Dansomanie Index du Forum
Connexion S'enregistrer FAQ Liste des Membres Rechercher Dansomanie Index du Forum

Dansomanie au Prix de Lausanne 2008
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 16915

MessagePosté le: Ven Fév 01, 2008 7:46 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'aurai l'occasion d'en parler plus en détails, mais l'organisation du Prix de Lausanne 2008 a changé par rapport aux années précédentes. Cette année en effet, les candidats sont séparés en deux tranches d'âge, les 15-16 ans et les 17-18 ans, et doivent chacun présenter sur scène deux variations, une variation classique (au lieu de deux) et une variation de John Neumeier (qui fait office de variation contemporaine et remplace la variation Kylian de ces deux dernières années).

Variations classiques - Candidat(e)s âgé(e)s de 15 et 16 ans

Filles

- Giselle, solo du pas de deux des Vendangeurs, 1er acte

- Fête des Fleurs à Genzano

- Coppélia, variation de Swanilda, 1er acte, scène 1

- La Bayadère, 1ère, 2ème ou 3ème variation soliste du 2ème ou du 3ème acte (le Royaume des Ombres)


Garçons

- Giselle, solo du pas de deux des Vendangeurs, 1er acte

- Fête des Fleurs à Genzano

- Coppélia, variation de Frantz, 1er acte, scène 1

- La Fille mal gardée (Alexandre Gorsky)

- Le Lac des cygnes, solo du pas de trois, 1er acte



Variations classiques - Candidat(e)s âgé(e)s de 15 et 16 ans

Filles

- Giselle, variation de Giselle, 1er acte

- La Belle au bois dormant, variation d'Aurore, 3ème acte

- Don Quichotte, variation de Kitri du pas de deux

- Raymonda, variation de Raymonda, Tableau du Rêve, 1er acte

- La Bayadère, variation de Gamzatti du Grand pas de deux


Garçons

- Giselle, variation du Prince Albrecht, 2ème acte

- La Belle au bois dormant, variation du Prince Désiré, 3ème acte

- Don Quichotte, variation de Basile du pas de deux

- Le Corsaire, variation du pas de deux

- La Sylphide (Bournonville - Lovenskjold), solo de James, 1er acte



Variations de John Neumeier

Filles

- A Cinderella Story

- Bach Suite II

- Nocturnes

- Préludes CV

- Requiem

- Vaslaw (filles)


Garçons

- Le Sacre

- Nijinsky

- Spring and Fall

- Vaslaw (garçons)

- Wrong Note Rag

- Yondering


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 16915

MessagePosté le: Ven Fév 01, 2008 10:13 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Jeudi 31 janvier

Où l'on découvre l'édition 2008 du Prix de Lausanne...

C’est sous un soleil radieux et des températures bien peu hivernales, du moins telles qu’on peut les connaître traditionnellement en Suisse à cette période, que Lausanne nous accueille en ce jeudi 31 janvier, deux jours après l’ouverture officielle de son Prix annuel. Mais comme on le verra, ici aussi, les traditions s’usent. Car si le Palais de Beaulieu accueille toujours les candidats sur les hauteurs de la ville, le concours a quant à lui subi, depuis l’an dernier, quelques transformations notables dans son règlement et son organisation.

