Dansomanie Index du Forum
Connexion S'enregistrer FAQ Liste des Membres Rechercher Dansomanie Index du Forum

Nouvelles du Ballet Biarritz
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 19, 20, 21
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Alexis29



Inscrit le: 22 Avr 2014
Messages: 888

MessagePosté le: Dim Juin 21, 2020 4:49 pm    Sujet du message: Répondre en citant

http://malandainballet.com/actualites/article/edito-numero-86


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 19788

MessagePosté le: Ven Juil 10, 2020 9:52 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Le Temps d'Aimer la danse

Organisation : Biarritz Culture

Directeur artistique : Thierry Malandain

A Biarritz le Festival Le Temps d'Aimer la danse est maintenu et fêtera ses 30 ans.

Le premier festival de danse de la rentrée

du 11 au 20 septembre 2020


Programmation

Jeudi 10 septembre


18h Grand studio de la Gare du midi

(LA) HORDE / Thomas HONGRE

Stage de Jump - Tout niveau

20H Cinéma Le Royal

Valérie Müller - Danser sa peine

La projection sera précédée d'une présentation du festival par Thierry Malandain et l'équipe du festival.

Elles s'appellent Sylvia, Litale, Sophia, Annie et Malika, elles n'ont jamais dansé et sont incarcérées à Marseille dans le quartier des longues peines. Pendant quatre mois, deux fois par semaine, elles vont suivre l'atelier du célèbre chorégraphe Angelin Preljocaj. Un projet fou et audacieux, celui d'entraîner et de faire danser les détenues qui se produiront « hors les murs » sur des scènes comme celle du pavillon noir à Aix et à Montpellier. Un autre regard sur la prison, sur l'enfermement des corps et sur le processus de création.

En présence de la réalisatrice (sous réserve).


Vendredi 11 septembre

20H Parvis du Casino

Déambulation de Maritzuli

Annonçant l'ouverture de cette trentième édition, les danseurs de la compagnie Maritzuli, parés de leurs costumes de lumières ouvriront le festival par un défilé le long de la mer entre le promenoir de la Grande plage et le Port Vieux.

21H30 Plage du Port Vieux - en plein air

COLLECTIF (LA) HORDE (BALLET NATIONAL DE MARSEILLE) / To Da Bone

(LA) HORDE, jeune collectif au succès fulgurant, récemment nommé à la direction du Ballet National de Marseille, se nourrit des flux tendus d'images et d'informations du monde entier, qu'il trouve sur la toile. Avec To Da Bone, ces artistes post internet font sortir de Youtube un style de danse dont l'existence était jusque-là cantonnée à des vidéos circulant sur le net. Sur le plateau ils sont onze venus d'Ukraine, de Hongrie, de Belgique, des Pays-Bas, du Québec. Ils ont pour point commun de se filmer et de poster des vidéos où ils pratiquent le jumpstyle, danse fulgurante de fluidité et de précision, dérivée d'un genre de musique électronique (milieu techno hardcore). Une danse de chambre ramenée sur scène « à la vraie vie ». Une danse extrêmement rapide, faite de sauts enchaînés sur un rythme effréné avec une énergie brute couplée à un vocabulaire gestuel bluffant par sa diversité stylistique. Les bondissements survoltés de ces danseurs à l'énergie folle et contagieuse sonnent comme la révolte intime d'une certaine jeunesse. Une fougue qui sied bien à l'ouverture de cette trentième édition du Temps d'Aimer.



Samedi 12 septembre

12H30 Jardin Public

L-E-V : Sharon EYAL l Gai BEHAR / Répétition publique

11H Médiathèque

Lecture du Théâtre des chimères

Ce n'est pas ton corps qui s'élève, c'est le sol qui se dérobe et qui revient docile sous tes pieds, exactement comme un chien ramène une pierre : tu la lances, le chien court, va et revient, et la pose à tes pieds." A partir de cette phrase du grand chorégraphe Maurice Béjart et tirée de ses Lettres à un jeune danseur, le Théâtre des Chimères propose une lecture spectacle comme une invite à la danse, un voyage de lecture au pays des corps et du mouvement. Dans le cadre du Temps d'aimer la danse 2020.

14H à 17H En ville

Compagnie Volubilis / Vitrines en cours

Des « chorégraphies de poche » poétiques et ludiques qui s'invitent dans des vitrines de magasins en s'appuyant sur l'activité et l'histoire du commerce ; pour mieux le détourner et le transgresser. En de courtes séquences de quelques minutes, la compagnie Volubilis s'attache malicieusement à revisiter ces endroits habituellement dédiés à la consommation.

