Dansomanie Index du Forum
Connexion S'enregistrer FAQ Liste des Membres Rechercher Dansomanie Index du Forum

La danse au cinéma : Sorties de films
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5 ... 141, 142, 143  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24880

MessagePosté le: Jeu Jan 20, 2011 4:01 pm    Sujet du message: Répondre en citant

John Neumeier fait diffuser par le service de presse du Ballet de Hambourg un communiqué de presse extrêmement critique envers le film Black Swan, qu'il accuse de véhiculer une image déplorable et fausse de la danse et des danseurs :

Citation:
»Der Film gefällt mir weder von der Form noch vom Inhalt. Als Thriller ist er eher langweilig, er schafft Ekel, aber wenig Spannung. Und inhaltlich ist er für mich schockierend. Er tut so, als ob er die Tür zu einer unbekannten Welt aufmacht, dem Ballett, und zeigt, wie es dort zugeht. Aber er zeigt eine Fantasiewelt, in der ein billiges Ballettklischee nach dem anderen bedient wird. Und was fast noch schlimmer ist: Man hat als Zuschauer des Films nie das Gefühl, das diese Kunst es überhaupt Wert ist, sich ihr hinzugeben.

Die Ballettwelt wird als eine Welt von Kranken dargestellt, in der monströse Menschen junge Mädchen ausnutzen, die magersüchtig sind. Wenn man eine fremde, unbekannte Welt wie das Ballett in dieser ungesunden, negativen Weise zeigt, bleibt nur Schlechtes hängen. Die Menschen können die gezeigten Bilder kaum hinterfragen und glauben sie. Dabei stimmt nichts. Ballett ist eine Kunstform, in der sehr viele verschiedene Künstler Platz haben. Nicht nur Frauen im Alter von 17 bis 24 Jahren, die sich jeden Tag quälen.

Der Film zeigt krankhaften Ehrgeiz. Dabei wirft man doch auch einem Sportler nicht vor, dass er Leistung erbringen will und dafür trainiert, auf seinen Körper achtet und gelegentlich auf etwas verzichtet. Natürlich muss man als Tänzer auch auf Einiges verzichten, aber man bekommt sehr viel zurück. Der Mensch ist frei und kann entscheiden, was ihm gut tut. Dieser Beruf ist ein Privileg. Tänzer sind nicht so abhängig und unreif, wie im Film dargestellt. Es sind eigenständige Menschen, die Ideen haben und mitarbeiten. Sie stellen Fragen. Und sie haben Lust und Freude am Tanzen.«


Source : service de presse www.hamburgballett.de

Citation:
Ce film ne me plait ni sur le plan de la forme, ni sur celui du contenu. Comme thriller, il est très ennuyeux, suscite beaucoup de dégoût et peu de suspense. Et son contenu est pour moi choquant. Il fait mine d'ouvrir les portes d'un monde inconnu, celui du ballet, pour y montrer ce qui s'y trame. Mais il nous donne en réalité à voir un monde imaginaire, qui accumule les clichés bon marché. Et ce qui est presque plus grave encore, on n'a, en tant que spectateur du film, jamais le sentiment que cet art [la danse] mérite qu'on s'y consacre.

Le monde du ballet est décrit comme un univers de malades, dans lequel des individus monstrueux ne songent qu'à abuser de jeunes filles anorexiques. Si l'on décrit un univers étranger, inconnu, tel celui du ballet, de cette façon négative et malsaine, il n'en restera que de mauvaises impressions. Les gens ne peuvent pas avoir un réel recul face aux images qui leurs sont montrées, et auront tendance à les croire. Pourtant, tout y est faux. Le ballet est une forme d'art dans laquelle de nombreux artistes très différents trouvent leur place. Pas seulement des femmes âgées de 17 à 24 ans, qui se livrent quotidiennement à des exercices de torture.

Le film dénonce des ego sur-dimensionnés. Pourtant, on ne reproche pas aux sportifs de rechercher la performance, de s'entraîner dans ce but, de prendre soin de son corps et de devoir à l'occasion consentir certains sacrifices. Évidemment, un danseur doit savoir renoncer à certaines choses, mais il en reçoit bien d'autres en retour. L'homme est libre, libre de décider de ce qui est bon pour lui. C'est un privilège que d'exercer ce métier. Les danseurs sont loin d'être aussi dépendants et immatures que le film veut bien le montrer. Ce sont des individus autonomes, qui ont leurs idées propres et qui travaillent en commun. Ils savent se poser des questions. Et ils ont envie de danser, ils y trouvent la joie.


