Dansomanie Index du Forum
Connexion S'enregistrer FAQ Liste des Membres Rechercher Dansomanie Index du Forum

Nouvelles du Théâtre Mikhaïlovsky
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5 ... 39, 40, 41  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 18952

MessagePosté le: Lun Juil 26, 2010 8:31 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Une rencontre avec Mikhaïl Messerer, maître de ballet en chef du Théâtre Mikhaïlovsky de Saint-Pétersbourg


Mikhaïl Messerer est issu d'une célèbre dynastie de danseurs. Parmi les figures illustres qui composent sa famille, on peut notamment citer sa mère, Sulamith Messerer, danseuse étoile du Bolchoï, son oncle, Assaf Messerer, maître de ballet au Bolchoï et pédagogue renommé, sa cousine enfin, qui n'est autre que Maïa Plissetskaïa. Il fait lui-même ses études à Moscou, à l'Académie du Bolchoï, dont il sort diplômé en 1969. Après une carrière de danseur, il s'oriente vers l'enseignement.
A partir de 1980, il s'installe avec sa famille en Occident, où il devient professeur invité dans de nombreuses compagnies de ballet à travers le monde : l'American Ballet Theatre, le Ballet de l'Opéra de Paris, le Ballet du Kirov-Mariinsky, le Ballet du Théâtre de la Scala de Milan, le Ballet du Théâtre Stanislavsky de Moscou, l'English National Ballet, le Birmingham Royal Ballet, le Ballet Royal du Danemark, le Ballet Royal de Suède, le Ballet de Stuttgart, l'Australian Ballet, le Ballet de Monte-Carlo, etc... Mikhaïl Messerer a également été professeur invité au Royal Ballet de Londres durant plus de vingt-cinq ans.
En 2009, il a été nommé maître de ballet en chef de la troupe du Ballet du Théâtre Mikhaïlovsky, succédant à ce poste à Farukh Ruzimatov.
Cette saison, il a remonté pour la troupe
Le Lac des cygnes dans la version d'Alexandre Gorsky revue par Assaf Messerer, et Laurencia, un ballet de Vakhtang Chabukiani, deux oeuvres présentées par ailleurs dans le cadre du riche programme de la tournée du Mikhaïlovsky à Londres.



Pourquoi avez-vous souhaité remonter un nouveau Lac des cygnes pour la troupe du Mikaïlovsky et pourquoi avoir choisi cette version de 1956 en particulier?

En fait, ce n'est pas moi qui ai pris la décision. C'est la direction générale du théâtre qui avait exprimé le souhait de monter une nouvelle version du Lac bien avant que je ne devienne maître de ballet en chef de la troupe du Mikhaïlovsky [ndlr : Mikhaïl Messerer a pris ses fonctions courant 2009 et Le Lac des cygnes a ouvert la saison 2009-2010]. On m'a ensuite demandé de proposer une version chorégraphique. Notre troupe est installée à Saint-Pétersbourg, où se trouve aussi le célèbre Théâtre Mariinsky, et je savais dès le départ qu'il nous fallait éviter la version de Konstantin Serguéïev. C'est une grande version du Lac des cygnes et l'une des oeuvres majeures du répertoire de ce théâtre, mais à mes yeux, il ne fallait pas essayer d'entrer dans une compétition avec eux sur ce terrain. On n'aurait pas nécessairement fait mieux! A la différence d'autres personnes du théâtre qui auraient aimé que l'on remonte une version liée à l'histoire de Saint-Pétersbourg, je ne voulais pas d'une redite, raison pour laquelle j'ai d'abord suggéré des versions occidentales, comme celles de Matthew Bourne, Mats Ek ou John Neumeier. Je ne connaissais pas bien la compagnie à l'époque, et le fait est qu'elle n'était pas vraiment formée à un style de danse contemporain – que l'on commence d'aborder plus sérieusement maintenant – et qu'elle est évidemment plus à l'aise dans le langage classique que dans le moderne. Il leur fallait une version classique du Lac et j'ai donc opté pour la version de Moscou de 1956. C'est durant les répétitions que le théâtre m'a proposé de devenir maître de ballet en chef de la compagnie et j'ai accepté le poste.

