Dansomanie Index du Forum
Connexion S'enregistrer FAQ Liste des Membres Rechercher Dansomanie Index du Forum

Nouvelles de la danse à Berlin
Aller à la page 1, 2, 3 ... 17, 18, 19  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
nabucco



Inscrit le: 14 Mar 2007
Messages: 1462

MessagePosté le: Ven Avr 11, 2008 11:10 am    Sujet du message: Nouvelles de la danse à Berlin Répondre en citant

Je crée ce fil (en espérant qu'il ne s'agit pas d'un doublon), plus par espoir que quelqu'un de nos lecteurs serait en mesure de nous tenir informés de l'évolution de la danse (classique et contemporaine) dans la capitale allemande que pour partager mes expériences personnelles inexistantes.

Je peux simplement transmettre les informations tirées de cet article concernant le Staatsballett Berlin, qui se produit sur les scènes du Deutsche Oper et du Staatsoper Unter den Linden (le Komische Oper, on s'en souvient, a dû abandonner sa troupe de danse faute de soutien financier après une tentative un peu désespérée d'en confier le sauvetage à Blanca Li). Placée sous la direction de Vladimir Malakhov, la troupe compte environ 85 danseurs, dont la plus connue, outre Malakhov lui-même, est certainement Polina Semionova.

Tout d'abord les nouvelles productions de la saison prochaine, marquées par la présence de deux chorégraphes français:
-Cendrillon (Preljocaj/Mahler/Goude)
-Caravaggio (Bigonzetti)
-Das Flammende Herz [Le Cœur enflammé] (P. Bart/Mendelssohn)

Une inquiétude se fait par ailleurs jour pour cette troupe dont la santé financière semble bonne: la rénovation de la salle du Staatsoper se ferait au détriment du ballet, qui n'aurait plus que 20 (contre 40) représentations sur 130 (contre 170) dans le lieu de remplacement. Le ballet est donc actuellement en conflit ouvert avec l'intendant du Staatsoper, le metteur en scène Peter Mussbach.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 23754

MessagePosté le: Ven Avr 11, 2008 12:53 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Si nous avons un lecteur résidant à Berlin, ses commentaires seront effectivement les bienvenus.

Falls wir einen Leser aus Berlin haben, sind seine Bemerkungen ganz herzlich willkommen!


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
tuano



Inscrit le: 27 Mar 2008
Messages: 588
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Avr 14, 2008 10:38 am    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai acheté ce matin un billet d'avion pour être à Berlin du 2 au 5 mai mais je n'ai pas encore regardé ce qui s'y jouait.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
CarolinaM



Inscrit le: 19 Jan 2007
Messages: 241
Localisation: Barcelona

MessagePosté le: Lun Avr 14, 2008 5:54 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J’y suis allée il y a juste deux ans (pure coïncidence Very Happy) et j’ai vu:

Vendredi avril 14, 2006, 18:00 - Deutsche Oper Berlin

RING UM DEN RING - Staatsballet Berlín - durée 4 h. 15’ Shocked

Maurice Béjart - Richard Wagner

Solistes
Loge: Ronald Savkovic
Wotan: Artem Shpilevsky
Brünnhilde: Nadja Saidakova
Siegfried: Michael Banzhaf

et le corps du Staatsballetts Berlin

Le plus long ballet que j’aie jamais vu mais j’ai beaucoup aimé même si il y avait pas mal de parties recités par un excelent acteur-danseur, en allemand, dont je n’y comprends pas un mot Rolling Eyes

La première partie plus dinamique, la seconde plus difficile, mais très bon en général.

Domage que ni Malakov ni Polina étaient en scene, il faudra y rétourner….

tuano d’après sa web, vous pouvez choisir entre un Lac (Patrice Bart) le 2 et....

La Belle au Bois Dormant avec : Polina Semionova et Vladimir Malakov !!! le 4

Staatsballet web site

Mon Dieu, quelle chance vous avez !!! Wink


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Maud



Inscrit le: 07 Jan 2008
Messages: 2

MessagePosté le: Ven Mai 09, 2008 5:00 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Mieux vaut tard que jamais : je déterre ce vieux fil auquel je m'étais promis de répondre et signe ici mon premier message sur Dansomanie.
Je n'habite plus à Berlin, aussi ne suis-je pas très au fait de l'actualité de la compagnie, mais je peux livrer quelques-unes de mes impressions sur son évolution et vous parler avec un peu de retard de la représentation du Lac des cygnes (version Patrice Bart) à laquelle j'ai assisté jeudi 24 avril.

