Dansomanie Index du Forum
Connexion S'enregistrer FAQ Liste des Membres Rechercher Dansomanie Index du Forum

La danse au cinéma : Sorties de films
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... , 133, 134, 135  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
rail45



Inscrit le: 02 Déc 2016
Messages: 151

MessagePosté le: Lun Oct 28, 2019 9:27 am    Sujet du message: Répondre en citant

Je suis allé le voir hier au cinéma.
J'ai donné mes impressions dans le fil consacré au même ballet et qui sera donné prochainement à la Bastille.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24385

MessagePosté le: Lun Oct 28, 2019 9:32 am    Sujet du message: Répondre en citant

rail45 a écrit:
Bonjour
A défaut d'avoir réservé à Bastille, je suis allé au cinéma chez moi à Orléans cet après-midi pour voir la version du Bolchoi avec Olga Smirnova, Artemy Belyakov et Igor Tsvirko.
C'était la première fois que j'allais ainsi au cinéma pour voir un ballet.
Voici quelques impressions :
- la salle de cinéma était à moitié vide. Est-ce dû au fait que Raymonda est un ballet moins connu que, par exemple Le Lac des Cygnes ou Giselle ? D'ailleurs, même quand on regarde le site de l'Opéra de Paris pour la fin d'année, il reste des places quasiment à toutes les dates alors que Giselle en février affiche complet.
- Le public moscovite a l'air d'être chaud bouillant. Cela applaudit souvent et on entend régulièrement des cris de spectateurs, surtout des voix masculines soit-dit en passant.
- Par contre, dans le cinéma c'était très froid, hormis quelques timides applaudissements à la fin.
- Sinon j'ai dû subir deux voisines de cinéma qui n'arrêtaient pas de papoter. Et celle qui était la plus proche de votre humble serviteur n'avait pas lésiné sur la quantité de parfum dont elle s'était affublée... Very Happy
- Voir un ballet sur écran est un peu déroutant au début, car il y a régulièrement des gros plans sur les danseurs et on ne voit pas l'ensemble de la scène en permanence. Par contre c'est génial pour voir les mouvements des danseurs, avec cependant un bémol concernant un abus de vues prises en contre plongée.
- On n'est pas gêné par les autres spectateurs, ni par de mauvais placements dans la salle. On voit bien de partout et d'assez près.
- Avant le spectacle et pendant les entractes, une dame, Katerina Novikova, présente le ballet et procède aussi à des interviews de danseurs. On nous a également présenté une vidéo avec la danseuse Youlia Stepanova nous montrant la variation du dernier acte, où elle donnait quelques explications par rapport au rôle de Raymonda. On a aussi vu les coulisses et dans une autre vidéo passée à l'un des entractes, on a pu voir un sujet consacré aux répétitions du corps de ballet. J'ai trouvé tout cela bien sympathique, même si le plus souvent c'était en anglais (je maîtrise la lange de Shakespeare mais je ne suis pas sûr que ce soit le cas de tout le monde).

Parlons maintenant du ballet en lui-même.
- Olga Smirnova est impressionnante. dans le dernier acte, je l'ai vue enchaîner plus de 150 pas sur les pointes sans aucune interruption. Et encore il y a dû en avoir plus. Mais cela allait tellement vite que j'ai fini par arrêter de compter. Smile
- Le corps de ballet est au top et toujours ensemble. Il est très rare de voir un décalage, même léger dans l'accomplissement des mouvements.
- J'ai eu un faible pour Igor Tsviko. Il était très crédible en chevalier sarrazin et il jouait très bien son rôle de méchant. Il m'a plus marqué qu'Artemy Belyakov.
- A titre personnel, j'ai eu une préférence pour le deuxième acte. C'est celui qui m'a le plus impressionné par rapport à la chorégraphie, notamment lors des prestations du corps de ballet.
Seul le combat opposant Jean de Brienne à Abderakhman n'était vraiment pas top et on n'y croyait pas un instant.

