Dansomanie Index du Forum
Connexion S'enregistrer FAQ Liste des Membres Rechercher Dansomanie Index du Forum

Nouvelles du Ballet du Capitole de Toulouse
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 44, 45, 46, 47  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 18656

MessagePosté le: Jeu Sep 27, 2018 8:35 pm    Sujet du message: Répondre en citant

L'Académie Vaganova annonce que l'une de ses diplômées 2018, Olessia Bocharova, élève de Ludmila Kovaleva, a été engagée au ballet du Capitole. Elle a déjà pu danser dans la Giselle de Kader Belarbi à l'occasion de la tournée à Biarritz.
https://www.facebook.com/academyvaganova/photos/a.699768383455783/1776314819134462/?type=3


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
JMJ



Inscrit le: 16 Mai 2009
Messages: 611

MessagePosté le: Sam Sep 29, 2018 1:15 pm    Sujet du message: Répondre en citant

A noter aussi parmi les nouvelles recrues, la danseuse argentine Florencia Chinellato.
Elle vient du ballet de Hambourg où elle a abordé beaucoup de rôles de Neumeier.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 18656

MessagePosté le: Sam Sep 29, 2018 3:13 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ce nom me disait quelque chose en effet.
Des recrutements intéressants en tout cas.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
JMJ



Inscrit le: 16 Mai 2009
Messages: 611

MessagePosté le: Sam Sep 29, 2018 3:19 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Cela dit, il n'y a jamais eu à ma connaissance de Neumeier au Capitole.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
JMJ



Inscrit le: 16 Mai 2009
Messages: 611

MessagePosté le: Mer Oct 03, 2018 5:27 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Philippe Solano annonce avec une vidéo de répétition qu'il sera Roméo (dans les pas de Noureev) dans la deuxième distribution, en alternance avec Davit Galstyan.

https://www.facebook.com/philippe.solanocicero/posts/10156764899402390


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24291

MessagePosté le: Mer Oct 17, 2018 9:25 am    Sujet du message: Répondre en citant

Ouverture de saison demain au Ballet du Capitole de Toulouse :





DANS LES PAS DE NOUREEV


RAYMONDA Grand Pas classique, acte III
Création par le Royal Ballet de Londres le 10 juillet 1964 au Festival dei Due Mondi à Spoleto
Version définitive de Rudolf Noureev pour le Ballet de l'Opéra national de Paris, le 5 novembre 1983, au Palais Garnier
Alexandre Glazounov musique
Joop Stokvis costumes
ENTRÉE AU RÉPERTOIRE

ROMÉO ET JULIETTE Scène du balcon, acte I
Création par le London Festival Ballet, le 2 juin 1977 au Coliseum de Londres
Version pour le Ballet de l’Opéra national de Paris, le 19 octobre 1984 au Palais Garnier
Sergueï Prokofiev, musique
Ezio Frigerio et Mauro Pagano, costumes

LA BELLE AU BOIS DORMANT Pas de deux, acte III
Création par le Ballet du Teatro alla Scala de Milan, le 22 septembre 1966 au Teatro alla Scala
Version pour le Ballet de l’Opéra national de Paris, le 18 mars 1989 au Palais Garnier
Piotr Ilitch Tchaïkovski, musique
Franca Squarciapino, costumes

CENDRILLON Pas de deux de Cendrillon et l'Acteur-vedette, acte II
Création par le Ballet de l’Opéra national de Paris, le 25 octobre 1986 au Palais Garnier
Sergueï Prokofiev musique Hanae Mori costumes
ENTRÉE AU RÉPERTOIRE

LE LAC DES CYGNES Pas de trois du Cygne noir, acte III
Création par le Ballet de l’Opéra national de Paris, le 20 décembre 1984 au Palais Garnier
Piotr Ilitch Tchaïkovski musique Franca Squarciapino costumes

LA BAYADÈRE Le Royaume des Ombres, acte III
Création par le Royal Ballet d’Angleterre, le 27 novembre 1963 au Royal Opera House de Londres (Covent Garden)
Version définitive en trois actes pour le Ballet de l’Opéra national de Paris, le 8 octobre 1992 au Palais Garnier
Ludwig Minkus, musique
John Lanchbery, arrangements
Franca Squarciapino, costumes


Rudolf Noureev, chorégraphie et mise en scène
Patrick Méeüs, lumières
Ballet du Capitole
Orchestre national du Capitole
Florian Krumpöck, direction musicale

Les ballets de ce programme ont été supervisés par Élisabeth Platel et Charles Jude, danseurs Étoiles du Ballet de
l’Opéra national de Paris.