Comme l'a indiqué Nabucco, la compagnie résulte de la fusion en 2004 des troupes du Deutsche Oper, du Lindenoper et du Komische Oper, qui a été beaucoup critiquée à l'époque : certains danseurs ont perdu leur emploi, d'autres ont été rétrogradés. Le Komische Oper signant les productions les plus innovantes, certains spectateurs s'inquiétaient de voir la danse à Berlin fossilisée. C'est sous la direction de Vladimir Malakhov, qui était déjà intendant du Lindenoper depuis 2002 qu'elle a été placée. C'est lui qui en a fait une compagnie d'envergure internationale, en "important" beaucoup de jeunes danseurs et en leur confiant d'emblée des rôles de solistes ( je pense bien évidemment à Polina Semionova et à son frère, Dmitrij Semionov, mais également à Iana Salenko, Shoko Nakamura ou Mikhail Kaniskin, autres premiers solistes de la compagnie). Depuis, le corps de ballet est de plus en plus homogène, le niveau technique de plus en plus élevé, surtout chez les danseuses et c'est cet aspect qui m'a le plus frappée lorsque j'ai revu la compagnie le mois dernier. La hiérarchie du corps de ballet est assez simple (corps, demi-soliste, soliste, premier soliste) et il n'est pas rare que des rôles de solistes soient confiés à des membres du corps de ballet (c'est Iana Balova, corps de ballet, qui a crée cette année le rôle d'Effie, pour l'entrée au répertoire de La Sylphide de Peter Schaufuss). En ce qui concerne le déroulement des représentations, là-aussi, on fonctionne à la russe : les saisons sont articulées autour de créations et de pièces du répertoire. Cette année, on pouvait donc voir, entre autres, La Sylphide, le Lac, la Belle, Casse-noisette, Sylvia, Oneguin, une soirée Balanchine, une autre de ballets romantiques, et j'en passe. La compagnie dans son ensemble dégage une réelle joie de danser.

Concernant les danseurs, le Staatsballett, c'est un peu la famille de Malakhov, il suffit pour s'en rendre compte de regarder les premières solistes : à l'exception de Bettina Thiel, qui n'est plus guère distribuée et de Nadja Saidakova, qui est une de ses anciennes partenaires, toutes ont été nommées par l'actuel intendant du Staatsballett. Beatrice Knop a même réintégré la compagnie lorsque Malakhov a été nommé. Il est à noter que beaucoup d'entre elles ont un physique atypique : Beatrice Knop est très grande, Iana Salenko est minuscule. Quant à Polina Semionova, son physique très athlétique, ses lignes atypiques ont souvent été discutées.
Comment ne pas parler de Polina Semionova ? Elle est le "miracle" de la compagnie et c'est en partie grâce à elle que le Land Berlin fait de nouveau confiance au Staatsballett. Ce qui frappe chez elle, ce n'est pas tant sa technique prodigieuse que sa remarquable maturité et son intelligence scénique. Polina Semionova a un physique unique et une technique qui lui permettrait largement de jouer les bêtes de cirque, tant ses hyper-extensions, ses tours et ses équilibres n'ont rien à envier aux plus célèbres représentantes du genre. Mais mademoiselle Semionova est une artiste : la technique chez elle est toujours au service de l'intelligence. Elle n'est jamais "Semionova" : elle incarne. Son jeu n'est pas surfait et ses interprétations sont toujours très intériorisées, très "vraies". Même si on reconnait un côté "Bolchoi" dans les qualités athlétiques de sa danse, je suis encore plus frappée par la délicatesse de son passage en pointe, la qualité de ses ports de bras et de son travail de bas de jambes. Sur la scène affreusement bruyante du Staatsoper, on ne l'entend jamais.
L'autre couple phare du Staatsballet, avec Semionova-Malakhov, est sans doute celui que forment Marian Walter et Iana Salenko. Iana Salenko (qui n'a pas pu créer la Sylphide, pour laquelle elle était très attendue, en raison d'un heureux évènement) est une petite bombe technique, que l'on n'attend pas forcément dans un répertoire dramatique, mais qui possède un très beau ballon et une joie de danser communicative. Elle rappelle quelque peu Evgenia Obraztsova. Marian Walter est un beau danseur noble au physique très fin. Sa danse est fluide et son jeu très naturel. Après les excellentes critiques qui ont accompagné son James, on espère le voir nommé premier soliste. C'est un des rares solistes de la compagnie issu de l'école de ballet de Berlin.
D'une façon générale, les solistes du Staatsballett sont des acteurs et beaucoup ont une personnalité très marquée. On conserve des emplois de danseurs de caractère (Michael Banshaf, par exemple, auquel CarolinaM faisait allusion).