Cette année, en effet, il n’est plus question de quart de finale ni de demi-finale : tous les candidats sélectionnés pour le Prix – ils sont 74 au total (52 filles et 22 garçons) – sont évalués quatre jours durant et restent à demeure au moins jusqu’au samedi, jour où le jury tranche enfin, à l’issue des épreuves sur scène qui décideront de la petite vingtaine de danseurs considérés dignes de concourir pour la finale du dimanche. Par ailleurs, considérant qu’il était difficile et illusoire d’appréhender de la même manière de jeunes danseurs à la maturité différente (et l’on sait qu’à l’adolescence, une ou deux années en plus ou en moins changent beaucoup les choses), les organisateurs de la compétition ont décidé de regrouper les candidats, pour le travail de répétition des variations, par tranche d’âge, les 15-16 ans d’un côté et les 16-17 ans d’un autre. Les variations classiques qui leur sont proposées ne sont d’ailleurs pas les mêmes. Désormais donc, les danseurs sont vus et notés par le jury lors de deux ateliers – un atelier d’expression artistique et un atelier contemporain – et lors de deux épreuves sur scène au cours desquelles ils doivent présenter une variation classique et une variation de John Neumeier, également Président du jury de cette édition. La note fixée par le jury pour chaque candidat dépend de ces quatre éléments dont aucun n’est privilégié par rapport à l’autre. Encore une fois – même si la présence de John Neumeier y est probablement pour quelque chose -, le Prix de Lausanne, qui n’a au demeurant cessé d’évoluer depuis sa création, se distingue des compétitions de danse traditionnelles, où la technique et la virtuosité classiques restent les critères discriminants de réussite, pour se concentrer davantage sur la dimension artistique et la capacité d’improvisation des danseurs. Cela nous promet en tout cas pour samedi des sélections-marathon, puisque tous les candidats monteront ce jour-là sur scène…

Répétitions des variations classiques - Monique Loudières - Filles 17-18 ans

Le jeudi après-midi, à peine arrivée au Théâtre de Beaulieu, on entre fatalement, et très vite, dans le vif du sujet, avec les répétitions, sur la scène du théâtre, des variations classiques pour les filles de 17-18 ans, dirigées avec toujours autant d’élégance et de finesse par Monique Loudières, fidèle au Prix depuis plusieurs années. Difficile de faire un choix, puisque parallèlement a lieu un atelier contemporain en présence du jury et les répétitions des variations classiques des garçons avec Sergiu Stefanschi. Disons que cette année - hasard ou volonté délibérée ? – on aura plutôt privilégié les filles, nettement plus nombreuses il est vrai. Les Asiatiques – en l’occurrence des Japonaises en majorité dans ce groupe précis - sont toujours là, avec leurs chignons impeccables, leur grâce et leur fascinante concentration, mais on remarque aussi les Australiennes venues en nombre cette année à Lausanne. Force est de dire, en anticipant sur la suite, que ce groupe ne nous aura pas autant éblouie que les plus jeunes le lendemain. Aucune candidate ne semble dominer véritablement sur tous les plans, même si les Australiennes marquent incontestablement la scène par leurs fortes personnalités. Charlotte O’Donnell-Barber montre ainsi beaucoup d’assurance et de puissance dans la variation de Giselle, tandis que Kristy Lee Corea séduit par une vivacité et une énergie fort à propos dans celle de Kitri. Des qualités que l’on retrouve dans la même variation chez l’explosive Nancy Osbadelston, venue de l’English National Ballet School (cette année, elle est la seule représentante de la Grande-Bretagne, alors que les Anglais étaient venus en force lors de l’édition précédente). La petite Turque Gozde Ozgur, qui est en quelque sorte la candidate par procuration des Suisses puisqu’elle étudie à Zürich, révèle elle aussi de belles qualités scéniques. La Lituanienne Kristina Gudziunaite qui, étant la plus âgée, terminait la séance, fait montre d’un véritable travail stylistique, où l’on perçoit toute l’école russe à laquelle elle a dû être formée, dans la variation d’Aurore.

Monique Loudières, en tant que répétitrice, privilégie dans son travail l’expression artistique et la musicalité : il s’agit ainsi toujours de donner une intention au geste et un sens à la variation. C'est dans cette perspective que les jeunes danseuses sont reprises et guidées. Elle a toutefois été amenée à corriger, notamment dans la variation de Giselle, certaines candidates qui exécutaient une sorte de battement arrière, inadéquat d’un point de vue chorégraphique et stylistique, là où la jambe de la danseuse doit faire un grand rond de jambe menant à une attitude arrière, comme une sorte de respiration de bonheur marquée par le personnage. Comme cela m'a été précisé par Monique Loudières un peu plus tard, la responsabilité en revient en partie à l’apprentissage des variations par le biais d'une vidéo officielle (les variations imposées sont interprétées par d'anciens lauréats du Prix), envoyée aux candidats, qui comportait en l’espèce, sinon une erreur, du moins une approximation visuelle. Néanmoins, les candidats apportent souvent des aménagements chorégraphiques (dont ils se doivent de faire part au jury au préalable) liées aux versions en cours dans leur pays d'origine. Ainsi, une candidate australienne a présenté la variation de Giselle dans la version de Maina Gielgud, tandis qu'une autre interprétait celle de Kitri dans la version de Noureev. On a pu voir également, parmi d'autres exemples, une candidate néerlandaise danser la variation d'Aurore dans l'arrangement de Sir Peter Wright. Monique Loudières souligne à juste titre que toutes les versions chorégraphiques ne possèdent ni la même valeur ni la même pertinence stylistique, et le discernement lié au travail de correction du professeur avec lequel répète le candidat n'est pas non plus à négliger, en marge de l'utilisation "aveugle", ou tout du moins naïve, d'une vidéo qui présente forcément des imperfections.