Pour conclure, j'ai passé un bon moment. Mais comme pour Le Lac des Cygnes, sans les explications sur le scénario on a du mal à comprendre l'histoire. Je vais peut-être faire pousser des cris d'horreur aux balletomanes les plus avertis, mais on a quelquefois l'impression qu'il s'agit d'un spectacle de danse pour la danse et rien d'autre. Et parfois, même si c'est très beau, on ne sait pas vraiment où on veut nous emmener et on a du mal à comprendre le rapport avec l'histoire que l'on est censé nous raconter. A ce sujet, j'ai largement préféré La Fille mal gardée où l'on comprenait sans difficulté l'intrigue.

Voilà. Je sais que j'ai été un peu long et je m'en excuse, mais j'avais envie de vous faire partager mon ressenti de néophyte en matière de ballet.
Amitiés
Pierre



Voilà, c'est remis au bon endroit!



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 18819

MessagePosté le: Lun Oct 28, 2019 11:09 am    Sujet du message: Répondre en citant

Cette retransmission a, une fois de plus, donné à voir un incroyable corps de ballet, d'une perfection et d'une musicalité à couper le souffle, particulièrement remarquable dans la valse fantastique et le grand pas final. On peut sans doute faire beaucoup de reproches à Makhar Vaziev, mais sur ce plan-là, pas de doute, il sait mener un collectif. Il faudrait pouvoir suivre les spectacles tout au long de la saison à Moscou pour se faire un avis plus ferme, mais, quelque part, j'ai l'impression que ce que l'on voit n'est plus tout à fait le Bolchoï, la compagnie de feu, de flamme - l'ouragan ravageur - que nous avons tant aimée. Il y a là comme un formalisme qui étouffe un peu le feu des danseurs, sans pour autant ressembler à la ligne Mariinski, plus éthérée et plus naturellement académique. Il est vrai aussi que la production Grigorovitch / Virsaladze, d'un hiératisme soviétique à nul autre pareil, n'aide pas. Il est évident qu'elle est à revoir de fond en comble - des costumes masculins immaculés coupe cosmonaute à la gloire de l'"homo sovieticus" (chorégraphie masculine à l'avenant avec festival d'entrelacés et de tours en l'air), en passant par les tentures monumentales qui font office de décors ultra-stylisés. Toute cette pseudo-modernité, aussi attrayante qu'un Kulturpalast brejnévien, a bel et bien vécu, mais il faudra sans doute attendre encore quelque temps avant d'envisager une autre production. A noter que la production Sergueiev du Mariinski, également décorée par Virsaladze, est très différente et incomparablement plus plaisante à l’œil.

Comment, dans ce contexte d'une froideur marmoréenne, délesté de tout pittoresque médiéval, purement dansant, pourrait-on comprendre le moindre bout de commencement d'histoire (je sais qu'il est de bon ton aujourd'hui de taper sur les livrets du XIXe siècle et sur celui de la comtesse Lydia Pachkova en particulier, mais ce n'est pas à mes yeux le problème), d'autant plus que Grigorovitch a pris la peine - c'est même à ça, notamment, qu'on le reconnaît - de supprimer toute la pantomime*? Igor Tsvirko dans le rôle d'Abderrahmane essaye bien d'insuffler un peu de vie dans cet ensemble, avec la fougue merveilleuse qu'on lui connaît, mais son passage, pour être intense (sans doute ces personnages "noirs" sont-ils ce que Grigo sait fabriquer de mieux), est un peu court. Olga Smirnova et Artemy Belyakov, respectivement Raymonda et Jean de Brienne, sont des modèles absolus d'esthétisme, à la virtuosité sans faille, mais n'exhalent pas en revanche grande émotion en tant que couple. On se demande d'ailleurs pourquoi, malgré la jeunesse et les qualités de Belyakov (qui ressemble à un dieu grec), Chudin n'a pas été distribué - une fois de plus il me semble - aux côtés de la reine Olga, avec laquelle il forme un couple certainement plus organique. Pas la moindre défaillance du reste dans ce marathon de variations à la gloire de la ballerine, parmi lesquelles on retiendra notamment ce moment hors du temps : la variation de Raymonda lors de la scène du mariage, avec ses ports de bras et de mains ciselés, délicate et puissante, d'une beauté inouïe. A voir, à revoir, à savourer.

Cette version du ballet, très monarchique (ou "troïka" plutôt), laisse peu de place aux seconds rôles, qui se contentent de miettes de variations. Dans l'exercice, on a bien apprécié la vivacité de l'Henriette de Maria Vinogradova et dans la variation (anonyme) du Grand pas, le talent émergent, mais déjà évident, d'Elizaveta Kokoreva.

