Dansomanie Index du Forum
Connexion S'enregistrer FAQ Liste des Membres Rechercher Dansomanie Index du Forum

La danse dans la presse
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 45, 46, 47, 48, 49  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
CatherineS



Inscrit le: 09 Mai 2015
Messages: 777

MessagePosté le: Dim Mai 13, 2018 9:37 am    Sujet du message: Répondre en citant

Je suis une adepte de la technique, une pirouette ratée c'est comme une fausse note en musique ou une note ratée en chant ! Ca s'entend, ça se voit !

Ca se pardonne quand le niveau général est superbe, quand le niveau technique est déficient généralement (même si naturellement le niveau reste haut pour le commun des mortels), cela se pardonne moins.

Les forums de discussions existent depuis plus de 20 ans et toute la génération précédente a donc fait face aux commentaires des balletomanes assidus (Letestu, Bart, Dupont, Martinez, etc.) et c'était une génération en or.
C'est désolant de voir que maintenant on préfère la "facilité" du rattrapage contemporain à la difficulté du classique. C'est dur, et au lieu de persévérer pour passer, on édulcore ! Mais sans doute ces danseurs de la génération précédente ont-ils été éduqués avec les danseurs "Noureev" pour qui la danse était une passion et pas un métier pour lequel ils avaient des facilités (pour la plupart, heureusement qu'il reste des véritables passionnés).

Finalement c'est quand même facile de dire que si on a le droit à une compagnie de plus en plus mauvaise en classique, c'est la faute du public qui est exigeant et demande une technique "normale". Dans d'autres compagnies, ils diront la même chose "le public voit l'erreur" mais ils travailleront pour qu'ils soient meilleurs et ne se rabattront pas sur du contemporain où on peut se rattraper !!!


Dernière édition par CatherineS le Dim Mai 13, 2018 10:56 am; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 17905

MessagePosté le: Dim Mai 13, 2018 10:27 am    Sujet du message: Répondre en citant

Méchant public qui n'y connait rien - ou qui s'y connait trop bien... et qui, horreur, se pique en plus de comparer avec "avant" ou "ailleurs"! La rengaine n'est pas neuve. On devrait songer à sélectionner les gentils bienveillants à l'entrée, voire à danser rideau fermé tant qu'à faire. Quant à la critique, elle existait bien avant les forums et les réseaux sociaux et pour être moins immédiate, elle n'était certainement pas moins tendre.
Juste ou injuste, ainsi va la vie du spectacle.

La technique existe pour être transcendée par autre chose (la personnalité, le style, l'image que l'on crée, que sais-je...), mais encore faut-il qu'elle soit là. On peut pardonner une erreur ponctuelle, un porté maladroit, même une chute (c'est arrivé aux plus grands), personne n'est infaillible. Souvent, on le signale, sans s'attarder. Ce qui me gêne, c'est davantage l'accumulation de petites erreurs plus ou moins discrètes (d'un spectacle à l'autre ou au sein d'un même spectacle), les pas escamotés, le manque de soin dans les détails, la réduction de la danse à des pas que l'on assure sans plus - pas très classique tout ça en fait de mon point de vue.

Je ne trancherai pas le débat "classique ou contemporain : lequel est le plus difficile?" Le fait de savoir qu'il faut dix ans pour former un danseur classique me semble suffisamment éloquent en soi, mais passons. Ensuite, le contemporain n'est pas un et les chorégraphies contemporaines ne requièrent pas toutes les mêmes exigences, loin de là. En revanche, contrairement à ce qu'on nous serine depuis des années, je ne pense pas que le classique permette de tout danser (bien). Je viens de voir un extrait de Rain par Rosas et d'un coup, ça m'a paru beaucoup plus intéressant.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
CatherineS



Inscrit le: 09 Mai 2015
Messages: 777

MessagePosté le: Dim Mai 13, 2018 10:42 am    Sujet du message: Répondre en citant

Ce qui est sûr, c'est qu'avant les réseaux sociaux ou les forums de discussion, les critiques de la presse étaient beaucoup moins tendres, à commencer par Gérard Mannoni quand il travaillait au Quotidien de Paris, ou le regretté André-Philippe Hersin, qui n'hésitaient pas à tacler les danseurs même pour ce dernier devant eux dans des émissions telles "Barbier de Nuit" sur Europe 1.