16H Médiathèque

Conférence : Le Tandem (&) l'Art & la danse

De la préhistoire à la naissance du ballet, des rites antiques à la danse moderne, du temps classique aux mouvements contemporains, le regard "anthropoétique" de l'historien de l'art Jean Yves Roques nous invite à faire dialoguer l'espace pictural avec celui du spectateur devant lequel la danse se déploie : tableaux, reliefs, photographies, extraits vidéo. Une chorégraphie de l'acte visuel avec l'histoire de la danse et le plaisir de la pensée... Dans le cadre du Temps d'aimer la danse 2020.

19H Le Colisée

Compagnie l'Octogonale / A Taste of Ted

Enfilant avec soin les habits du passé, Jérôme Brabant et Maud Pizon ont mené l'enquête dans les vapeurs de l'exotisme américain, sur le couple mystérieux aux origines de la modernité chorégraphique : Ted Shawn et Ruth Saint Denis. Ces figures pionnières nourrissaient leurs pièces d'emprunts aux danses asiatiques, africaines ou amérindiennes. Dans un savant mélange d'histoire et de fiction, accompagné par les notes au piano d'Aurélien Richard, ils réincarnent danses rares et bribes d'archives. Les deux complices contemporains, en fouillant le passé sans jamais oublier d'être bien présents, piquent avec humour nos curiosités et nos désirs d'aventures.

21H Gare du Midi

L-E-V : Sharon EYAL l Gai BEHAR / Chapter 3 : The Brutal Journey of the Heart

D'abord révélée comme chorégraphe au sein de la Batsheva Dance Company, Sharon Eyal est devenue l'une des créatrices les plus recherchées de la scène internationale. En 2013, elle fonde L-E-V avec Gai Behar, artiste multidisciplinaire et figure bien connue de la vie nocturne de Tel-Aviv. Dans Chapter 3 : The Brutal Journey of the Heart, œuvre haletante propulsée par l'environnement sonore mixé en direct par Ori Lichtik, neuf danseurs se lancent dans un voyage enivrant à travers les états extrêmes du cœur. Une danse pulsée, riche de tourbillons de corps explosifs, de mouvements de voguing, et de citations de ballets. Évoquant des tatouages corporels d'un raffinement exquis, les costumes peints par Maria Grazia Chiuri, directrice artistique de Dior, décuplent la sensualité de cette danse à l'énergie fiévreuse jusqu'au climax. Une danse du cœur, une danse d'offrande pour les cœurs vibrants.



Dimanche 13 septembre

10H Grand studio de la Gare du Midi

Sharon EYAL / Stage de danse contemporaine

11H Promenoir de la Grande plage

Gigabarre par le CCN Malandain Ballet Biarritz accompagné des musiciens de l'Académie Maurice Ravel

Le Malandain Ballet Biarritz vous invite à prendre la main à la barre ; laissez-vous porter par les musiciens de l'Académie Maurice Ravel sur un air marin.

12H15 Esplanade du Casino

Horizon Danse

Un horizon partagé, celui d'élèves d'aujourd'hui et de jeunes danseurs devenus professionnels, réunis sur un même plateau sous la houlette de Sandra Marty et Thierry Martinez. Et un présent commun, celui du plaisir du mouvement dansé.

15H et 17H Devant le Casino

Compagnie Rêvolution / Uppercut

Trois filles sur pointes, une sorte de ring, de cage, un dancefloor, ou plutôt un espace de revendication, d'une danse qui casse les codes, le plancher et impose sa modernité. Pas de ballerine ou tutu, mais des performeuses qui vont s'imposer, s'imbriquer, se défier et, les clichés du hip-hop et du classique sont renvoyés dans les cordes. La pointe, cet outil qui sert à l'élévation, à l'équilibre, va devenir ici une arme affutée, des lames tranchantes qui vont cisailler l'espace et dessiner des formes géométriques, carnassières. Trois Lara Croft qui vont nous braquer avec leurs pointes et exécuter des katas percussifs.

