Dansomanie Index du Forum
Connexion S'enregistrer FAQ Liste des Membres Rechercher Dansomanie Index du Forum

La Bayadère, ONP Bastille 07/03- 15/04 2012
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 47, 48, 49, 50  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Lulu



Inscrit le: 13 Déc 2010
Messages: 212

MessagePosté le: Mar Avr 10, 2012 10:58 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J’ai vu le deuxième spectacle de Svetlana Sakharova à l’Opéra Bastille. C’est clair, cette artiste a un physique idéal et des lignes extraordinaires. Je trouve dommage qu’elle s’écarte trop souvent les jambes et pas toujours d’une manière très distinguée. Elle nous a offert des moments de danse sublimes, entrecoupés de moments plus surprenants, inutiles et manquant d’élégance.
Je n’ai pas été, non plus, très emballée par ses ports de bras. Elle m’a donné plus l’impression d’un oiseau, voire d'un cygne, que d'une bayadère. Du coup elle manquait de poids, surtout dans la variation du premier acte.
Son jeu et sa pantomime m’ont paru un peu vieillots et parfois maniérés.
Enfin bref, vous l’aurez compris, je suis sortie de l’Opéra avec un sentiment mitigé. Mais c’est toujours un plaisir d’admirer des artistes étrangers invités à l’Opéra.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
agnes marie



Inscrit le: 30 Mar 2012
Messages: 7

MessagePosté le: Mer Avr 11, 2012 7:28 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Oui, je suis d'accord avec vous, elle a une technique éblouissante, mais elle est un peu maniérée ; je préfère l'école française plus sobre.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
danse-0pera



Inscrit le: 29 Nov 2006
Messages: 406

MessagePosté le: Mer Avr 11, 2012 8:56 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je ne suis pas d'accord avec vos critiques. Je craignais aussi les manières et le too much, qu'elle nous a tout à fait épargné je trouve. J'ai été séduite par son interprétation, notamment dans le 1er acte. Dans les autres actes, Zakharova a dégagé plus de "froideur" à mon sens, sans toutefois nuire à l'histoire de cette Bayadère.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
yvette



Inscrit le: 29 Mar 2006
Messages: 100
Localisation: herstal belgique

MessagePosté le: Mer Avr 11, 2012 9:04 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Voilà, je viens seulement de rentrer de Paris, donc voici le compte rendu de la soirée du lundi 9...... Vous êtes certainement tous au courant que Stéphane Bullion a été remplacé en dernière minute par Florian Magnenet.
J'ai assisté à quelque chose de magnifique, FRANCOIS ALU a été grandiose en Idole dorée, je suis restée scotchée à mon fauteuil pendant toute sa variation : incroyable !!!!! Il avait de l'électricité dans les avant-bras et dans les mains, sa danse était phénoménale, et je n'ai pas pu m'empêcher de crier un bravooooooo, avec un accent bien liégeois Wink pendant les applaudissements qui fusaient de toutes parts.

Le couple Emilie Cozette - Magnenet s'en est très bien tiré, malgré un passage très laborieux dans la variation du foulard. J'ai cru jusqu'au bout qu'ils allaient s'emmêler les pinceaux et qu'ils ne s'en sortiraient jamais. Il était temps que cela se termine, je ne savais plus respirer !!!
mais dans l'ensemble pendant tout le ballet, ils ont été constamment en osmose.
Sarah Kora Dayanova a une très grande expression théâtrale, et a été une Gamzatti redoutable
Pendant l'acte des ombres, quand les ballerines se mettent en ligne une à gauche et une à droite, une ballerine s'est retrouvée à un mètre de distance par rapport aux autres , je n'avais encore jamais vu ça !!! je me suis demandée ce qu'elle allait faire, mais elle n'a pas bougé et a repris sa place après une minute qui lui a certainement semblé un siècle et quand elle a repris sa place, je me suis dit qu'elle avait très bien réagi, car cela n'avait pas fait désordre du tout. Enfin j'espère qu'on ne lui en tiendra pas rigueur.
Malgré les hauts et les bas, le spectacle a été magnifique. Quant à François Alu, c'est ça que l'on s'attend à voir quand on se déplace pour voir un ballet dans une maison aussi prestigieuse que l'ONP.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Florestiano



