Dansomanie Index du Forum
Connexion S'enregistrer FAQ Liste des Membres Rechercher Dansomanie Index du Forum

Des nouvelles de Svetlana Lunkina
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 19166

MessagePosté le: Jeu Juin 13, 2013 8:55 am    Sujet du message: Des nouvelles de Svetlana Lunkina Répondre en citant

L'actualité m'invite à ouvrir un fil à part.

La danseuse figure toujours à l'effectif du Bolchoï, mais cela va faire bientôt un an qu'elle s'est réfugiée au Canada avec toute sa famille, suite à des menaces.

Cela va faire aussi bientôt un an qu'elle n'a pas dansé, sinon à l'occasion du gala du YAGP à New York en avril dernier et du gala annuel du Ballet National du Canada qui s'est tenu pas plus tard qu'hier.

On comprend qu'avec son statut elle ne veuille pas se contenter de galas à droite ou à gauche, mais apparemment, personne ne semble prêt à l'engager.

http://www.thestar.com/entertainment/stage/2013/06/12/svetlana_lunkina_dances_at_national_ballet_fundraiser.html


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
paco



Inscrit le: 28 Oct 2005
Messages: 2934

MessagePosté le: Jeu Juin 13, 2013 10:55 am    Sujet du message: Répondre en citant

Qu'attend donc le Royal Ballet pour la faire danser en "guest star permanente" (ne pouvant être Principal du RB puisque faisant encore officiellement partie du Bolchoi) ?

Avec le départ de Galeazzi, Benjamin, Rojo et Cojocaru, les distributions de cet automne sont truffées de "TBC", ce serait bien de remplacer ces "TBC" par une artiste aussi exceptionnelle qui ne demande qu'à danser !


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ElenaK



Inscrit le: 24 Avr 2013
Messages: 683

MessagePosté le: Jeu Juin 13, 2013 3:38 pm    Sujet du message: Re: Des nouvelles de Svetlana Lunkina Répondre en citant

sophia a écrit:

On comprend qu'avec son statut elle ne veuille pas se contenter de galas à droite ou à gauche, mais apparemment, personne ne semble prêt à l'engager.


J’espère que ce n’est pas suite à une lettre calomnieuse que Vinokour a envoyée à toutes les grandes compagnies du monde entier. Dans cette lettre, dont le contenu Svetlana Lounkina a publié sur le forum balletomane moscovite, elle est accusée d’être la complice de son mari.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ElenaK



Inscrit le: 24 Avr 2013
Messages: 683

MessagePosté le: Ven Juil 05, 2013 1:18 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai pas mal hésité avant de me décider à publier ce lien et surtout la traduction complète ici. Mais, premièrement, on n'a pas beaucoup de nouvelles de Svetlana Lounkina, qui se trouve toujours au Canada. Et deuxièmement, ce qu'elle raconte dans cette interview fait partie de l'histoire actuelle du Bolchoï. À quoi bon essayer de l'embellir, en taisant ce qui n'est pas beau ?

Voici l'interview avec Svetlana Lounkina publiée récemment par le journal russe "Izvestia" :

http://izvestia.ru/news/552486#ixzz2XXuuJlqJ

Ci-dessous je propose la traduction :

- Est-ce que vous entretenez des rapports avec les artistes du Bolchoï ?

Je communique avec ma sœur Youlia (Youlia Lounkina - soliste du Théâtre Bolchoï - Izvestia), Rouslan Skvortsov et mon professeur Nadejda Gratcheva. Certains artistes, qui voient mes photos sur internet, me souhaitent bonne chance. Nous avons travaillé ensemble pendant plusieurs années et nous soutenons mutuellement.

- Est-ce que quelqu'un de l'administration du Bolchoï vous a appelé ?

Personne ne m'a jamais appelé pendant un an de mon absence du theatre. Je suis en congé jusqu'au début de saison. Ensuite, je devrai faire une demande de prolongation du congé ou déposer ma démission. Nous sommes déjà fin juin, la saison se termine. Mais personne ne s'intéresse à ma décision. Cela caractérise le rapport humain envers les artistes ou plutôt son absence total.

- Beaucoup de spectateurs connaissent Nikolaï Tsiskaridze comme un excellent danseur. Mais quel genre de professeur est-il ? Est-ce que vous avez fréquenté sa classe ?