19H Le Colisée

Nach Van Van Dance Company / Cellule

Formée à l'épreuve de la rue et des battles, Nach trouve dans la violence exutoire et l'expressivité du krump, un moyen d'exprimer son appétit de vivre carnassier, cette ardeur de guerrière qui la porte à danser jusqu'à l'ivresse. Sa curiosité la mène à puiser des références hors de la danse : dans la photographie, la littérature et le cinéma expérimental. Cellule est l'autoportrait dansé d'une femme avec son désir de féminité et d'authenticité. La jeune chorégraphe y explore les énergies féroces du désir, de l'excès, de la souffrance, de la peur, de la jouissance. Puisant ses ressources dans le hip-hop, les danses traditionnelles d'Afrique et d'Asie et dans le duende, force mystérieuse qui transcende les danseurs de flamenco, Nach élabore son propre langage. Elle alterne la démesure, tensions spectaculaires où se dévoile sa puissante musculature, et une subtile sensualité, une fragilité où perce la séduction. Cette courte pièce viscérale et lumineuse affirme, à l'état brut, une personnalité de danseuse sans concession.

21H Théâtre du Casino

Roy Assaf Dance / Girls

Après une remarquable carrière d'interprète, notamment chez Emmanuel Gat, Roy Assaf occupe une place grandissante au sein de la scène israélienne avec une danse à fleur de peau appuyée sur une écriture chorégraphique au cordeau. Ses nombreuses récompenses lui ont permis de se faire connaître, internationalement pour sa danse expressive qui joue tour à tour aves les registres du romantisme, de l'humour et du décalage. Avec Girls, pièce pour cinq femmes en rouge, il aborde les stéréotypes féminins tout droit sortis du catalogue de la fantaisie masculine avec une grande liberté de ton associant force et sensibilité. Cinq femmes en rouge donc sur un étroit sol blanc, s'engagent dans un dialogue avec les attentes et les exigences de la société. Frappé par sa fraicheur et sa puissance créatrice, Roy Assaf confirme l'espoir de la scène actuelle qu'il est devenu.



Lundi 14 septembre

12H30 Jardin Public

CCN Malandain Ballet Biarritz / Répétition publique

19H Théâtre du Casino

Christine Hassid Project / N'ayez pas peur !

Familière du festival qui suit pas à pas ses créations, la frondeuse sensible et passionnée Christine Hassid avait partagé l'an dernier avec le public les premières étapes de cette nouvelle création sur la scène du jardin public. Avec N'Ayez pas peur ! elle propose une pièce résolument engagée et pose un regard féminin sur la danse « cet art de la rage et de la grâce qui allie le masculin et le féminin, dans la rencontre entre la musique et le geste, le rythme et le chant » pour apprendre à déplacer le regard et donner au corps sa place dans le mouvement de nos idées.

Et, comme toujours avec cette chorégraphe généreuse il s'agit d'une invitation à partager sa réflexion sur le choc de la beauté, avec le public.

21H Gare du Midi

CCN Malandain Ballet Biarritz / Beethoven 6 et Mozart à 2

Avec la reprise de Mozart à 2 et la création de Beethoven 6 tiré du ballet La Pastorale, l'Homme et la Danse sont au cœur et au corps du Malandain Ballet Biarritz. Mozart à 2, créé en 1997 par Thierry Malandain pour sa compagnie Temps Présent avant qu'elle ne s'installe à Biarritz, aujourd'hui au répertoire du Leipzig Ballet et du Wiener Staatsballett, rend compte d'épisodes amoureux sur les concertos pour piano de Mozart. Six couples se suivent donnant priorité au corps dansant, à la célébration de sa sensualité et de son humanité. Pour l'occasion, un nouveau pas de deux viendra enrichir Mozart à 2. Quant à Beethoven 6, issu de La Pastorale créé en 2019 à l'occasion du 250e anniversaire de la naissance du compositeur, il s'agit naturellement de la 6ème symphonie de Ludwig van Beethoven. Thierry Malandain y évoque l'amour ardent du compositeur pour la nature et propose une quête de la beauté que les 22 danseurs mettent magnifiquement en valeur.

Avec sa grande et profonde humanité et sa recherche du sens et de l'esthétique, Thierry Malandain guide un style intemporel à la fois terrien, énergique et sobre, qui puise sa richesse dans les racines de la danse et dans une vision dynamique de cet art.



Mardi 15 septembre

12H30 Jardin Public

Compagnie Massala / Répétition publique

15H30 Médiathèque

Projection Documentaires / « Entropico » de Christophe Haleb

Séries de courts-métrages comme autant de traversées urbaines à l'écoute de la jeunesse de La Havane, Marseille et Fort-de-France. Ces jeunes nous font entrer dans leurs terrains de jeu et nous donnent à voir autrement l'architecture et l'espace public de leurs villes.