A l’issue de cette répétition, un petit passage devant l’atelier contemporain conduit par Samuel Wuersten nous aura permis d’apprécier les fortes personnalités, toutes remarquables et déjà affirmées, que paraît contenir cette année le groupe des garçons, Brésiliens en tête et en fête. A confirmer samedi lors des épreuves sur scène…


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 16915

MessagePosté le: Sam Fév 02, 2008 12:09 am    Sujet du message: Répondre en citant

Vendredi 1er février

Où, entre mille autres choses, l’on rencontre deux candidates françaises…

En cette année 2008, la France, traditionnellement présente à Lausanne au travers de quelques candidats - même si elle ne s’y fait plus guère remarquer depuis quelques années déjà –, compte six participantes, toutes venues de villes et d’écoles différentes.

Camille de Bellefon a 17 ans et n’aime pas qu’on lui rappelle qu’elle a été un jour l’héroïne d’un documentaire sur le CNSM de Paris, que toutes les petites apprenties-danseuses de France doivent pourtant connaître. L’adolescente a en effet grandi, depuis le tournage et la diffusion par Arte d’Un jour, je serai danseuse, et c’est vers l’avenir qu’elle préfère à présent se tourner, même si elle évoque pour nous, en quelques traits, le passé de ses années de formation. Originaire de Bretagne, la demoiselle tient d’abord à rappeler qu’elle a étudié durant cinq ans dans une école de danse de Lannion, auprès de professeurs issus de l’Opéra, avant d’intégrer le CNR de Paris, puis le CNSM, où elle est élève depuis quatre ans. Elle y suit actuellement sa dernière année de formation, avant d'intégrer l'an prochain le Junior Ballet. C’est Jennifer Goubé qui l’a repérée plus jeune et la suit encore aujourd’hui. C’est elle également qui l’a incitée à se présenter au Prix de Lausanne et l’y a préparée. Le Prix de Lausanne lui offre d'abord l’immense privilège de monter enfin sur scène, sa motivation première. Depuis son enfance, elle suit le concours et s’y retrouver comme candidate est un peu la réalisation d’un rêve de petite fille.

Camille de Bellefon a commencé à travailler la variation classique (La Belle au bois dormant, variation d’Aurore, acte III) en novembre et la variation de Neumeier (Nocturnes) fin décembre auprès de Jennifer Goubé et de danseurs de son entourage. Toutes deux ont d’abord visionné l’ensemble des variations proposées par le concours, et le professeur a ensuite opté pour la variation d’Aurore, celle qui se trouve être la plus en accord avec la personnalité et les qualités techniques de Camille. Celle-ci ne prétend pas être une grande virtuose, telles les Coréennes, et juge cette variation plus aisée à exécuter que, par exemple, la variation de Giselle.

Quelles sont alors ses attentes personnelles concernant ce Prix ? Bien sûr, aller en finale - même si la jeune danseuse avoue ne pas se faire trop d’illusions à ce sujet -, mais surtout, rencontrer et connaître des gens différents, se faire repérer par un chorégraphe ou un directeur de compagnie. Ses rêves d’avenir la portent vers l’Opéra de Paris ou le Ballet de Hambourg, quoi qu’il en soit vers une grande compagnie, "plutôt classique" selon ses dires.