Mais je pense qu'à l'époque les critiques étaient plus faciles à entendre (ce qui est visiblement sous-entendu dans la fameuse crise de l'Opéra de Paris actuelle), et là on entre dans le problème générationnel mais aussi franco-français.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 17905

MessagePosté le: Dim Mai 13, 2018 11:14 am    Sujet du message: Répondre en citant

Je ne pense pas que les artistes acceptaient mieux la critique - en-dehors de celle de leurs pairs - avant.
Le problème aujourd'hui est que tout sort, sans filtre, sans hiérarchie, et que dans ce grand déversoir des pulsions humaines qu'est le net, on peut souvent lire/dire tout et n'importe quoi - le meilleur comme le pire.
Dans le même temps, les critiques institutionnels se heurtent à une crise de légitimité, car souvent jugés trop complaisants.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
LucyOnTheMoon



Inscrit le: 18 Nov 2008
Messages: 954

MessagePosté le: Dim Mai 13, 2018 2:50 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Bizarement on a là une interview d'un (très) jeune, H Marchand, qui se dit davantage à l'aise en classique et personne ne relève?? Cela risquerait de donner le mauvais exemple à ces jeunes qui paraît-il n'aiment plus le classique... Wink


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 23617

MessagePosté le: Dim Mai 13, 2018 3:05 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Il se montre par ailleurs plutôt élogieux envers B. Millepied en raison de son engagement en faveur d'une meilleure prise en charge médicale des danseurs.



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
LucyOnTheMoon



Inscrit le: 18 Nov 2008
Messages: 954

MessagePosté le: Dim Mai 13, 2018 5:02 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Il a tout à fait raison, c'est même "le" point positif de l'action de Millepied qui n'a jamais été contesté par qui que ce soit il me semble, et j'espère que l'actuelle directrice et les futur(e)s continueront à améliorer les choses.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
CatherineS



Inscrit le: 09 Mai 2015
Messages: 777

MessagePosté le: Dim Mai 13, 2018 7:16 pm    Sujet du message: Répondre en citant

haydn a écrit:
Il se montre par ailleurs plutôt élogieux envers B. Millepied en raison de son engagement en faveur d'une meilleure prise en charge médicale des danseurs.


C'est aussi Benjamin Millepied qui l'a distribué comme une étoile alors qu'il n'était encore que sujet ! Donc c'est un peu logique Smile !

Sinon il se dit plus à l'aise dans le classique car il est encore jeune, mais il parle déjà de danser le contemporain quand il ne pourra plus le danser, et cela dans combien de temps ?
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
LucyOnTheMoon



Inscrit le: 18 Nov 2008
Messages: 954

MessagePosté le: Dim Mai 13, 2018 8:55 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ce qu'il dit du classique et du contemporain est très intéressant: il dit en effet que le classique est plus difficile mais il parle de difficulté "physique" et non pas "technique", et que s'il se sent plus à l'aise en classique, c'est parce que c'est ce qu'il a le plus pratiqué jusqu'à maintenant. J'aime aussi sa remarque sur la capacité d'adaptation que nécessite le contemporain. En classique c'est le même "langage" avec différents "accents" (école russe, école française...), en contemporain c'est une nouvelle langue avec chaque chorégraphe.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Delly



Inscrit le: 14 Juin 2016
Messages: 560

MessagePosté le: Mar Mai 15, 2018 10:51 am    Sujet du message: Répondre en citant

sophia a écrit:
On devrait songer à sélectionner les gentils bienveillants à l'entrée, voire à danser rideau fermé tant qu'à faire. Quant à la critique, elle existait bien avant les forums et les réseaux sociaux et pour être moins immédiate, elle n'était certainement pas moins tendre.

La technique existe pour être transcendée par autre chose (la personnalité, le style, l'image que l'on crée, que sais-je...), mais encore faut-il qu'elle soit là.par Rosas et d'un coup, ça m'a paru beaucoup plus intéressant.


