Dansomanie Index du Forum
Connexion S'enregistrer FAQ Liste des Membres Rechercher Dansomanie Index du Forum

Livres sur la danse : nouvelles parutions
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... , 18, 19, 20  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
LucyOnTheMoon



Inscrit le: 18 Nov 2008
Messages: 954

MessagePosté le: Dim Jan 21, 2018 12:23 am    Sujet du message: Répondre en citant

Pour voir "à quoi ça ressemble", la bibliothèque du Centre National de la Danse à Pantin est extrêmement bien fournie.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 23621

MessagePosté le: Mar Mar 20, 2018 9:48 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je recopie ici le message de Fanchon posté dans le fil consacré aux DVD

Fanchon a écrit:
Ce n’est pas DVD mais un livre, Biographie de Natalia MAKAROVA, sorti le 18 mars et vu à la Fnac:

Dans cette autobiographie richement illustrée, la grande Natalia Makarova relate son histoire de danseuse et ses idées concernant l'art du ballet, en évoquant la carrière qui l'a vue héroïne d'abord au Kirov, en Russie, puis - après sa défection d'URSS en 1970 - en Occident. Elle explique les décisions cruciales qu'elle a dû prendre ainsi que leurs répercussions : la difficulté des premières représentations en Angleterre et aux États-Unis ; l'immense charge de travail fournie pour perfectionner sa technique et affronter la pléthore de rôles et de spectacles à danser ; le défi de recréer pour l'American Ballet Theatre un acte de La Bayadère et de préparer ses danseuses américaines à l'exécuter dans le style classique le plus pur. Natalia Makarova raconte également ce qui fut peut- être son choix le plus important : interrompre sa carrière pour devenir mère. En outre - et cela enthousiasmera les passionnés de danse -, Natalia analyse ici presque tous les rôles quelle a incarnés, et en particulier ceux dans Giselle et Le Lac des cygnes : deux ballets dont elle fut l'interprète suprême.
La ballerine nous expose ses convictions quant à la technique, à l'inspiration et à l'interprétation, sur le ballet soviétique, sur les compagnies avec lesquelles elle a collaboré en Europe de l'Est et en Occident, sur les danseurs et les chorégraphes qui l'ont accompagnée, de Barychnikov, Noureev, Bruhn et Dowell, Balanchine, Robbins et Tudor.
Au fur et à mesure que Natalia se remémore cela, elle révèle aussi un trait de personnalité qu'elle partage avec les plus grands artistes : d'une part l'inflexible sens de l'auto-critique, et de l'autre l'appréciation sincère du génie d'autrui.
"Natalia Makarova est le Stradivarius de la danse." Serge Lifar




Broché, 22,50 €, 192 pages, 100 photos en noir et blanc

ISBN : 978-2366771527
EAN (code barre) : 2366771525



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 23621

MessagePosté le: Mar Mar 20, 2018 9:53 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Et apparemment l'éditeur Gremese publie en même temps une traduction italienne des mémoires de Makarova, même format, même tarif :

http://www.libreriagremese.it/fr/la-danza-la-mia-vita.html



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 17910

MessagePosté le: Mer Mar 21, 2018 6:50 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Autre "monstre sacré" qui publie ses mémoires, Ghislaine Thesmar.
Parution en avril 2018 chez Odile Jacob.
https://www.odilejacob.fr/catalogue/documents/biographies-memoires/une-vie-en-pointes_9782738143556.php



Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Fanchon



Inscrit le: 03 Mar 2006
Messages: 261
Localisation: liege

MessagePosté le: Ven Mar 23, 2018 12:07 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci Haydn



_________________
Fanchon
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
chien en peluche



Inscrit le: 29 Oct 2011
Messages: 1088

MessagePosté le: Mer Mar 28, 2018 4:30 pm    Sujet du message: Répondre en citant

chien en peluche a écrit:
Une petite question à vous, connaisseurs : Quels sont les meilleurs magasins "physiques" à Paris dans lesquels l'on peut trouver ce type de livres sur la danse et la littérature? Je préfère, si c'est possible, acheter des bouquins après les avoir vus moi-même, plutôt que de commander sur internet.


