère à Paris ? Je n'en ai pas trouvé, ce déhanchement me semblait participer de l'internationalisation de la danse. La variation de Raymonda n'est référencée en français qu'avec Lopatkina et Zakharova et est dansée avec un je ne sais quoi de russe totalement absent chez Pontois ou Guillem par exemple.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 19682

MessagePosté le: Mar Juil 11, 2017 9:24 pm    Sujet du message: Répondre en citant

C'est bien de rappeler que l'Opéra de Paris existait avant Noureev, depuis fort longtemps d'ailleurs, avait un héritage chorégraphique, et qu'on y dansait même certains classiques russes, comme par exemple Le Lac des cygnes, dans la version de Bourmeister, que beaucoup continuent de considérer sinon comme la meilleure version du ballet, du moins comme une référence. Donc ce rôle de passeur me semble à relativiser, les générations antérieures à Noureev ont aussi dansé certains "grands classiques", même si pas Raymonda. En revanche, il a fait venir de grands chorégraphes et donné un cachet international au corps de ballet de l'Opéra, qui était alors peut-être un peu "provincial".

C'est bien aussi de rappeler que Noureev a créé la plupart de "ses" ballets dans d'autres compagnies avant de les recycler à Paris dans des scénographies plus fastueuses. La seule (me semble-t-il) production strictement parisienne est La Bayadère en trois actes, remontée du reste en grande partie grâce à Ninel Kurgapkina, car Noureev était déjà très malade, mais dont on préfère passer sous silence la contribution (et ce n'est pas un hasard si cette Bayadère est très proche de la version du Kirov).

Noureev s'est servi de l'Opéra de Paris en son temps, comme l'Opéra de Paris s'est servi de Noureev pour construire sa légende moderne ("la tradition à l'Opéra, c'est Rudolf"), partant remplir ses caisses. Il faudra bien en sortir un jour, tout au moins savoir trier le bon grain de l'ivraie.

Quant au danseur, il y a quelques vidéos des années soixante qui sont intéressantes, mais il est évident qu'il y avait de bien meilleurs danseurs que lui en son temps, au Kirov ou ailleurs, sans même parler de Barychnikov, de la génération suivante.




Dernière édition par sophia le Mar Juil 11, 2017 9:48 pm; édité 6 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24790

MessagePosté le: Mar Juil 11, 2017 9:24 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Le "caractère exécrable" de Noureev me le rendrait plutôt sympathique. Aujourd'hui, tout es lisse, ripoliné et on risque des procès au moindre pet de travers. Alors, quelqu'un qui disait les choses, tant mieux.

Je ne pense pas qu'il soit vraiment utile de se poser encore la question des mérites de Noureev. L'Histoire a tranché, même s'il y a certainement encore des passages de sa biographie qui restent à écrire, et des ouvrages à (ré)-évaluer. Je n'ai pas eu la chance de voir Noureev sur scène, et je dois donc me contenter des vidéos, il y en a de bonnes, et d'autres moins bonnes. Mais une vidéo ne rend que très rarement compte de l'atmosphère réelle d'un spectacle, et toutes les personnes qui ont pu le voir "en vrai", ou mieux encore, travailler avec lui, en gardent un souvenir très fort. Je vous renvoie à ce sujet à la toute première interview que j'ai faite pour Dansomanie, celle de Nathalie Aubin, il y a plus de treize ans déjà (vous me pardonnerez le style un peu naïf, dû à mon inexpérience) :

http://www.forum-dansomanie.net/pagesdanso/inter_nath.htm


De même, si vous êtes amateur de théâtre, et que vous regardez aujourd'hui les quelques témoignages filmés de Sarah Bernhardt qui subsistent encore, vous risquez d'éclater de rire, de trouver cela pompeux, grandiloquent. Et pourtant, la célèbre tragédienne faisait, de son vivant, entrer le public en transe, et était admirée même au sein des classes populaires, qui n'avaient d'ordinairement pas accès à une forme d'art essentiellement réservé à la bourgeoisie. Pareil en musique pour des personnalités telles Maria Callas ou Fedora Barbieri. Ce qu'elles dégageaient sur scène était sans doute bien plus fort que les témoignages discographiques qu'elles ont laissé.



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
céline



Inscrit le: 21 Oct 2016
Messages: 380
Localisation: province

MessagePosté le: Mar Juil 11, 2017 9:38 pm    Sujet du message: nuriyev himself Répondre en citant

Je suis d'accord, les gentlemen c'est bien dans la vie mais les bons sentiments et l'art...
Une pensée pour les répétiteurs et trices mal ou inconnus, je leur dédis mes interrogations Smile sans oublier les créateurs et créatrices de rôles.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
CatherineS



Inscrit le: 09 Mai 2015
Messages: 948

MessagePosté le: Mar Juil 11, 2017 9:42 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Il a fait quand même rentrer Raymonda au répertoire. Il n'y avait pas de grands classiques à l'Opéra à l'époque hormis le Lac, la Belle et Casse-Noisette. Don Quichotte est entré au répertoire l'année d'avant son arrivée à l'Opéra.

Il a revu ses chorégraphies pour l'Opéra certes, mais sans lui on garderait cette version poussiéreuse qu'est la version Bourmeister, notamment voir des cygnes sur demi-pointes, ce n'est plus possible aujourd'hui ! Le quatrième acte est une pure horreur, hormis la tempête, et la fin heureuse un non sens absolu !

J'aime les versions Noureev des classiques, et de toute façon, toutes les compagnies ont LEUR version des classiques qu'ils ne changent quasiment jamais ! Je ne vois pas pourquoi l'Opéra devrait faire table rase de ce passé qui lui a donné une grandeur qu'il a perdue depuis !

Comme je l'ai écrit, je garde un souvenir très fort du danseur sur scène, et pourtant... Je me souviens aussi de Bach suite où il se faisait huer par une partie du public alors que dans ce répertoire il était correct techniquement parlant ! C'était de grands moments de spectacle, un magnétisme unique. Et vouloir rayer Noureev de la carte des "grands" est une ineptie !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous pouvez voter dans les sondages de ce forum


Nous Contacter
Powered by phpBB © phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com