Dommage d'opposer critique et bienveillance. Les danseurs réclament de la bienveillance, cela ne veut pas dire l'absence de critique, au contraire !! Cela veut dire qu'on critique, pas qu'on démolit, qu'on humilie, qu'on reproche.
Oui cela a changé de ce point de vue.

Et non, il faut en finir avec ces jeunes qui ne seraient plus des passionnés. Ce n'est pas vrai !! C'est justement parce que la danse est une passion, à laquelle ils sacrifient beaucoup, qu'ils se plaignent de l'ambiance et de la manière dont ils sont traités. On attend plus d'un métier-passion et d'une institution reconnue que d'un métier alimentaire dans une boite lambda !! On en attend du sens, de la reconnaissance, de la passion justement. On en attend de la bienveillance et du challenge parce que justement c'est là qu'on pense pouvoir atteindre le meilleur niveau de sa passion. L'esprit de sacrifice, ça n'a jamais existé, désolée. Autrefois l'esprit de sacrifice était la contrepartie acceptée de la gloire d'être à l'Opéra et de danser de grands rôles dans une maison prestigieuse avec de grands maîtres, de créer des ballets. Or aujourd'hui, c'est dans le contemporain que les danseurs connaissent cette expérience. Vous croyez que des personnalités fortes auraient accepté les insultes de Noureev sans l'ambiance de création d'une Bayadère ou d'un Roméo et Juliette?

Je travaille aussi dans ce genre de milieu et ce sont bien les plus passionnés qui s'insurgent que leur engagement, ce qu'ils y sacrifient, l'affectif et l'identité personnelle qu'ils mettent dans leur métier soient toujours plus élevés que ce que l'institution leur offre, surtout quand cette institution a une image extérieure d'excellence. La réalité n'est pas à la hauteur du rêve et de ce qu'ils ont donné pour réaliser ce rêve. Seuls les désabusés cessent de répondre aux questionnaires, font leurs heures et mettent leur coeur dans autre chose.

Et merci aussi de rappeler que le contemporain n'est pas forcément une continuation du classique... H. Marchand, toujours aussi intelligent, différencie la difficulté technique (qui ne semble pas lui poser de difficultés, au contraire), de la difficulté physique, qui grandit avec le vieillissement. de ce point de vue je ne suis pas sûre que le contemporain soit moins physique d'ailleurs. C'est particulièrement vrai chez les messieurs.
Mais c'est aussi le résultat de l'évolution de la pratique de la danse, qui devient de plus en plus athlétique, spectaculaire, et donc blessante pour le corps. La vidéo et les réseaux sociaux ne sont pas étrangers à cela : une photo, un gif, un Instagram, ça porte plus au grand écart exagéré ou à l'enchainement de triples pirouettes qu'à l'émotion d'un port de bras ou d'un entrechat quatre parfait...


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Delly



Inscrit le: 14 Juin 2016
Messages: 560

MessagePosté le: Mar Mai 15, 2018 10:57 am    Sujet du message: Répondre en citant

CatherineS a écrit:


C'est aussi Benjamin Millepied qui l'a distribué comme une étoile alors qu'il n'était encore que sujet ! Donc c'est un peu logique Smile !



Non, ce n'est pas logique, c'est vous qui lui prêtez une attitude uniquement calculatrice. On peut aussi penser qu'il a un regard positif sur les apports positifs de quelqu'un et a du recul sur son métier. La demande de reconnaissance, de bienveillance, c'est cela. Ne pas voir le calcul partout et reconnaitre la sincérité et l'intelligence des gens.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 17905

MessagePosté le: Mar Mai 15, 2018 11:05 am    Sujet du message: Répondre en citant

J'étais ironique et délibérément caricaturale. On se demande en effet si l'exercice critique est légitime aux yeux de certains, quand la moindre réserve (et rappelons que la danse est aussi une technique et ce n'est pas être un intégriste du chausson que de le dire) est perçue comme de la malveillance.
Tout a toujours existé en matière de critique - c'est la forme qui a changé, tenant parfois plus du cri aujourd'hui (dans un sens comme dans un autre).


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
CatherineS



Inscrit le: 09 Mai 2015
Messages: 777

MessagePosté le: Mar Mai 15, 2018 11:35 am    Sujet du message: Répondre en citant

Delly a écrit:
CatherineS a écrit:


C'est aussi Benjamin Millepied qui l'a distribué comme une étoile alors qu'il n'était encore que sujet ! Donc c'est un peu logique Smile !