    Le 6 janvier 1993, Rudolf Noureev s’éteignait à Paris. Vingt-cinq ans ont passé et 2018 est l’occasion, un peu partout dans le monde, d’hommages et de commémorations de ce danseur d’exception et artiste hors du commun. Kader Belarbi, nommé Étoile à l’issue d’une représentation de La Belle au bois dormant de Noureev à l’Opéra de Paris, a tenu à lui rendre un nouvel hommage, permettant aux danseurs du Ballet du Capitole de se confronter à un remarquable exercice de style académique, fait de maîtrise technique et de qualité d’exécution.

    Passionné par Marius Petipa, l’inventeur du ballet classique au XIXe siècle, Rudolf Noureev, directeur de la danse à l’Opéra de Paris de 1983 à 1989, remonta à l’identique ou proposa ses propres versions des plus grands chefs-d’oeuvre du répertoire russe. Avec des extraits de Raymonda, Roméo et Juliette, La Belle au bois dormant, Cendrillon, Le Lac des cygnes et La Bayadère, le programme "Dans les Pas de Noureev" se veut à la fois un florilège des chorégraphies de Rudolf Noureev et des rôles dans lesquels le danseur tatar s’est tout particulièrement illustré.




LES RENDEZ-VOUS AUTOUR DE RUDOLF NOUREEV

Exposition photographies Rudolf Noureev
DU 13 AU 23 OCTOBRE - THÉÂTRE DU CAPITOLE
Entrée libre

Grand Carnet de danse
Avec Élisabeth Platel et Charles Jude, danseurs Étoiles de l'Opéra de Paris
SAMEDI 13 OCTOBRE À 19H - THÉÂTRE DU CAPITOLE
Entrée libre

Master-class
Par Charles Jude, danseur Étoile de l'Opéra de Paris
DIMANCHE 14 OCTOBRE À 12H15 - THÉÂTRE DU CAPITOLE
Inscription sur : www.theatreducapitole.fr
Danse à la Cinémathèque

Roméo et Juliette de Franco Zeffirelli (1968)
MARDI 16 OCTOBRE À 20H30 - CINÉMATHÈQUE DE TOULOUSE
Tarifs : de 3,50 € à 7 €


    À PROPOS DU PROGRAMME

    "Dans les Pas de Noureev" s'ouvrira avec le Grand Pas classique de Raymonda. Sis dans le troisième et dernier acte du ballet, il constitue le divertissement de cet acte des noces entre Raymonda et Jean de Brienne. Raymonda est d’ailleurs le premier grand ballet que Rudolf Noureev remonta en Europe. C’était en 1964 pour le Royal Ballet d’Angleterre, au festival de Spoleto. Après trois versions différentes, il réalisera sa version définitive pour la saison 1983/1984 du Ballet de l’Opéra de Paris, dont il venait de prendre la direction. Ce Grand Pas nous donne à admirer le talent théâtral de Petipa et de Noureev ainsi que leur nette prédilection pour les vastes compositions qui déploient le corps de ballet en de savantes et classiquement symétriques broderies. La virtuosité technique et le brio y sont partie prenante, sans oublier la touche d’exotisme magyar qui imprègne la plupart des danses de caractère.

    La scène d’amour de l’acte I du Roméo et Juliette de Noureev correspond à la traditionnelle scène du balcon. À l’issue du bal, Roméo et Juliette se retrouvent, nuitamment, dans le jardin des Capulet et échangent des serments d’amour. D’un lyrisme exacerbé, cette scène est particulièrement éprouvante pour les danseurs, car très longue et constituée d’une abondance de pas qu’il faut enchaîner presque sans respiration.

    La Belle au bois dormant est une oeuvre-clé dans la carrière de Noureev qui la qualifiait de «ballet des ballets» : très grande réussite de Marius Petipa, il est aussi l’expression ultime du style classique du Mariinsky de Saint-Pétersbourg. Le Pas de deux de l’acte III entre Aurore et le Prince Désiré, connu également sous le titre de Pas de deux du Mariage, est un concentré de précision classique, de virtuosité et d’une belle élégance.

