Dansomanie Index du Forum
Connexion S'enregistrer FAQ Liste des Membres Rechercher Dansomanie Index du Forum

XVIe Festival du Mariinski [31 mars - 10 avril 2016]
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
ElenaK



Inscrit le: 24 Avr 2013
Messages: 533

MessagePosté le: Mer Avr 06, 2016 1:39 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Haydn, vous l'avez voulu ? Vous l'aurez ! Filipp Stepine remplacera Vladimir Chkliarov dans La Belle au bois dormant vendredi prochain.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Buddy



Inscrit le: 04 Juil 2008
Messages: 298
Localisation: Etats Unis et La Suisse

MessagePosté le: Jeu Avr 07, 2016 9:49 am    Sujet du message: Répondre en citant

C'est quelque chose que j’ai écrit à Criticaldance que j’espère va montrer ma grande admiration pour la prestation de Héloïse Bourdon. Merci beaucoup à Haydn pour vos comptes rendus et très belles photos et à ElenaK aussi.


Please let me return to Tuesday evening’s Swan Lake for a moment.


Héloïse Bourdon (Opéra de Paris)


Once again back to Mikhail Baryshnikov, who said that if you combined the feet of a French ballet dancer with the upper body of a Russian ballet dancer you would have the perfect ballet dancer. First of all, with Héloïse Bourdon, it seems that she has managed to carry the preciseness and beautiful articulation of her footwork through her entire body. Beyond this, she has introduced a very lovely gracefulness and flow. Her moves are elegantly structured and expressive, yet they are airy. One way that this is accomplished is by the absolutely lovely completion of her gestures. Grandly sculptured statements end in lovely, poetic currents of air. Also, her hands make beautifully defined final highlights.

In this respect she reminds me of the Mariinsky’s young and very talented Yekaterina Chebykina, who has remarkable refinement, grace and flow contained within her larger, more animated style. There is also an intelligence to Héloïse Bourdon’s motion, that reminds me somewhat of the wonderfully articulate and meaningful motion of the Mariinsky’s young Kristina Shapran. It’s an intelligence from the heart.

Some other very fine qualities that I noticed in Héloïse Bourdon are clarity, surety and confidence as seen in the lifts, long balance held on pointe and nice modulation and use of facial expression. In the last Act she created wonderfully elongated shapes as she was several times lifted horizontally.

Other very good performances were given by Timur Askerov as Prince Siegfried (already mentioned), Konstantin Zverev (as usual) as von Rothbart, Nadezhda Batoeva, Sofia Ivanova-Skoblikova and Xander Parish in the Prince’s Friends Act I dance for three and Vladislav Shumakov as the Jester. The Corps de Ballet, as usual, was outstanding.


Since I’ve discussed beautiful and interesting use of motion, I’d like to again mention the very talented, young dancer,Renata Shakirova. In her Act I duet from “Giselle,” she had a way of projecting out from a very centered overall posturing that added considerable dramatic interest and beauty.


Ajouté:
Traduction Google
https://translate.google.com


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 16904

MessagePosté le: Jeu Avr 07, 2016 4:01 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Quelques photos du Lac des cygnes sur le Face de Bouc du Mariinsky, bien actif durant ce festival.

A noter que la soirée Jeunes Chorégraphes de ce soir est diffusée sur Mariinsky.TV à partir de 18h heure française.

Eh oui, d'autres comptes rendus des spectacles viendront - merci d'être patients! Wink


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 22829

MessagePosté le: Ven Avr 08, 2016 11:09 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Soirée contrastée avec la Belle au bois dormant programmée ce vendredi 8 avril dans le cadre du Festival du Mariinsky 2016. L'Aurore dépourvue de présence et à la technique vacillante (un premier acte assez calamiteux, un III plus acceptable) de Hee Seo, l'étoile invitée venue de l'ABT, contrastait violemment avec la Fée des Lilas impériale d'Ekaterina Kondaurova, une vraie "Prima ballerina", elle. A la décharge de l'Américaine, un temps de répétition réduit, et un changement de partenaire en dernière minute.