Non, ce n'est pas logique, c'est vous qui lui prêtez une attitude uniquement calculatrice. On peut aussi penser qu'il a un regard positif sur les apports positifs de quelqu'un et a du recul sur son métier. La demande de reconnaissance, de bienveillance, c'est cela. Ne pas voir le calcul partout et reconnaitre la sincérité et l'intelligence des gens.


C'est quand même normal qu'on apprécie un directeur de la danse qui vous a sorti de l'anonymat et distribuer dans des rôles d'étoile ! Je ne vois pas où j'ai dit que c'est du calcul ! C'est de la reconnaissance !
Dans mon travail, j'apprécie particulièrement une de mes chefs qui est partie mais qui a redonné de l'intérêt à mon poste ! Ce n'est pas du calcul, c'est humain de voir ce que quelqu'un a apporté de positif. Je ne comprends donc pas votre remarque.

Et oui les personnalités fortes acceptaient les réflexions de Noureev ! Maintenant on est dans l'ère de la bienveillance qui devient ridicule à la longue mais c'est une question de génération !!! Et naturellement que l'esprit de sacrifice existait par le passé. Quant à la difficulté technique, les danseurs continuaient par le passé à danser le classique jusqu'à la fin de leur carrière et pas à l'abandonner dès qu'ils atteignaient un certain âge pour danser du contemporain (avec lequel en plus, ils se blessent vu que l'alternance contemporain/classique est très mauvaise pour le travail musculaire).


Dernière édition par CatherineS le Mar Mai 15, 2018 9:02 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
LucyOnTheMoon



Inscrit le: 18 Nov 2008
Messages: 954

MessagePosté le: Mar Mai 15, 2018 12:00 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Delly a écrit:
la gloire (...) de danser de grands rôles dans une maison prestigieuse avec de grands maîtres, de créer des ballets. Or aujourd'hui, c'est dans le contemporain que les danseurs connaissent cette expérience.


1000 % d'accord !! Il faudrait que l'Opéra trouve le moyen de faire venir un chorégraphe qui créera sur mesure une pièce "classique" pour le ballet de l'ONP... Si je ne dis pas de bêtise, il n'y a rien eu de ce genre depuis "La Source" ?


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
CatherineS



Inscrit le: 09 Mai 2015
Messages: 777

MessagePosté le: Mar Mai 15, 2018 12:15 pm    Sujet du message: Répondre en citant

LucyOnTheMoon a écrit:
Delly a écrit:
la gloire (...) de danser de grands rôles dans une maison prestigieuse avec de grands maîtres, de créer des ballets. Or aujourd'hui, c'est dans le contemporain que les danseurs connaissent cette expérience.


1000 % d'accord !! Il faudrait que l'Opéra trouve le moyen de faire venir un chorégraphe qui créera sur mesure une pièce "classique" pour le ballet de l'ONP... Si je ne dis pas de bêtise, il n'y a rien eu de ce genre depuis "La Source" ?


Mais s'ils veulent connaître uniquement la gloire de la création, ils ne sont pas danseurs à l'Opéra de Paris ou dans une grande compagnie de ce genre !!! Il y a un répertoire à préserver, ce qui se fait dans toutes les grandes compagnies mondiales (Royal Ballet, Bolchoï, Mariinsky, SFB, etc.). L'Opéra de Paris n'est pas un théâtre "d'art et d'essai" même s'il a vocation à le devenir.

Il n'y a bien qu'en France que l'on trouve des danseurs "classiques" qui ne veulent danser que de la création !!! Si on veut travailler uniquement de la création on va dans d'autres compagnies où on travaillera directement avec un chorégraphe ! Et une création classique n'est pas visiblement ce qui branche les danseurs.

En plus visiblement ils ne voient aucun inconvénient à danser certains rôles comme Juliette, Manon, Roméo, Onéguine, etc.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 45, 46, 47, 48, 49  Suivante
Page 46 sur 49

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous pouvez voter dans les sondages de ce forum


Nous Contacter
Powered by phpBB © phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com