Dansomanie Index du Forum
Connexion S'enregistrer FAQ Liste des Membres Rechercher Dansomanie Index du Forum

17 juin 2011

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> La presse au quotidien
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24793

MessagePosté le: Ven Juin 17, 2011 6:46 am    Sujet du message: 17 juin 2011 Répondre en citant

Le Temps d'aimer devient une habitude, par Emmanuel Planes (Sud-Ouest)

Citation:
«Ce qui était exceptionnel il y a vingt-et-un ans est devenu banal, constatait hier Jakes Abeberry, conseiller municipal biarrot et président de Biarritz Culture. À Biarritz, il y a de la danse à longueur d'année, et le Temps d'aimer est le moment fort de cette programmation. » La présentation à la presse de la vingt-et-unième édition du Temps d'aimer s'est tenue hier au bar du Jardin, entièrement rénové il y a quelques mois et qui, par sa proximité de la Gare du Midi, devrait devenir, à la rentrée, un rendez-vous habituel des futurs festivaliers...


Cette année, Le temps d’aimer la danse veut donner le pas aux danseurs en devenir, par Carole Suhas (Le Journal du Pays Basque)

Citation:
Le temps d’aimer la danse n’est pas venu qu’il est déjà temps d’en parler. On ne pourra pas dire que nous n’avons pas été prévenus à temps. D’ores et déjà, le programme du prochain festival de Biarritz entièrement consacré à la danse sous toutes ses formes, du 9 au 18 septembre prochains. Le temps d’aimer la danse, vieux de 21 ans cette année, a fini par s’imposer comme le rendez-vous incontournable de la danse sur la côte basque. Alors bien sûr, il n’est plus envisagé de la même façon car aux premiers pas, il s’agissait d’ancrer la danse contemporaine au cœur d’une ville, pari loin d’être aisé au vu de la réputation élitiste dont jouit celle-ci. Vingt-et-un ans après, les enchaînements ont été bien appris et Le temps d’aimer est une valeur sûre, presque “banale”, comme le dit Jakes Abeberry, directeur de Biarritz Culture. L’enjeu est donc ailleurs...


Barbezieux: dernier ballet chez Vicard, par Thierry Châtellier (La Charente Libre)

Citation:
Elle n'avait plus mis les pieds dans son entreprise depuis le 23 juillet dernier. Partie en vacances, la couturière de chez Vicard n'a jamais repris le travail. À son retour, l'entreprise barbezilienne de confection de vêtements de danse avait cessé définitivement son activité. Liquidation judiciaire. «Tout est allé très vite» se souvient-elle. Hier matin, alors qu'une vingtaine d'acheteurs suivent à la trace le commissaire-priseur pour la vente aux enchères du stock de vêtements et de machines, l'ancienne ouvrière vient «mettre un point final» à une histoire de vingt-six ans. Entrée en 1983, elle a connu l'époque fastueuse. «On était plus de soixante-dix à travailler.» Les temps ont changé, l'activité s'est raréfiée comme un tissu qui s'effiloche et les moteurs des machines se sont tus les uns après les autres. Dans la main, elle tient une étiquette à son nom arrachée sur une étagère. «Je l'ai enlevée. Je ne veux pas qu'on me prenne mon nom!» À 52 ans, l'ouvrière n'a plus de travail. Dans sa branche, c'est quasi-mission impossible. «Je fais des petits boulots.»...


La danse dangereuse de Samuel Lefeuvre, par Rosita Boisseau (Le Monde)

Citation:
Dites "entorse" et vous pensez "blessure". Vient ensuite "entorse au règlement, au code, à la loi...". Dites "Accident" et vous imaginez le pire... Enchaînez le tout et vous aurez des pistes pour mieux comprendre le danseur et chorégraphe Samuel Lefeuvre. Sa compagnie, fraîchement constituée en collectif avec la musicienne Raphaëlle Latini et le créateur lumière Nicolas Olivier, s'appelle Entorse. Sa première pièce s'intitule Accidens et s'inspire d'un trauma : comment se relever physiquement et psychiquement après un choc. Voilà une carte de visite qui ne fait pas semblant d'avoir l'air. Samuel Lefeuvre est à l'affiche du festival June Events, créé par la chorégraphe Carolyn Carlson, qui programme l'espace de quatre jours, depuis le 16 jusqu'au 20 juin, une douzaine de chorégraphes à la Cartoucherie de Vincennes. Lefeuvre s'est fait un style, une réputation, et tout ça à la fois, de son penchant aigu pour l'extrémisme. En dix ans à peine, il a imposé une danse de torche vive, corps basculant au sol pour se retourner d'un saut de carpe avant de tourbillonner sur la nuque. Risque physique, brutalité maîtrisée, Lefeuvre conjugue flexibilité et nervosité, pas loin de l'acrobatie et de la contorsion. La danse comme science du danger, pas loin de l'exploit du cirque...