Quelle est, en gros, l'histoire de cette version?

La chorégraphie d'origine est en fait d'Alexandre Gorsky, elle date de 1901, elle a subi plusieurs révisions dans les années 10 et 20, et elle a été remontée pour le Bolchoï en 1937 par l'élève de Gorsky, Assaf Messerer, qui était aussi mon oncle. Cette version a été la version dansée au Bolchoï durant plusieurs décennies, bien avant celle de Grigorovitch [ndlr : 1970], et même par la suite, elle a continué d'y être donnée parallèlement à cette dernière pendant un certain temps. Assaf Messerer en a offert plus tard une révision complète, avec de nouveaux décors [ndlr : décors et costumes de Simon Virsaladze], à l'occasion de la toute première tournée du Bolchoï en Occident, en 1956, à Londres. Cette tournée y a déclenché une véritable tempête! Pour en revenir au Lac, c'est une version que je connais bien, je l'ai moi-même dansée, je l'ai transmise à d'autres, et je l'aime beaucoup.

Ce n'était pas un problème d'apporter un Lac moscovite à Saint-Pétersbourg?

Elle a reçu un très bon accueil auprès du public de Saint-Pétersbourg. Nous l'avons également présentée en tournée à l'étranger, à Venise, au Théâtre de la Fenice, où elle a également obtenu un grand succès. Les critiques ont été excellentes en Russie, les journaux de Saint-Pétersbourg, mais aussi ceux de Moscou sans aucune exception, avaient envoyé leurs critiques pour la première. A vrai dire, je ne m'attendais pas à ce qu'il y ait autant d'intérêt porté à ce Lac.

Quelles sont les caractéristiques de cette version « moscovite » par rapport à d'autres versions russes, et notamment celle de Serguéïev, dansée à Saint-Pétersbourg par le Mariinsky, qui reste quand même l'une des plus connues aujourd'hui, y compris auprès du public occidental?

Elles sont quand même assez proches. En fait, Konstantin Serguéïev avait lui-même dansé la version d'Assaf Messerer aux côtés de Galina Oulanova dans les années 30. Quand mon oncle a remonté Le Lac des cygnes de Gorsky en 1937, il faisait partie des premières distributions. Il connaissait donc cette version et la sienne, montée en 1950 pour le Kirov, en a subi de nombreuses influences. Il a certes modifié l'acte IV, mais il en a repris la fin heureuse, introduite par Gorsky. Le rôle du Bouffon y est assez similaire, le Mauvais Génie meurt à la fin, la Danse espagnole est identique - les autres danses de caractère sont en revanche différentes. J'aime beaucoup la version de Serguéïev, c'est une grande version, mais je pense que celle de Gorsky/Messerer est plus correcte dramatiquement et musicalement parlant. L'acte II notamment - celui des Cygnes – y est un peu différent et selon moi plus précis sur le plan musical. Par rapport au classicisme de Petipa, on dira que le style de Gorsky est davantage « Art Nouveau ». Il faut dire à ce sujet que Gorsky avait été très marqué par le Théâtre d'Art de Moscou, avec lequel il avait collaboré et où il avait monté son Lac dans les années 20, et par les expérimentations théâtrales de Konstantin Stanislavsky et Vladimir Nemirovitch-Danchenko [ndlr : tous deux fondateurs à la toute fin du XIXème siècle du Théâtre d'Art de Moscou, qui défendait un théâtre naturaliste, appuyé sur la sincérité et l'émotion de l'acteur, plus que sur la grandiloquence des effets]. Ils ont fait évoluer le jeu dramatique vers quelque chose de différent de ce qu'on aurait pu avoir à l'époque de Petipa.

Pourquoi avoir choisi de remonter ensuite un ballet de l'époque soviétique comme Laurencia?