Traduction : Dansomanie

Nous transcrivons les propos de John Neumeier tels qu'ils nous ont été rapportés officiellement par le service de presse du Ballet de Hambourg. Il ne s'agit pas d'une prise de position de Dansomanie au sujet du film Black Swan.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
dusuau



Inscrit le: 30 Mar 2007
Messages: 325
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Jan 20, 2011 4:42 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Il n'y a que la vérité qui blesse.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 19907

MessagePosté le: Jeu Jan 20, 2011 5:00 pm    Sujet du message: Répondre en citant

En même temps, est-ce que ce film ne nous décrit pas une espèce de "monde merveilleux de la danse" (le si bien nommé... Mr. Green) à l'envers, mais tout aussi stéréotypé et caricatural?

Quoi qu'il en soit, moi qui n'ai pas vu ce film, mais qui suis déjà fatiguée de tout le buzz commercial fabriqué autour (bien alimenté et orchestré par le couple Ben-Nat), je dirais simplement qu'un peu d'esprit critique dans un monde de groupies ne fait jamais de mal. Donc, merci Neumeier (malgré la forme choisie, comme toujours passablement grandiloquente - on ne se refait pas... Laughing).


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
LucyOnTheMoon



Inscrit le: 18 Nov 2008
Messages: 984

MessagePosté le: Jeu Jan 20, 2011 6:33 pm    Sujet du message: Répondre en citant

En même temps, que je sache, il s'agit d'un film, d'une FICTION, pas d'un documentaire... Moi j'ai très envie de le voir parce que j'aime beaucoup la comédienne Nathalie Portman, point. Si en plus il y a quelques pirouettes en arrière-plan, tant mieux. Je remercie M. Neumeier d'avoir rédigé sa critique en montrant bien qu'il s'agit d'un point de vue personnel :

Citation:
Ce film ne me plait ni sur le plan de la forme, ni sur celui du contenu. Comme thriller, il est très ennuyeux, suscite beaucoup de dégoût et peu de suspense. Et son contenu est pour moi choquant.


Citation:
Le monde du ballet est décrit comme un univers de malades, dans lequel des individus monstrueux ne songent qu'à abuser de jeunes filles anorexiques.

Partant de là, est-ce qu'on ne pourrait pas dire que L'âge heureux décrit le monde de l'école de danse comme un univers ultra-compétitif où des gamines jalouses ne pensent qu'à se tirer dans les pattes à la première occasion, et tant pis s'il y a des blessées ? (je fais référence au livre, je ne me souviens plus du feuilleton) Un peu de sérieux Laughing

A partir du moment où le film prend clairement une dimension fantastique, il n'y a selon moi aucun risque de confusion avec une prétendue "réalité" du monde du ballet. Ou alors c'est de la mauvaise volonté Wink


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Malixia



Inscrit le: 28 Jan 2008
Messages: 374

MessagePosté le: Jeu Jan 20, 2011 6:58 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Si tout va bien, je vais voir ce film demain, j'espère avoir de quoi vous en parler plus longuement...
En attendant, je trouve cette réaction de M. Neumeier assez radicale, et j'appuie les arguments de LucyOnTheMoon ; ne serait-ce pas carrément infantiliser les spectateurs, en les pensant incapables de considérer ce film tel qu'il est, c'est-à-dire une fiction à l'esthétique fantastique ? La danse n'y est-elle finalement pas presque cantonnée à un rôle contextuel, environnemental ? A ce propos, le réalisateur avait tout d'abord prévu d'inscrire l'action dans le monde du théâtre. Je pense que c'est assez révélateur, et cela permet peut-être quelque part de considérer que sa démarche n'était pas d'attaquer celui de la danse.