*Pour se faire une idée juste du ballet, du livret, de l'esthétique, etc, je conseille à rail45 - et à tout le monde en fait - de regarder la reconstruction de Raymonda par Serguei Vikharev pour La Scala, en ligne sur YT. C'est une merveille.




Dernière édition par sophia le Lun Oct 28, 2019 12:19 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 18819

MessagePosté le: Lun Oct 28, 2019 12:15 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Apparemment en ligne jusqu'à ce soir.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Lanou



Inscrit le: 12 Déc 2004
Messages: 348
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Oct 28, 2019 2:34 pm    Sujet du message: Répondre en citant

La captation de cette représentation laissait apparaître la très belle Olga Smirnova qui devient la maîtresse des lieux plus que toute autre ballerine du Bolchoï. Je me souviens de la captation d'Alexandrova qui reste une artiste exceptionnelle; mais Olga Smirnova ajoute un ensemble de hiératisme et d'une féminité qui n'était pas aussi imposante au début de sa carrière. Elle est désormais bien imposée dans son rôle, et incontournable dans le monde du ballet académique. J'ai en revanche été un peu déçu par Belyakov, qui était un peu juste techniquement: très beaux sauts, mais tours un peu limites et portés de justesse parfois. Tsvirko était suprêmement puissant malgré le style très particulier de ces ballets où le soviétisme imposait quelques raccourcis...
Je suis d'accord avec Sophia avec un corps de ballet plus contrôlé, moins "tout feu tout flamme" (ceci dit, on n'est pas dans Don Quichotte et les variations un peu de caractère sont néanmoins assez énergiques à mon goût).
Une très belle captation donc qui permet à Smirnova de montrer quelle est sa place suprême sur l'échiquier du Bolchoï.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
paco



Inscrit le: 28 Oct 2005
Messages: 2858

MessagePosté le: Lun Oct 28, 2019 7:14 pm    Sujet du message: Répondre en citant

En phase avec Sophia et en grande partie avec rail45. J'aime bien Raymonda (malgré quelques tunnels tout de même ...), mais hier je n'ai pas du tout accroché à cette interprétation de papier glacé, sans âme, froide, de "pure danse" vidée de tout sens théâtral.

A l'exception, évidemment, d'Igor Tsvirko, seul capable d'insuffler un peu de vie à cette représentation, et aussi des variations de divertissement (Vinogradova et les autres), curieusement biens plus dans l'esprit du Bolchoï que l'on aime, que le couple principal.

Le corps de ballet était, comme d'habitude, impeccable et j'ai trouvé toutes les danses du III vraiment réussies. En fait, ce qui n'a pas fonctionné hier, c'est le manque total d'alchimie entre Smirnova et Belyakov.

Elle, au visage d'une grande dureté pendant tout le premier acte, à peu près aussi amoureuse de Jean de Brienne que s'il s'était agi de son pire ennemi, peu crédible dans la scène du rêve, joué avec une froideur, une dureté, un manque total de romantisme qui m'a semblé complètement hors sujet.
Lui, aussi amoureux d'elle que s'il avait eu à porter l'annuaire téléphonique, m'a beaucoup déçu par rapport aux premières fois où je l'avais vu danser il y a quelques années. Je l'ai trouvé non seulement indifférent à ce qu'il se passe, mais aussi étonnamment en défaut technique notamment lors des portés, dont l'un au III a failli mal se terminer pour Olga...

Alors oui, reste une sublime variation d'Olga Smirnova au troisième acte, probablement la plus belle que j'aie jamais vue dans ce numéro, d'une délicatesse, poésie, musicalité, ... qui à elle seule méritait que l'on passe 3 heures dans cette salle de cinéma.

Et puis évidemment il y a l'orchestre absolument magnifique, cela reste le standing du Bolchoi incontestablement. Mais il a manqué à cette matinée le théâtre, l'émotion. Très surprenant pour le Bolchoï, j'espère qu'il ne s'agit pas là d'un tournant (ce qui me rassure, c'est que ce n'était pas le cas lors de leur tournée londonienne l'été dernier, j'en conclus donc qu'hier le problème provenait juste d'un manque d'alchimie entre Smirnova et Belyakov et non d'un problème plus structurel).