Inscrit le: 28 Mai 2010
Messages: 1802

MessagePosté le: Jeu Avr 12, 2012 12:19 am    Sujet du message: Répondre en citant

Je ne peux pas dire être sorti particulièrement enthousiaste de la Bayadère de ce soir 11 avril, mettant aux prises Ould-Braham, Magnenet et Giezendanner.

Je ne comprends d'ailleurs pas que cette dernière, que j'apprécie en général beaucoup (elle a notamment été une très belle Ombre et une Manou très réussie sur cette série), soit distribuée en Gamzatti. Alors certes, les fouettés et les figures qui précèdent, dont je ne connais pas le nom, étaient réussis, mais alors, question interprétation, ce fut le néant total. Charline n'a ni l'autorité ni le charisme de ce rôle qui l'intimide manifestement. La scène de crêpage de chignon avec Nikiya au I m'a inspiré un ennui profond et on avait l'impression que l'une comme l'autre répétait la scène sans réellement s'y investir - a-t-on déjà vu une claque aussi molle et une Nikiya valdinguer aussi peu en la recevant, a-t-on jamais vu une telle absence de tension psychologique et d'énergie ou de conviction dans cette scène ? Brigitte n'a pas été super inspirée sur ce coup-là - en même temps, les aléas de la distribution ayant été ce qu'ils ont été...

Si j'avais dit tout le bien que je pensais de Magnenet lors de sa prise de rôle (où il m'avait agréablement surpris), je ne saurais tenir les mêmes propos ce soir. Bien pâlichon dans son interprétation, bien piètre partenaire (notamment avec Gamzatti ! toutefois, il faut avouer que pour soulever Ould-Braham, son aisance est évidente), bien poussif techniquement ce soir dans ses variations... Let's see la prochaine fois Wink

Reste Myriam Ould-Braham, dont le travail de bras et de bas de jambe ravit tant il est tout en raffinement. Elle était divine dans la longue scène de la mort de Nikiya et dans le III, même si on ne peut que regretter que l'osmose n'ait pas vraiment été au rendez-vous avec Florian.
Alors une superbe danseuse, oui, mais une superbe Nikiya ? Là encore, une erreur de casting, probablement, mais plus stylistiquement qu'autre chose, parce qu'elle reste toujours très "belle à regarder" - c'est fou comme certaines poses dans le III faisaient songer à La Sylphide, le placement des mains étant troublant de ressemblance avec l'esprit de ce rôle.

Belle prestation de Madin en Idole Dorée, beaucoup mieux en place que la dernière fois que je l'ai vu (le 19 mars). Là où il éclipse tous les autres, c'est en Fakir, débordant d'énergie, folklorique à souhait, d'un brouillon calculé et réjouissant.

Une descente des Ombres ce soir superbe, idéalement accompagnée par l'Orchestre. C'est un mystère ; comment des danseuses si harmonieuses dans le III peuvent être aussi à côté de la plaque dans le II (sur toutes les représentations que j'ai vues, les danses des éventails et des perroquets étaient particulièrement peu en place, avec des lignes inexistantes et une synchronisation hasardeuse - que font les maîtres de ballet ?).

Sinon, j'ai beaucoup pensé aux propos de pedro ce soir, qui trouvait les I et II "à vomir" et seul le III digne d'être sauvé. Est-ce un effet collatéral de l'overdose, mais j'ai trouvé au fil des représentations que j'ai pu voir que seul le III résistait totalement à la vision répétée sur une courte période de temps ; l'enchantement y reste intact alors qu'on finit à la longue par s'ennuyer un peu sur le début, très très narratif, de la soirée.