Philip Stepin, justement, qui remplaçait Vladimir Shklyarov - donné partant pour le Bayerisches Staatsballett à Munich - s'est montré à la hauteur de la tâche, avec une belle technique et un fort engagement sur scène.

Il faudra y revenir en détail, mais nous avons eu droit à quelques prestations exceptionnelles dans les seconds rôles, telles la Florine de Maria Shirinkina, la Fée Diamant de Sofia Ivanova-Skoblikova ou encore l'excellente Diana Smirnova, qui cumulait les rôles de la Fée Tendresse au I et de la Fée Saphir au III, sans oublier un corps de ballet féminin d'une précision époustouflante dans la Scène de la vision à l'acte II.

Bref, si, en invitant Hee Seo, Youri Fatéev avait voulu démontrer au public pétersbourgeois la supériorité de la danse russe, il ne s'y serait pas pris autrement.



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/


Dernière édition par haydn le Sam Avr 09, 2016 7:51 am; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Sarra



Inscrit le: 29 Sep 2009
Messages: 151

MessagePosté le: Sam Avr 09, 2016 3:34 am    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
(...) ou encore l'excellente Diana Smirnova, qui cumulait les rôles de la Fée Tendresse au I et de la Fée Saphir au III

Excellente Diana Smirnova, mais depuis treize ans corps de ballet... Sad On se souvient que dans une -brève- séquence de Ballerina, elle posait pour une photo-souvenir avec Alina Somova, après le spectacle de fin d'études, en 2003 -les deux allaient intégrer le Mariinsky. L'une est devenue ce que l'on sait, l'autre est restée ce qu'elle était... Excellente, mais toujours corps de ballet...
Cf le huitain de Villon :
"Et les autres sont devenus
Dieu merci ! grands seigneurs et maîtres,
Les autres...
etc."
Diana Smirnova n'en est pas -Dieu merci !- à danser toute nue ni à pain ne voir qu'aux fenêtres... Mais tout de même, l'excellence que vous soulignez (c'est la deuxième fois, d'ailleurs) laisse, en regard de l'absence de promotion, le sentiment d'une injustice du destin...

Fasse Messire Fatéief
Que Diana si bien dansant fées
Voie son nom -enfin en relief !-
Mis au tableau des coryphées...
Encore qu'il soit mieux séant
Qu'on le lise parmi les listes
Où le théâtre en son céans
Place les secondes solistes.


[Sinon j'en écris un autre, pire ! Mr. Green ]

***
En tout cas, merci pour les comptes rendus (les vôtres et ceux des heureux présents à Saint-Pétersbourg). Pour les photos également -des spectacles et (autre fil) du musée de l'École Vaganova. Smile




Dernière édition par Sarra le Sam Avr 09, 2016 10:46 am; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
frederic



Inscrit le: 23 Jan 2007
Messages: 976

MessagePosté le: Sam Avr 09, 2016 6:56 am    Sujet du message: Répondre en citant

C'est fort dommage que Hee Seo ait raté sa Belle sur la scène du Mariinsky. Je l'ai vue avec l'ABT dans la version Ratmansky et elle fut excellente. Elle sera fort probablement dans les distributions à Paris, j'espère qu'elle montrera qu'elle peut être à la hauteur du rôle. C'est vrai, cela dit, que j'ai souvent été déçu par les prestations des invités lors du festival du Mariinsky comme si l'enjeu et la pression paralysaient les danseurs. Le fait qu'ils n'aient qu'une seule représentation contribue aussi à ce stress.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 22829

MessagePosté le: Sam Avr 09, 2016 7:50 am    Sujet du message: Répondre en citant

C'est la première fois que je voyais Hee Seo sur scène, en chair et en os. Donc je ne disposais d'aucun point de comparaison et je ne peux dire si elle était simplement dans un mauvais jour (comme signalé, les conditions de répétition n'étaient sans dout pas optimales et le changement de partenaire la veille du spectacle n'a certainement rien arrangé) ou si elle n'avait pas les moyens du rôle.