Il semble assez évident, même pour le public n'ayant pas encore vu le film, que Black Swan ne part pas du même postulat que The Company, sorti il y a quelques années - où Robert Altman suivait véritablement (si tant est que ce terme ait un sens lorsque l'on parle de cinéma) la vie du Joffrey Ballet.
Personnellement, je trouve que la danse est un monde qui tend à se démocratiser dans la culture "quotidienne", et je suis particulièrement ravie que le public puisse y avoir accès de manières différant des habituels reportages regorgeant de clichés des journaux télévisés, ou des navets comme Danse ta vie !, qui tendent à en faire un monde beaucoup plus en marge qu'il ne l'est.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24880

MessagePosté le: Jeu Jan 20, 2011 7:50 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je ne sais pas quelles sont les motivations qui ont poussé John Neumeier à cette prise de position, et n'ayant pas encore vu le film, je ne peux juger du bien-fondé de ce jugement très sévère.

Toujours est-t-il que M. Neumeier a considéré qu'il était particulièrement important de faire connaître son point de vue sur Black Swan : il ne s'est pas contenté de critiquer l'ouvrage au détour d'une interview, il a fait transmettre le communiqué que j'ai reproduit et traduit ci-dessus à tous les médias accrédités auprès du Ballet de Hambourg afin qu'ils le relayent et le diffusent auprès de leurs lecteurs ou leurs auditeurs.

S'il a choisi de dramatiser à dessein cette charge contre Black Swan, c'est qu'il estime - à tort ou à raison, ça c'est un autre débat - qu'il y a le feu au lac, et que ce film est susceptible de nuire gravement à l'image de la danse classique auprès du grand public.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Sarra



Inscrit le: 29 Sep 2009
Messages: 217

MessagePosté le: Jeu Jan 20, 2011 9:09 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Sans vouloir entrer dans un "débat" à propos d'un film que -par suite d'impératifs sans rapport avec lui- je n'ai pas vu et ne verrai pas, ni -encore moins !- vouloir "polémiquer" avec deux personnes aussi sympathiques que Lucy et Malixia, je me permets de nier que leur argument essentiel (en majuscules chez Lucy -qui a le caractère affirmé Smile) ait la valeur décisive que chacune lui attribue... Qu'une œuvre cinématographique (aussi bien littéraire, d'ailleurs) soit une fiction revendiquée ne conduit absolument pas le spectateur (ou le lecteur) à n'y voir aucun réel nulle part !

L'image (ou la description), dès lors qu'elle n'entre pas en conflit avec un savoir bien ancré dans l'esprit du spectateur (ou du lecteur), a forcément, un tant soit peu, une puissance d'attestation...

Ainsi le monde de la danse tel qu'il semble être dépeint dans ce film (clichés négatifs ne faisant pas conflit avec un savoir universel, mais épousant au contraire certains préjugés latents du "grand public" connaissant mal le vrai de cet univers-là), peut fort bien, même arrière-plan d'une fiction relevant dans ses ressorts du fantastique, paraître réel et constituer -dans ce film que le spectateur percevra pourtant comme imaginaire- une mimésis incontestable...

Avec éventuellement pour conséquence le renforcement (ou l'établissement) de préjugés dommageables -ce qui a certainement motivé, comme le souligne Haydn ci-dessus, la réaction de John Neumeier...


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Malixia



Inscrit le: 28 Jan 2008
Messages: 374

MessagePosté le: Sam Jan 22, 2011 1:43 am    Sujet du message: Répondre en citant

Well well well, je reviens donc de ma séance de Black Swan, et je dois avouer être un peu mitigée - je suis restée un peu en dehors du film, malgré toutes ses qualités.

Tout d'abord, il n'y a rien à retirer de la prestation de Natalie Portman, qui porte le film sur ses épaules avec un brio indéniable, sans perdre de sa justesse d'interprétation alors qu'il aurait été facile pour elle, au vu de certains passages, de grossir le trait. Je n'ai absolument pas été choquée par son travail en tant que danseuse où elle reste très honnête (bon, ses bras ne sont définitivement pas ceux d'une ballerine, mais l'on est très loin du ridicule), et le réalisateur a été suffisamment habile pour que les scènes de danse ne pâtissent pas des plans rapprochés très souvent utilisés. C'est très significatif, je n'ai jamais regretté de ne pas voir le travail effectué en plan large, alors même que je suis la première à pester contre les captations de ballet qui ne savent pas les employer à bon escient ; en effet, là n'est pas le propos, ce n'est définitivement pas un film sur la danse.