En bref, je garderai de cette série un souvenir globalement en demi-teinte (je n'ai pas pu voir François Alu, zut !), marqué tout de même par l'éblouissement éclatant de la prestation de Zakharova et Bullion ; il n'y a in fine guère que sur leurs deux soirées que j'ai pleinement vibré.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 19906

MessagePosté le: Jeu Avr 12, 2012 8:36 am    Sujet du message: Répondre en citant

Intéressante, la critique du quotidien moscovite Kommersant, signée Maria Sidelnikova, commence par pointer du doigt la charge qui pèse sur les danseurs de l'Opéra (deux spectacles programmés simultanément), les blessures en rafale (les danseurs encore en état se comptent sur les doigts d'une main) et, plus largement, la "crise", qui voit un certain nombre d'étoiles partir en retraite, sans que la relève soit là.

Pour ce qui est du spectacle, la journaliste, qui a assisté à la soirée avec Zakharova, estime que Bullion, contraint par la responsabilité pesant sur lui, s'est montré plus concentré sur son partenariat que sur son personnage. Il a convenablement maîtrisé le manège des double-assemblés, restant néanmoins toujours en retrait de sa partenaire. Le point fort de la représentation résidait en fait dans l'affrontement entre Nikiya et Gamzatti, interprétée par Ludmila Pagliero, dont elle souligne le succès incontestable. Quant à Zakharova, aussi éblouissante qu'impassible durant l'acte III et jusqu'aux saluts finaux, c'est à Fayçal Karoui et à l'orchestre qu'elle aura finalement accordé un sourire - et un merci!


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
paco



Inscrit le: 28 Oct 2005
Messages: 3077

MessagePosté le: Jeu Avr 12, 2012 12:50 pm    Sujet du message: Répondre en citant

sophia a écrit:
Quant à Zakharova, aussi éblouissante qu'impassible durant l'acte III et jusqu'aux saluts finaux, c'est à Fayçal Karoui et à l'orchestre qu'elle aura finalement accordé un sourire - et un merci!


sur ce point elle est un peu de mauvaise foi, car l'absence de sourire est le dénominateur commun de la plupart des stars russes. A-t-on déjà vu esquisser l'ombre d'un sourire chez Nina Kaptsova aux saluts (revisionnez la vidéo de Spartacus, on a l'impression qu'elle va à l'abattoir quand son tour de saluer arrive) ? J'ai aussi souvenir d'une Lunkina complètement glaciale, d'un Vassiliev faisant la gueule à la fin de Don Quichotte à Garnier l'an dernier (du moins à la 2e représentation), et d'une Netrebko à Londres saluant comme si elle était à un enterrement


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
nabucco



Inscrit le: 14 Mar 2007
Messages: 1462

MessagePosté le: Jeu Avr 12, 2012 1:23 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Dans le cas de Netrebko du moins, il y a dans ce côté sérieux une volonté de montrer qu'elle est profondément émue par les ovations du public, comme si elle ne s'y attendait pas. Je trouve ça profondément antipathiqu, mais ce n'est que mon avis personnel...


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Monica



Inscrit le: 17 Jan 2006
Messages: 327
Localisation: Madrid

MessagePosté le: Jeu Avr 12, 2012 5:20 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Mais Paco, on a vu récemment Kaptsova au cinéma très souriante, dans La Belle ou Le Corsaire. Je pense que lors du Spartacus elle était encore dans son "rôle" de Frigia Wink

Peut être que Zakharova est plus "star", mais si on regarde les différents enregistrements (la fille du pharaon, Giselle, Le Lac) elle est toujours pareil, assez souriante. Je pense que tous les danseurs, au début des salutations ont une différente réaction selon le rôle qu'ils vienne d'interpréter...Après la fin de Giselle ou Roméo et Juliette, je n'ai jamais vu de danseurs souriants, dans le deusième ou troisième reprise ou dans le "courtain-call",bien-sûr, là ils sont eux mêmes. Mais, après un Don Quixote, Coppélia ou Corsaire, la réaction est bien différente.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gagar



Inscrit le: 06 Mai 2011
Messages: 94

MessagePosté le: Jeu Avr 12, 2012 9:41 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Petite vidéo Ould-Braham/Magnenet. Vivement la double nomination!