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24385

MessagePosté le: Lun Oct 28, 2019 7:31 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Lui, aussi amoureux d'elle que s'il avait eu à porter l'annuaire téléphonique


Belyakov, relativement effacé, aura sans doute laissé la moitié de sa paye chez le fleuriste le plus proche du Bolchoï pour essayer de se faire pardonner un porté complétement raté (il fallait voir la tête que faisait Smirnova, perchée sur son épaule...) au 3ème acte, et qui aurait pu vraiment mal tourner.

Quant au rôle-titre, si j'admire la technique superlative (la variation appelée "la claque" à Paris était fabuleuse) d'Olga Smirnova, je trouve le feu de Maria Alexandrova cent fois plus enthousiasmant (en toute subjectivité, parfaitement assumée!).

Igor Tsvirko était excellent, et, à la place de Raymonda, je serai certainement parti avec le fougueux Abderakhman plutôt qu'avec le lisse Jean de Brienne, mais la vraie révélation de la soirée aura été Elizaveta Kokoreva, qui - sans rôle identifié - a réalisé une performance splendide dans sa brève variation du Grand pas hongrois. Tout juste sortie de l'école de danse, elle se place déjà dans la course à la succession des étoiles actuelles du Bolchoï.

L'orchestre était correct (notamment les cuivres), mais le solo de violon dans la scène de la Vision ne restera pas dans les annales.

En revanche, la réalisation vidéo était très réussie dans les deux premiers actes. On n'en dira pas autant de la prise de son (mais peut-être était-ce dû à un défaut de l'installation du cinéma dans lequel j'étais), très réverbérée, et avec des basses beaucoup trop envahissantes (j'ai eu quelquefois l'impression d'avoir la tête coincée entre les timbales et les contrebasses).



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24385

MessagePosté le: Lun Oct 28, 2019 7:44 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Oups je n'avais pas vu le commentaire de Paco avant d'écrire le mien, et nous n'avons pas eu le même "ressenti" concernant l'orchestre.



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
NEOPHYTE



Inscrit le: 25 Sep 2011
Messages: 933
Localisation: PARIS

MessagePosté le: Lun Oct 28, 2019 10:24 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Cette retransmission m'a permis de découvrir la "Raymonda" du Bolchoi et ce fut une divine surprise.
Je venais par curiosité et je suis la première surprise d'avoir autant aimé cette version.
Il faut avouer que le niveau général des danseurs du Bolchoi est bluffant, l'orchestre joue la partition en la rendant beaucoup plus dansante que dans mon souvenir et les costumes étaient parfois très beaux.

Ce ballet me semble nécessiter une technique sans faille et il faut être le Bolchoi (ou le Mariinsky) pour le rendre fluide et agréable à regarder.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
paco



Inscrit le: 28 Oct 2005
Messages: 2858

MessagePosté le: Lun Oct 28, 2019 11:44 pm    Sujet du message: Répondre en citant

haydn a écrit:
Belyakov, relativement effacé, aura sans doute laissé la moitié de sa paye chez le fleuriste le plus proche du Bolchoï pour essayer de se faire pardonner un porté complétement raté (il fallait voir la tête que faisait Smirnova, perchée sur son épaule...) au 3ème acte, et qui aurait pu vraiment mal tourner.

D'autant qu'ils étaient tout au bord de la fosse d'orchestre ! Pas super rassurant pour Olga ...

haydn a écrit:
Quant au rôle-titre, si j'admire la technique superlative (la variation appelée "la claque" à Paris était fabuleuse) d'Olga Smirnova, je trouve le feu de Maria Alexandrova cent fois plus enthousiasmant (en toute subjectivité, parfaitement assumée!).