« To Da Bone » de Laure Boyer et Edouard Mailaender

Le collectif artistique (La) Horde a invité une dizaine de jumpers amateurs pour la création du spectacle "To Da Bone".

18H Grand studio de la Gare du Midi

Andrès Marín / Stage de flamenco

19H Le Colisée

Blanca Arrieta / Puzzling Solos

Blanca Arrieta avec une rare exigence dans son approche du mouvement parcourt depuis 20 ans la scène de la danse contemporaine basque. Cette quête qui marie une physicalité pure à la présence forte de ses danseurs dans l'espace, trouve dans cette pièce commandée par le Guggenheim de Bilbao, son aboutissement. D'ailleurs il n'est pas étonnant que ce soit dans le cadre de son exposition Effets d'architecture que le Musée ait sollicité les travaux de la chorégraphe. Puzzling solos rassemble donc trois corps, trois personnalités charismatiques, singulières : Mai Ishiwata, Robert Jackson et Blanca Arrieta elle-même. Telle une construction physique les trois solos laissent entendre le bruit des corps, leur relation au temps et à l'espace. Ils le fragmentent pour mieux saisir, dans son ensemble cette relation du corps à l'espace.

21H Théâtre du Casino

Compagnie Massala / Oüm

Rétive aux étiquettes, la danse hip-hop du danseur et chorégraphe Fouad Boussouf dialogue avec la danse contemporaine comme avec les danses traditionnelles d'Afrique du Nord ou le nouveau cirque.

Après Transe en 2013 et Näss (Les gens) en 2018, ce nouvel opus finalise une trilogie consacrée au Maghreb et au monde arabe, celui de ses souvenirs. Oüm met à l'honneur les divas Oum Kalthoum, Ismahan, Leila Mourad, Fairouz, dont les voix se relayaient sur les ondes comme des étendards de la chanson arabe au féminin, voix qui ont bercé son enfance. Y répondent les quatrains d'Omar Khayyam, poète persan du 11e siècle, véritables odes au présent, qui puisent leur force dans le rapport au plaisir, à la délectation, à l'exaltation et à l'amour. Sur le plateau les musiciens et les interprètes offrent ce moment de communion rythmé par le souffle et la respiration des interprètes faisant revivre et ressurgir une époque où la danse, la musique, les chansons d'amour et la poésie faisaient partie du paysage culturel des grandes capitales arabes



Mercredi 16 septembre

12H30 Jardin Public

Marie-Agnès Gillot - Andrés Marín - Christian Rizzo / Répétition Public

15H30 Médiathèque

Projection documentaire / « Keep Calm » de Corine Dardé et Michel Schweitzer

Documentaire retraçant le processus de création de la pièce « Keep calm » de Michel Schweitzer. La proposition consistait à inviter des enfants de 10 à 13 ans à concevoir une performance produite exclusivement pour un public d'adultes, à partir de trois questions relatives à leur niveau de connaissances concernant leur situation dans le (leur) monde et la relation qu'ils entretiennent avec les adultes.

19H Théâtre du Casino

Système Castafiore / Anthologie du Cauchemar

Magie des images, musiques du fond des temps, danse en apesanteur : même peuplées de cauchemars, les nuits de Marcia Barcellos et Karl Biscuit sont plus belles que nos jours. Aux frontières du réel, voici une invitation au rêve. Spécialistes des enchantements, ils se penchent sur les songes et leur interprétation. Pas question, pour autant, de livrer un traité de freudisme ordinaire : le duo magique de Système Castafiore propose une immersion éveillée dans le monde fascinant de l'illusion. Inspirés par le traité L'Eau et les Rêves du philosophe Gaston Bachelard, les deux complices traquent « les images qui se cachent à la racine même de la force imaginante ». Décapant, drôle, poétique, au croisement des techniques du cinéma et du théâtre, leur florilège de saynètes, se déploie dans un dispositif alliant musique, lumières et vidéos, qui brouille savamment les frontières entre rêve et réalité. Comme pour rappeler que les songes ne sont qu'une pirouette de l'esprit, la manifestation de notre irrépressible besoin de consolation devant l'absurdité du monde et de l'existence même.