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
cymbales



Inscrit le: 06 Nov 2011
Messages: 283

MessagePosté le: Sam Avr 14, 2012 12:04 am    Sujet du message: Répondre en citant

Pour moi, le principal problème de la représentation de mercredi dernier ne tenait pas tant à la performance des trois interprètes principaux mais à ce que, descendues à 32 des hauteurs himalayennes, seules 24 ombres sont revenues pour la coda finale - et qu'en plus certains assis au parterre ne s'en sont pas aperçu (mais je ne dénoncerai personne Wink)

Je ne sais pas s'il faut s'inquiéter du fait que 8 danseuses ont disparu entre le début et la fin de l'acte ou plutôt se réjouir que cette absence ait été suffisamment bien dissimulée par celles restant sur scène pour que personne ne s'en aperçoive. Peut-être qu'en ces temps de rigueur peut-on en tirer des pistes d'économie pour la prochaine reprise, supprimer quelques mesures de la partition, faire une descente avec 24 ombres seulement, cela fait moins de danseuses à rémunérer, un orchestre qui finit plus tôt et avec un public qui n'y voit que du feu, où est le mal ?Twisted Evil

Plus sérieusement, même si l'on est resté loin de la flamboyance des représentations avec Zakharova, j'ai trouvé cette représentation très attachante. À mes yeux, la délicatesse, la grâce et l'intelligence d'interprétation de Myriam Ould-Braham ont compensé les faiblesses techniques mises en évidence au troisième acte.
En ce qui concerne Charline Giezendanner, je pense qu'effectivement c'est un contre-emploi (mais ce n'est pas le premier qu'on aura vu sur cette série) que de la voir en Gamzatti, elle semble trop fraîche, jeune et innocente pour ce rôle que les circonstances lui ont fait assumer tardivement (et finalement mon plus grand regret sont ces vilaines blessures qui ont empêché Mathilde Froustey et Laura Hecquet faire leur prise de rôle). De plus elle a un caractère trop proche de celui de Myriam Ould-Braham pour que leur confrontation fonctionne vraiment, peut-être que face à une autre Nikiya cela aurait mieux fonctionné. Cependant je ne crois pas qu'on puisse pour autant qualifier son interprétation de néant, elle a fait le choix de rester dans ses moyens, d'assumer ce côté jeune fille, innocente et gâtée, et de le tenir. C'est tout à son crédit. Et elle a quand même bien assuré dans le grand pas, même si elle l'a entamé un peu timidement.

Pour finir, un mot pour Allister Madin, éblouissant en idôle dorée, mais qui m'a quand même manqué en fakir. Il y en a qu'il faudrait pouvoir dédoubler, et à qui il faudrait confier des premiers rôles rapidement.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Lanou



Inscrit le: 12 Déc 2004
Messages: 352
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam Avr 14, 2012 9:25 pm    Sujet du message: Répondre en citant

paco a écrit:
sophia a écrit:
Quant à Zakharova, aussi éblouissante qu'impassible durant l'acte III et jusqu'aux saluts finaux, c'est à Fayçal Karoui et à l'orchestre qu'elle aura finalement accordé un sourire - et un merci!


sur ce point elle est un peu de mauvaise foi, car l'absence de sourire est le dénominateur commun de la plupart des stars russes. A-t-on déjà vu esquisser l'ombre d'un sourire chez Nina Kaptsova aux saluts (revisionnez la vidéo de Spartacus, on a l'impression qu'elle va à l'abattoir quand son tour de saluer arrive) ? J'ai aussi souvenir d'une Lunkina complètement glaciale, d'un Vassiliev faisant la gueule à la fin de Don Quichotte à Garnier l'an dernier (du moins à la 2e représentation), et d'une Netrebko à Londres saluant comme si elle était à un enterrement