C'est un film sur la folie, qui sur certains aspects m'a rappelé le Répulsion de Roman Polanski. Darren Aronofsky y traite de manipulation, d'obsession, de schizophrénie, des rapports malsains au monde et de la déroute d'une jeune femme instable psychologiquement, mais certainement pas du monde de la danse.
De tout ce qui paraît avoir déplu à monsieur Neumeier, j'avoue que la mention de l'anorexie était un peu gratuite, ne servant ni le thème, ni le personnage, et étant paradoxalement trop anecdotiquement évoquée pour véritablement appuyer de canoniques préjugés. La rivalité entre danseuses ne m'a pas paru exacerbée : l'on peut très bien comprendre l'aigreur de l'ancienne étoile poussée à la retraite et le dépit colérique de la rivale évincée à qui l'on fait une mauvaise blague. Ce film ne prétend absolument pas "ouvrir les portes d'un monde inconnu" ou en offrir les clés de compréhension ; non, il ne fait que prendre place dans le monde du ballet, où l'emploi de Nina n'est pas sujet, mais objet.

Au niveau de la forme, la réalisation est brillamment exécutée et cela m'a fait plaisir de voir Vincent Cassel (que je n'aime guère) dans un autre rôle que ses habituelles compositions de gangster ou caïd, d'autant qu'il permet à son personnage quelque peu archétypal de chorégraphe manipulateur de ne pas verser dans le grotesque. Une ou deux invraisemblances sont à mentionner, mais rien de réellement rébarbatif.
Ce n'est cependant pas un film à mettre devant tous les yeux. Ici en Irlande, il est interdit aux moins de seize ans et c'est tout à fait compréhensible au vu de la violence de certaines scènes (et de l'anxiété instillée par d'autres mais, pour le coup, je suis mauvaise juge puisqu'un rien m'angoisse - je regarde souvent à côté de l'écran dès que la musique monte un peu !).

En bref, Black Swan est un très bon film, à la réalisation et à l'interprétation idéale, selon moi loin de cette polémique sur une soit-disant caricature du monde du ballet, mais il m'a manqué un je-ne-sais-quoi d'âme ou d'émotion pour qu'il me touche vraiment. Je n'en garderai pas un souvenir impérissable, je ne l'achèterai pas en DVD, mais je suis contente de l'avoir vu, si l'on peut résumer ainsi.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
frederic



Inscrit le: 23 Jan 2007
Messages: 976

MessagePosté le: Sam Jan 22, 2011 2:19 am    Sujet du message: Répondre en citant

je n'ai pas vu le film mais comment peut-on aussi grossièrement confondre réalité et fiction? "Black swan" ne se veut pas un film documentaire sur la danse, il prend ce milieu comme matériau pour créer une fiction, peut-être mauvaise, mais il me semble à rebours que la réaction de John Neumeier laisse penser au fond que cette fiction tutoie parfois la réalité. Dangereux....


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24880

MessagePosté le: Sam Jan 22, 2011 2:05 pm    Sujet du message: Répondre en citant

sophia a écrit:
La distribution prévue pour la retransmission de Giselle le 23 janvier, dans les mêmes conditions que Casse-Noisette, vient d'être publiée sur le site du Bolchoï :

Giselle - Svetlana Lunkina
Albrecht - Dmitri Gudanov
Hans - Vitaly Biktimirov
Myrtha - Maria Allash
Pas de deux des paysans - Chinara Alizade, Andrei Bolotin
Deux Willis - Olga Kishnyova, Victoria Osipova

Pas d'informations pour l'instant sur les danseurs que l'on verra dans Class Concert.



Le déroulé de la représentation (3h35 tout de même!) diffusée au cinéma demain à partir de 17h :







Rappel de la liste des cinémas où le film sera projeté :