Je ne peux pas dire que je le faisais fréquemment, comme les autres artistes, mais cela m'arrivait. J'apprécie Nikolaï. Après mon départ, nous communiquions par téléphone, partagions nos problèmes, parlions beaucoup du Bolchoï. Malheureusement, chez nous, on n'aime pas ceux qui ont leurs propres opinions. Il fait parti des gens qui peuvent venir au moment où tout le monde est émerveillé par une ballerine et dire : "Je ne trouve pas cela très beau. Excusez-moi, mais on ne peut pas danser comme ça au Bolchoï." Les artistes et les professeurs qui osent dire ce genre de chose sont poussés à quitter le Bolchoï...

- Normalement, le climat relationnel au sein d'un collectif dépend de la position de la direction. Vu ce qui se passe au Bolchoï, la position de la direction du ballet a beaucoup de défauts. Par exemple, est-ce vrai que l'administration imposait certains danseurs au chorégraphes invités ?

Beaucoup de ceux qui ont eu l'occasion de travailler au Bolchoï me parlaient de ça. Le travaille s'organise en quelques étapes. Pour commencer, le chorégraphe vient deux-trois, parfois, six mois avant la première. Il regarde la troupe et établit les listes des danseurs avec lesquels il continuera travailler lors de sa prochaine visite. Ensuite, s'il ne s'agit pas d'une production originale, les assistants arrivent pour travailler avec les danseurs sélectionnés par le chorégraphe. Au moment où ils commençaient leur travail au Bolchoï, les assistants avaient affaire aux nouvelles listes dans lesquelles ils trouvaient à peu près vingt pour-cent de danseurs qui n'avaient pas été choisis par le chorégraphe. Seulement, pour rajouter les danseurs pistonnés, il fallait rayer de la liste les danseurs avec lesquels le chorégraphe voudrait travailler, mais qui ne sont pas souhaitables pour le directeur artistique ou quelqu'un d'autres.

- Quelle était la réaction des chorégraphes face à ces changements ?

Certains protestaient. C'était le cas de Mats Ek. Pour le casting, il est venu avec sa femme et assistante Ana Laguna. Ils ont établi des listes. Mais quand ensuite Laguna est arrivée seule sans Mats Ek et a vu qui est venu à sa répétition, elle a demandé : "Qui sont ces gens-là, d'où ils viennent ?" Alors, on lui a suggéré de regarder ces nouveaux danseurs. Elle l'a fait, mais après elle a demandé : "N'amenez plus ces gens : ce ballet ne leur convient pas." Mais ce n'est pas tous les assistants qui arrivent à remettre la direction à sa place et dire : pour mon travail, j'ai besoin d'un tel artiste. Personne ne voit mieux que le chorégraphe à quel point un danseur convient pour sa création. Le directeur artistique ne peut pas le voir. Mais chez nous, malheureusement, on estime normal d'imposer son propre point de vue aux chorégraphes. C'est le manque de respect envers les maîtres qui viennent travailler au Bolchoï.

- Est-ce à cause de ce genre d'erreurs administratives que Wayne McGregor, qui devait faire sa propre version du Sacre de Printemps, a renoncé au projet ?

Pour les chorégraphes invités, c'est stressant de travailler avec le Bolchoï. C'est à cause de ça qu'il y a des refus. L'attitude des managers et de tous ceux qui s'occupent de l'organisation crée de gros problèmes pour leur travail au Théâtre. Les danseurs pleuraient lorsqu'ils ont appris que Wayne ne ferait pas le Sacre de printemps avec eux. Et même Mr McGregor m'a dit, déjà à Toronto, que les artistes comme ceux du Bolchoï, il n'y en a nulle part ailleurs. Pour Bolchoï, ce travail aurait pu devenir un grand pas en avant. C'est choquant que chez nous, on ne tient pas aux projets comme celui-là.

- Récemment, la liste définitive des artistes participant à la tournée londonienne a vu le jour. Est-ce qu'elle est très différente de la liste initiale dans laquelle il y avait votre nom ?

Les artistes m'ont dit : il y a quelques jours, Maria Aleksandrova a appris qu'elle ne danserait pas dans la Belle au bois dormant. Pourtant, elle était sur les affiches. Si j'ai bien compris, Maria Allache a été définitivement retirée de cette liste. Cela prouve que la façon dont la compagnie se présentera à Londres n'a aucune importance pour le directeur artistique Sergueï Filin. Pour lui, il est plus important de s'affirmer. Mais il n'a pas le droit de faire déborder ses émotions sur les artistes. Avant tout, il doit se préoccuper des intérêts de la troupe et de la qualité de la tournée. Excusez-moi, mais c'est Londres !

