Dansomanie Index du Forum
Connexion S'enregistrer FAQ Liste des Membres Rechercher Dansomanie Index du Forum

Joyaux [ONP Garnier, 22/09-12/10/2017]
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 16753

MessagePosté le: Dim Sep 24, 2017 11:34 am    Sujet du message: Répondre en citant

Quelques impressions sur la représentation de Joyaux d'hier soir.

Cette production de Joyaux made in Opéra reste visuellement captivante - il n'est que d'entendre les réactions du public à l'ouverture de chaque tableau. Non que les costumes de Christian Lacroix soient plus réussis ou plus beaux que ceux, mythiques, de Karinska, mais l'ensemble est très lumineux, très pur, et sait jouer le jeu du clinquant sans sombrer dans la lourdeur. Grand plaisir aussi de voir, une fois n'est pas coutume, les trois tableaux enchaînés sans pause, pour cause de soirée d'adieux à rallonge.
Cette distribution de première - de même que le corps de ballet, aux alignements souvent aléatoires - m'a néanmoins laissé une impression mitigée. Émeraudes se veut un hommage à la France - plus qu'à l'école française de danse, qu'on peine du reste à deviner, sinon dans quelques réminiscences de La Sylphide - et à un certain imaginaire français, porté par la musique impressionniste de Fauré. Ce n'est pas en soi la partie la plus séduisante ni la plus facile d'approche pour le grand public, mais il faut bien dire que ni l'orchestre, languissant jusqu'au funèbre, ni les solistes du jour, malgré la familiarité évidente qu'ils entretiennent avec l’œuvre, n'ont vraiment réussi à me le rendre intéressant. Si Mathieu Ganio est impeccable de style et de présence en partenaire de Laetitia Pujol, le contraste entre les deux couples principaux et ceux, rayonnants de jeunesse et de panache, du pas de trois (Park, O'Neill, Raveau, dans la droite ligne de Ganio) est un peu cruel.
La déception est toutefois surtout venue de Rubis, dont on attend, à l'inverse peut-être d'Émeraudes, qu'il "dégage", voire qu'il "déménage". C'est peu de dire que l'ensemble manque de tranchant..., d'humour..., de féminité... et de jambes, que diable! Si l'on n'a pas ça, que reste-t-il? Certes, Alice Renavand peut apparaître a priori plus dans le ton du ballet, piquant, sexy et racoleur jusqu'à la caricature, mais sa technique, souvent approximative, manque par trop de brio et de panache. Idem pour Léonore Baulac, plus fille que femme, et qui, à ce stade, me semble être davantage destinée à la poésie aquatique d'Émeraudes. Dans un ballet censé mettre à l'honneur, une fois n'est pas coutume, le garçon autant que les filles (du moins à le traiter autrement que comme un simple cavalier de la ballerine), Paul Marque est finalement le plus enthousiasmant du trio. Certes, il est encore un peu "vert", un peu sérieux, un peu "derrière" sa partenaire, mais sa danse bondissante, sa technique sans faille, bien articulée, emportent tous les suffrages.
Diamants est, comme on sait, un hommage au ballet russe et, plus précisément, à cette école impériale de Saint-Pétersbourg dans laquelle avait été formé Balanchine, Faut-il pour autant attendre des solistes de l'Opéra qu'ils dansent comme des danseurs du Bolchoï ou du Mariinsky, avec ce lyrisme et cette "grandeur" qui leur sont caractéristiques? Ce serait évidemment absurde. Smirnova ou Lopatkina sont pour moi intouchables, comme le sont les corps de ballet de leurs compagnies respectives, mais ce n'est pas pour ça que l'Opéra de Paris ne peut pas trouver sa place, à sa manière, dans Diamants. J'ai pour ma part beaucoup aimé l'alliance de la glace et du feu version Albisson / Marchand, un partenariat cohérent et esthétiquement superbe - le seul moment qui m'a paru vraiment "étoilé" du tryptique. Les interprétations d'Amandine Albisson dans les grands ballets narratifs sont souvent critiquées et ce n'est pas une danseuse qui me touche ordinairement, mais je la trouve parfaitement dans son élément, musical et technique, dans Balanchine - dans ce Balanchine. Elle n'est pas "lyrique" en soi - Letestu, dans la lignée de laquelle elle s'inscrit évidemment, ne l'était pas plus -, mais il émane d'elle une autorité, une sérénité toute royale qui me semble tout à fait dans l'esprit de cette œuvre et qui s'accorde à merveille, ai-je trouvé, avec la personnalité d'Hugo Marchand, superbe à ses côtés, tant comme cavalier en quête d'idéal que comme virtuose solitaire.




