Dansomanie Index du Forum
Connexion S'enregistrer FAQ Liste des Membres Rechercher Dansomanie Index du Forum

Nouvelles du Ballet Biarritz
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 13, 14, 15
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Bernard45



Inscrit le: 06 Avr 2008
Messages: 388
Localisation: Orléans

MessagePosté le: Ven Sep 15, 2017 8:58 pm    Sujet du message: https://img11.hostingpics.net/pics/684212BogotaCarolinedeOte Répondre en citant



Festival « Le temps d’aimer la Danse »

Vendredi soir, le Casino était très bien rempli pour la venue de la Compagnie de Danse de Bogota. Ce fut un vrai choc adressé au public, au point que certains spectateurs ont quitté la salle au cours du spectacle, qui ne durait qu’une heure seulement. Peut-être certains s’attendaient-ils à voir des danses folkloriques sud-américaines, mais il ne me semble pas que ce soit le genre de la maison du Festival de Biarritz de proposer cela. Certes pour déranger un public, le thème développé par Jorge Bernal, le chorégraphe, a de quoi déranger. Mais si le spectacle vivant n’interroge pas, alors à quoi sert-il ?

« Colombario », inutile de traduire, tel est le titre du spectacle proposé par la Compagnie colombienne, laquelle a changé le programme quelques semaines seulement avant le début du Festival. Il s’agit d’une création jouée en première mondiale, et dont le décor (les tours) a été conçu par le Festival.

En entrant dans la salle, un épais brouillard recouvre le plateau. On distingue toutefois trois sortes de tours, l’une d’elle couchée, mais qui se relèvera peu après. On constate aussi que ces tours se déplacent sur scène, allant de cour à jardin et réciproquement. Une bande son fait entendre des explosions, au milieu de bruits les plus divers.

Derrière une tour, voilà qu’apparaît un corps gisant, puis deux, puis trois, douze à la fin, pris de tremblements, soulevant qui un bras, qui une jambe, laissant retomber, toujours dans une bande son colérique. Les voilà debout, dans des postures rappelant celles décrites dans l’Enfer de Dante. Qui sont-ils ? Les morts évidemment qui nous interpellent, nous vivants, les disparus de la récente guerre civile, peut-être aussi les victimes des massacres qui ont accompagné la « conquête » du pays par les espagnols ? Quant aux tours, sont-ce les urnes funéraires où les âmes des morts crient leur souffrance, ou les cages où ont été emprisonnés les uns et les autres ?

Bientôt, la danse des morts occupe la scène, forte, vive, impressionnante. Certains danseurs quittent alors le plateau laissant place à un ou deux acteurs dont les postures, les accoutrements expriment des codes qui nous sont inconnus. La danse reprend pour laisser place en sortie, aux trois « columbariums », couchés, où disparaissent une à une, la lueur des morts.

Le public, sous le choc d’un tel spectacle, applaudit. Les discussions se poursuivent sur le parvis du casino.


Photo : Stéphane Bellocq


Photo : Stéphane Bellocq


Photo : Caroline de Otero


Photo : Caroline de Otero


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Bernard45



Inscrit le: 06 Avr 2008
Messages: 388
Localisation: Orléans

MessagePosté le: Sam Sep 16, 2017 11:05 pm    Sujet du message: Répondre en citant



Festival « Le temps d’aimer la Danse »

Il fallait bien que cela arrivât ! Je sors de mon dernier spectacle à Biarritz, « Les nuits barbares ou les premiers matins du monde », particulièrement réservé, non pas sur la prestation des danseurs/athlètes d’Hervé Koubi, mais sur la chorégraphie, son sens, le thème inexistant, ou du moins je ne l’ai pas vu ni compris, et surtout sur le fait que la danse, quelle qu’elle soit, n’est pas du cirque !

Multiplier les sauts périlleux, les roues, les jeter en l’air à une hauteur vertigineuse d’un danseur, ça ne fait pas de la danse. On peut même ajouter des tours sur la tête, jambes en l’air, à grande vitesse, cela ne donne pas une quelconque construction chorégraphique au spectacle.