Pendant mon dernier séjour à Paris au mois de février, j'ai malheureusement eu la grippe, j'ai fini par aller voir le médecin japonais à l'hôpital américain et ai été clouée au lit au moins pendant cinq jours. Je n'ai donc eu le temps d'aller ni au CND à Pantin ni à la bibliothèque du Centre Pompidou (J'ai essayé une fois d'aller à la librairie près de la place d'Odéon, mais elle n'est ouverte que l'après-midi.). J'ai quand même trouvé pas mal de choses qui m'intéressent soit à la boutique de l'Opéra soit aux librairies que je connais. Quant à la parution récente de Bénédicte Jarasse, j'en ai facilement trouvé un exemplaire dans une librairie près de l'hôtel où je descends normalement à Paris Wink Merci, en tout cas, pour tous vos conseils. Ils seront toujours utiles pour les prochaines fois.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 17910

MessagePosté le: Jeu Mai 03, 2018 10:46 am    Sujet du message: Répondre en citant

Ghislaine Thesmar est l'invitée de Laurent Goumarre sur France Inter (à partir de 38' et des poussières) pour parler de son livre :
https://www.franceinter.fr/emissions/le-nouveau-rendez-vous/le-nouveau-rendez-vous-01-mai-2018-0
(il y est d'ailleurs question de la fragilité physique des danseurs d'aujourd'hui et, sur un ton moins polémique que sur Europe 1, de la défense des "coups de baguette")


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Ballerina



Inscrit le: 01 Juin 2016
Messages: 484

MessagePosté le: Jeu Mai 03, 2018 10:49 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Elle est excellente Very Happy


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 17910

MessagePosté le: Jeu Mai 03, 2018 11:03 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Pour le peu qu'elle parvient à placer. C'est court et l'interview et les commentaires de café du commerce sur l'âge de la retraite ne volent pas haut. Dommage.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 23621

MessagePosté le: Ven Mai 04, 2018 12:07 am    Sujet du message: Répondre en citant

Apparemment les commentaires ont été retirés.



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 17910

MessagePosté le: Ven Mai 04, 2018 6:50 am    Sujet du message: Répondre en citant

Je parlais des commentaires des animateurs. Laughing


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Ballerina



Inscrit le: 01 Juin 2016
Messages: 484

MessagePosté le: Ven Mai 04, 2018 7:54 am    Sujet du message: Répondre en citant

C'est récurrent ce genre de commentaires sur les danseurs.
Surtout classiques.
J'ai toujours l'impression qu'ils sont considérés comme les OVNI de l'art Rolling Eyes


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Alexis29



Inscrit le: 22 Avr 2014
Messages: 660

MessagePosté le: Dim Mai 06, 2018 10:43 pm    Sujet du message: Répondre en citant

C'est avec intérêt et curiosité que j'attendais la sortie du livre de Ghislaine Thesmar, "Une Vie en pointes".

Je dois malheureusement dire ici que la déception est à la hauteur de mon attente...

Le livre est un véritable tour du monde chorégraphique mais le récit est surtout composé d'anecdotes plus ou moins intéressantes.

La richesse du parcours professionnel de Ghislaine Thesmar permet d'évoquer de grandes compagnies ou théâtres : du Ballet du Marquis de Cuevas au New-York City Ballet, du Théâtre Colon à l'Opéra de Paris en passant par la Russie ou Cuba, quelle belle carrière ! Sa vie personnelle n'est pas en reste car Ghislaine Thesmar est née à Pékin et sa famille a ensuite vécu à Djakarta et Bombay.

C'est dans la compagnie du Marquis de Cuevas qu'elle commence sa carrière professionnelle.

Il n'est d'ailleurs pas très clair à quel moment Ghislaine Thesmar se joint aux Ballets du Marquis de Cuevas, elle dit 1960 avant d'écrire deux pages plus loin qu'elle était dans la compagnie depuis huit jours lorsque Nureyev les a rejoint, sachant qu'il est passé à l'ouest en juin 1961, il doit y avoir une erreur quelque part. Dommage que le récit ne soit pas plus précis, surtout dans une autobiographie...

Pour ce qui est du travail de son mari, Pierre Lacotte, on peut regretter qu'il n'est pas plus mis en avant ou même analysé.

Ghislaine Thesmar parle très brièvement de Coppélia par exemple alors que l'on aimerait en savoir beaucoup plus sur le travail que le chorégraphe a fait sur ce ballet, ses recherches etc...

Pas mal de grands danseurs traversent le livre : Alicia Alonso, Galina Oulanova, Rosella Hightower, Yvette Chauviré, Claire Motte, Noëlla Pontois, Wilfride Piollet, Nureyev, Baryshnikov, Zizi Jeanmaire et son partenaire de prédilection, Michaël Denard.