Concernant le répertoire : les classiques sont dansés dans les versions de Patrice Bart et de Vladimir Malakhov, pour la plupart. J'ai personnellement énormément de mal avec les productions de Patrice Bart, que je trouve souvent antimusicales. Concernant les productions Malakhov, on compte une Bayadère avec 4ème acte, une Belle luxuriante (un peu kitch aussi), et une Cendrillon inspirée de Noureev, dans laquelle Cendrillon est une danseuse du corps de ballet qui rêve de devenir soliste et dans laquelle les deux sœurs sont incarnées par des hommes en pointes, ce qui donne au ballet un côté carnavalesque.

En ce qui concerne la réfection du Staatsoper, j'ajoute à ce qui a été dit que le Staatsballett ne remontera pas sur cette scène après les travaux : la compagnie dansera dorénavant sur la scène du Deutsche Oper. Vladimir Malakhov se plaint énormément de cette décision (il a d'ailleurs, à demi-mots, menacé de partir), non parce que les conditions de travail y seraient plus mauvaises qu'au Staatsoper, mais parce qu'il n'a pas été consulté. Il déplore perpétuellement que le Staatsballett, malgré l'augmentation exponentielle de ses recettes ne reçoive pas la considération qu'il mérite selon lui.

Voilà ce que je peux dire d'une façon très générale sur le Staatsballett. J'ajoute que leur site est très bien fait : outre le trombinoscope de tous les danseurs, on y trouve régulièrement des podcasts sur les activités de la compagnie.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 23754

MessagePosté le: Ven Mai 09, 2008 5:07 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Bienvenue Maud et merci d'avoir pris la peine de nous livrer en détail vos observations sur le ballet de Berlin. Si vous avez l'occasion de revoir des spectacles de ballet en Allemagne ou ailleurs, n'hésitez pas!


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Maud



Inscrit le: 07 Jan 2008
Messages: 2

MessagePosté le: Ven Mai 09, 2008 7:00 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci de votre accueil, Haydn. Je réponds dès maintenant à votre invitation en vous livrant, comme annoncé, quelques-unes de mes impressions sur la représentation du Lac des cygnes du 24 avril. Je m'excuse si elles ne sont pas très précises, car non seulement je tarde à vous la livrer, mais en plus, je ne trouve plus mon "petit programme" (la fiche de distribution, à Berlin, est payante et est vendue pour une somme modique sous le nom de "petit programme", le "grand programme" se présentant sous la forme d'un véritable livre, en hardcover).