National Ballet [of Canada] : The smoke clears to reveal a triumph, par Paula Citron (The Globe and Mail - Toronto)

Citation:
When Twyla Tharp’s acclaimed In The Upper Room entered the National Ballet’s repertoire in 2008, it was virtually invisible. The piece calls for the dancers to perform amid smoke, but at the hapless premiere, there was so much of the stuff that the dancers were literally lost in the fog (with giggles galore from the audience). This time the company got it right, and what emerged is one of the most exciting dances in the company’s repertoire. Tharp is part of a mixed program devoted to American choreographers that also includes Jerome Robbins and George Balanchine. And artistic director Karen Kain sure knows how to put repertoire together. Robbins’ Other Dances and Balanchine’s Mozartiana are neo-classical ballets on the sweet side. Just when the program is threatening to spill into sugar overload, Kain tosses Tharp’s explosive ballet/contemporary dance fusion at the audience to create a most satisfying trio...


Dance review : Ballet Nacional de Cuba at Segerstrom Center, par Laura Bleiberg (The Los Angeles Times)

Citation:
Those who have followed Alicia Alonso’s Ballet Nacional de Cuba, know to expect a specific kind of classicism in its performances. It’s a style unearthed as if from a decades-old time capsule, revealing well-articulated, generous and exuberant dancing. Sadly, the Cuban group was in a wan state Wednesday evening at the Segerstrom Center for the Arts, where it began a two-part Southern California engagement. The dancers -- ever gracious, still polished and even occasionally vivacious -- have had their personalities wrung out. Economic conditions have long deprived them of the decent sets, costumes and toe shoes they deserve. But genuine human warmth, rather than empty grinning, used to percolate in every step, from the principals through the corps de ballet. One saw few bubbles and little individuality the other night...


The Magic of the Dance, par Christie Grimstad (Concerto.net)

Citation:
Few women have ever been awarded the title of prima ballerina assoluta, but in 1959 such an honor was given to Alicia Alonso for her remarkable contributions to dance. Alonso, still active at 90, has it all: accomplished dancer, instructor, diplomat and humanitarian. In 1948 Alonso returned to her native Havana, Cuba and founded her own ballet company. Desiring to promote the country’s cultural institutions, subsequently Fidel Castro’s Communist government helped bankroll and open what is now known as the Ballet Naçional de Cuba in 1960 with Alonso at the helm...


Royal Danish Ballet at Lincoln Center: specialists in happiness, par Robert Johnson (The Star-Ledger)

Citation:
The Danes have an expression for the buoyant feeling of happiness that is ballet's default setting. They call it "danseglød," which sounds like "dancerglow" when they say it. This upwelling of joy, arising irrepressibly from the sight of healthy young bodies in flight, is the charm that makes the third act of Danish choreographer August Bournonville's 1842 ballet "Napoli" a perennial crowd-pleaser...


Feast of dance for PE fans, par Bob Eveleigh (Arts Link - Afrique du Sud)

Citation:
The Cape Town City Ballet, in association with Artscape, presents Swan Lake at the National Arts Festival in Grahamstown. This will lead off a veritable feast of ballet for dance followers in the Eastern Cape in July, with three performances at the Guy Butler Theatre on Friday, July 1 (7pm) and Saturday, July 2 (11am and 7pm). As far as Port Elizabethans are concerned, however, the production with most local interest will be the Friendly City Youth Ballet's staging of The Sleeping Beauty at the Opera House from July 14 to 16 and this is followed by the visiting Imperial Russian Ballet's production of The Nutcracker at the same theatre on July 19 and 20. Coincidentally, all three of these famous classical ballets are danced to musical scores by the illustrious Russian composer, Peter Ilyitch Tchaikovsky, and all boast familiar themes that have made them favourites of balletomanes the world over...


Pop goes the ballet, par Han Bingbin (China Daily)

Citation:
An experimental show infuses ballet's classical prancing with modern dancing. Han Bingbin reports.

Ballerina Wu Shanshan slaps her hands and feet on the floor and crawls, glowering with ferocious eyes. She is portraying an evil black spider in a performance that is a far cry from the tiptoe grace of her previous stage appearances as a white swan. Her wriggling on the floor demonstrates the daringness of the experimentalism of the Beijing Contemporary Dance Theater's show, Middle. The idea is to show the more powerful side of ballet, using such unconventional devices as hip-hop dancing...


Balletttage mit Uraufführung von Neumeier, par Irmela Kästner (Die Welt)

Citation:
Sichtlich erschöpft erschien John Neumeier zur Pressekonferenz. Als Choreograf, Bühnenbildner, Kostüm- und Lichtdesigner seines neuen Balletts "Purgatorio" ist beim Bühnenprobenendspurt die Konzentration des Ballettchefs stets und ständig gefragt. Zum Auftakt der 37. Hamburger Ballett-Tage vom 26. Juni bis 10. Juli 2011 in der Staatsoper hat das Werk zur Zehnten Sinfonie von Gustav Mahler Uraufführung. Es ist bereits das 13. Stück zur Musik von Neumeiers Lieblingskomponisten im Repertoire des Hamburg Balletts, das der Choreograf als "Biografie der Seele" bezeichnet, als "Momentaufnahme von einem Künstler und seiner Frau aus poetischer Sicht."...