    Le Pas de deux de Cendrillon et l’Acteur-vedette est tiré de l’oeuvre éponyme (Cendrillon) que Noureev créa pour le Ballet de l’Opéra de Paris, en 1986. Il transpose le conte de Perrault dans l’univers hollywoodien des années 30 et fait de la protagoniste une modeste jeune fille qui, découverte par un producteur de cinéma, échappe à un père alcoolique et à une marâtre odieuse. Ses débuts à l’écran accrochent au passage le coeur de l’acteur-vedette. Le duo lyrique et virtuose est empreint de raffinement, exalté par l’élégante robe de Cendrillon créée par Hanae Mori.

    Dans la version originale de Petipa et Ivanov, le Pas de trois de l’acte III du Lac des cygnes n’existe pas. Ce Pas de trois entre Odile, le Cygne noir, le Prince Siegfried et le magicien Rothbart, est une innovation de Noureev qui, soucieux de rééquilibrer les personnages, donne à Rothbart l’occasion de se distinguer dans une brillante variation, avec une ensorcelante présence.

    C’est la fantasmagorique et hypnotisante procession des Ombres de La Bayadère qui clora cette soirée. Tout un symbole dans cet hommage à Rudolf Noureev qui estimait que cet acte, Le Royaume des Ombres, était le chef-d’oeuvre absolu de Marius Petipa, son chorégraphe favori. En outre, c’est dans le rôle du protagoniste masculin de ce ballet (Solor) et dans cet acte, précisément, qu’il débuta sur la scène du Palais Garnier, le 19 mai 1961, à 23 ans. C’est sur cette même scène, le 8 octobre 1992, qu’il assista à la Première de sa Bayadère, qui s’avéra être son dernier ballet. Il mourra trois mois plus tard à l’age de 54 ans. Avec cette Bayadère qui débute et clôt sa carrière à l’Ouest, Rudolf Noureev réalise une sorte de synthèse de la transmission du ballet sur plusieurs générations ; l’original de Marius Petipa (1877) s’étant enrichi des révisions successives apportées par les danseurs et les chorégraphes du Mariinsky, pendant un peu plus d’un siècle.


Infos / textes : service de presse du Ballet du Capitole de Toulouse



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24291

MessagePosté le: Mer Oct 17, 2018 6:28 pm    Sujet du message: Répondre en citant

La polémique était un peu inutile d'autant qu'il s'agit bien d'une soirée qui se veut "hommage à Noureev", et pas à Marius Ivanovitch, mais dont on peu effectivement regretter que le nom n'ait pas été cité sur le programme mis en ligne (pas plus que celui de Lev Ivanov).



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 18656

MessagePosté le: Mer Oct 17, 2018 6:38 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Le principe des versions - et de l'hommage - n'est pas en cause, chaque compagnie procède ainsi. Cela n'empêche pas toutefois de signaler l'auteur-source, en apposant le fameux "d'après".
Peut-être qu'on pouvait encore procéder ainsi dans les années 80 - du vivant de... -, mais à l'ère des reconstructions et des bicentenaires, de tels raccourcis historiques sont plus difficiles à comprendre.
En-dehors de ces pinaillages, ce programme est tout à fait réjouissant pour le ballet du Capitole et pour les Toulousains! Smile


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Delly



Inscrit le: 14 Juin 2016
Messages: 603

MessagePosté le: Ven Oct 19, 2018 12:27 am    Sujet du message: Répondre en citant

Une belle interview de Kader Belarbi au sujet de ce programme.

https://www.ladepeche.fr/article/2018/10/18/2890685-kader-belarbi-je-prepare-les-danseurs-comme-des-pur-sang.html


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24291

MessagePosté le: Ven Oct 19, 2018 12:25 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Nouvelles très contrastées du Ballet du Capitole.

Kader Belarbi a décidé de créer un titre d'Etoile, qui n'existait jusqu'à présent pas dans la compagnie. Les quatre premiers élus sont :

Julie Charlet, Natalia de Froberville, Davit Galstyan et Ramiro Gomez Samon

--> https://www.ladepeche.fr/article/2018/10/18/2890865-ballet-capitole-enfin-etoiles-elles-sont-nombre-quatre.html


La fête aura malheureusement été gâchée par un triste incident. Un technicien du théâtre, menuiser aux ateliers de décors, s'est donné la mort. Selon France 3, qui rapporte le fait tragique, le désespéré aurait laissé une lettre expliquant son geste par de mauvaises conditions de travail. La Mairie de Toulouse et la direction du Capitole n'ont pour le moment pas fait de commentaire officiel.