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 16904

MessagePosté le: Sam Avr 09, 2016 8:14 am    Sujet du message: Répondre en citant

Justement, je suis très impatiente de voir La Belle dans la reconstruction de Ratmanski, mais honnêtement, j'espère que ce que Hee Seo a montré hier n'est pas le standard actuel de l'ABT, que je n'ai pas vu danser depuis dix ans.
Autant je suis en complet désaccord avec Haydn sur la Giselle d'Osmolkina, autant je partage ici son impression générale de la soirée - ce décalage douloureux entre la trivialité de l'héroïne et l'enchantement procuré par le reste, du Prince au corps de ballet.
Le problème est que le défaut de style (mains ultra-maniérées et poignets cassés), un peu gênant tout de même dans un ballet d'apparat, n'était pas compensé par une technique superlative ni une personnalité excitante. Vraiment, je déteste faire ce genre de remarque, car danser en tant qu'invité, a fortiori sur une scène telle que celle-ci, est toujours beaucoup plus difficile que danser à domicile. C'est toutefois la deuxième fois qu'Hee Seo est invitée au Mariinsky.
Plus de détails plus tard...

(NB: Millepied était là. Laughing)


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 22829

MessagePosté le: Sam Avr 09, 2016 10:32 am    Sujet du message: Répondre en citant

Comme je n'en n'avais pas encore parlé (il y a aussi la soirée "Jeunes chorégraphes" sur laquelle je reviendrai), quelques impressions sur le spectacle du mercredi 6 avril, avec, en compagnie invitée, le Ballet de Perm.

Le Ballet de Perm est étroitement lié au Mariinsky, puisque la compagnie a été fondée et formée, pour l'essentiel, par des danseurs de Saint-Pétersbourg qui avaient été évacués dans l'Oural lors de l'invasion allemande de 1941. Les artistes de ce qui était alors le Kirov étaient considérés comme un véritable "trésor national", et le gouvernement soviétique avait voulu les mettre, autant que possible, à l'abri des exactions commises par les hordes hitlériennes.

L'affiche comportait trois pièces, toutes dues à des chorégraphes britanniques. Une gageure pour une compagnie russe, pour laquelle Ashton ou MacMillan ne font évidemment pas partie du répertoire "naturel".

La soirée s'ouvrait par Les Patineurs, une jolie pochade de Frederick Ashton sur de la musique de Meyerbeer (Le Prophète). Ruslan Savdenov, le soliste en bleu, est vaillant et possède une jolie technique - indispensable ici, car on a affaire à de la virtuosité pure -, mais arbore une certaine rusticité un peu en décalage par rapport à l'élégance très "british" que requiert la pièce.

De l'élégance et de la beauté, on en aura tout de même eu avec deux très belles paires de solistes féminines, Polina Buldakova et Olga Tarkhanova en bleu, Albina Rangulova et Anna Pushvintseva en rouge. Le corps de ballet a bien saisi le caractère humoristique de la pièce, et le public du Mariinsky n'a pas hésité à manifester son hilarité.

Bref, le spectacle commençait bien, mais la suite s'est avérée décevante. When the snow was falling, de Douglas Lee, est une chorégraphie indigente, qui singe maladroitement Forsythe (les justaucorps bleu acier, les projecteurs sur scène). Et la musique de Bernard Herrmann, sans les films de Hitchcock qu'elle était destinée à illustrée, est ici ramenée à sa vraie valeur: pas grand chose. Le compositeur, sans le cinéaste, n'existe plus. Les danseurs du ballet de Perm n'ont pas démérité, mais ici, ils n'avaient clairement rien à dire, dans une pièce si éloignée du style dans lequel ils ont été formés.

En troisième partie venait Winter dreams, de MacMillan. Un choix à priori heureux, s'agissant d'une œuvre ayant la Russie pour décor. Mais le ballet tourne vite au pensum, et cette adaptation très libre des Trois sœurs de Tchékhov n'est qu'une interminable succession de pas de deux, tous plus ennuyeux les uns que les autres. Le contexte "russe", lui, n'est que prétexte à l'accumulation de poncifs et de clichés : débourrage de jouvencelles "à la cosaque", ingestion massive de vodka, orchestre de guitares et balalaïkas en fond et pour finir, l'inévitable duel entre le gentil et le méchant. Là encore, les danseurs du Ballet de Perm ont fait du bon travail - même si des personnalités vraiment saillantes manquaient à l'appel - et les redoutables portés dont le chorégraphe britannique est si friand ont été bien maîtrisés. Mais, en dépit de leur technique excellente, les danseurs de Perm n'avaient pas les moyens et l'expérience nécessaire pour sauver du naufrage un ouvrage intrinsèquement médiocre. Seul le Royal Ballet aurait sans doute pu s'y risquer avec quelque bonheur.