- Savez-vous quelque chose concernant les cas de comportement incorrect de la direction envers les artistes ou le personnel du Théâtre ?

Après les entretiens avec Sergueï Filin, les artistes racontaient qu'il utilisait les expressions horribles, pouvait faire du chantage en menaçant leurs proches qui travaillent au théâtre. Par exemple, il disait : "Si tu ne fait pas comme je veux, je ne laisserai pas ton fils travailler", etc. Pour lui, c'était la norme. Mais personnellement, je ne me suis jamais retrouvée dans ce genre de situation.

- Lors du dernier interrogatoire, Pavel Dmitritchenko a parlé du conflit entre Sergueï Filin et la cheffe de bureau du ballet Veronika Sanadze. Êtes-vous au courant de ce conflit ?

Sergueï Filin a amené au Bolchoï sa propre équipe et cherchait des places pour ces personnes. Ils ont voulu se débarrasser de Sanadze. Elle travaillait au Théâtre depuis très longtemps. Quand trois chorégraphes venaient travailler chacun sa propre création en même temps, elle disait à Filin que ça peut casser la troupe, que les chorégraphes risquent de paniquer puisque les danseurs ne pourront pas venir aux répétitions. Pour ce genre de remarques, il lui a ordonné d'écrire sa lettre de démission. Elle pleurait, ne savait pas quoi faire. Elle aime le Bolchoï et le destin du Théâtre et de ses artistes ne lui est pas indifférent. Bien sûr, la troupe a pris sa défense.
Tout le monde comprenait : si Filin mettait à cette place quelqu'un de son entourage, tout se ferait dans ses propres intérêts. Les artistes seraient obligés de travailler autant qu'il veuille. La troupe a convaincu Veronika de ne pas signer sa démission. Nous avons aussi adressé une lettre à Iksanov, ainsi, elle a pu rester au théâtre. Sergueï Filin a reculé. Mais je pense qu'il l'a fait pour préparer un autre plan d'attaque, encore plus fort : si Filin prend une décision, il va la défendre par tous les moyens possibles.

- Est-ce que le directeur artistique avait aussi des problèmes avec les artistes ?

Sergueï Yourievitch Filin a amené au Bolchoï les danseurs avec lesquels il voudrait travailler et par qui il était intéressé. Il a commencé à mettre la pression sur les danseurs avec lesquels il avait travaillé avant. Les ballerines avec lesquelles il avait dansé, il les privait des spectacles, du répertoire classique. Certaines ballerines n'avaient pas un seul spectacle pendant deux-trois mois. Pourtant, selon nos contrats, on a le droit à au moins un spectacle par mois. Filin leur promettait des rôles, mais il se trouve qu'il ne tient pas ses promesses. C'est bien de laisser travailler les nouveaux danseurs, mais ça ne devrait pas être la première des préoccupations. Un artiste qui a de l'expérience peut apporter beaucoup de choses lors du travail avec de nouveaux chorégraphes.

- Est-ce que la conseillère de Sergueï Filin Diliara Timergazina participe à la vie de la troupe ?

Elle est partout. On m'a raconté qu'elle est présente à toutes les répétitions et fait part de ses appréciations : celui-ci danse bien et celui-là mal, en discute avec Filin. Beaucoup de vrais artistes, ceux qui sont au Théâtre depuis plusieurs années et ont travaillé avec les grand professeurs comme Ekaterina Maksimova, Tatiana Golikova, ne comprennent pas comment est-ce possible. La conseillère de Filin peut venir à la répétition des "Diamants" et décider à qui il faut couper les manches du costume parce que "ça ne lui va pas". Moi, Maria Aleksandrova, Maria Allache étions choquées par ce manque de goût provincial. Nous sommes au Bolchoï! Elle n'a pas le droit de se mêler du domaine artistique, elle a son propre champs de travail. Comment cette personne peut décider si elle aime ou pas une danseuse ? Elle n'est ni Oulanova ni Semenova pour dire au directeur artistique qui parmi les artistes danse bien et qui moins bien.

- Revenons à votre vie professionnelle. Quels sont vos projets ?

