Dansomanie Index du Forum
Connexion S'enregistrer FAQ Liste des Membres Rechercher Dansomanie Index du Forum

Expositions : danse, musique, théâtre...
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 16915

MessagePosté le: Mar Juin 14, 2016 2:38 pm    Sujet du message: Répondre en citant

ElenaK a écrit:
Ceux qui viendront à Saint-Pétersbourg avant le 16 mai auront l'occasion de visiter l'exposition de Léon Bakst au Musée Russe.

http://en.rusmuseum.ru/benois-wing/exhibitions/l-on-bakst/


Moscou prend le relais avec, apparemment, une très grosse expo au Musée Pouchkine (du 8 juin au 4 septembre 2016). On en parle même (en français) sur Culture Box.




Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Hendiadyn



Inscrit le: 05 Déc 2011
Messages: 94
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Juin 14, 2016 3:49 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Pour les amateurs de Léon Bakst qui ne peuvent s'offrir le voyage, une exposition est également prévue, même si c'est sur un sujet certes plus ciblé. C'est à la Bibliothèque-musée de l'Opéra et ça commence le 22 novembre :

Citation:
Bakst : des Ballets russes à la haute couture
22 novembre 2016 - 5 mars 2017
Bibliothèque-Musée de l’Opéra (Palais Garnier)

La BnF et l’Opéra national de Paris célèbrent les 150 ans de la naissance de Léon Bakst, grande figure de la décoration théâtrale du début du XXe
siècle. Célèbre dans le monde entier grâce à ses réalisations pour les Ballets russes de Diaghilev, mais également pour l’Opéra de Paris ou les scènes d’avant-garde, Léon Bakst est également peintre, portraitiste, illustrateur, décorateur d’intérieur ou designer. Il a collaboré avec la maison de haute couture de Jeanne Paquin, avec le bijoutier René
Lalique ou le parfumeur François Coty. Artiste protéiforme, il a influencé ses contemporains mais aussi plusieurs grands créateurs comme Walt Disney, Yves Saint Laurent ou Dries Van Noten.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Elaine



Inscrit le: 07 Mar 2012
Messages: 41

MessagePosté le: Lun Juin 20, 2016 8:53 am    Sujet du message: Répondre en citant

Chorégraphes américains à l'Opéra de Paris (du 16 juin au 25 septembre 2016).
Belle petite exposition qui mérite le détour, construite autour de quatre périodes : les premiers échanges (1947-72), l'expérimentation (73-80), pluralité ((80-89) et équilibre entre reprises et créations (1990-2016). Comme toujours pour les expositions à Garnier, des costumes (Palais de Cristal de 1947, tutus de Lacroix pour K. Armitage et pour Joyaux ou le Palais de Cristal, robe de In the night, tunique au motif ondulé de En sol, imposante robe jaune de Signes, etc.), des photos sorties des archives (souvent très connues comme les nombreux portraits de Blanchine ou Robbins), des vidéos -un peu courtes- (déjà anciennes et qui permettent de revoir Claude Bessy dans Pas de Dieux, P. Dupond et I. Guérin dans Twyla Tharp, ou plus récentes).


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Ritournelle



Inscrit le: 13 Juin 2013
Messages: 533

MessagePosté le: Mar Juin 28, 2016 9:47 am    Sujet du message: Répondre en citant

Ce n'est pas tout à fait une exposition sur la danse, mais Le Parisien annonce que Nicolas Le Riche présentera des "conférences dansées" à la Fondation Louis Vuitton à l'occasion de leur exposition sur la collection Chtchoukine qui se tiendra du 22 octobre 2016 au 20 février 2017. Dans ce cadre, le chorégraphe américan Daniel Linehan revisitera Le Sacre du Printemps.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 22847

MessagePosté le: Ven Juil 01, 2016 1:50 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Le musée des Confluences, à Lyon (ainsi dénommé, pour les non-Gônes, parce qu'il se situe sur la presqu'île de Gerland, au confluent du Rhône et de la Saône), organise, du 19 09 2016 au 05 02 2017, une exposition consacrée à la danse contemporaine. Le commissariat en est assuré par Agnès Izrine, l'ex-rédactrice en chef de feu Danser - Télérama :




    À la fois installation et œuvre d’art en soi, Corps rebelles est une invitation à comprendre la danse contemporaine comme un langage universel. Corps rebelles est une exposition sur l’histoire de la danse au 20e siècle. Destinée aux néophytes comme aux initiés, elle interroge ses enjeux esthétiques et sociaux et présente les différentes approches du corps dansant, illustrés par des chorégraphies emblématiques.