France

* 02100 SAINT QUENTIN // Cine Quai 02 //
* 03100 MONTLUCON // Le Palace //
* 06000 NICE // PATHE MASSENA //
* 06400 CANNES // Cinema l'Olympia //
* 11000 CARCASSONNE // Cap Cine Carcassonne //
* 13000 SALON DE PROVENCE // Cinéma Le Club //
* 13004 MARSEILLE // PATHE MADELEINE //
* 13100 AIX EN PROVENCE // LE CEZANNE //
* 13500 MARTIGUES // Le Palace //
* 14000 CAEN // PATHE LUMIERE //
* 17100 SAINTES // Atlantic cine //
* 19100 BRIVE // Rex //
* 21000 DIJON // L'Olympia //
* 21200 BEAUNE // CAP CINEMA BEAUNE //
* 24000 PERIGUEUX // Cap Cine Perigueux //
* 24204 SARLAT CEDEX // Cinema Rex //
* 25000 BESANCON // Pathe Beaux Arts //
* 26000 VALENCE // Pathe Valence //
* 26200 MONTELIMAR // Cinema Les 7 Nefs //
* 27000 EVREUX // Cine Zenith //
* 29200 BREST // Le Celtic //
* 30000 NIMES // Kinepolis Forum //
* 30100 ALES // Cinéma Les Arcades //
* 30700 UZES // Le Capitole //
* 30900 NIMES // Kinepolis //
* 31000 TOULOUSE // GAUMONT WILSON //
* 31800 SAINT GAUDENS // Le Regent //
* 34000 MONTPELLIER // Cinema Le Royal //
* 34000 MONTPELLIER // Multiplexe //
* 34500 BEZIERS // Monciné //
* 35000 RENNES // GAUMONT RENNES //
* 37400 AMBOISE // Cinéa //
* 38000 GRENOBLE // Pathe Chavant //
* 41000 BLOIS // Cap Cine Blois //
* 42000 SAINT ETIENNE // GAUMONT //
* 44818 NANTES ST HERBLAIN // PATHE ATLANTIS //
* 45000 ORLEANS // PATHE LA CHARPENTERIE //
* 47000 AGEN // Cap Ciné Carnot //
* 49000 ANGERS // Gaumont Variétés //
* 51370 REIMS // Thillois - Gaumont Parc Millesime //
* 54000 NANCY // Kinepolis //
* 57070 SAINT JULIEN LES METZ // Kinepolis //
* 57100 THIONVILLE // Kinepolis //
* 59160 LOMME // Kinepolis //
* 59300 VALENCIENNES // GAUMONT VALENCIENNES //
* 62231 COQUELLES // Gaumont Cite Europe //
* 62800 LIEVIN // Pathe Li2vin //
* 66000 PERPIGNAN // Megacastillet //
* 67170 STRASBOURG // Pathe Brumath //
* 68100 MULHOUSE // Kinepolis //
* 69009 LYON // Pathe Vaise //
* 71500 LOUHANS // Eden //
* 73000 CHAMBERY // PATHE CHAMNORD //
* 74160 ARCHAMPS // Gaumont //
* 75008 PARIS // Gaumont Marignan //
* 75009 PARIS // Gaumont Op2ra Capucines //
* 75014 PARIS // Gaumont Parnasse //
* 75015 PARIS // Gaumont Aquaboulevard //
* 75015 PARIS // Gaumont Convention //
* 75017 PARIS // Club de l'Etoile //
* 76000 ROUEN // Pathe Rouen Docks 76 //
* 76600 LE HAVRE // Gaumont Docks Vauban //
* 77566 LIEUSAINT // Gaumont Carre Senart //
* 78700 CONFLANS STE HONORINE // Pathe Conflans //
* 80000 AMIENS // Gaumont Amiens //
* 82000 MONTAUBAN // Cap Cine Montauban // www.cap-cine.fr
* 83000 TOULON // PATHE LIBERTE //
* 83700 SAINT RAPHAEL // Le Lido //
* 84000 AVIGNON // Pathe Cap Sud //
* 86100 CHATELLERAULT // Cinéa //
* 90000 BELFORT // Pathe Belfort //
* 92100 BOULOGNE BILLANCOURT // Pathe Boulogne //
* 94200 PARIS - IVRY SUR SEINE // PATHE QUAI D'IVRY //



Suisse

* 1211 GENEVE // Pathe Balexert //
* 1003 SUISSE LAUSANNE // Pathe Flon //
* 1800 VEVEY // Cinérive //
* 3027 BERNE // Pathe Westside //
* 4051 BASEL // Kuchlin //


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 19907

MessagePosté le: Sam Jan 22, 2011 2:18 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Deux petits liens vers les distributions détaillées, données dans un autre fil :

Giselle
Class Concert / La Leçon de danse


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Sarra



Inscrit le: 29 Sep 2009
Messages: 217

MessagePosté le: Sam Jan 22, 2011 2:42 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Juste une précision rapide, entre parenthèses, sur la remarque de Frederic (ci-dessus, avant la liste des salles retransmettant demain Giselle, et les distributions). Car je ne saisis pas très bien si cette remarque s'adresse au compte-rendu (fort bien rédigé !) que fait Malixia de ce film sur la folie (placé dans la rubrique "Danse et cinéma") -Black Swan-, ou à ma très modeste contribution, un peu plus haut, qui était seulement d'ordre -disons- "méthodologique" et portait sur la valeur d'un argument.