Ce spectacle, présenté dans la version de Patrice Bart réunissait le couple Semionova-Malakhov dans les rôles-titres, avec Martin Buczko dans le rôle de Rothbart et Nadja Saidakova dans celui de la reine, ces deux rôles étant dansés. C'est Marian Walter qui incarnait Benno, avec qui le prince entretient une amitié amoureuse dans la version de Patrice Bart, et qui prévient la reine de la rencontre du prince avec Odette.
Le Lac de Patrice Bart est un drame de l'enfermement et de la jalousie particulièrement étouffant, dans lequel Siegfried est chosifié par sa mère, ainsi que le montre bien le prologue, très réussi. C'est la reine, castratrice, qui est la figure tutélaire du drame : elle y précipite l'issue finale et c'est sur sa douleur d'avoir perdu son enfant que s'achève le ballet. Si la relecture de Patrice Bart amplifie de manière intéressante la dimension réflexive du ballet, de nombreux morceaux d'anthologies ont malheureusement été retouchés (mais pourquoi avoir introduit ces arabesques penchées dans la diagonale de la variation d'Odette ?) et la chorégraphie du premier acte est assez pesante. Comme souvent chez Patrice Bart, ce sont les danses de caractères, au second acte, qui sont les plus réussies.
La petite scène du Staatsoper voit ses 24 cygnes évoluer avec peine et l'amplitude des mouvements du corps de ballet est réduite. Celui-ci semble toutefois de plus en plus homogène et est d'un bon niveau technique.
La reine de la soirée fut évidemment Polina Semionova, dont les jeunes admiratrices remplissaient les troisièmes loges et qui a été à la hauteur de sa réputation. Mademoiselle Semionova est une Odette surnaturelle, pudique et musicale, à la maturité exceptionnelle et à la très grande maîtrise technique. Malheureusement et malgré son talent, l'émotion qu'elle dégage en Odette n'est pas à la hauteur de son Odile, mais cela a certainement à voir avec quelques bizarreries chorégraphiques. En Odile - son rôle phare - elle irradie : plus imposante que séductrice, plus fatale que méchante, elle est à couper le souffle. Les amateurs de virtuosité auront apprécié la série de doubles fouettés (une bonne douzaine), bien maitrisés et très propres. A ses côtés, Vladimir Malakhov, qui redansait pour la première fois un ballet complet après son opération du genou, a semblé très diminué. Toutefois, son lyrisme et ses qualités d'interprète ne l'ont pas quitté : c'est lui qui incarne le trouble identitaire qui constitue le fil dramatique du ballet. Vladimir Malakhov est un Siegfried souffrant, accablé, jusque dans ses duos avec Odette : toute son interprétation est tendue vers sa mort. Au premier acte, Marian Walter a montré à quel point il était digne d'incarner des rôles de soliste : tant dans le pas de trois que dans les parties mimées, il a montré son élégance naturelle et son engagement. A ses côtés, Gaela Pujol et Corinne Verdeil dansaient le pas de trois. Si mademoiselle Pujol n'a pas démérité, une certaine raideur dans le travail du buste donne un aspect scolaire à sa danse. Quant à Corinne Verdeil, si elle n'est pas l'une des meilleures techniciennes de la compagnie, elle possède une joie de danser qui fait plaisir à voir. Enfin, le public a donné une mention spéciale à Martin Buczko, qui éclipsait presque Nadja Saidakova dans le pas de deux de la reine et de Rothbart. Ce danseur, qui est également chorégraphe, est un acteur-né et l'une des personnalité les plus marquantes de la compagnie.
L'orchestre de la Staatskapelle fut loin d'être irréprochable, entre ses petits et ses gros couacs : la fin du pas de deux du cygne noir a même été totalement gâchée.
Comme à son habitude, le public berlinois a été particulièrement respectueux, réservant ses cris et ses applaudissements sans fin au salut final.
Le Staatsballett, malgré le talent de ses solistes, n'est pas l'opéra de Paris, mais il semble en constant progrès et irradie par sa joie de danser.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 18078

MessagePosté le: Jeu Avr 09, 2009 8:38 am    Sujet du message: Répondre en citant

La saison 2009/2010 du Staatsballett Berlin est parue, et parmi les premières, on signalera l'entrée au répertoire de la Blanche-Neige d'Angelin Preljocaj en septembre prochain, la reconstruction d'un ballet de Jean Coralli (musique: Friedrich Burgmüller), La Péri, par Vladimir Malakhov en février 2010, ainsi que la création d'un ballet du danseur berlinois Ronald Savkovic, Eine kurze Geschichte der Zeit (Une brève histoire du temps), d'après Stephen Hawking, en avril 2010.
Concernant la saison actuelle, un ballet signé Patrice Bart (qui a monté des ballets à plusieurs reprises à Berlin), Das flammende Herz (Le Coeur ardent), sur la musique de Mendelssohn, sera créé en juin.



Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
nabucco



Inscrit le: 14 Mar 2007
Messages: 1462

MessagePosté le: Jeu Avr 09, 2009 9:34 am    Sujet du message: Répondre en citant

Pour la Blanche-Neige de Preljocaj, l'entrée au répertoire a déjà eu lieu ces jours-ci...


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 18078

MessagePosté le: Jeu Déc 03, 2009 10:17 am    Sujet du message: Répondre en citant

C'est Diana Vichneva qui fera la première de La Péri le 27 février prochain.

La Péri - chor: Vladimir Malakhov, d'après Jean Coralli, mus. Friedrich Burgmüller


Carlotta Grisi (la Péri) et Lucien Petipa (Achmet)
Source: BnF


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Enya



Inscrit le: 26 Aoû 2005
Messages: 638

MessagePosté le: Ven Déc 04, 2009 6:15 am    Sujet du message: Répondre en citant

Iana Salenko wird mit Deutschem Tanzpreis 2010 geehrt

With google translation below Wink Razz :

"Iana Salenko honoré de danse allemande Award 2010

Berlin (DDP) L'Ukrainien Iana Salenko obtenu le prix allemand Dance Award "futures" 2010e Ces bourses donnent l'Association de promouvoir l'art de la danse en Allemagne et l'Association allemande pour la danse professionnelle à l'éducation chaque année le talent exceptionnel de jeunes, en tant que porte-parole pour le Ballet d'Etat a annoncé mardi à Berlin.