Dernière édition par sophia le Dim Sep 24, 2017 12:33 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Delly



Inscrit le: 14 Juin 2016
Messages: 357

MessagePosté le: Dim Sep 24, 2017 12:12 pm    Sujet du message: Répondre en citant

L'intégralité des saluts d'adieux à Laetitia Pujol est là :

https://www.youtube.com/watch?v=7C9DYZJVQl4

Profitez-en avant que la censure ne frappe... (edit du 25 sept. : ca y est, Youtube a supprimé la vidéo).

C'est très émouvant, on sent qu'il y a des personnalités qui soudent cette compagnie, dans le temps et dans le collectif.

Et merci à chacun pour les compte-rendus.
J'ai trouvé les costumes splendides, particulièrement dans Diamants bien sûr. Les verts d'Emeraudes, qui m'insupportent sur la plupart des photos, a été une agréable surprise. "En vrai" sur scène, c'est beaucoup mieux, très beau rendu.




Dernière édition par Delly le Lun Sep 25, 2017 1:30 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 16753

MessagePosté le: Dim Sep 24, 2017 12:42 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Des adieux très émouvants (quoi qu'on pense de la danseuse), entre joie sincère et "je m'excuse d'être là", pour une anti-star, qui, loin de l'exercice solitaire et plus ou moins mis en scène de "l'adieu", a choisi de partager cette soirée avec l'ensemble de la compagnie et du corps de ballet. C'était a priori un peu bizarre de terminer sur le défilé, mais finalement, cela faisait pleinement sens. C'était aussi un moment rare, qui a permis de ressentir la force du collectif, au-delà de ce cérémonial annuel obligé qu'est le défilé. La programmation de celui-ci et l'effet "première" ont sans doute aidé, mais c'est aussi très rare de voir autant de personnalités réunies pour une étoile sur le départ.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
chien en peluche



Inscrit le: 29 Oct 2011
Messages: 998

MessagePosté le: Dim Sep 24, 2017 4:33 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci pour tous vos comptes-rendus et de belles photos ainsi que le lien : oui, des adieux très émouvants. Merci en tout cas...


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Ballerina



Inscrit le: 01 Juin 2016
Messages: 290

MessagePosté le: Dim Sep 24, 2017 10:10 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je trouve merveilleuse cette idée de terminer par le défilé c'est extrêmement émouvant.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 22653

MessagePosté le: Dim Sep 24, 2017 11:03 pm    Sujet du message: Répondre en citant

L'effet a été réussi mais ce n'est pas toujours possible, car si le défilé est en fin de programme, ça implique d'une part de garder tous les élèves de l'école de danse présents jusqu'à la fin du spectacle - et il existe encore, heureusement, des réglementations assez strictes concernant le travail des enfants - et d'autre part, les danseurs et les musiciens de l'orchestre, même s'ils n'interviennent que dans la Marche des Troyens, doivent aussi être là toute la soirée et payés en conséquence. Donc, cela ne peut être fait que de manière très exceptionnelle (et à condition qu'il n'y ait pas derrière une grosse production qui nécessite un effectif important et qui fasse exploser le budget consacré aux surnuméraires).



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
LucyOnTheMoon



Inscrit le: 18 Nov 2008
Messages: 878

MessagePosté le: Lun Sep 25, 2017 12:12 am    Sujet du message: Répondre en citant

haydn a écrit:
Les applaudissement ont été interminables, et se sont prolongés une bonne vingtaine de minutes après la fin "officielle" du spectacle. Ce fut d'autant plus touchant, qu'on sentait de la sincérité


J'ai chronométré 25 minutes Very Happy (et cela aurait sans doute continué si les techniciens n'avaient pas baissé le rideau, mais bon il était plus que temps pour les petits rats d'aller dormir!) Cela m'a fait un très grand plaisir pour cette danseuse discrète, dont j'ai toujours apprécié l'engagement et, oui, la sincérité en scène, que ce soit en émouvante Giselle ou en parfaite peste en soeur de Cendrillon Wink D'aucuns trouvaient qu'elle "surjouait", pour moi cela était simplement la traduction de l'intensité des émotions qu'elle voulait transmettre. A choisir je préfère les artistes qui "surjouent" que ceux qui se contentent de danser pour eux-mêmes.