L’esprit enthousiaste et ouvert, d’une grande maturité semble-t-il, la jeune danseuse ne craint pas d’exprimer par ailleurs son admiration pour certaines candidates australiennes ou anglaise ou encore pour les garçons à la forte personnalité qui participent au Prix de cette année. Elle juge le concours très professionnel et affirme ainsi privilégier son intérêt personnel et artistique plutôt que l’esprit de compétition.


******


De deux ans plus jeune que Camille de Bellefon, affublée d’un dossard n°1 qui porte, qu'on le veuille ou non, l'attention sur elle, Marie Varlet est, avec ses quinze ans et deux mois, la plus jeune candidate du Prix de Lausanne 2008. Elle n’en révèle pas moins une personnalité déjà très affirmée que l’on remarque aussi sur scène, sous des dehors encore enfantins.

La jeune adolescente vient du Nord, plus précisément de Saint-Quentin, et d’une école privée "pas connue du tout" dirigée par son professeur, Catherine Petit. Elle a débuté la danse à l’âge de 4 ans, et poursuit actuellement une scolarité par correspondance qui lui permet de prendre des cours de danse de manière quasi-professionnelle.

Elle aussi est venue à Lausanne pour rencontrer des gens différents, des directeurs de compagnie ou des chorégraphes. Marie Varlet, à tout juste quinze ans, ne cache pas son ambition – avouons que c’est plutôt rassurant et rafraîchissant de voir un tel esprit se développer chez une jeune danseuse française – et son désir de partir, éventuellement très loin de la France – et pourquoi pas à New-York ? – pour réaliser son rêve.

Depuis qu’elle a été sélectionnée, elle travaille la variation de la 2ème Ombre de La Bayadère, qu’elle a elle-même choisie, à raison de 2 heures par jour environ. Quant à la variation de Neumeier, elle lui permet d’aborder pour la première fois, en-dehors d’un stage effectué à la Royal Ballet School, le répertoire contemporain. Elle reconnaît apprécier beaucoup la variation de Requiem (chorégraphiée sur des chants grégoriens) qu’elle présente, même si les qualités exigées sont d’après elle à l’opposé de ce que l’on cherche en classique : dans le classique, il s’agit d’avoir le corps tenu, ou en élévation, alors que dans le répertoire de Neumeier, il s’agit au contraire de relâcher.

La meilleure élève de la petite école de Saint-Quentin juge que sa sélection pour le Prix de Lausanne est déjà un signe d’encouragement pour elle : loin de craindre la concurrence ou d’être découragée par le niveau d’excellence de nombre de candidates, elle affirme que cet environnement exceptionnel la motive encore plus à travailler et à réussir.


Le Prix de Lausanne continue demain avec aujourd'hui... Et le reste...


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 22847

MessagePosté le: Sam Fév 02, 2008 12:53 am    Sujet du message: Répondre en citant


Marie Varlet - Requiem, John Neumeier


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 22847

MessagePosté le: Sam Fév 02, 2008 1:13 am    Sujet du message: Répondre en citant

Pour Lalouveblanche :



Camille de Bellefon


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 16915

MessagePosté le: Sam Fév 02, 2008 8:50 am    Sujet du message: Répondre en citant

Sur TSR, un petit reportage sur le Prix de Lausanne:
http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=500000&bcid=558952#vid=8682514

Interview sur la scène du Palais de Beaulieu de Patricia Leroy, secrétaire général du Prix de Lausanne:
http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=500000&bcid=558952#vid=8682517


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 22847

MessagePosté le: Sam Fév 02, 2008 9:02 am    Sujet du message: Répondre en citant

Et pour Suzy, Sophia nous envoie tout exprès une photo de Vanessa Dirven :



Vanessa Dirven (11 - France - Ecole supérieure de danse - 15/9), Nocturnes (Frédéric Chopin - John Neumeier)


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
lalouveblanche



Inscrit le: 30 Oct 2005
Messages: 466

MessagePosté le: Sam Fév 02, 2008 10:52 am    Sujet du message: Répondre en citant

haydn a écrit:
Pour Lalouveblanche :



Camille de Bellefon



Merci. Very Happy Rolling Eyes Wink



_________________
http://www.keithewolf.com
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
CarolinaM



Inscrit le: 19 Jan 2007
Messages: 238
Localisation: Barcelona

MessagePosté le: Sam Fév 02, 2008 4:53 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Mille mercis Sophia!