Les primés artiste de Kiev est engagé depuis 2005 que la danseuse solo au sein du Ballet d'Etat de Berlin. Pour voir qu'il était, entre autres, Vladmir Malakhovs «Cendrillon» et Olga dans John Cranko "Onéguine". «Cette récompense est une merveilleuse reconnaissance de ma carrière jusqu'à présent et également un encouragement pour l'avenir. J'adore mon travail beaucoup et espère, peut encore faire beaucoup", a déclaré Salenko. Le prix est remis le 27 Février lors d'une cérémonie de gala au Théâtre Aalto d'Essen.

Mardi 01 Décembre 2009 (14:11)"

Le site d'Iana Salenko et Marian Walter (soloist au Staatsballett Berlin): http://www.walter-salenko.de/ Cool


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Enya



Inscrit le: 26 Aoû 2005
Messages: 638

MessagePosté le: Ven Mar 05, 2010 3:41 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Il y a beaucoup de belles photos de la la première de La Péri le 27 février sur le site du Staatsballett Berlin, avec notamment Diana Vishneva (La Peri), Vladimir Malakhov (Prinz Achmed) et Beatrice Knop (Nourmahal, r.):

http://www.staatsballett-berlin.de/home2/detail.php?id_page=15625&id=1&id_language=2&bereich=none&active=


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 18078

MessagePosté le: Mer Juin 09, 2010 8:33 am    Sujet du message: Répondre en citant

Difficile de résister à ces quelques images de La Péri, fruit d'un improbable mariage entre un Corsaire et une Bayadère (perturbé par une Sylphide), avec Diana Vichneva, Vladimir Malakhov, Beatrice Knop, et un corps de ballet très séduisant : http://www.youtube.com/watch?v=wj5YlujqC9E
D'autres vidéos présentent quelques productions berlinoises.

Le ballet de Perrot, remonté par Malakhov, sera repris la saison prochaine, en octobre-novembre. A noter qu'en avril-mai 2011, le Ballet de Berlin reprendra La Esmeralda du Bolchoï.




Dernière édition par sophia le Mer Juin 09, 2010 8:42 am; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
nabucco



Inscrit le: 14 Mar 2007
Messages: 1462

MessagePosté le: Mer Juin 09, 2010 8:41 am    Sujet du message: Répondre en citant

Je vais essayer d'aller voir ce ballet en novembre, auquel cas je ne manquerai pas, évidemment, d'en rendre compte ici...


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 23754

MessagePosté le: Ven Juin 18, 2010 9:59 am    Sujet du message: Répondre en citant

Peu après l'Opéra de Paris, c'est le Staatsballett de Berlin qui met la Bayadère à l'affiche, du 19 juin au 4 juillet 2010.

Représentations le 19, 20 et 22 juin ainsi que le 1er et le 4 juillet.

Nikiya : Beatrice Knop (19.6. | 22.6. | 4.7.), Shoko Nakamura (20.6. | 1.7.)

Solor : Dmitry Semionov (19.6. | 22.6. | 4.7.), Mikhail Kaniskin (20.6. | 1.7.)

Gamzatti : Elena Pris (19.6. | 22.6. | 4.7.), Elisa Carrillo Cabrera (20.6. | 1.7.)


Chorégraphie et mise en scène : Vladimir Malakhov d'après Marius Petipa
Décors et costumes : Jordi Roig
Direction musicale : Michael Schmidtsdorff (que les ballettomanes parisiens connaissent bien, puisque c'est lui qui a dirigé toutes les représentations de la Dame aux camélias).


Durée : 2h50

Billets de 17à 82 €
Location (+49 0)30 206092630 | tickets@staatsballett-berlin.de

Le service de presse du Staatsballet de Berlin nous fait par ailleurs parvenir quelques photos promotionnelles du spectacle :









Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2, 3 ... 17, 18, 19  Suivante
Page 1 sur 19

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous pouvez voter dans les sondages de ce forum


Nous Contacter
Powered by phpBB © phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com