Je n'avais encore jamais assisté au défilé, hier soir, le symbole était fort. J'ignore quel tour prendra la suite du chemin de Laetitia Pujol mais je lui souhaite bonne chance!


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
JulietteA



Inscrit le: 07 Fév 2016
Messages: 40

MessagePosté le: Lun Sep 25, 2017 11:43 am    Sujet du message: Répondre en citant

Nouveaux changements de distributions pour Joyaux : François Alu remplace Josua Hoffalt dans Rubis le 29 septembre, les 2, 6, 7 et 9 cctobre. Pablo Lagasa remplace Alu le 7 en matinée.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Delly



Inscrit le: 14 Juin 2016
Messages: 357

MessagePosté le: Lun Sep 25, 2017 12:10 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Désolée pour J. Hoffalt que j'aime bien, mais Alu + Legasa (après Marque vendredi) ça donne encore plus envie d'y retourner !!


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gimi



Inscrit le: 09 Mar 2014
Messages: 420

MessagePosté le: Lun Sep 25, 2017 3:33 pm    Sujet du message: Répondre en citant

JulietteA a écrit:
Nouveaux changements de distributions pour Joyaux : François Alu remplace Josua Hoffalt dans Rubis le 29 septembre, les 2, 6, 7 et 9 cctobre. Pablo Lagasa remplace Alu le 7 en matinée.
    Et ce n'est pas tout :
    • Mathias HEYMANN n'est plus programmé dans Émeraudes (et est remplacé par Audric BEZARD), que le 4 octobre dans Rubis (et est remplacé par Paul MARQUE le 11), mais conserve ses dates dans Diamants;
    • Dorothée GILBERT remplace Eleonora ABBAGNATO à partir du 6 octobre (et est remplacée par Silvia SAINT-MARTIN le 7 en matinée)


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Ballerina



Inscrit le: 01 Juin 2016
Messages: 290

MessagePosté le: Mar Sep 26, 2017 9:41 am    Sujet du message: Répondre en citant

Ça fait beaucoup de changements (blessures?) pour un début de saison.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 16753

MessagePosté le: Mar Sep 26, 2017 10:36 am    Sujet du message: Répondre en citant

"Les adieux d’une étoile sur une rivière de joyaux", par Rosita Boisseau, dans Le Monde.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Constance



Inscrit le: 13 Juin 2016
Messages: 23
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Sep 27, 2017 11:02 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Quelques impressions sur la représentation de ce lundi 26 septembre, avec une distribution solistes entièrement différente de celle de la première, à l'exception d'Artus Raveau.