21H Gare du Midi

Marie-Agnès Gillot - Andrés Marín - Christian Rizzo / Magma

C'est une rencontre au sommet. Une Etoile classique, Marie-Agnès Gillot, et une étoile flamenca, Andrés Marín, se sont réunies pour laisser libre cours au feu qui les anime. Christian Rizzo les a rejointes pour se glisser entre elles « comme une nébuleuse active ». Elle, Marie-Agnès Gillot, est l'Etoile la plus inclassable de sa génération. Ses lignes hiératiques et sa présence ont marqué le répertoire du Ballet de l'Opéra de Paris. Lui, Andrés Marín, est l'un des grands noms du flamenco contemporain, danseur d'exception, bourré d'idées surprenantes, rénovateur d'un flamenco qui peut tout dire et tout faire, du coup de talon le plus sec à l'opéra rock le plus délirant. Réunis par un même désir d'absolu, et par cette part d'ombre qu'ils portent en eux, comme une caresse à l'envers, ils cherchent ensemble l'invisible de la danse, et les esprits qui l'accompagnent. Déployant une danse flamboyante, qu'elle soit chaussée de crampons, de baskets, de pointes ou d'authentiques chaussures de flamenco, accompagnés par la musique en live, ils libèrent un flamenco féroce et élégant.



Jeudi 17 septembre

12H30 Jardin Public

Compagnie La Parenthèse / Répétition publique

15H30 Médiathèque

Projection documentaire / « Bizimina » de Kubai Dantza et Arena Comunicacion (En présence des danseurs de la compagnie)

Entre cinéma documentaire et danse vidéo, Bizimina est une série de séquences imaginées durant la période de confinement par les danseurs de la compagnie Kukai Tanttaka. Une succession de pièces dansées déclinées autour des émotions nées de cette étrange période : les sentiments de distance, d'envie de l'autre, de désir, du sentiment de communauté, d'impuissance, d'isolement, de confusion, et d'espoir. Un court métrage qui donner toute sa puissance à la danse, comme vecteur d'émotions.

Seront également présentés deux vidéos danse réalisées en collaboration avec le Musée de l'université de Navarre.

18H à 20H30 Salle Gamaritz

Martin Harriague / Création

21H Le Colisée

Compagnie La Parenthèse / L'Ambition d'être tendre

Danseur de formation, initié au théâtre, au chant, à la musique, Christophe Garcia, après avoir étudié à Rudra Béjart, intègre le Béjart Ballet Lausanne avant d'aborder la chorégraphie. Plusieurs de ses œuvres sont primées dans de nombreux concours de chorégraphie, ce qui lui vaut l'invitation par de prestigieux Ballets. L'Ambition d'être tendre, qui conjugue musique et danse, est née de la rencontre de Christophe Garcia avec le musicien Benjamin Melia, très vite rejoint par Guillaume Rigaud, musicien compositeur. Sur fond de cornemuses, de fifres et de galoubets prolongés par des sons électroniques, la pièce prend ses racines dans les rituels méditerranéens, évoquant l'imaginaire de danses archaïques, entre transe et volupté. Une pièce organique, axée sur le souffle et le mouvement, enivrante comme un rituel explosif.



Vendredi 18 septembre

11H Médiathèque

Conférence

Entretien autour de la sortie du livre "Nouvelle histoire de la danse en Occident"

Une histoire totalement renouvelée écrite par 27 spécialistes internationaux avec Laura Cappelle, directrice de l'ouvrage, sociologue et journaliste et Thierry Malandain

12H30 Jardin Public

Xie Xin Dance Theatre / Répétition publique

15H30 Médiathèque

Projection documentaire / « Nous, la danse » de Julie Charrier et Yvan Schreck

« Nous, la danse » de Julie Charrier et Yvan Schreck

Documentaire qui retrace l'histoire de l'école du Centre National de Danse Contemporaine d'Angers (CCN), fêtant ses quarante ans en 2018.

19H Théâtre du Casino

Korzo Productions - Plateau partagé : Antonin Comestaz et Martin Harriague / Création

Tous deux chorégraphes tout en étant musiciens, tous deux partageant ce ton ludique et absurde qui pointe les expressions sombrement comiques de la vie quotidienne et de l'humanité, tous deux pris sous leur aile par la fabuleuse écurie du Théâtre du Korzo, les relations de cousinage entre Antonin Comestaz et Martin Harriague ont suffi à les inviter à partager une création respective sur le plateau le temps d'une soirée. Mais les similitudes s'arrêtent là.