_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Buddy



Inscrit le: 04 Juil 2008
Messages: 298
Localisation: Etats Unis et La Suisse

MessagePosté le: Sam Avr 09, 2016 11:18 am    Sujet du message: Répondre en citant

Je voudrais dire vraiment que j’ai trouvé la prestation de Hee Seo être très fine. C’est sa poésie que je vaux à un niveau exceptionnel.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 22829

MessagePosté le: Sam Avr 09, 2016 4:19 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Après Héloïse Bourdon, c'est Hannah O'Neill qui s'est confiée à Dansomanie, juste avant la représentation de ce soir. L'interview a eu lieu il y a deux heures, également au célèbre hôtel Astoria de Saint-Pétersbourg Je vous libre ici le texte que j'ai eu tout juste le temps de transcrire avant la représentation, qui débute dans 45 minutes. Il sera mis en forme correctement demain..








    Comment avez-vous été invitée au Mariinsky?

    Cela s'est passé un peu comme pour Héloïse. Après le dernier concours de promotion – enfin plus exactement alors que les répétitions de La Bayadère avaient commencé –, Benjamin Millepied est venu me dire que Youri [Fatéev] voulait que je danse Gamzatti au Mariinsky. J'étais évidemment contente, même si je n'y croyais pas trop. En fait, Youri Fatéev ne m'avait même pas vue en Gamzatti, il était venu pour les représentations de Kimin Kim et Kristina Shapran [les 19 et 21 décembre 2015, ndlr.], où je dansais la Première ombre. Youri Fatéev et Benjamin Millepied m'attendaient à la sortie des artistes, et ils m'ont dit : «oui, tu viens à Saint-Pétersbourg pour faire Gamzatti au festival du Mariinsky. Tu dansera avec Kimin Kim». C'est là que j'ai compris que c'était «vraiment vrai» ! Et encore, les préparatifs, les demandes de visas, etc. ont commencé assez tard, fin février-début mars 2016, et c'est seulement en arrivant à Saint-Pétersbourg que j'ai réalisé ce qui m'arrivait.


    On vous avait déjà dit quels seraient vos partenaires?

    Pour Solor, oui, on m'a tout de suite dit que ce serait Kimin Kim. En revanche, je ne savais pas qui danserait Nikiya.


    Aviez-vous répété avec les solistes avant d'arriver en Russie?

    Non. J'ai travaillé le rôle toute seule, à partir d'une vidéo que le Mariinsky m'avait envoyée. En fait, la version du Mariinsky n'est pas si différente que cela de celle de Nouréev. Je me suis préparée durant deux semaines avec mon répétiteur parisien, Laurent Novis. Je ne suis pas quelqu'un qui arrive à travailler seul dans son coin. Pour ces séances, j'avais aussi demandé à Yannick [Bittencourt] et Hugo [Marchand] de me servir de partenaires, afin de peaufiner le pas de deux de Gamzatti et Solor. Comme j'étais distribuée sur le programme mixte [Ratmansky/Balanchine/Robbins/Peck, ndlr.], je n'étais pas trop sollicitée et cela me laissait du temps pour répéter.


    Etiez-vous déjà venue à Saint-Pétersbourg? Connaissiez-vous un peu le Mariinsky?

    Non, je n'étais jamais venue en Russie. Je connaissais bien entendu le Mariinsky de réputation, mais je n'avais vu la compagnie sur scène qu'une fois, au Japon, quand j'étais plus jeune. J'étais une petite fille, et ce sont des souvenirs assez vagues!


    Dans quelle direction avez-vous travaillé le rôle?