Neue John-Cranko-Schule ist nötig, par Katrin Schenk (Stuttgarter Wochenblatt)

Citation:
Kultur ist kostbar, Kultur kostet. Doch in was soll man investieren? Ein paar Gründe sprechen dafür, dass sich eine Investition, auch wenn es 25 Millionen Euro sind, in den Neubau der John-Cranko-Schule lohnen würde. Es sind keine leichten Entscheidungen. Denn auch das Lindenmuseum oder die Kunstakademie am Weißenhof hätten gern einen Neubau, um nur ein paar Beispiele zu nennen. Und würde man weitere Museen und Einrichtungen fragen, kämen sicher noch ein paar Wünsche dazu...


Прелюдия после Смерти / Prélude, après la mort..., par Natalia Zvenigorod (нг-антракт Antrakt)

Citation:
Одноактный балет Por vos muero («За вас приемлю смерть») Дуато впервые поставил пятнадцать лет назад для Национального театра танца Испании, который возглавлял с 1990-го по июль прошлого года. В название вынес строку из сонета Гарсиласо де ла Веги, испанского поэта XVI века, воина и дипломата при Карле V. Смертельно раненный в одном из сражений, он умер в возрасте Христа, оставив миру 38 сонетов. Некоторые Дуато включил в спектакль, созданный на современную этим сонетам музыку в аутентичном исполнении оркестра Королевской капеллы Каталонии. Он пытается говорить об Испании с теми, кто видел и прочел в своей жизни что-то помимо туристических буклетов. / Le ballet "Por Vos muero" ("Pour vous, pour accepter la mort") a été conçu à l'origine par Duato il ya quinze ans pour la Compania Nacional de Danza, dont il fut le directeur jusqu'en juillet dernier. Le titre se réfère à une série de sonnets deGarcilaso de la Vega, poète espagnol du XVIe siècle, mais aussi guerrier et diplomate sous Charles-Quint. Mortellement blessé lors d'un combat, il est décédé à l'âge du Christ, laissant au monde ces 38 sonnets. Duato en a intégré certains à la musique, qui, lors de la création, était interprété sur instruments d'époque par par l'ensemble de la "Capella Reial de Catalunya". Duato s'adresse ainsi à ceux qui veulent connaître autre chose de l'Espagne que ce qu'on peut lire dans les dépliants touristiques.


Жерар Мортье: «Большой театр – огромная и очень архаичная структура» / Gérard Mortier : le Bolchoï est une structure colossale et archaïque., par Sergueï Birioukov (Труд Trud.ru)

Citation:
Я не так хорошо знаю его административные проблемы. Но в Большом числится слишком много народу, кажется, три тысячи, да? Это огромная и очень архаично устроенная структура, наподобие той, что в свое время была в Парижской опере. Конечно, в Большом театре должен идти русский репертуар — Глинка, Римский-Корсаков… Дальше — здесь не должно быть старообразных постановок, ведь Россия — страна, где умеют ценить актуальный театр. Что касается балета, Большой обязан сохранять великие традиции Петипа, но одновременно должен ставить Форсайта и других современных хореографов. Труппа ведь может и то и то. Главное же — убежден, что Большой должен стать центром притяжения для всех русских певцов. А русские солисты сейчас даже более значимы в мире, чем американские, ни одну серьезную оперную постановку невозможно представить без их участия. Надеюсь, когда восстановят главное здание театра, русские звезды поедут сюда петь за меньшие деньги, чем в других местах. Гергиев для меня дирижировал за другие деньги, чем в Валенсии. Потому что мы друзья. Даже думаю, что если Анну Нетребко попросят спеть какую-то важную премьеру. / Je connais bien les lourdeurs d'une adminstration [comme celle du Bolchoï]. Mais trois mille employés, cela semble un peu de trop, non? C'est une structure énorme et très archaïque, organisée sur le modèle qui était autrefois celui de l'Opéra de Paris. Bien sûr, la vocation du Bolchoï est d'abord de défendre le répertoire russe : Glinka, Rimski-Korsakov ... Mais il devrait aussi y avoir des ouvrages russes contemporains. Pour le ballet, c 'est pareil, le Bolchoï doit maintenir la grande tradition de Petipa, mais dans le même temps, il faut aussi représenter Forsythe et d'autres chorégraphes contemporains. La troupe est capable des deux choses. L'essentiel, est j'en suis convaincu, que le Bolchoï devienne le centre d'attraction principal pour les chanteurs russes. Les grandes stars du chant sont aujourd'hui russes, plus encore qu'américaines, et il est impossible à tout théâtre d'opéra sérieux de se passer d'elles. Il y a notamment Anna Netrebko. J'espère qu'à l'occasion de la réouverture du Bolchoï, elle acceptera d'y chanter pour moins d'argent que ce qu'elle réclame ailleurs dans le monde...



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> La presse au quotidien Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Nous Contacter
Powered by phpBB © phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com