Frustration également lorsque Ghislaine Thesmar évoque George Balanchine, première collaboration avec lui à l'Opéra de Paris, invitation ensuite à venir danser à New-York mais, alors que Ghislaine Thesmar prend le temps de nous expliquer en long et en large qu'elle logeait chez de richissimes gens à son arrivée aux Etats-Unis, trop peu de choses sur son travail dans le studio avec le chorégraphe.

Idem pour Jerome Robbins, alors oui, on sait bien que le chorégraphe ne décidait qu'à la dernière minute qui allait danser la première, mais travailler avec lui, c'était comment ? où se situaient véritablement ses exigences ?

Autre regret : le fait que Ghislaine Thesmar liquide son expérience à la tête des Ballets de Monte-Carlo en deux pages, alors qu'elle en a tout de même été la première directrice lors de la renaissance de la compagnie au milieu des années 80 !

Comment elle et son mari ont pensé le répertoire, comment est-ce qu'ils ont recruté les danseurs ? Quelle vision avait-elle pour l'avenir de la compagnie ? J'imagine combien le projet devait être enthousiasmant, on peut donc s'étonner de l'extrême superficialité des propos qui figurent dans le livre.

G. Thesmar nous dit par exemple que, puisqu'à l'époque (1985) elle était une tête d'affiche commerciale (je questionne... je crois me rappeler qu'au milieu des années 80 le grand public se déplaçait plutôt pour Patrick Dupond), les agents artistiques exigèrent qu'elle assume les premières. Ok soit... Mme Thesmar écrit qu'elle a donc dû demander l'autorisation de l'Opéra de Paris qui ne fit "aucune obstruction". Or il est à noter en passant qu'en 1985 elle était déjà à la retraite depuis deux ans, donc de quelle permission parle-t-elle ? J'ai peut-être raté une étape...

Pour revenir à la renaissance des Ballets de Monte-Carlo, projet de la Princesse Grace, repris par sa fille Caroline, cela a été un moment important de la vie chorégraphie des années 80.

Quant on voit aujourd'hui la place qu'occupent les Ballets de Monte-Carlo, on peut regretter que Ghislaine Thesmar ne fasse pas preuve d'un peu plus de précision, on pourrait juste espérer une vision disons un peu moins égocentrique de cette aventure !

Elle termine ces quelques pages sur Monte-Carlo en disant son plaisir de revenir à Paris, vers "un contexte professionnel de bien meilleure qualité, entourée de valeurs sûres".... Wink




Dernière édition par Alexis29 le Dim Mai 06, 2018 11:04 pm; édité 3 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 23621

MessagePosté le: Dim Mai 06, 2018 10:54 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci Alexis29 - Je suis moi-même en train de lire l'ouvrage, et nous pourrons confronter nos opinions quand j'en aurai fini. Là, j'en suis encore dans la généalogie familiale et les souvenirs de jeunesse.



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 17910

MessagePosté le: Mar Juil 17, 2018 7:28 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Quelques mots à mon tour sur le livre de souvenirs de Ghislaine Thesmar, Une vie en pointes - titre d'une affligeante banalité -, ouvert par une magnifique lettre d'amour de notre Gégé Depardieu national.

C'est un livre qui accompagne agréablement une journée de vacances. Ce n'est pas exactement A la recherche du temps perdu - malgré une enfance très proustienne par certains côtés -, mais ce n'est pas non plus ce qu'on lui demande.

Je dirais qu'il en est malheureusement de ce livre comme de la plupart des ouvrages mémoriels et autres documents "vérité" émanant de personnalités, dont la publication est souvent très contrainte (temps, argent) et qui trahissent, dans leur écriture, un certain "laisser-aller", pour dire le moins. Ghislaine Thesmar n'est pas une professionnelle de l'écriture, et personne ne le lui reprochera évidemment, mais dans ce cas, il n'est pas interdit à un éditeur d'accompagner la rédaction et/ou d'appuyer la structuration du livre. L'ouvrage, émaillé de coquilles, de répétitions, de maladresses et de quelques incohérences aussi, souffre en tout cas d'une absence de relecture sérieuse, qui peut s'avérer pénible, surtout dans la deuxième partie.