J'avais entendu il y a quelques années, alors qu'il y avait la captation de la dame de pique de Roland Petit au Bolchoï que les danseurs moscovites avaient l'interdiction de sourire aux applaudissements.Confused Question
C'est la dame à la télé qui l'a dit Laughing


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
NEOPHYTE



Inscrit le: 25 Sep 2011
Messages: 944
Localisation: PARIS

MessagePosté le: Dim Avr 15, 2012 8:27 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Aujourd'hui à Paris, on pouvait assister à des meetings, courir le marathon ou bien comme moi aller voir la "Bayadère" ...

J'aime toujours autant les décors d'Ezio Frigerio, les costumes de Franca Squarciapino et la direction d'orchestre de Fayçal Karoui!
s'il enregistre un CD de la Bayadère je l'achèterai bien volontiers!

Myriam Ould-Braham danse très bien et avec elle Nikiya semble naïve et romantique, elle aime sincèrement son Solor et préfère mourir que de le perdre même si le grand Brahmane de Yann Chailloux est fort séduisant!

Florian Magnenet en Solor est vraiment à la hauteur... Il enchaîne les pas avec une fluidité presque féline et c'est très détendant pour le spectateur!

et la Gamzatti de Charline Giezendanner complète harmonieusement le trio.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Scarlett



Inscrit le: 13 Jan 2012
Messages: 11

MessagePosté le: Lun Avr 16, 2012 10:02 am    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour,

Je suis, comme beaucoup, vos commentaires et critiques qui sont toujours très intéressantes et enrichissantes. La Bayadère d'hier m'a donné l'envie de passer de l'autre coté du forum et de vous faire part de mon ressenti (merci pour votre indulgence).

Myriam Ould Braham est dotée d'une technique très pointue à la hauteur d'une étoile. Les descentes de pointes sont très précises en passant toujours par la pointe - demi-pointe, des équilibres très tenus, de belles arabesques, des tours planés, de belles élévations. Elle est bonne, et surtout dans tout... ce qui fait du bien. C'est une ballerine qui lève bien les jambes, ce que l'on ne voit plus tellement à l'Opéra et jamais je ne l'ai senti en danger sur le point de vue technique... elle a tout maitrisé du début à la fin (mis à part quelques petites erreurs sur les pas de deux).

Concernant son interprétation, elle a choisi une Nikya sobre, sensible et émouvante. Le couple qu'elle forme avec Magnenet est tout simplement crédible. Ils sont faits pour danser ensemble. Myriam Ould Braham a l'avantage d'avoir un dos magnifique, très musclé, ce qui lui permet d'avoir des bras incroyables... Pour ma part, j'ai vu une danseuse d'un niveau d'étoile hier pour la dernière. Un grand bravo à elle.

Florian Magnenet a été bien. Il est un très bon partenaire, ses variations sont bien exécutées dans l'ensemble, même si j'ai eu peur à plusieurs reprises, notamment sur ses réceptions de sauts... C'est un danseur prometteur mais qui doit prendre encore confiance en lui.

Gamzatti était dansée par Charline Giezendanner. Une petite poupée sur scène... Ses variations étaient bien exécutées, il est normal que la direction fasse appelle à elle lors de remplacements d'urgence, techniquement elle tient la route. Cependant elle est restée très scolaire, elle manque un peu de maturité pour jouer un rôle tel que celui-ci. Je salue tout même son courage et sa rage qui était très perceptible sur scène.

Les ombres (Bourdon, Colasante, Mallem) étaient très bien. RAS

L'Idole Dorée (Allister Madin) était très impressionnant. Des sauts et réceptions idéales, un physique parfait... Bravo à lui.

Enfin j'ai adoré l'Indien de Sébastien Bertaud! Une variation très courte mais intense. On sent qu'il aime danser et être en scène!