Je pense qu'il y a deux raisons principales qui se sont combinées : tout d'abord, le centième anniversaire de la naissance de Vakhtang Chabukiani et ensuite, la tournée du Théâtre Mikhaïlovsky à Londres. Lorsque j'ai été nommé maître de ballet en chef de la compagnie, j'ai obtenu la possibilité de réaliser les projets qui me tenaient à coeur. Pour moi, il est important de pouvoir faire revivre les ballets oubliés de notre répertoire. Le directeur général du théâtre, Vladimir Kekhman, m'a demandé d'élaborer un programme pour la nouvelle saison, qui comprenait également cette tournée à Londres. Nous souhaitions offrir le programme le plus varié possible, un programme permettant de montrer les différentes facettes de notre répertoire. Il nous fallait notamment présenter trois grands ballets narratifs. J'ai proposé Le Lac des cygnes dans la nouvelle version que j'ai remontée, mais aussi la Giselle de Nikita Dolgushin [ndlr : Isabelle Ciaravola était initialement prévue pour danser le rôle-titre à Londres], un ballet que j'aime beaucoup qui avait déjà été à l'affiche de la précédente tournée à Londres en 2008. Pour Giselle, ça n'a pas été facile de le reprogrammer. Etant donné que le ballet avait déjà été donné, la direction ne le souhaitait pas, pensant que ça serait de trop, et il m'a vraiment fallu discuter pour les convaincre... Pour le troisième ballet, je voulais quelque chose de vraiment neuf, un ballet nous appartenant en propre et qui n'est, par exemple, ni au répertoire du Royal Ballet ni du Mariinsky. Il est à mes yeux très important que notre compagnie puisse montrer quelque chose de différent au public. Le Mikhaïlovsky possède à cet égard un répertoire chorégraphique d'une très grande richesse, mais quand j'ai été nommé maître de ballet, de nombreux ouvrages qui figuraient à son répertoire n'étaient malheureusement plus du tout dansés. J'en avais seulement entendu parler, même si étant jeune, j'en avais vu certains. Pour le reste, il se trouve que 2010 est l'année du centenaire de la naissance de Vakhtang Chabukiani. Et j'ai alors pensé qu'il serait intéressant de remonter Laurencia pour célébrer cet anniversaire. Ce nouveau ballet a ainsi pu venir compléter l'affiche de la tournée londonienne.

Comment une telle reconstruction est-elle rendue possible?

Pour Laurencia, il y a tout d'abord de nombreux survivants avec lesquels nous avons discuté du ballet, des gens du Mariinsky ou de Géorgie. Deux anciens danseurs géorgiens – les Abashidze -, qui avaient travaillé avec Chabukiani, nous ont notamment aidés à recréer le ballet. Chabukiani avait en effet monté Laurencia à Tbilissi en 1948 [ndlr : où il est toujours dansé par le Ballet National de Géorgie]. Nous avons également fait venir Boris Bregvadze, qui a été l'un des interprètes du rôle de Frondoso, ainsi que Tatiana Legat, un très grand professeur – et la petite-fille de Nikolaï Legat -, qui de son côté avait dansé le rôle de Pascuala au Théâtre Mariinsky. Elle est venue spécialement des Etats-Unis pour participer à cette reconstruction. On pourrait citer d'autres personnes encore... Il existe également un film de vingt-quatre minutes réalisé pour la télévision, avec Chabukiani lui-même, qui date de 1955. Il ne s'agit pas du ballet complet, qui durait deux heures, mais de différentes séquences du ballet présentées dans le désordre. Dans l'optique de restaurer l'oeuvre, c'est une aide extraordinaire. Nous montrons d'ailleurs quelques extraits de ce film durant notre spectacle. Il nous reste aussi de très nombreuses photographies. Néanmoins, le plus important à mes yeux, c'est la personne même de Chabukiani, que j'ai eu la chance de rencontrer étant jeune. Il se trouve qu'il avait dansé Don Quichotte et Flammes de Paris sur la scène du Bolchoï avec ma mère, Sulamith. Dans les années 70, il venait nous voir dans notre maison de Moscou, il discutait beaucoup avec ma mère de Laurencia, qu'il projetait de monter à Tokyo, et je me rappelle très exactement tout ce qu'ils disaient. Tous les détails de leurs conversations, à propos du livret, de la mise en scène, des changements d'accents, etc..., restent gravés dans ma mémoire pour l'éternité. Il faut dire aussi que c'était un homme de génie, pas seulement sur scène, mais aussi en tant que personne. Il était l'un de ces êtres qui vous marque à vie. En gardant tous les détails de ces conversations en mémoire, j'ai voulu remonter le ballet en lui donnant une dynamique moderne pour l'adapter au public d'aujourd'hui.