    Six grands thèmes en dessinent le parcours : "Danse virtuose", "Danse vulnérable", "Danse savante,danse populaire", "Danse politique", "Danses d’ailleurs", et "Lyon, une terre de danses". La scénographie est conçue pour être immersive par une forte présence de l’image et de la musique. L’exposition se visite avec un casque. Corps Rebelles : une exposition du musée des Confluences d’après un concept du Musée de la civilisation, Québec, avec la participation de Moment Factory.


    Au cœur de l’exposition, chacun des 6 thèmes se déploie sur de grands écrans disposés en triptyque. Les films diffusés dans ces espaces semi-immersifs donnent la parole à un chorégraphe sur des images de sa performance dansée, dans une esthétique épurée et une image en noir et blanc.

    6 chorégraphes ont été choisis par le musée et la commissaire Agnès Izrine pour évoquer chaque thème :

    Louise Lecavalier pour "Danse virtuose", Raimund Hoghe pour "Danse vulnérable", François Chaignaud et Cécilia Bengolea pour "Danse savante, danse populaire", Daniel Leveillé pour "Danse politique", Raphaëlle Delaunay pour "Danses d’ailleurs" et Mourad Merzouki pour "Lyon, une terre de danses".


    Par ailleurs, des films réalisés spécialement pour cette version française de l’exposition, s’intéressent à l’évolution du regard sur le corps au 20e siècle en associant des extraits de pièces dansées à des archives d’actualités. Ces deux approches, artistique et sociétale, d’un même sujet déclenchent un dialogue porteur de sens pour le visiteur, lui apportant des clefs de lecture des grands mouvements qui ont traversé l’histoire de la danse contemporaine.

    "Le Sacre du printemps" :
    huit versions du même tableau

    Les versions de cette œuvre majeure de la création chorégraphique au 20e siècle, sont mises en perspectives dans un espace à 360 degrés. Elles illustrent la question de la reprise d’une œuvre, de la mémoire et de l’interprétation. Les versions présentées sont celles de Vaslav Nijinski, Maurice Béjart, Pina Bausch, Marie Chouinard, Angelin Preljocaj, Heddy Maalem, Régis Obadia et Jean-Claude Gallotta.


    Danser Joe et les résidences de chorégraphes

    Cet atelier de danse, créé par Moment Factory, invite le public à participer à la pièce "Joe" (1984), œuvre phare de Jean-Pierre Perreault qui évoque à la fois l’anonymat collectif et la singularité de l’individu. Après avoir revêtu le costume de Joe mis à leur disposition (bottes, chapeau feutre et grand imperméable), les visiteurs sont guidés par la voix de Ginelle Chagnon, l’une des plus proches collaboratrices du chorégraphe. Cette expérience leur permet de donner corps à ce patrimoine immatériel et de comprendre l’interprétation et l’enjeu de la transmission du geste chorégraphique.

    En alternance, le studio sera investi par des chorégraphes et danseurs professionnels pour des résidences programmées en collaboration avec la Maison et la Biennale de la Danse de Lyon, telles Qudus Unikeku, du 20 au 25 septembre 2016. Une expérience participative réalisée par Moment Factory d’après l’œuvre Joe de Jean-Pierre Perrreault, avec la collaboration de la Fondation Jean-Pierre Perreault et du Musée de la civilisation.



































_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/


Dernière édition par haydn le Ven Juil 01, 2016 4:01 pm; édité 2 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 22847

MessagePosté le: Ven Juil 01, 2016 1:53 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'avoue que je ne sais pas trop ce que vient faire Raphaëlle Delaunay - née à Paris et pur produit de l'école de l'Opéra - dans la rubrique "danses d'ailleurs", mais bon...



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 22847

MessagePosté le: Sam Juil 09, 2016 10:46 am    Sujet du message: Répondre en citant

Pour ceux qui auraient la chance de se rendre prochainement à Saint-Pétersbourg, le célèbre musée de l'Ermitage organise une rétrospective consacré au décorateur Erté (Romain de Tirtoff - "R T", naturalisé français mais né russe sous le patronyme de Roman Petrovich Tyrtov) :




http://www.hermitagemuseum.org/wps/portal/hermitage/what-s-on/temp_exh/2016/erte/?lng=en

Erté a collaboré à de nombreuses reprises avec l'Opéra de Paris et l'Opéra comique :

- La Traviata (1951)
- Cosi Fan Tutte (1952)
- La Poule noire (Manuel Rosenthal, 1956)
- Lakmé (1956)
- Capriccio (Richard Strauss, 1957)
- Don Pasquale (1959)
- Castor et Pollux (Rameau, 1959)
- La Traviata (nouvelle prod. 1961)
- Capriccio (nouvelle prod. 1962)


Pour les balletomanes, Erté restera surtout le créateur des décors et des costumes d'En Sol, de Jerome Robbins, en 1975, à l'Opéra de Paris.