Les meilleurs chapitres sont peut-être les premiers, ceux dans lesquels Ghislaine Thesmar évoque son enfance privilégiée et hors du temps, même si l'on a parfois un peu de mal à se repérer dans la chronologie du récit, fait d'allers-retours, qui n'est pas exactement linéaire. En réalité, il y est assez peu question de danse. Ghislaine Thesmar ne prit des cours de danse que ponctuellement dans sa prime enfance (notamment à La Havane, auprès de la sœur d'Alicia Alonso), au gré des déplacements nombreux de sa famille et à titre d'activité destinée à cultiver le maintien d'une jeune fille de bonne famille, et l'éveil de sa vocation artistique, par la grâce de Galina Oulanova découverte sur un écran de cinéma au Maroc, fut relativement tardif (elle bénéficia du reste d'une dérogation pour passer le concours d'entrée au Conservatoire, ayant atteint la limite d'âge). Pour autant, Ghislaine Thesmar se donne là véritablement le temps d'écrire, d'expliquer les choses et de nous faire découvrir sa famille, sa personnalité si riche, à la fois libre et rêveuse, sa sensibilité magnifique.

Le récit de sa vie de danseuse s'inscrit à certains égards dans le prolongement de cette enfance libre et itinérante, brillante et extrêmement protégée, et, au fond, très peu sentimentale (je pense notamment à la mère, figure lointaine et narcissique, mais dans son univers, les rapports humains semblent de manière générale teintée de cette légère distance, très "ancien monde"). Avec son héritage, Ghislaine Thesmar aurait pu finir en duchesse de Guermantes, régnant dans quelque élégant appartement parisien, mais elle avait soif d'absolu et c'est à la danse, sa seule véritable passion, qu'elle choisit de donner sa vie (aucune connotation masochiste là-dedans). Elle raconte ainsi une carrière d'une richesse inouïe, qui lui a permis de travailler avec les plus grands chorégraphes, de danser sur les scènes les plus prestigieuses, de côtoyer les plus grandes stars de son temps. Ce récit, loin de se limiter aux murs d'un théâtre, est une lucarne grande ouverte sur le très vaste monde de la danse d'alors, de l'Europe aux Amériques en passant par la Russie. Le fait d'avoir multiplié les expériences et intégré, là encore, très tard l'Opéra de Paris (directement en tant qu'étoile, lorsque Pierre Lacotte l'invite en 1971 pour y danser sa Sylphide) semble lui avoir donné une liberté et une ouverture d'esprit uniques. Parmi les passages les plus intéressants, on retiendra notamment le récit des tournées rocambolesques de la troupe du marquis de Cuevas, qui nous plonge dans un autre temps, ou l'évocation, à plusieurs reprises, du petit monde des studios de danse parisiens, où se retrouvait tout le Gotha du ballet (l'épisode de la baguette de maître Brieux est raconté en détail). L'aventure avec Balanchine et le NYCB est en revanche trop vite expédiée, tout comme l'épisode monégasque.

Le récit, bien engagé dans sa première partie (disons, en gros, jusqu'à la recréation de La Sylphide), se noie un peu trop, et de plus en plus au fil des pages, dans l'accumulation d'anecdotes, certaines amusantes et intéressantes, d'autres beaucoup plus insignifiantes, et de jugements stéréotypés (tout semble "ravissant", "charmant", "merveilleux"...). Impression regrettable de survoler les choses, de passer, bien trop vite et sans transition, "du coq à l'âne", d'une capitale à une autre, sans vraiment d'approfondissement sur l'art chorégraphique... Tout cela fait un peu "conversation de salon", et l'on finit, à vrai dire, par se lasser de ces développements purement factuels, donnant à voir une héroïne dont la vie ne semble consister qu'à voler, d'un bout à l'autre de la planète, de sacres en triomphes et de dîners mondains en réceptions officielles auprès des princes de ce monde.

La phrase (p. 253) sur l'adieu au Rocher monégasque et le retour au bercail parisien est en effet "collector". Laughing

Le livre se referme sur des considérations type "leçon de vie" sur l'"après", notamment sur l'enseignement et la transmission, qui font davantage office de conclusion qu'autre chose et qu'on aurait aimées plus concrètes et étoffées. Il est complété d'une annexe utile résumant l'ensemble de sa carrière - répertoire et collaborations.

Il n'y a certes pas à bouder son plaisir de balletomane avide d'entrer dans l'intimité d'une personnalité exceptionnelle et d'effectuer avec elle cette traversée d'un demi-siècle de danse, mais il est un peu dommage qu'on ne lui ait pas donné les moyens de publier des souvenirs un peu plus "costauds", sur le fond comme sur la forme. Elle le vaut bien, je crois.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... , 18, 19, 20  Suivante
Page 19 sur 20

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous pouvez voter dans les sondages de ce forum


Nous Contacter
Powered by phpBB © phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com