--> https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/agent-du-theatre-du-capitole-toulouse-se-suicide-son-lieu-travail-1561182.html



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24291

MessagePosté le: Lun Oct 29, 2018 12:05 am    Sujet du message: Répondre en citant

La critique de cette nouvelle version de "Dans les pas de Noureev" signée Jean-Marc Jacquin est en ligne, avec un peu de retard en raison d'une absence de votre serviteur durant quelques jours. Jean-Marc Jacquin à vu, à cette occasion, non pas la première, mais la seconde distribution, pour des questions d'agenda. Apparemment il n'a pas été déçu de ce choix un peu contraint :




    20 octobre 2018 : Dans les pas de Noureev, au Théâtre du Capitole

      Ce programme dédié à Rudolf Noureev avait épaté son monde par son audace quand il avait été présenté en 2013. Rendant hommage à l’illustre danseur-chorégraphe pour les vingt ans de sa disparition, il manifestait la vivacité de son héritage et l’attachement de ceux qui l’ont connu à la période où il dirigeait le Ballet de l’Opéra de Paris, époque où il redonnait de la vigueur à la grande maison ainsi qu’une nouvelle reconnaissance internationale qui était en train de s’émousser. Le spectacle imaginé par Kader Belarbi regroupait de grands extraits classiques revisités par Noureev et était vu comme un défi lancé au Ballet du Capitole. En 2013, les solistes bien connus de la compagnie alternaient avec les révélations, jeunes pousses prometteuses ou personnalités émergentes. On se souvient aussi de la présence de deux Étoiles de l’Opéra de Paris venus «en renfort». La greffe avait mal pris, la manière quelque peu routinière des deux éléments extérieurs tranchait trop visiblement avec l’enthousiasme dont faisaient preuve les danseurs toulousains. Le succès de l’entreprise était néanmoins au rendez-vous et ce programme a été beaucoup demandé pour les tournées.

      Cinq ans plus tard, tandis que les jeunes pousses sont parties s’aguerrir sous d’autres cieux, les solistes sont devenus, grande nouveauté, des Étoiles de la compagnie. Disons-le d’emblée, ce titre aux résonances magiques dans le monde de la danse, est loin d’être usurpé par ses récipiendaires. Le programme revient aujourd’hui dans sa ville d’origine, quelque peu modifié. Abandonnant l’acte du mariage de Don Quichotte puisque la version Belarbi est à présent au répertoire, il s’enrichit du Grand pas classique de Raymonda, ainsi que du Pas de deux dit «du tabouret» de Cendrillon.

      --Lire la suite




Et pour mémoire, la chronique publiée par Jean-Marc Jacquin en 2013 :




_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
JMJ



Inscrit le: 16 Mai 2009
Messages: 611

MessagePosté le: Sam Déc 15, 2018 2:53 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Attention, le carnet de danse de samedi 15 décembre à 19 h autour de Don Quichotte est annulé, pour les raisons jaunes que l'on imagine.

En revanche, l'atelier danse de dimanche 14H est maintenu mais complet.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24291

MessagePosté le: Mer Déc 19, 2018 5:57 pm    Sujet du message: Répondre en citant





    DON QUICHOTTE

    Ballet en un prologue et quatre actes
    Création le 14 décembre 1869 au Théâtre Bolchoï de Moscou, dans une chorégraphie de Marius Petipa
    Livret de Marius Petipa d'après le roman de Miguel de Cervantès, L'Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche
    Version en un prologue et trois actes de Kader Belarbi, créée par le Ballet du Capitole le 20 avril 2017

    Ludwig Minkus musique
    Kader Belarbi chorégraphie et mise en scène
    Emilio Carcano décors
    Joop Stokvis costumes
    Vinicio Cheli lumières

    Kitri / Dulcinée : Natalia de Froberville / Julie Charlet
    Basilio : Davit Galstyan / Ramiro Gómez Samón
    Don Quichotte : Simon Catonnet / Timofiy Bykovets
    Mercedes : Kateryna Shalkina / Aleksandra Surodeeva / Solène Monnereau
    Estéban, chef des gitans : Minoru Kaneko / Philippe Solano


    Ballet du Capitole
    Orchestre national du Capitole
    Paul-Emmanuel Thomas direction musicale

    THÉÂTRE DU CAPITOLE
    21, 22, 26, 28 et 29 DÉCEMBRE À 20H
    23, 30 et 31 DÉCEMBRE À 15H
    Répétition générale : jeudi 20 décembre à 20h
    Tarifs : de 8,50 € à 60 € - Durée : 2h35
    Réservations :
    www.theatreducapitole.fr / +33 (0)5 61 63 13 13
    www.fnac.com