Comment peut-on aussi grossièrement confondre réalité et fiction ? demande Frederic. C'est qu'une œuvre de fiction (roman, film) -quelques cas particuliers mis à part- contient forcément des éléments pris au Réel...

La représentation de ces éléments de réel possède diverses "puissances", entre autres celle dite "d'attestation" : ce qui est montré, ce qui est décrit, lorsque cela n'est pas démenti dans l'esprit du spectateur par une notion certaine, paraît "vrai".

Par exemple (exemple vraiment "simplet" certes ! Embarassed), si dans une fiction où seraient incidemment représentés les gens entrant à l'Opéra-Garnier, on les voyait tous monter l'escalier en marchant sur les mains, cela heurterait la notion certaine et universelle que l'on monte un escalier, là comme ailleurs, debout sur ses pieds.* Mais si dans une telle séquence (d'une œuvre de pure fiction, donc) les ouvreuses et ouvreurs étaient montrés, au bas des marches, offrant les programmes pour pas un centime, cela pourrait amener les spectateurs ne connaissant pas l'Opéra à croire que le programme y est donné pour le prix d'un sourire charmé... -res tam atrox !

Dans ce film "fantastique", si certains éléments seront évidemment perçus comme irréels -parce que venant heurter la raison rationnelle- et demeureront dans l'esprit comme tels, d'autres, concernant "le monde du ballet", seront vus comme vrais par les spectateurs ignorant tout de l'univers de la danse classique, d'autant plus vrais que ces éléments viendront se couler dans l'empreinte de préjugés communs : ceux qu'énumère John Neumeier, et qui sont des préjugés négatifs, selon lui gravement dommageables à l'image de la Danse.

C'est précisément parce qu'on ne peut se débarrasser de ce négatif par un simple : "Tout ceci n'est que fiction, donc tout y est fictif !" que John Neumeier a -je pense- réagi par son communiqué à la Ville et au Monde.

Pardonnez-moi, Frederic, si cette évidence était déjà bien évidente à votre esprit (ce qui me semble à peu près certain...), et si votre remarque avait un tout autre sens que celui qu'a cru y percevoir le rédacteur de cette brève "réponse".

* De même, si incidemment la Directrice de la Danse était figurée un peu -disons- imbue de sa personne, cela viendrait en contradiction avec la notion certaine que cette haute fonction veut une humilité constante, et nul n'y croirait... Etc.




Dernière édition par Sarra le Dim Jan 23, 2011 5:47 am; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
frederic



Inscrit le: 23 Jan 2007
Messages: 976

MessagePosté le: Sam Jan 22, 2011 10:49 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Non, ma remarque visait surtout le communiqué de John Neumeier qui semble un peu abusif et qui a contrario de son objectif, légitime ce film comme une oeuvre qui ne serait pas de pure fiction.
Peut être en reparlerons nous lorsque nous aurons vu le film. Pour ma part, je n'y vais pas parce que cela se passe " dans le milieu du ballet classique" mais pour Natalie Portman et Vincent Cassel.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Marie-Ange



Inscrit le: 12 Déc 2010
Messages: 281
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim Jan 23, 2011 1:36 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Permettez-moi de m'infiltrer à travers les tulles de Black Swann pour féliciter le documentaire Après Béjart. Ici nous sommes plongés Dans la profession, au plus simple, sans chichiterie, le danseur y retrouve sa réalité et c'est Bon !!!


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
LucyOnTheMoon



Inscrit le: 18 Nov 2008
Messages: 984

MessagePosté le: Dim Jan 23, 2011 7:54 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Sarra a écrit:
* De même, si incidemment la Directrice de la Danse était figurée un peu -disons- imbue de sa personne, cela viendrait en contradiction avec la notion certaine que cette haute fonction veut une humilité constante, et nul n'y croirait... Etc.


Laughing Laughing Laughing


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5 ... 141, 142, 143  Suivante
Page 4 sur 143

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous pouvez voter dans les sondages de ce forum


Nous Contacter
Powered by phpBB © phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com