    Je sais très bien que je ne suis pas une danseuse russe. J'admire beaucoup les danseuses russes, avec leurs lignes, leurs extensions, mais moi, je ne suis pas du tout comme cela. Mes qualités ne sont pas là. Je n'ai pas un corps très souple, notamment. Je voulais donc me concentrer sur ce que moi je pouvais faire le mieux, tout en respectant la version du Mariinsky. Je pense d'ailleurs que si Youri Fatéev nous a invitées [Héloïse Bourdon et moi], c'est aussi pour montrer qu'il existe d'autres styles de danse ailleurs dans le monde. C'est ce qui fait l'intérêt de ce festival aussi. Pour le public, c'est magique de voir ces danseurs venus de partout, dix jours durant, dans des spectacles différents. Je veux donc essayer d'être moi-même. On verra bien ce soir si le public aime ou pas!


    De quelle école vous revendiquez-vous?

    De l'école française. Évidemment, je ne suis pas passée par l'école de danse de l'Opéra de Paris. Mais maintenant que j'ai intégré la compagnie, j'essaye d'être le plus française possible, en travaillant le bas de jambe, les pieds, les épaulements. Donc c'est vrai, je ne suis pas un pur produit de l'école française, mais c'est pour cette raison que j'ai énormément travaillé avec Laurent Novis [professeur au Ballet de l'Opéra de Paris, ndlr], depuis le jour ou je suis entrée au ballet de l'Opéra de Paris.


    Sur quels points particuliers Laurent Novis vous corrige-t-il?

    En premier lieu, sur les pieds. Et les épaulements. Il me fait comprendre la valeur de chaque pas. Et il me pousse jusque dans mes limites. Je suis une danseuse qui possède un saut assez puissant, facile, et il m'encourage à aller au maximum de ce dont je suis capable : toujours plus d'élévation, toujours plus de pirouettes, bien présenter les pieds, monter la beauté de la femme, de la ballerine.


    Quel type de formation aviez-vous reçue en Australie?

    J'ai fait mes classes à l'Australian Ballet School, en effet. C'est un peu un mélange moitié-moitié de méthode Vaganova et de pratiques locales, de «style australien». Mais j'ai eu la chance de beaucoup travailler avec la directrice de l'école, Marilyn Rowe, qui, un peu comme les Français, insiste beaucoup sur la présentation du pied. Ce n'était évidemment pas l'école française, au sens strict, mais il y avait un petit quelque chose d'approchant. C'est peut-être aussi pour ça que j'aime beaucoup l'école française de danse.


    Vous êtes à Saint-Pétersbourg depuis combien de temps?

    Je suis arrivée le mercredi [6 avril 2016] après-midi. J'ai tout de suite enchaîné sur une répétition avec Kimin Kim, le soir à 19h00. Cela m'aura fait en tout trois jours de répétition, uniquement en studio. Je découvrirai la scène – et le corps de ballet – ce soir [9 avril 2016] lors du spectacle !


    Êtes-vous déjà montée discrètement sur le plateau tout de même?

    Oui, un danseur de la compagnie, Xander Parish, qui parle anglais, m'a fait faire une petite visite du théâtre hier. Il m'a emmenée aussi sur la scène! C'est magnifique, j'ai vraiment halluciné! Je n'arrive pas encore à croire que je vais, moi, danser là ce soir!


    Vous avez assisté à la représentation de La Belle au bois dormant hier [8 avril 2016], c'était une façon de vous détendre, de faire baisser la pression?

    Oui, tout à fait. Et ça m'a mise en « mode spectacle », cela m'a motivée... Voir les danseurs, sentir les réactions du public, même si ce n'était pas dans le même théâtre, puisqu'on jouait au Mariinsky-II. Cela m'a effectivement permis de me relaxer un petit peu, tout en restant concentrée au maximum. Mais il faut aussi en profiter, sinon, danser n'aurait pas d'intérêt.


    Avec qui avez-vous répété à Saint-Pétersbourg?