Ceci dit, il faut saluer les treize athlètes, plus que danseurs, pour leur démonstration. Que cela plaise au public, sans doute, avec des hommes torse nu à la musculature avantageuse. Au fait, quid des femmes sur le plateau ?

Et pourtant, cela avait bien commencé avec Hervé Koubi disant au micro quelques mots, notamment sur nos origines méditerranéennes, au-delà des nations. On ne peut qu’adhérer. Tonnerre d’applaudissements. La suite fut moins bonne, dommage !


Photo : Caroline de Otero


Photo : Caroline de Otero


Photo : Caroline de Otero


Photo : Caroline de Otero

interview de Thierry Malandain à suivre.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 22654

MessagePosté le: Lun Oct 02, 2017 8:09 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Comme annoncé, en écho au Festival "Le Temps d'aimer", Bernard Thinat, notre correspondant, est allé à la rencontre de Thierry Malandain pour lui demander son opinion sur l'état actuel de la danse en France, et surtout parler de l'avenir de cette manifestation, dont il est le directeur artistique, et de sa compagnie, le Ballet Biarritz, qu'il devra quitter en 2019 à l'expiration de son mandat.




    Thierry Malandain, directeur du festival Le Temps d'aimer (Biarritz)

      Je me dis que mon ascension longue et difficile et la réussite du Ballet Biarritz me donnent aujourd’hui le droit de parler. C’est pourquoi, je ne m’abstiens plus. Ainsi, je pense que la France vit depuis trop d’années sans véritable politique chorégraphique. Il y a eu de réjouissantes initiatives comme la création du Centre National de la Danse en 1998, mais depuis longtemps, il ne se passe pas grand-chose. S’agissant de la danse classique, de la formation, de l’emploi, de la création, de l’avenir des Ballets, il serait temps que l’on fixe les lignes, un horizon artistique, sans quoi ne subsistera un jour que le Ballet de l’Opéra national de Paris comme vestige du traumatisme. Encore faudrait-il qu’il assume sa mission conservatoire. Je ferai remarquer en passant qu’on est dans un pays où le premier des théâtres, légataire d’un héritage inestimable, se retrouve sans répertoire historique. Que la troupe excelle dans le répertoire contemporain, c’est formidable, mais son rôle est aussi de montrer l’exemple dans les classiques, et pas uniquement à Paris, mais aussi régulièrement en province. Mais au fond rien de neuf, car on oublie trop souvent que Louis XIV fonda l’Académie royale de danse pour la sauver «d’une ruine irréparable». Et c’est presque une tradition politique française de laisser la danse classique dépérir avant que l’Etranger n’en ravive la flamme. Ainsi avons-nous été durant plus d’un demi-siècle sous domination italienne, puis sous domination russe, et pour exagérer un peu, avec le médiatique Benjamin Millepied, n’avons-nous pas failli être sous l’empire de l’Oncle Sam? Il est temps que nous prenions notre avenir en main.

      --> Lire la suite



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Delly



Inscrit le: 14 Juin 2016
Messages: 357

MessagePosté le: Lun Oct 02, 2017 8:47 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked

Wahou. C'est énorme. Il ne parle pas souvent, mais.... ça déménage.

Merci (à vous et... à lui !!!) Smile


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Ballerina



Inscrit le: 01 Juin 2016
Messages: 290

MessagePosté le: Lun Oct 02, 2017 10:14 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Et bien ! Ces vraiment appeler un chat, un chat.
C'est passionnant.
Merci infiniment Haydn.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
céline



Inscrit le: 21 Oct 2016
Messages: 233
Localisation: province

MessagePosté le: Lun Oct 02, 2017 10:28 pm    Sujet du message: Nouvelles du ballet de Biarritz Répondre en citant

Malandain est pour moi le chorégraphe français le plus intéressant, plus moderne que certains contemporains, son néo-classique n'est jamais rance. Je ne sais pas quelle serait la meilleure place pour lui dans le futur, il peut prétendre aux plus importantes. Dans cet univers de réseau, le temps n'est plus à la modestie.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 13, 14, 15
Page 15 sur 15

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous pouvez voter dans les sondages de ce forum


Nous Contacter
Powered by phpBB © phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com