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Ballerina



Inscrit le: 01 Juin 2016
Messages: 302

MessagePosté le: Sam Juil 09, 2016 11:16 am    Sujet du message: Répondre en citant

Quelle chance! Je serai à Piter en août.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Elaine



Inscrit le: 07 Mar 2012
Messages: 41

MessagePosté le: Jeu Juil 21, 2016 12:37 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Actuellement au Musée des Arts Déco à Paris, très belle exposition Fashion forward avec quelques très brèves scènes filmées avec des danseurs de l'Opéra.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Elaine



Inscrit le: 07 Mar 2012
Messages: 41

MessagePosté le: Lun Sep 12, 2016 9:37 am    Sujet du message: Répondre en citant

A venir au Louvre, petite exposition du 6 octobre 2016 au 3 juillet 2017, dans la Petite Galerie : Corps en mouvement. La danse au musée, avec pour commissaires le directeur du Louvre JL Martinez et B. Millepied.
Dans la revue du Louvre Grande Galerie de septembre 2016, interviews des deux commissaires. Je recommande les propos de B. Millepied dans l'article "Les arts avancent tous du même pas", où il fait preuve d'une vraie curiosité. Il revient sur le choix des œuvres, le dialogue entre les arts, la représentation de la danse, etc.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 22847

MessagePosté le: Lun Sep 12, 2016 10:00 am    Sujet du message: Répondre en citant

Merci Elaine Smile


Plus de détails ici : http://www.louvre.fr/expositions/corps-en-mouvementla-danse-au-musee






_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 16915

MessagePosté le: Mer Sep 14, 2016 9:53 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Oui, un dossier est consacré à l'exposition à venir "Corps en mouvement" dans le dernier numéro de Grande Galerie. Le Journal du Louvre, qui comprend deux entretiens, l'un avec Jean-Louis Martinez, directeur du Louvre, et l'autre, tout à fait intéressant (puisqu'il est désormais de bon ton de l'assassiner), avec Benjamin Millepied.
En attendant celle-ci, j'ai vu une autre expo, en avant-première, où il est aussi question de "corps" (quelles tarte à la crème!) - "Corps Rebelles" -, imaginée par Agnès Izrine, au Musée des Confluences à Lyon, dont je vous parlerai bientôt. Une expo "en immersion", très bien d'ailleurs.

Edit : Oups! Pardon Elaine, vous signaliez déjà cette revue et cet entretien, je n'avais point vu... Embarassed


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 16915

MessagePosté le: Ven Sep 16, 2016 4:26 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Exposition « Corps Rebelles »
Lyon, Musée des Confluences
Du 13 septembre 2016 au 5 mars 2017


En écho avec l'ouverture de la Biennale de la Danse, le Musée des Confluences de Lyon présente « Corps rebelles », une exposition née au Québec et imaginée par la journaliste et critique Agnès Izrine, en forme d'immersion dans l'univers de la danse du XXe siècle.

L'immersion n'est pas ici simple métaphore. Plus qu'une exposition, au sens classique du terme, « Corps rebelles » se présente comme une véritable installation, dotée d'une scénographie interactive. Plongé dans un clair-(très)obscur intimiste, presque troublant même, le visiteur est invité à parcourir une pièce circulaire unique, muni d'un casque audio (un peu fatigant à dire vrai au bout d'une heure trente de promenade...), dont le son se synchronise selon l'endroit où il se trouve et lui donne accès de la sorte à des vidéos.

L'intitulé « Corps Rebelles » renvoie à une double problématique, frappée en quelque sorte du sceau de l'évidence : celle du corps, véritablement obsessionnelle dans le discours contemporain sur la danse, et celle de l'affranchissement : la danse moderne, puis la danse contemporaine, se veulent, quelles qu'en soient les déclinaisons, rupture, plus ou moins consommée, avec les codes et les contraintes attachés à la danse académique.