Pour ma part, cette Bayadère valait vraiment le coup. Je reste bluffée par le travail de bas de jambe de MOB... Très propre, très juste... Les jeunes étaient à l'honneur sur cette représentation et la relève est assurée.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
nabucco



Inscrit le: 14 Mar 2007
Messages: 1462

MessagePosté le: Lun Avr 16, 2012 10:20 am    Sujet du message: Répondre en citant

Ouf, cette série de Bayadère est finie ! Désolé de la clore par ce soupir de soulagement plutôt que par un cri d'enthousiasme, mais la dernière représentation de cette série aura d'abord vu un corps de ballet épuisé ne dansant guère qu'un à peu près de chorégraphie, avec un sommet de tremblotements et d'équilibres périlleux dans les passages d'ensemble suivant la descente des ombres. Je n'en jetterai pas la pierre aux danseurs eux-mêmes, mais bien plutôt à l'organisation actuelle de la troupe, programmation comme politique de distribution (et je ne parle pas ici, loin de là, que des rôles de solistes). Redisons-le une fois de plus, qui ne sera pas une fois de trop : les blessures, ce n'est pas la faute à pas de chance.

Restent à commenter les solistes, pour une représentation qui n'est pas sans qualités à défaut de former un tout bien convaincant (à force de voir le CdB ramer, il faut dire, ça ne met pas dans l'ambiance). Parmi les petits rôles, je signalerai d'abord le trio des ombres le plus convaincant de cette série (ou de ce que j'en ai vu) : Mlle Colasante reste toujours un peu scolaire, mais Héloïse Bourdon réussit à faire quelque chose de cohérent de l'impossible première variation, et Sabrina Mallem s'en sort beaucoup mieux dans la 3e que dans la 1e. Sara Kora Dayanova n'a certes pas le panache de cette dernière dans la danse indienne (surtout la fin) mais s'en sort bien mieux que d'autres, et évidemment Allister Madin n'égale pas la révélation François Alu en Idole dorée - mais c'est bien mieux que ce que faisait Mathias Heymann dans la précédente série.
Chez les trois grands rôles, chacun a de grandes qualités, mais aucun ne m'a vraiment convaincu. Myriam Ould-Braham manque tout de même un peu de présence scénique ; tout ce qui est danse est magnifique - l'ensemble du 3e acte, en particulier - mais elle mange la scène avec moins d'appétit que ne l'a fait Héloïse Bourdon quelques semaines plus tôt. Si "on" avait commencé plus tôt à lui confier de grands rôles, on n'en serait pas là.

Florian Magnenet s'en tire quant à lui mieux que je ne le pensais, notamment techniquement. Ce n'est pas forcément très fin, mais ça passe, et dans le contexte actuel c'est à peu près tout ce qu'on lui demande. Il faudrait tout même faire un petit effort de jeu...

Enfin, Charline Giezendanner, que j'attendais avec beaucoup d'intérêt, ne m'a guère enthousiasmé, même si là encore il y avait beaucoup de détails stimulants. La fin de l'acte I avec MOB semblait manquer de répétitions ou souffrir également de la fatigue générale ; et les fouettés étaient un peu une aventure, chaque tour étant différent du précédent. Mais évidemment, a-t-on idée de faire danser une même interprète dans une même série dans du corps de ballet, en 2e ombre, en Manou et en Gamzatti ? Voilà encore un talent mis en péril par l'absence de gestion sérieuse des carrières par la direction de l'Opéra, à force de croire qu'il suffit de laisser les danseuses en compétition entre elles pour faire émerger des talents ! Rappelons qu'à l'Opéra, un grand chanteur ne débute pas par chanter dans les choeurs pendant des années avant d'avoir le privilège de chanter les 3 phrases du Serviteur dans La Traviata, pour peut-être un jour avoir le droit à un premier rôle !!!


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 47, 48, 49, 50  Suivante
Page 48 sur 50

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous pouvez voter dans les sondages de ce forum


Nous Contacter
Powered by phpBB © phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com