    J'ai un peu honte de le dire, mais il n'y a pas eu de vraie présentation des coaches, et je n'ai pas retenu le nom de la personne qui me suit [vraisemblablement Elvira Tarasova, ndlr.], mais c'était une ancienne étoile de la compagnie, à ce qu'on m'a dit. Youri Fatéev est aussi venu dans le studio hier, ainsi que le coach de Kimin Kim [Vladimir Kim, sans lien familial avec Kimin Kim, ndlr.].

    Gamzatti est un rôle très dur techniquement, mais tout se passe de manière très intense en l'espace de vingt minutes seulement. J'ai eu environ une heure de répétition chaque jour, durant trois jours. Je pense que pour Gamzatti, cela suffit. Mais c'était davantage pour faire les derniers ajustements qu'un vrai coaching. J'aimerais avoir un jour la possibilité de travailler vraiment avec la compagnie, le corps de ballet.
    Je suis aussi les cours de la compagnie. Ils sont plus brefs qu'a Paris, et ne durent pas plus d'une heure. C'est surtout de l'échauffement. Mais c'est très efficace.


    Ce sera un défi pour vous de danser aux côtés de Kimin Kim?

    Oui, et ce sera de toute façon un défi de danser avec la troupe du Mariinsky! Je ne me sens pas mieux que d'autres sous prétexte que je suis Première danseuse, et c'est assez impressionnant pour moi de me produire aux côtés de toutes ces stars du Mariinsky ce soir, mais je vais essayer de ne pas trop y penser. Je vais faire de mon mieux.


    La question a déjà été un peu abordée plus haut: votre conception du rôle de Gamzatti sera ici différente de ce que vous faisiez à Paris?

    Pas fondamentalement. La chorégraphie du Mariinsky est un peu moins difficile, donc un peu moins stressante aussi, notamment la grande variation du deuxiè me acte. L'adage est plus ou moins identique à ce que je faisais à Paris, il y a quelques ports de bras, quelques préparations qui changent.

    La scène de pantomime de l'acte I est aussi un peu différente, mais de toute façon, elle est différente avec chaque danseuse. C'est davantage sur la musicalité qu'il y a les changements les plus importants, les accents sont placés autrement. Par exemple, quand je baisse le bras, en signe de vengeance, à la fin de la scène, le rideau descend quasiment avec le geste, alors qu'à Saint-Pétersbourg, la pantomime s'interrompt un peu avant. Mais c'est une scène que j'aime beaucoup, il faut se donner à 100%, sinon l'histoire ne passe pas auprès du public. En répétition, j'y suis allée si fort hier que j'ai un peu « choqué » Oksana Skorik [Nikiya, ndlr.], elle ne s'attendait pas à tant de véhémence quand je l'ai touchée, quand je l'ai fait tourner. En fait, au Mariinsky, l'affrontement de Gamzatti et Nikiya est moins démonstratif, moins violent, et Gamzatti ne se roule pas par terre par exemple. J'ai malgré tout essayé de préserver le côté plus véhément du personnage, dont j'ai l'habitude à Paris.


    Vous porterez quels costumes?

    J'ai apporté tous mes costumes de Paris, ne sachant pas trop à quoi m'attendre, mais finalement, je danserai avec ceux du Mariinsky.


    Lorsque vous avez abordé, à Paris, il y a quelques mois, pour la première fois le rôle de Gamzatti, ça a été un moment important dans votre jeune carrière?

    Oui, bien sûr. A ce stade de ma carrière, je veux me fixer tous les défis, tous les rôles sont importants. J'en ai besoin, je m'en sens capable. Les rôles les plus difficiles techniquement me permettent d'aller au-delà de moi-même, de dépasser mes limites, de m'améliorer. Je ne dis pas que je veux absolument tout danser dès maintenant, il y a un temps pour chaque rôle, mais je veux en faire le maximum. La Bayadère, c'est l'un des ballets que j'ai le plus vus quand j'étais petite. Je regardais la vidéo avec Elisabeth Platel qui dansait Gamzatti, avec Laurent Hilaire, c'était magique. Alors quand on m'a dit que j'allais moi-même danser Gamzatti pour une première à l'Opéra de Paris...


    Vous êtes aussi attirée par d'autre types de rôles que ceux très techniques et virtuoses?