Comment s'arrange-t-on aujourd'hui avec la morale soviétique qui se trouve au coeur de l'histoire?

J'ai essayé de transformer le conflit social en un conflit inter-personnel, autrement dit de mettre l'accent sur les personnalités. J'admire énormément Alexeï Ratmansky et ce qu'il a fait avec Flammes de Paris, mais il a en quelque sorte recréé un autre ballet par rapport à l'original, alors que notre version de Laurencia se veut quand même assez proche de sa source, qui est elle-même diverse. En effet, Chabukiani a monté plusieurs versions de Laurencia, en 1939 au Kirov, en 1948 à Tbilissi, en 1956 à Moscou, avec Maïa Plissetskaïa..., et changé la chorégraphie du ballet au fil du temps. Je me suis inspiré de ces différentes versions pour monter ma propre adaptation de Laurencia, celle de 2010. Mais je n'ai pas voulu modifier fondamentalement l'esprit du ballet. Disons que j'ai cherché une sorte d'équilibre dans la recréation, de sorte que le ballet n'apparaisse ni trop neuf ni trop désuet pour le public d'aujourd'hui.

Comment vous situez-vous par rapport à cette tendance générale en Russie qui consiste à reconstruire des ballets du passé plutôt qu'à créer du neuf?

Vous savez, j'ai vécu pendant trente ans en Occident, je connais très bien le répertoire contemporain occidental, je l'ai moi-même enseigné, je l'aime beaucoup et j'aimerais aussi faire venir certaines oeuvres en Russie. Mais en même temps, je crois que nous les Russes nous devons d'abord penser à notre propre histoire, nous ne devons pas oublier le répertoire du passé, tout particulièrement celui de l'époque soviétique. Ce serait une erreur de penser qu'il faut s'en débarrasser en raison du contexte politique terrible de ces années-là. En d'autres termes, je crois qu'on ne peut pas jeter le bébé avec l'eau du bain. Il faut savoir qu'il y a eu de véritables chefs d'oeuvre créés à cette époque et qu'on n'a pas le droit de laisser se perdre ce pan du répertoire qui fait partie intégrante de notre mémoire collective. Cela ne nous empêche pas du reste de nous intéresser à des oeuvres d'aujourd'hui et de proposer des oeuvres de style contemporain, comme c'est le cas à l'occasion du programme mixte de cette tournée [ndlr : le « Triple Bill » de la tournée londonienne comprend Halte de Cavalerie, In a Minor Key / En mode mineur, sur une musique de Scarlatti, et une série de divertissements], qui a permis de présenter au public londonien In a Minor Key, un ballet d'aujourd'hui, chorégraphié spécialement pour le Mikhaïlovsky par Slava Samodurov [ndlr : ancien danseur étoile du Mariinsky et du Royal Ballet]. Cette oeuvre de commande est un premier pas pour moi, pour les danseurs aussi, et j'ai l'intention dans les années à venir d'ouvrir davantage le répertoire de la compagnie à des oeuvres contemporaines et à des chorégraphes venus de l'extérieur. Le Théâtre Mikhaïlovsky a aussi une très riche histoire, liée à l'avant-garde, un répertoire très vaste qui lui appartient en propre, avec des ballets comme la Halte de Cavalerie, Esmeralda, ou encore Spring Waters d'Assaf Messerer, et il nous faut songer à en prendre soin. Il n'y a pas de reconstruction prévue pour la saison prochaine, et l'on va donc s'efforcer d'améliorer le niveau de la compagnie avec le répertoire actuel et ses exigences particulières.