Le duo Renavand/ Paquette en premier couple d'Emeraudes me laissait perplexe sur le papier; le résultat me confirme dans mes doutes. Karl Paquette, danseur attachant et partenaire hors pair, trouve ici ses limites: Emeraudes ne souffre pas le manque de raffinement esthétique, les pointes pas tendues, les mains raides qu'il nous a montrés hier; le contraste est cruel avec ses deux benjamins, Germain Louvet et peut- être encore davantage Artus Raveau, tous deux au diapason de la fluidité aérienne de Balanchine et de Fauré. Le miracle du pas de deux du Divertissement du Songe avec S.E. Park ou encore du duo bleu de Palais de cristal avec L. Pagliero, ne s'est pas reproduit. Alice Renavand s'en sort mieux, sa variation comporte de très jolis moments, mais cette danseuse si exceptionnelle, si intense dans un répertoire moderne, ne trouve pas, dans Emeraudes, matière à vraiment dépasser la joliesse.
Léonore Baulac, en revanche, convainc pleinement dans cette partie de Joyaux, alors que sa performance restait terne dans Rubis. Poésie, technique, mystère, tout y est. L'accord avec Germain Louvet, style impeccable et excellent partenaire, fonctionne bien, comme toujours. Les mouvements "en plusieurs temps" sont bien lisibles, même si les danseurs français, d'une manière générale, semblent ne pas adhérer particulièrement à cette fantaisie de Balanchine, et n'en font rien de défini ou d'intense. Le trio ,enfin, est dominé par Artus Raveau, décidemment excellent dans ce rôle: le style est parfait, les bras, les mains extraordinaires et, plus étonnant, il fait montre d'une présence et d'un charisme intenses, éclipsant les deux étoiles masculines dans les ensembles. Marion Barbeau et Laetizia Galloni lui donnent une très jolie réplique, avec une mention spéciale pour la vivacité précise de Melle Barbeau.
Changement d'énergie dans Rubis avec cette nouvelle distribution. Hannah O'Neill n'était pas éblouissante techniquement hier, mais elle dégage de l'énergie et de la séduction, même si ce n'est peut-être pas assez percutant pour être "américain". Le couple Valentine Colasante/ François Alu, très juste et séduisant, emporte quant à lui vraiment l'adhésion. Leur énergie, leur humour et leur technique nous entrainent enfin dans Rubis. F. Alu, dans son élément, saute comme si il voulait se suspendre au lustre, et tourne à n'en plus finir; il met tellement de force partout, qu'il frôle le danger par moment. Surprenante Valentine Colasante, très à l'aise, tranchante, femme fatale qui tient la dragée haute à son partenaire, elle est pleinement à sa place dans ce répertoire où son gabarit n'est pas un problème, si ce n'est pour la rapidité. Quel dommage qu'elle n'ait pas eu la chance de son partenaire et qu'elle ait fait une chute dans les 30 dernières secondes du final!
Ludmilla Pagliero, sublime Odile/Odette, apparait a priori comme l'interprète idéale de Diamants. Si le pas de deux n'est pas aussi incandescent que celui de A. Albisson et H. Marchand, il est tout de même très beau, maitrisé et sensible. L. Pagliero peut certainement entrer encore un peu plus dans cette partie du rôle et Germain Louvet devra prendre davantage sa part dans l'intensité de ce pas de deux, restant pour l'instant plus un accompagnateur qu'un partenaire à part égale. En revanche, dans les variations et dans le final, tous les deux sont magnifiques, tant techniquement que stylistiquement; L Pagliero est magistrale d'autorité, de brillant et de verve. Le final est alors vraiment une fête.
Une belle production, décidément.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
céline



Inscrit le: 21 Oct 2016
Messages: 233
Localisation: province

MessagePosté le: Jeu Sep 28, 2017 2:46 am    Sujet du message: joyaux Répondre en citant

C'est étonnant ce souci avec ce saccadé, intervenu à New-York. Lifar a chorégraphié le même dans l'Adage de Suite en blanc, un ballet que connait bien la génération de MOB.
Merci pour le compte rendu de cette distribution, Constance.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gimi



Inscrit le: 09 Mar 2014
Messages: 420

MessagePosté le: Jeu Sep 28, 2017 12:03 pm    Sujet du message: Répondre en citant

    NOUVELLES DU FRONT
Gimi a écrit:
JulietteA a écrit:
Nouveaux changements de distributions pour Joyaux : François Alu remplace Josua Hoffalt dans Rubis le 29 septembre, les 2, 6, 7 et 9 cctobre. Pablo Lagasa remplace Alu le 7 en matinée.
    Et ce n'est pas tout :
    • Mathias HEYMANN n'est plus programmé dans Émeraudes (et est remplacé par Audric BEZARD), que le 4 octobre dans Rubis (et est remplacé par Paul MARQUE le 11), mais conserve ses dates dans Diamants;
    • Dorothée GILBERT remplace Eleonora ABBAGNATO à partir du 6 octobre (et est remplacée par Silvia SAINT-MARTIN le 7 en matinée)
    Mise à jour sur le site de l'Opéra ce 28 septembre, pour les 3 prochaines représentations :
    • le 29/9, Valentine COLASANTE remplace Eleonora ABBAGNATO dans Rubis
    --et est remplacée par Letizia GALLONI dans Émeraudes;
    • le 1/10, Letizia GALLONI remplace Ida VIIKINKOVSKI dans Émeraudes;
    • le 2/10, Valentine COLASANTE remplace ELeonora ABBAGNATO dans Rubis.
    À suivre... Crying or Very sad


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivante
Page 6 sur 9

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous pouvez voter dans les sondages de ce forum


Nous Contacter
Powered by phpBB © phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com