21H Gare du midi

Xie Xin Dance Theatre / From IN

La chorégraphe et sa compagnie éponyme Xie Xin Dance Theater, fondée en 2014, jouent aujourd'hui un rôle majeur dans le développement de la danse contemporaine en Chine. Ses collaborations avec Sidi Larbi Cherkaoui et de nombreux artistes internationaux ont nourri un style incomparable, d'une fluidité étonnante, imprégné d'une grande force spirituelle.

Avec From IN, Xie Xin s'interroge sur la rencontre, ce moment précis où deux vies entrent en connexion, cessant alors d'exister dans des univers parallèles. Elle nous plonge dans un espace-temps aux confins du rêve, où les strates de souvenirs ne cessent de se superposer les unes aux autres. Figures fantasmatiques, les danseurs apparaissent et disparaissent dans un ballet énigmatique et élégant, à la manière des fondus cinématographiques.



Samedi 19 septembre

10H Grand studio de la Gare du Midi

Les Ballets de Monte Carlo / Stage de danse classique

11H et 18H Salle Gamaritz

MA Compagnie / La serpillière de Monsieur Mutt

Le chorégraphe Marc Lacourt aime l'absurde et bricoler des histoires qui donnent vie aux objets. Ils sortent de leur recoin, d'un placard ou d'une boite et montrent leurs contours. Ici c'est une serpillière qui devient star de la piste et idéale partenaire de danse. Et si ce bout de tissu gris et détrempé, habituellement relégué dans un coin, se mettait à tournoyer dans les airs ou à danser tout seul comme par magie ? La serpillère de Monsieur Mutt nous invite à suivre la trace de l'histoire de l'art, la délicatesse du geste, le plaisir d'une danse avec la complicité des enfants.

12H30 Jardin Public

Le Ballet du Capitole / Répétition publique

14H30 Jardin public

Ziomara Hormaetxe Company / Ahotsak

Originaire de Gernika, la chorégraphe Ziomara Hormaetxe est allée à la rencontre des derniers témoins du bombardement de Gernika pour créer cette pièce sensible Ahotsak (les voix), hommage à ses propres grands-parents.

Un pièce qui s'inscrit dans les labyrinthes de la mémoire et la nécessité vitale de renouer avec l'Histoire absurde qui ne cesse de se répéter. Les sentiments en bandoulière, des voix et la danse comme une ode à l'espoir.

16H Scène du Casino

Akira Yoshida / Home

Venu à la danse avec le hip hop, Akira Yoshida, remarquable danseur navarrais aux origines japonaises, parcourt dans ce solo les chemins qui jalonnent la vie. Avec une sensibilité puissante et virtuose, portée par un langage physique fort entre geste impétueux et fragilité, HOME unit la tension physique du hip-hop dans ses expressions dures et engagées avec l'accent sensible et presque tendre de l'art japonais moderne. Une identité façonnée par les chemins empruntés.

21H Théâtre du Casino

Le Ballet du Capitole / A nos amours

Confier la direction du Ballet du Capitole à Kader Belarbi ex-étoile de l'Opéra de Paris c'est ouvrir la porte à l'excellence de l'interprétation, à la richesse de l'expérience et à une intelligence créatrice qui joue de l'expression libre de la danse contemporaine sans renier ses racines. En plus de deux pièces chorégraphiées par lui-même, Kader Belarbi a invité deux chorégraphes, un Anglais David Dawson et un Espagnol Cayetano Soto à nourrir ce programme intitulé A nos amours. Composé de quatre pièces chorégraphiques pour musique de chambre, dansées par les Etoiles et les solistes du Ballet du Capitole, ce programme tisse les liens d'une constellation de personnages qui dévoilent au fur et à mesure leurs relations entre perte et attachement. Avec cette nécessité impérieuse et vitale de rendre la vie effervescente.

22H30 Devant le Casino

Bilaka / Bal Bilaka Dantzaldia

Avec txistu, xirula, gaita, alboka, violon, accordéon diatonique, guitare, euphonium nourris d'influences multiples, Bilaka donne un souffle nouveau au bal traditionnel. Sauts et autres danses populaires du Pays Basque sont autant d'invitations à danser ensemble qu'à partager avec le public les trente ans du Temps d'Aimer.