A ce propos, on vous présente souvent comme la deuxième compagnie de ballet de Saint-Pétersbourg, après la troupe du Théâtre Mariinsky, que tout le monde connaît. Quelle est la spécificité du Mikhaïlovsky à Saint-Pétersbourg?

C'est sans doute aux personnes d'en juger... Mais avec ses 140 danseurs, le Mikhaïlovsky est une troupe beaucoup plus modeste que celle du Mariinsky. D'autre part, le Mariinsky est une grande institution nationale, alors que nous, nous avons besoin de fonds privés pour exister et survivre. Financièrement, la compagnie n'a été reprise en mains que depuis peu. Nous sommes différents, je crois, et sur ce plan-là en particulier, nous ne pouvons simplement pas les concurrencer.


Interview réalisée à Londres le 21 juillet 2010.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Monica



Inscrit le: 17 Jan 2006
Messages: 327
Localisation: Madrid

MessagePosté le: Mar Juil 27, 2010 10:18 am    Sujet du message: Répondre en citant

Danzaballet annonce que d'après le journal "Kommersant" Nacho Duato sera lo nouveau directeur de la compagnie pendant les 5 prochaines années... Shocked Shocked

http://www.kommersant.ru/doc.aspx?DocsID=1475933&NodesID=8

http://www.danzaballet.com/modules.php?name=News&file=article&sid=3689


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 18952

MessagePosté le: Mar Juil 27, 2010 10:48 am    Sujet du message: Répondre en citant

Là, je crois qu'il y a un smiley qui n'existe pas encore...


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Monica



Inscrit le: 17 Jan 2006
Messages: 327
Localisation: Madrid

MessagePosté le: Mar Juil 27, 2010 11:17 am    Sujet du message: Répondre en citant

Question Confused Crying or Very sad Laughing Exclamation Rolling Eyes Evil or Very Mad Question


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 18952

MessagePosté le: Mar Juil 27, 2010 4:57 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Eh bien, chers amis, avant qu'il ne sorte du répertoire...


Cipollino
Ballet du Théâtre Mikhaïlovsky
Londres, Coliseum
24 juillet 2010


Le combat du petit peuple contre la tyrannie des puissants se décline décidément de toutes les manières en Russie... et en particulier à l'occasion de cette tournée londonienne du Mikhaïlovsky... Incroyable mais vrai, Cipollino est un ballet de fruits et de légumes, une utopie chorégraphique en acte, dont l'intrigue met en scène un Petit Oignon héroïque (« Cipollino ») luttant bravement, aux côtés de sa copine Radis, de l'oncle Citrouille et de tous leurs amis légumes, contre l'aristocratie des fruits, représentée par l'abominable despote en jaune, le Prince Citron, et son non moins abominable sbire en rouge, le Seigneur Tomate. Le spectateur est toutefois prévenu dès l'entrée : Cipollino est un « ballet pour enfants » - en deux heures et en deux actes s'il vous plaît!...

Plus sérieusement, Cipollino est l'un de ces trésors méconnus en Occident que le Mikhaïlovsky possède à son répertoire – à l'instar d'autres compagnies russes, comme le Bolchoï. Programmé semble-t-il assez régulièrement au fil de la saison du Mikhaïlovsky, on se doute que le ballet doit y faire les délices des matinées enfantines... A l'origine de l'ouvrage, la musique, très dansante, de Karen Khachaturian – le neveu d'Aram –, tombé amoureux du conte d'un auteur italien, Gianni Rodari, au point d'en composer un ballet, joliment chorégraphié par Genrykh Mayorov en 1973. Les décors et les costumes colorés et variés de Valery Leventhal participent eux aussi grandement du charme naïf et ensoleillé de l'oeuvre, réminiscence plaisante d'un dessin animé d'autrefois, à l'argument gentiment moral et pédagogique.