J'en ai beaucoup. Avant tout, c'est le travail avec les chorégraphes : ceux que je rencontrais déjà et ceux que je ne connais pas encore très bien. Par exemple, je vais travailler avec un très jeun chorégraphe dont, pour l'instant, je ne dévoilerai pas le nom. C'est Wayne McGregor qui me l'a présenté. J'ai également d'autres projets intéressants qui ne sont pas forcément liés à la danse : à côté de New York, c'est là que la vie artistique bouillonne. Je viens de rentrer de là-bas. J'allais voir les expositions, communiquais avec les photographes, architectes, peintres. Maintenant, ma vie a changé : je ne reste plus enfermée entre quatre murs du matin au soir comme ça se passe d'habitude au théâtre. Je rencontre de nouvelles personnes, avec certains nous trouvons des points communs et commençons de nouveaux projets. Ce qui se passe maintenant correspond mieux à ma nature.

- Avez-vous l'intention de vous joindre à une compagnie de danse ?

Pour le moment, je ne peux pas dire ce que je vais faire concrètement. Il me faut encore du temps avant de me décider à annoncer mes plans. Mais je pense que c'est pour bientôt. C'est sûr que je travaillerai dans une compagnie de danse. Puisqu'il faut avoir sa maison, un lieu cher dont on se souviendra toute sa vie. J'ai toujours travaillé au Bolchoï. Les souvenirs de ma collaboration avec les chorégraphes, avec Elaterina Sergueevna Maksimova, avec la troupe me sont très chers. Maintenant aussi, je voudrais avoir un endroit, une compagnie, des gens proches auxquels je tiendrais et pour qui je voudrais continuer à travailler. Je ne suis pas quelqu'un qui pourrait travailler avec quatre théâtres en même temps. J'estime qu'il est impossible de se donner entièrement aux plusieurs compagnies.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24571

MessagePosté le: Ven Juil 05, 2013 1:46 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci ElenaK de vous être donné toute cette peine! Smile



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MikeNeko



Inscrit le: 27 Nov 2012
Messages: 556
Localisation: IDF

MessagePosté le: Ven Juil 05, 2013 2:16 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Oui un grand merci pour cette traduction soignée Elenak Smile
Effectivement cela faisait vraiment longtemps que nous n'avions pas de nouvelles... des projets plein la tête, c'est important !


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Cantalabute



Inscrit le: 29 Jan 2013
Messages: 155
Localisation: Valence - France

MessagePosté le: Ven Juil 05, 2013 3:56 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Les propos de Svetlana Lunkina ne manquent pas de laisser perplexe le balletomane de base comme moi, notamment son portrait "au vitriol" (!) de Serguei Filin : est-il un grand directeur artistique ou un machiavélique tyran ??? Elle était pourtant largement mise en valeur (les retransmissions en direct de Giselle et du Corsaire, par exemple) et n'a fui la Russie que pour des problèmes liés aux activités de son mari, me semble-t-il ?
L'éditorial de Michel Odin dans le dernier numéro de la revue Danse est intitulé "Bolshoi : arrêtez la machine infernale !" : il serait en effet intéressant de savoir qui actionne cette machine ... et peut-être à qui profite le discrédit ainsi jeté sur cette merveilleuse troupe ... avant qu'il ne soit trop tard !


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 19166

MessagePosté le: Ven Juil 05, 2013 4:39 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci ElenaK!

Comment ne pas penser à Svetlana Lunkina en ce moment avec Onéguine, elle aurait sans nul douté été une Tatiana idéale - la Tatiana idéale? Je regarde parfois ses photos sur sa page FB, elle a le regard toujours un peu triste.

Cette interview pose évidemment un certain nombre de questions, dans un sens comme dans un autre. Elle a l'intérêt de rappeler que personne n'est tout blanc ou tout noir dans cette histoire. Etait-ce le meilleur moment pour sortir l'interview? Je ne sais pas, je pense qu'elle essaye aussi d'interpeller l'opinion sur sa propre situation, bien indécise. Enfin, si l'on n'aime pas les gens qui ont une opinion trop personnelle en Russie, je note que les artistes qui parlent ont rarement leur langue dans leur poche ou simplement la langue de bois (enfin, je ne pense pas à Polunin qui raconte à peu près n'importe quoi).

Pour le reste, la direction qui impose ses chouchous aux chorégraphes, les petits placardages mesquins et autres pratiques dans le même genre, je ne suis pas sûre que ce soit très nouveau ni propre au Bolchoï. Wink


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ElenaK



Inscrit le: 24 Avr 2013
Messages: 683

MessagePosté le: Ven Juil 05, 2013 5:17 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je suis complètement d'accord avec vous, Sophia. Je pense que l'on est tout à fait capable d'avoir de la compassion pour Sergueï Filin, surtout que les nouvelles concernant son état de santé sont presque tragiques, sans forcément défendre toutes ses actions en tant que directeur. 