Dimanche 20 septembre

11H promenoir de la Grande plage

Gigabarre avec Kader Belarbi danseur étoile et Directeur du Ballet du Capitole

Le chorégraphe Kader Belarbi vous invite à mettre la main à la barre et à naviguer ensemble pas à pas.

12H15 Esplanade du Casino

Centre de Formation Danse

Véritable pépinière préparant des jeunes à embrasser la carrière de danseurs, le Centre de Formation de Biarritz présente toutes les facettes de la danse d'aujourd'hui. De la danse classique à la danse néo-classique et moderne, ces jeunes pousses présenteront avec enthousiasme des créations d'Amandine Mano Griset, Laureen Elizabeth et Cyril Griset, ainsi qu'un extrait d'une pièce du répertoire.

16H Plaza Berri

Université du mouvement

L'Université du Mouvement a pour vocation de faire vivre à des amateurs, l'expérience de la création dans l'ensemble de son processus depuis l'audition jusqu'à ressentir les émotions d'être sur scène.

18H Salle Gamaritz

Dantzaz / Atalak

Dantzaz est devenue incontournable au Pays Basque en accueillant les danseurs en voie de professionnalisation et en offrant aux chorégraphes basques l'opportunité de créer des pièces de groupe. Dans le cadre de ce dispositif, nommé Atalak, la chorégraphe Laida Aldaz, formée à PARTZ, investira la Gare du Midi avec la jouvence des jeunes danseurs.

21H Gare du midi

Les Ballets de Monte Carlo / Vers un Pays Sage & Altro Canto

Pour ses 30 ans, le Temps d'Aimer retrouve les Ballets de Monte Carlo présents dès sa première édition. Ballets qui, avec près de 60 pièces n'ont cessé, sous la direction de Jean-Christophe Maillot, de renouveler l'esthétique classique et de conquérir les scènes internationales grâce à la richesse de son univers. Avec ce programme mixte le chorégraphe illustre le credo de Balanchine « voir la musique et écouter la danse ».

Ballet fondamental dans l'œuvre de J-C Maillot, Vers un Pays Sage est un hommage à son père Jean Maillot, artiste peintre boulimique. A l'image de l'énergie qu'il a consacrée à sa peinture et à la vie, le ballet, d'une rare physicalité, est un déferlement d'images, de figures, de compositions d'une enivrante beauté, qui déboulent sur scène en rafales, sur la musique effrénée de John Adams. À mi-chemin entre la statuaire des cathédrales et le clair-obscur d'un Georges de La Tour, Altro Canto est une pièce qui exalte le corps en mouvement en épousant les accents dramatiques du Magnificat de Monteverdi. La partition du compositeur italien est le véritable poumon de ce ballet sensuel à l'élévation avant tout charnelle. Un programme dans lequel danse et musique font corps.

www.letempsdaimer.com


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24824

MessagePosté le: Jeu Juil 30, 2020 8:01 pm    Sujet du message: Répondre en citant



Quelques modifications consécutives à l'évolution de la crise sanitaire. Espérons que Thierry Malandain pourra aller jusqu'au bout de sa volonté de maintenir le festival à la rentrée 2020, car, avec la folie sanitaire qui s'est emparée des gouvernants, on peut s'attendre au pire. On est entrain de détruire méthodiquement toute vie culturelle et sociale au prétexte de la lutte contre le (je n'arrive pas à me faire au "la" préconisé par l'Académie) covid-19.




    Le programme du Temps d'Aimer a subi quelques changements du fait de la situation actuelle


    Il aura toujours bien lieu du 11 au 20 septembre,

    Des changements interviennent les samedi 12, dimanche 13 et vendredi 18 septembre:

    L.E.V.Sharon Eyal I Gai Behar et Roy Assaf Dance (prévus les 12 et 13) ne peuvent venir, ni Xi Xin Dance Theatre (prévu le 18)

    Ainsi, Le samedi 12 à 21h ce sera à la Gare du Midi le Malandain Ballet Biarritz avec Mozart à 2 et Beethoven 6 (programme aussi maintenu le lundi 14)

    Le dimanche 13, Nach Van Van Dance Company double sa performance à 19h et 21h au Colisée

    Le vendredi 18, à 21h au Casino, Korzo Productions - Plateau partagé : Antonin Comestable et Martin Harriague (prévu auparavant à 19h)



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 19, 20, 21
Page 21 sur 21

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous pouvez voter dans les sondages de ce forum


Nous Contacter
Powered by phpBB © phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com