Quid de l'intrigue de Cipollino? On ne se perdra pas dans les détails – elle est bien trop complexe pour un esprit d'adulte... malgré la présence d'un Monsieur Loyal dont le rôle consiste à camper brièvement l'action et les personnages, aisément reconnaissables grâce à la couleur de leurs costumes, pour le jeune public... Disons simplement qu'ici tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes maraîchers possibles, jusqu'à ce que le jeune Cipollino écrase le pied du seigneur des lieux, le Prince Citron, qui, par mesure de rétorsion, fait emprisonner le vieux Cipolline, incidemment papa de Cipollino. Comme un malheur n'arrive jamais seul, l'Oncle Citrouille se voit refuser par le Prince Tomate la construction de sa maison, au prétexte que celle-ci se trouve sur les terres de la Comtesse Cerise... Et le village désormais solidaire de partir en guerre aux côtés de Cipollino contre la tyrannie de jaune ou de rouge vêtue... Cela va sans dire, le ballet s'achève sur la victoire très voltairienne de la liberté des légumes contre l'oppression des fruits, symbole de paix et d'harmonie retrouvée, sur fond de ciel bleu et de soleil éclatant...

Solistes ou corps de ballet, les danseurs du Mikhaïlovsky ont troqué sans complexe les costumes traditionnels des ballets classiques pour les tenues fantaisistes et multicolores de ce conte chorégraphique, qu'ils interprètent avec une drôlerie et un dynamisme emballants - et sans nulle condescendance pour le public jeune... et plutôt clairsemé du Coliseum. L'ensemble, très musical, mêle allégrement mimodrame et danse, laissant même place dans l'acte II à un véritable pastiche de grand pas, dans la plus pure tradition classique, avec pas de deux, variations solistes, et pas d'ensemble, qui permet en outre d'admirer les évolutions féeriques d'un corps de ballet de jeunes filles en fleur – au sens presque littéral.

Tous les rôles semblent ici parfaitement distribués et rodés, selon une palette d'emplois qui pourraient être comme un écho de ceux, immémoriaux, de la Commedia dell'Arte. Alexeï Kuznetsov, en Cipollino, campe ainsi un petit bonhomme bondissant, tournoyant, aussi malin que sympathique, à la Figaro-ci Figaro-là, tandis que Sabina Yapparova – l'une de ces demi-solistes de génie que préservent comme un secret bien gardé toutes les compagnies russes – se montre éclatante de bonne humeur, de charme et de piquant dans le rôle de Radis, l'amie fidèle du héros. Du côté des personnages nobles, Nikolay Korypaev, Prince Cerise à l'air aussi rêveur que fatigué, parodie avec succès les princes de ballet mélancoliques. Irina Kosheleva déploie de son côté une danse à l'autorité sereine dans le rôle féerique de Magnolia, bien accompagnée dans ce registre par les excellentes jumelles Cerise, Anastasia Lomachenkova et Ekaterina Krasuyk, aussi spirituelles qu'élégantes dans leurs tenues de cabaret. En contrepoint de ces caractères solaires, le Seigneur Tomate de Vladimir Tsal et le Prince Citron de Denis Morozov brillent par une pantomime excessive et toujours juste dans le grotesque, d'une parfaite lisibilité.

Entre deux incontournables du répertoire russe (Le Lac des cygnes et Giselle), une récente recréation d'un classique de l'ère soviétique (Laurencia) et un programme mixte aussi varié que passionnant, Cipollino vient habilement compléter - et épicer à sa manière - l'affiche de la tournée londonienne du Mikhaïlovsky. Il est sans doute bien difficile de remplir une salle telle que le Coliseum, en matinée et en plein mois de juillet dédié au Bolchoï super omnia, avec une oeuvre ésotérique aux oreilles anglaises, de surcroît assortie de l'étiquette plombante « ballet pour enfants », mais c'est aussi tout à l'honneur du Mikhaïlovsky d'avoir su malgré tout proposer, en marge du connu toujours délectable, un diamant caché de son répertoire historique – really worth seeing - qui, à défaut d'être vraiment inédit dans les livres d'histoire, demeure étrangement peu familier du public amateur de ballet, de ce côté-ci de l'Europe.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aurélie



Inscrit le: 27 Déc 2003
Messages: 1139
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Juil 27, 2010 8:16 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'adorerais voir des photos des costumes!