Moi aussi j'ai pensé à Alexandrova (et je l'ai regrettée), ainsi qu'à Olesia Novikova dans la version Scala. Je ne "sens" pas Smirnova dans ce rôle, elle semble prendre une distance (volontaire ?) avec le personnage qui ne matche pas avec la partition, surtout au premier acte (j'ai moins été gêné dans les deux actes suivants).
A l'entracte, quand Katerina Novikova a demandé à Maria Allash ce qu'elle pensait de l'interprétation d'Olga Smirnova, elle a répondu "well, disons que c'est son interprétation à elle, pas vraiment ma conception de Raymonda". A vrai dire, j'aurais bien aimé que Smirnova ait "son interprétation à elle", ce dont je n'ai eu l'impression à aucun moment hier. J'avais plutôt le sentiment qu'elle cherchait uniquement à réaliser une performance parfaite, techniquement, stylistiquement et esthétiquement, pour marquer la postérité d'un sans-faute absolu, quitte à oublier le personnage qu'elle incarnait.

haydn a écrit:
L'orchestre était correct (notamment les cuivres), mais le solo de violon dans la scène de la Vision ne restera pas dans les annales.

Par rapport à l'Orchestre du Royal Ballet, celui du Bolchoi, même seulement "correct", est un paradis pour moi (je suis méchant, ces derniers mois il était superbe, mais il a tellement massacré la Bayadère la saison passée que je ne peux l'oublier ...). J'ai réalisé qu'au Bolchoi Pavel Klinichev dirige aussi les opéras, un peu comme si Antonio Pappano au ROH alternait Otello avec Swan Lake... Cela montre à quel point les russes considèrent que la musique de ballet doit être bien traitée !


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 18819

MessagePosté le: Mar Oct 29, 2019 8:25 am    Sujet du message: Répondre en citant

Je trouve au contraire que le personnage lui va très bien, bien mieux qu'Aurore par exemple. Raymonda n'est pas un rôle dramatique à proprement parler. S'il y a certainement une palette d'émotions à faire passer, la chorégraphie de Petipa parle d'elle-même - si l'interprète sait la faire parler. Ces variations sont extraordinaires et il est dommage qu'on les réduise trop souvent - à Paris notamment - à une série d'exercices ou d'épreuves de pure virtuosité technique. Le cinéma a cet avantage qu'il nous permet de percevoir des détails qui nous échapperaient de la salle et j'ai bien aimé chez Olga ce mélange de féminité triomphante (ce sourire au début!), de réserve aristocratique et d'émotion contenue (du moins face à Abderrahmane, on est au moins d'accord pour dire que le couple avec Belyakov n'est "ni fait ni à faire"), jusqu'à cet ultime solo, où elle s'abandonne complètement.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 18819

MessagePosté le: Mar Oct 29, 2019 3:52 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Petit cadeau trouvé sur YT ce matin : Maria Alexandrova en... Clémence - en 2003!
https://youtu.be/KiPjno8I0nk


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Katharine Kanter



Inscrit le: 19 Jan 2004
Messages: 1095
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Oct 29, 2019 9:07 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Alexandrova may be the last ballerina of the Russian School - the last, to have understood that classical dancing exists SOLELY to get across thoughts, feelings and emotions for which spoken language has no terminology.

Failing which, there would be NO USE FOR IT, as a line of trade.

And Alexandrova does so, with a very difficult physique - one that would have been just as difficult fifity years ago, as her proportions are 4/8 rather than 5/8, and her head proportionately very large.

What people sense is "wrong" about Smirnova - and this type of dancer represents the vast majority today - is that she has had it drummed in to her that dancing is about having THE LOOK. Doing the steps "right", in the appropriately fashionable way, and looking terrific whilst doing them.

As someone once famously said "the moment that fellow put his leg onto the barre and started ye ol'stretching routine, I said to myself "Are we in the same profession? We should be told".


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 18819

MessagePosté le: Sam Nov 02, 2019 7:48 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Variation de Raymonda à l'acte III : https://youtu.be/7-nqdXKw7uE


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 18819

MessagePosté le: Dim Nov 03, 2019 9:04 am    Sujet du message: Répondre en citant

Petit rappel : le ROH propose après-demain (5 novembre) en direct une belle soirée mixte, composée de Concerto (Kenneth MacMillan), Variations Enigma (Frederick Ashton) et Raymonda Acte III (version Rudolf Noureev).
http://www.roh.org.uk/showings/concertoenigma-variationsraymonda-act-iii-live-2019

La feuille de distribution est disponible : http://static.roh.org.uk/showings/concertoenigma-variationsraymonda-act-iii-live-2019/FR.pdf


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... , 133, 134, 135  Suivante
Page 134 sur 135

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous pouvez voter dans les sondages de ce forum


Nous Contacter
Powered by phpBB © phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com