Aussi sophistiquée soit-elle dans sa forme, l'exposition se donne un objectif ouvertement pédagogique. De l'aveu même de sa commissaire, Agnès Izrine, il s'agit de rendre la danse – une certaine danse - accessible à un public qui ne la connaît pas forcément – voire peut-être s'en méfie ? Le parcours est ainsi articulé autour de six grandes thématiques, illustrées chacune par des photos, des textes et des vidéos, qui sont comme des clés ou des portes d'entrée dans l'univers parfois crypté de la danse moderne et contemporaine : « Danse virtuose », « Danse vulnérable », « Danse savante, danse populaire », « Danse politique », « Danse d’ailleurs » et « Lyon, terre de danses ». Toutes ces pistes n'ont pas, en soi, la même pertinence ni la même force réflexive (« Lyon, terre de danses », adaptée pour le Musée des Confluences, fait quand même un peu « placement produit », quand l'articulation virtuosité/vulnérabilité, savant/populaire s'avère essentielle et aussi riche que passionnante), mais toutes ont cependant quelque chose à nous dire de cette danse du XXe siècle, une danse qui se fait toujours, consciemment ou non, le sismographe de son temps – de l'air du temps et du monde tel qu'il est.

Situés au cœur du dispositif scénographique, les témoignages filmés d'interprètes ou de chorégraphes, reliés chacun à l'une des thématiques de l'exposition, sont ainsi chargés de souligner les liens profonds et pérennes entre le champ chorégraphique et le champ politique, à tout le moins social. Cette interaction, constamment mise en exergue, si elle est réelle, est-elle toutefois une exclusivité du XXe siècle ? Portés par une histoire et une actualité, les propos que tiennent ces artistes ont en tout cas souvent une résonance bien plus universelle qu'on ne pourrait s'y attendre, remuant là des questions centrales qui parcourent toutes les époques. Parmi eux, Louise Lecavalier, interprète fétiche d'Edouard Lock, évoque la virtuosité à l'ère moderne, tandis que Raimund Hoghe, chorégraphe allemand, parle, non sans susciter un certain trouble, de sa volonté de faire d'un handicap physique – une malformation du dos – un art de questionner ses semblables. François Chaignaud, adepte, avec Cecilia Bengolea, du mélange - et de la subversion - des genres et des styles (danse sur pointes, chant géorgien, voguing, dub jamaïcain et autres danses urbaines), parle de son côté, avec une magnifique éloquence, de ce moment cathartique où la danse parvient à se faire matière « bouleversante » - entre « l'obsession de la maîtrise et l'excès, les déséquilibres, les abandons ». Raphaëlle Delaunay, danseuse métisse sise entre deux mondes (monde blanc/monde noir, monde du ballet classique/monde de la danse contemporaine), explique quant à elle, sans pathos, comment elle se réapproprie certaines danses, comme le charleston, associées à une mémoire douloureuse. Aussi différents soient-ils, les corps modernes ou contemporains sont, sinon « rebelles » - le terme est peut-être un peu trop chargé et convenu -, du moins dans une relation de questionnement renouvelé à la norme.

Le parcours proposé est beaucoup plus dense qu'il n'y paraît à première vue. En complément du dispositif vidéographique principal, quatre petits films, spécialement réalisés pour l'exposition, évoquent l'évolution du regard sur le corps dansant au XXe siècle au travers de nombreuses images d'archives. Ils mériteraient, sans nul doute, d'exister bien au-delà du musée. L'exposition se prolonge par une réflexion autour de la mémoire et de la conservation de la danse. Une petite salle est ainsi consacrée à la question, fort ancienne, de la notation chorégraphique, qui peut toutefois laisser un peu sur sa faim : Feuillet, Benesh, Laban, soit, mais entre le premier et les deux autres, rien? Nous n'avons pu voir en revanche l'installation autour du Sacre du printemps, laquelle met en perspective, dans un espace à 360°, huit versions d'un même extrait musical de cette œuvre majeure, manifeste fondateur de la modernité.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 16915

MessagePosté le: Dim Sep 18, 2016 7:32 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Un article sur Le Sacre du printemps sur le site de France Culture, en relation avec l'exposition du Musée des Confluences.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 22847

MessagePosté le: Jeu Sep 22, 2016 12:27 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Le reportage de Sophia au Musée des Confluences de Lyon a été mis en page, et il est agrémenté d'un album-photo, avec des vignettes cliquables pour agrandir les images :





_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivante
Page 6 sur 8

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous pouvez voter dans les sondages de ce forum


Nous Contacter
Powered by phpBB © phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com