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 18952

MessagePosté le: Mar Juil 27, 2010 10:03 pm    Sujet du message: Répondre en citant

C'est là - avec quelques extraits vidéo du ballet en sus (apparemment avec les mêmes interprètes que j'ai vus - dont Alexeï Kuznetsov dans le rôle de Cipollino). Et c'est beaucoup moins "nouveau russe" que les photos ne pourraient le laisser craindre - à la différence (à mon avis) de Laurencia - tant les danseurs savent jouer ici le jeu du burlesque auquel la scénographie répond parfaitement (moins convaincants en revanche dans le registre héroïque...). La compagnie y prouve là qu'elle a aussi de solides solistes masculins...

http://www.mikhailovsky.ru/en/repertoir/?sp=13

Enjoy, avant l'oubli programmé dans quelques mois...


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aurélie



Inscrit le: 27 Déc 2003
Messages: 1139
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Juil 28, 2010 7:26 am    Sujet du message: Répondre en citant

Et pourquoi est-il déclassé? Pas de petite captation vidéo?


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 18952

MessagePosté le: Mer Juil 28, 2010 7:45 am    Sujet du message: Répondre en citant

Je doute que M. Duato apprécie les bouillons de légumes et les salades de fruits...

http://www.theartsdesk.com/index.php?option=com_k2&view=item&id=1912%3Aspanish-contemporary-choreographer-to-lead-russian-ballet-company%3F&Itemid=12


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aurélie



Inscrit le: 27 Déc 2003
Messages: 1139
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Juil 28, 2010 9:44 am    Sujet du message: Répondre en citant

Hum... et Gérard Mortier, il va finir en Russie aussi? Rolling Eyes


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
paco



Inscrit le: 28 Oct 2005
Messages: 2883

MessagePosté le: Mer Juil 28, 2010 1:18 pm    Sujet du message: Répondre en citant

sophia a écrit:
C'est là - avec quelques extraits vidéo du ballet en sus


un grand merci pour cet extrait. En dehors de la partition très Kindergarten, je trouve cette sorte de Guignol très bien dansé pas plus niais que la Sleeping Beauty rose bonbon sucre d'orge du Royal Ballet...


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Monica



Inscrit le: 17 Jan 2006
Messages: 327
Localisation: Madrid

MessagePosté le: Mer Juil 28, 2010 2:16 pm    Sujet du message: Répondre en citant

chère Aurelie, pour l'instant Gérard Mortier sera à Madrid au Teatro Real... et vue la nouvelle saison je me doute de son intérêt pour la danse et encore moins la danse classique...


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Monica



Inscrit le: 17 Jan 2006
Messages: 327
Localisation: Madrid

MessagePosté le: Mer Juil 28, 2010 2:17 pm    Sujet du message: Répondre en citant

chère Aurelie, pour l'instant Gérard Mortier sera à Madrid au Teatro Real... et vue la nouvelle saison je me doute de son intérêt pour la danse et encore moins la danse classique...


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 18952

MessagePosté le: Mer Juil 28, 2010 2:40 pm    Sujet du message: Répondre en citant

paco a écrit:
un grand merci pour cet extrait. En dehors de la partition très Kindergarten, je trouve cette sorte de Guignol très bien dansé pas plus niais que la Sleeping Beauty rose bonbon sucre d'orge du Royal Ballet...


Bah, disons qu'on est prévenus... Wink

C'est un ballet de genre (comme il y a de la peinture de genre) qui correspond à une certaine tradition théâtrale... Pour le reste, je me garderais bien d'en considérer le propos, certes naïf dans la forme, comme niais. Smile




Dernière édition par sophia le Mer Juil 28, 2010 2:56 pm; édité 5 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24455

MessagePosté le: Mer Juil 28, 2010 2:43 pm    Sujet du message: Répondre en citant

La critique de Cipollino est en ligne sur le site :


24 juillet 2010 : Cipollino (chorégraphie Genrikh Mayorov) au Coliseum


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5 ... 39, 40, 41  Suivante
Page 4 sur 41

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous pouvez voter dans les sondages de ce forum


Nous Contacter
Powered by phpBB © phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com