L'amertume de Svetlana Lounkina envers la direction du Bolchoï vient sûrement du fait qu'elle a demandé la protection, surtout que Filin collabore avec celui que est à l'origine de ses problèmes. Ses attentes étant légitimes ou pas, elle n'a reçu aucun soutien de la part de l'administration du théâtre. Comme elle l'a raconté sur le forum moscovite, quelqu'un de la troupe lui a dit que Filin avait répondu à la question de ses collègues la concernant : Svetlana Lounkina ne reviendra plus au Bolchoï. C'était encore en 2012. 


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Sarra



Inscrit le: 29 Sep 2009
Messages: 199

MessagePosté le: Sam Juil 06, 2013 12:03 am    Sujet du message: Répondre en citant

"Le blanc est souvent du gris qui a eu de la chance ; le noir, du blanc qui s'est fait avoir." (Romain Gary/Émile Ajar, La Vie devant soi -citation de mémoire, incertaine)

En admettant que puisse être écartée l'outrecuidance de faire connaître à tout Dansomanie un simple sentiment personnel, voire : intime, sur un sujet qui me dépasse autant que les cinq océans et les sept mers une isolée palourde, ce que dit Svetlana Lounkina me trouble beaucoup...

La clarté d'âme de la ballerine -à considérer que cette locution, bien qu'assez "premier communiant", ait un sens sérieux- n'est pas moindre d'évidence que celle d'Evguénia Obraztsova. Je vois Svetlana (certainement l'une des plus bouleversantes Giselle) pure et sans calculs. Il se trouve que ce qu'elle rapporte de Filine rejoint en moi une impression pénible, censurée à ma conscience par l'état du blessé, par l'état de la victime qu'il est (à son tour ?), mais persistant dans une strate subcorticale ; impression venue de deux vidéos.
Celle-ci, où à l'exception de deux brefs regards à peine chaleureux pour Viatcheslav Lopatine, il n'a d'yeux -et même d'yeux paraissant jouer des prunelles- (ces mots : sans m'adonner à un méchant "humour noir" tout à fait déplacé) que pour Evguénia Obraztsova... Ce qui se comprend et s'admet de la part d'un quidam se comprend moins et ne s'accepte pas de la part d'un directeur de troupe. Une "personne ayant autorité" peut avoir des dilections -pour dire le mieux- "dans le secret de son cœur", mais la clôture à y mettre ne doit pas laisser à leur ombre de quoi se glisser sous la porte de la pensée diurne et y prendre la plus mince apparence de corps. On ne peut être à la fois commandant d'escadron et dragueur de pilotines au bar de l'escadrille.
Même impression dans une autre vidéo (je ne la retrouve pas : il me semblait qu'elle était dans ObraztsovaUnofficial, pourtant), une répétition de Giselle : Filine se substitue carrément à Tchoudine (Chudin) et danse avec la ballerine, en ne regardant qu'elle, en ne parlant qu'à elle, tandis que Sémion reste planté là, au milieu du studio...

Bref, à voix très basse à cause du "Hôpital, Silence !", je m'interrogeais déjà si la gaze des pansements de Filine ne superposait pas sa blancheur à un peu moins d'immaculé (à beaucoup moins !), et par corollaire si le poil noir de Tsiskaridzé -pour l'heure, l'antéchrist !- ne masquait pas à la vue davantage d'innocence qu'on pourrait croire.
Si le fait divers crasseux n'avait pas été la forme prise par la Némésis, par la colère de la Providence.
Je m'interroge encore plus maintenant...

Je me demande surtout -hélas !- qui donc Evguénia Obraztsova est allée voir à l'hôpital allemand : le blessé pathétique ? où le barine propriétaire de deux cents âmes, seigneur s'étant arrogé droits en son fief -jusqu'à celui de pousser au désespoir une vieille employée ?...

Dans un flux, deux ondes de sens opposé peuvent parfois (parfois seulement, c'est heureux... -dans l'esprit d'ElenaK et de Sophia il y a sans doute assez de profondeur pour qu'elles se croisent sans trop de remous) provoquer plus qu'un ressac : un mascaret, naufrageur toujours -on le sait- des sentiments voguant en périssoire...