    Mes deux ballets préférés sont Le Lac des cygnes et Giselle. J'ai déjà eu la chance de danser – une seule fois – Le Lac des cygnes, c'était déjà magique, mais c'est passé si vite! J'espère avoir l'occasion de le refaire lorsque le ballet sera repris à l'Opéra de Paris. Sinon, pour moi, LE ballet, c'est Giselle. En mai-juin, je ferai Myrtha à Paris – j'en suis très heureuse - , mais j'espère qu'un jour j'aurai aussi la possibilité de danser le rôle principal.


    Vous êtes venue toute seule à Saint-Pétersbourg, ou, comme Héloïse Bourdon, êtes vous accompagnée d'amis et/ou de membres de votre famille?

    Ma mère et quelques amis m'accompagnent, ainsi qu'une jeune fille japonaise, venue de l'Académie Princesse Grace, à Monaco, et qui a été invitée à danser la Manou par Youri Fatéev ; il avait dû la repérer dans un concours.


    Vous assisterez au gala de clôture du Festival?

    J'aurais bien aimé, mais le devoir m'appelle, et je rentrerai dès demain matin à Paris. Les répétitions de Giselle débuteront la semaine prochaine. J'ai eu un début de saison relativement tranquille, à la différence de l'année dernière, où j'ai enchaîné Le Lac des cygnes, Paquita... Là, finalement, j'ai envie de travailler beaucoup, j'aime bien aller jusqu'au bout de la fatigue. Je n'aime pas me reposer trop longtemps.


    Vous aimez bien danser à l'étranger, en tant qu'invitée?

    Eh bien, c'est la première fois, et j'espère bien que cela ne sera pas la dernière. J'adore cela, cela me stimule.






_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 22829

MessagePosté le: Sam Avr 09, 2016 11:15 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Mission accomplie pour Hannah O'Neill ce soir en Gamzatti au Mariinsky. Quelques souvenirs avant un compte-rendu détaillé. En tous cas, la danseuse a fait honneur à l'Opéra de Paris, et est demeurée parfaitement maîtresse de ses nerfs au cours des deux premiers actes (Gamzatti n'intervient pas au troisième, et comme le 4ème est supprimé...). L'ensemble de la représentation était d'un bon niveau. Kimin Kim a fait le numéro de voltige attendu, et sa série de double-assemblés était fabuleuse. A noter aussi, la très jolie Manou de la petite Japonaise May Nagahisa, venue tout spécialement de l'Académie Princesse Grace, de Monaco, accompagnée du directeur de l'institution, Luca Masala.















Et la partition, avec la couverture qui date encore des grandes années du Kirov :




_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ElenaK



Inscrit le: 24 Avr 2013
Messages: 533

MessagePosté le: Dim Avr 10, 2016 1:35 am    Sujet du message: Répondre en citant

La liste des participants de la partie "Divertissement" du gala de clôture a changé : Elena Evseeva, Valeria Martynuk et Ernest Latypov, ainsi que la soprano Guelena Gaskarova, ont été rajoutés, Daniel Camargo a été retiré.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Sarra



Inscrit le: 29 Sep 2009
Messages: 151

MessagePosté le: Dim Avr 10, 2016 3:53 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Pour ne pas ne s'intéresser qu'aux grand(e)s... Dans la quatrième des photographies données par Haydn, ci-dessus, on aura reconnu -derrière May Nagahisa- la petite Anna Charova et sa copine, vues récemment dans le documentaire sur l'Académie Vaganova, poupées en robe blanche et rouge de La Fée des poupées. Même venues seulement de "la porte à côté", leur joie (elles élèves de première année, 1/5) de participer à un ballet de la compagnie n'est visiblement pas moindre que celle de la jeune Japonaise invitée ! Smile


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ElenaK



Inscrit le: 24 Avr 2013
Messages: 533

MessagePosté le: Dim Avr 10, 2016 10:41 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Le Mariinski a publié les photos de Hanna O'Neill :
- avant le spectacle
- pendant le spectacle
Et les fouettés en bonus.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivante
Page 6 sur 8

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous pouvez voter dans les sondages de ce forum


Nous Contacter
Powered by phpBB © phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com