    Célébration de la virtuosité la plus flamboyante, Don Quichotte est l’un des chefs-d’oeuvre incontournables du ballet classique. Dans cette nouvelle version, Kader Belarbi s’est intéressé à la figure du vieux héros à la fois romantique, idéaliste et grotesque. À ses côtés, se noue la délicieuse intrigue amoureuse entre Kitri et Basilio. Une chorégraphie et une mise en scène virevoltantes font de cette production un pur moment de fête. Le chef français Paul-Emmanuel Thomas sera à la tête de l’Orchestre national du Capitole. 413 ans après sa parution (1605 pour le premier volume), le roman de Cervantès, El Ingenioso Hidalgo Don Quijote de la Mancha est encore et toujours d’actualité, tant le personnage est réinventé à l’infini, au fil du temps. Cet ouvrage, - qui met en scène un personnage généreux, idéaliste et redresseur de torts -, a connu une postérité remarquable, inspirant une quantité incroyable de romans, peintures, pièces de théâtre, opéras, compositions orchestrales, films, ballets, etc. La version académique que nous connaissons aujourd’hui, et qui est toujours attribuée à Marius Petipa, est en réalité la version qu’Alexandre Gorski (1871-1924) a réglée à Moscou en 1900, d’après le livret du chorégraphe marseillais. De la version de Petipa, créée le 26 décembre 1869 au Bolchoï de Moscou, il reste sûrement peu de choses. Gorski, dans sa version de 1900, a tenté d’en restituer les scènes disparues et avoue s’être inspiré de Petipa. Pour Kader Belarbi, qui s’est emparé à son tour de Don Quichotte, la démarche est double : tout en s’appuyant sur le passé et la tradition, il a souhaité les régénérer en supprimant des personnages inutiles à la compréhension de l’intrigue (le ridicule Gamache), en en faisant fusionner d’autres (Espada disparaît pour se fondre avec Basilio qui du coup, de barbier devient le plus beau torero du monde) mais surtout, en rendant toute sa place au héros éponyme de l’histoire, le Chevalier à la Triste Figure, et à son fidèle écuyer Sancho. Seul prétexte à justifier le titre du ballet dans la plupart des versions classiques, Don Quichotte est, dans cette nouvelle version, moins décoratif et présent tout au long des trois actes. Ces options dramatiques, ces resserrements et ces coupures servent le déroulement de l’action, sa lisibilité, la cohérence et la crédibilité des personnages. L’intrigue de ce ballet d’action tourne autour des amours contrariées de la belle Kitri et de son amoureux Basilio, avec des moments de bravoure et des scènes pleines d’humour. Dans un délire de grandeur, entre réel et imaginaire, Kader Belarbi nous convie à suivre les traces de Don Quichotte, casque ficelé et lance à la main, chevauchant son destrier Rossinante. Pour accompagner ces aventures hautes en couleurs, le chef d’orchestre Paul-Emmanuel Thomas dirigera la brillante partition de Ludwig Minkus.


    2 QUESTIONS À KADER BELARBI

    Don Quichotte est le «vieux lion» du répertoire classique. Qu’apportez-vous de nouveau dans votre version ?

    Quatre siècles après la parution du roman de Cervantès, Don Quichotte reste l’un des chefs-d’oeuvre de la littérature. La popularité du roman a entraîné dans son sillage une kyrielle de textes, d’expositions, de spectacles… J’ai lu avec plaisir les deux tomes de Cervantès qui sont une profusion d’épisodes truculents et d’aventures extravagantes. C’est la figure de Don Quichotte qui m’intéresse tout particulièrement. Il s’agit encore aujourd’hui d’une icône que beaucoup de monde s’accapare en l’incarnant avec les traits et les caractéristiques du héros grotesque, ridicule, romantique, idéaliste… Les versions du ballet pressentent presque toujours le personnage de Don Quichotte de manière amoindrie. Je ne souhaitais pas qu’il reste planté de côté sur la scène alors qu’il est le protagoniste de ces aventures avec son comparse Sancho Panza. Il s’agissait donc d’inscrire un fil conducteur avec les deux personnages que sont le chevalier errant et l’essuyer poltron. Tout au long du ballet, Kitri demeure pour Don Quichotte une vision fantasmée de Dulcinée. Pour clarifier l’intrigue, j’ai abandonné le personnage du grotesque « dandy » Gamache (il y a du Gamache dans Don Quichotte) et celui d’Espada, car c’est de Basilio que je fais un torero. Rares sont les versions où l’on comprenait que Basilio était un barbier, d’autant plus qu’il est souvent vêtu d’un pourpoint de torero. Dans ma version, il devient aux yeux de Kitri le plus beau torero du monde et prend tout son sens. Ce resserrement des personnages rend plus consistants Don Quichotte et Basilio. J’ai aussi renforcé les rôles de Mercedes et d’Esteban, le couple de gitans, amis de Kitri et de Basilio. Selon mes recherches musicales, j’ai ajouté de nouvelles compositions et transcriptions du seul compositeur Ludwig Minkus. Je me suis amusé a ré-agencer des séquences pour être le plus cohérent dans le déroulé musical du livret. Au 2e acte, j’ai imaginé un marais. De belles naïades apparaissent avec leur reine et correspondent au corps de ballet féminin, toujours souhaitable comme parenthèse blanche et symbole des ballerines sur pointes. Le ballet est composé de trois actes. Il sera dense, coloré et festif.