Mais on sait aussi qu'au temps de l'ancienne marine, on sacrifiait à la hache un tonneau d'huile, celle-ci alors filée par-dessus bord pour empêcher les déferlantes de capeler le pont. - Brise, bosco !

[Comme dirait Florestiano, captain et first officer tout en un : "Mode sentiment intime ? - Switched off."]

----
24 juillet, suite à une relecture de ce fil.
Le message après le mien (message que je pense avoir réussi à comprendre à peu près, bien qu'il soit rédigé en anglais) m'a fait craindre que telle de mes phrases (à supposer que la rédactrice britannique les ait parcourues, même à bride abattue sur un pur-sang d'Ascot) ait pu paraître"justifier l'injustifiable", comme on dit.
Or je suis bien d'accord ! Rien ne justifie l'agression dont a été victime S. F. -cette violence ! Ni le désespoir d'une vieille employée (après tout, si elle avait perdu son emploi de trente ans, elle n'en aurait pas perdu la vue pour autant !), ni même un plan de carrière contrarié ("Dans cinq ans DRH, dans dix DG...", rêvait la ballerine), ne peuvent justifier l'attentat contre S. F. et ses conséquences affreuses.
Tout le monde est d'accord sur ce point.
Aucune violence pareille ne peut être justifiée par rien, et doit toujours être regardée avec horreur. La Némésis était pour moi, ci-dessus, une simple figure de style, et je serais porté à penser que l'idée d'un acte de Némésis doit toujours être considérée comme horrifiante.
Et cette opinion personnelle (Némésis : idée horrifiante !), bien que de nobles personnes m'aient assuré avec conviction que parfois, non, il ne fallait pas la considérer ainsi. Bien que ces mêmes personnes (ou d'autres non moins nobles) aient voulu me convaincre -Livre en main, ouvert à la bonne page- que quelquefois, non, ce que j'appelle la Némésis -et qu'on peut nommer autrement- ne devait pas être regardée avec horreur, mais avec une approbation sacrée.
Par exemple pour ce qu'elle déversa du ciel sur les habitants de Sodome et Gomorrhe : des lunettes solaires pour préserver leur vue.




Dernière édition par Sarra le Mer Juil 24, 2013 7:42 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Katharine Kanter



Inscrit le: 19 Jan 2004
Messages: 1128
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam Juil 06, 2013 8:31 am    Sujet du message: I am not amused Répondre en citant

I am not amused by Mlle. Lunkina's settling of accounts against a man who will never see again.

Nothing, no grievances, no insults, nothing, would justify doing what was done to Filin.

And certainly not his having dented other people's career plans.

An artist - to be more precise, a PRINCIPAL dancer - who refuses to accept that an AD may prefer another, is in the wrong line of trade and should stick to being a cocktail party lion.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
paco



Inscrit le: 28 Oct 2005
Messages: 2934

MessagePosté le: Sam Juil 06, 2013 9:13 am    Sujet du message: Répondre en citant

bon, à la fin de l'article, visiblement Mme Lunkina ne refuserait pas d'intégrer une compagnie. Peut-on transmettre son numéro de téléphone et son mail au Royal Ballet ?... Il y a au moins 2 places de Principal disponibles...


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 19166

MessagePosté le: Mer Aoû 21, 2013 10:56 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Svetlana Lunkina rejoint le Ballet National du Canada en tant que "principal guest artist" pour la saison 2013-2014.
L'autre "principal guest" n'est autre qu'... Evan McKie.

http://national.ballet.ca/uploadedFiles/The_Company/Roster_2013-14.pdf

Faut-il comprendre qu'il s'agit là d'un statut plus permanent que "guest artist" (Matthew Golding et Jiri Jelinek).?


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 19166

MessagePosté le: Jeu Aoû 22, 2013 9:38 am    Sujet du message: Répondre en citant

Selon Izvestia, on devrait savoir très vite, d'ici deux ou trois semaines, ce qu'il en est du statut de Lunkina au Bolchoï (même si, à mon avis, le suspense n'est pas bien grand Confused).


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 19166

MessagePosté le: Jeu Aoû 22, 2013 4:12 pm    Sujet du message: Répondre en citant

http://national.ballet.ca/thecompany/principals/Svetlana_Lunkina/


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous pouvez voter dans les sondages de ce forum


Nous Contacter
Powered by phpBB © phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com