    Au vu de vos créations, je pense notamment à La Bête et la Belle et à La Reine morte, il est clair que vous adorez raconter des histoires. Quelle est votre approche créative?

    Personnellement, tout peut être un départ pour créer. Je pense que toute abstraction est l’infime partie d’une figuration et donc à l’origine, une véritable petite histoire. Comme un collecteur, je ramasse les éléments qui m’intéressent d’une histoire, d’une légende, de faits, d’évènements… et de tout ce qui s’y rattache. Muni de ce «panier à provisions», je décante et mesure les nécessités absolues et les abandons possibles. Là en l’occurrence, il y avait un contenu déjà existant sur Don Quichotte dont il fallait que j’oublie parfois l’existence pour me laisser guider vers ma propre inspiration. C’est un canevas qui se met en place et qui évolue sans cesse vers ce que j’appelle un bon scenario musical dansé. Il évolue constamment en anticipation, en fonction des rencontres avec le compositeur ou le chef d’orchestre, ou au cours des essayages des costumes et des accessoires, avec la concrétisation progressive des décors et la plupart du temps dans l’échange constant avec les danseurs dans le studio. Je ne connais jamais le résultat mais tout se découvre et se dévoile au fur et à mesure, et il faut essayer de rester cohérent avec la meilleure des inspirations. Un théâtre offre un temps souvent contraint pour une création. Je me plie à un cadre et à une discipline pour travailler et rependre au calendrier souhaité. Il y a en ce sens une dynamique d’urgence qui vous oblige à un processus de création très ramassé.

    Propos recueillis par Carole Teulet / Service de presse, Ballet du Capitole de Toulouse



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24291

MessagePosté le: Dim Déc 30, 2018 10:45 am    Sujet du message: Répondre en citant

Apparemment, la tentative de prise d'assaut du Capitole - qui est aussi la mairie de Toulouse, le théâtre se trouvant dans le même bâtiment - n'a pas conduit à l'annulation du spectacle hier soir.


Jean-Marc Jacquin, notre correspondant dans la Ville rose a, lui, assisté à la première, le 21 décembre, et nous livre ses impressions :




    21 décembre 2018 : Don Quichotte (Kader Belarbi) au Théâtre du Capitole

      Les opéras des régions s'attachent depuis longtemps à proposer pour les fêtes de fin d'année un programme grand public, et souvent sur une longue série de dates. C'est encore le cas à Toulouse où, malgré l'augmentation régulière des ventes par abonnement, il reste un nombreux public non régulier qui choisit cette période de l'année pour s'offrir un spectacle de prestige. Mais cette année encore, point de Veuve joyeuse ou de Vie parisienne, c'est le Ballet de Capitole qui régale. Étant à la tête d'un répertoire considérablement riche, après Giselle et Casse-noisette, la compagnie de danse peut reprendre un de ses fleurons, en l'occurrence le Don Quichotte de Kader Belarbi, créé il n'y a pas si longtemps. Un spectacle propre à réjouir le spectateur occasionnel comme le balletomane le plus exigeant.

      --> Lire la suite



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 18656

MessagePosté le: Dim Déc 30, 2018 11:02 am    Sujet du message: Répondre en citant

Très jolies photos!


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 44, 45, 46, 47  Suivante
Page 45 sur 47

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous pouvez voter dans les sondages de ce forum


Nous Contacter
Powered by phpBB © phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com