Est-ce qu'on pourrait aussi savoir comment ça se passe pour les jeunes Aleix Martínez et Elisa Badenes?

Et si jamais vous auriez une photo ça serait super!! Smile

C'est vraiment un luxe pour les dansomaniaques d'avoir des nouvelles on-line sur cet important prix.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 16915

MessagePosté le: Sam Fév 02, 2008 6:31 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Aujourd'hui avaient donc lieu les sélections pour la finale de demain. Comme je l'ai expliqué précédemment, le nouveau règlement de la compétition a permis aux 74 candidats du Prix de Lausanne 2008 de monter sur scène et de présenter leurs deux variations devant le jury. Ce matin, de 10h à 13h (en réalité, les horaires étaient un peu décalés, le jury n'étant pas suisse!), nous avons pu voir les variations des 15-16 ans, et cet après-midi, c'était le tour des 17-18 ans. Les résultats devraient être annoncés d'ici une trentaine de minutes, je suppose... Il ne restera alors plus qu'une vingtaine de candidats qui auront la possibilité et la chance de disputer la finale de dimanche.

Quant aux deux candidats espagnols, Elisa Badenes Vazquez et Aleix Martinez, je pense qu'ils ont fait honneur à leur pays, notamment le jeune garçon, et je m'efforcerai de trouver quelques clichés, Carolina... La France a aussi eu - enfin! - quelques candidates prometteuses et intéressantes, en particulier la jeune Vanessa Dirven, qui est élève chez Rosella Hightower à Cannes, il me semble (à vérifier toutefois). En tout cas, j'ai été agréablement surprise. Sinon, il est évident que la domination des Coréennes n'est pas près de s'achever. Et comme je l'ai suggeré, l'Australie et le Brésil arrivent à présent en force, avec des personnalités très impressionnantes chez les garçons et/ou chez les filles...

A bientôt pour les compte-rendus de cette longue journée...


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 16915

MessagePosté le: Sam Fév 02, 2008 8:30 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Le jury a, semble-t-il, prolongé ses délibérations au-delà de l'heure annoncée pour finalement sélectionner 21 candidats pour la finale de demain. La foule regroupée à l'arrière-scène du Théâtre de Beaulieu vient à l'instant de voir s'afficher les numéros cerclés de noir des candidats dont voici la liste:

10 - Grete Sofie Nybakken - 15/9 - Norvège
Variation classique: Coppélia, variation de Swanilda (Léo Delibes - Arthur Saint-Léon)
Variation Neumeier: A Cinderella Story (Serge Prokofiev - John Neumeier)

26 - Yang Chae Eun - 16/5 - Corée
Variation classique: La Bayadère, 1ère Ombre (Léon Minkus - Marius Petipa)
Variation Neumeier: Vaslaw (J.S. Bach - John Neumeier)

31 - Marcella de Paiva - 16/8 - Brésil
Variation classique: Coppélia, variation de Swanilda (Léo Delibes - Alicia Alonso)
Variation Neumeier: Bach Suite II (J.S. Bach - John Neumeier)

33 - Lili Felméry - 16/10 - Hongrie
Variation classique: Coppélia, variation de Swanilda (Léo Delibes - Arthur Saint-Léon)
Variation Neumeier: Nocturnes (Frédéric Chopin - John Neumeier)

41 - Marcelina Libao Jr - 15/4 - Philippines
Variation classique: Le Lac des cygnes (Piotr Tchaïkovsky - Marius Petipa)
Variation Neumeier: Yondering (Stephen Foster - John Neumeier)

44 - Renan Cerdeiro - 15/8 - Brésil
Variation classique: Coppélia, variation de Frantz (Léo Delibes - Arthur Saint-Léon)
Variation Neumeier: Wrong Note Rag (Leonard Bernstein - John Neumeier)

45 - Aleix Martinez - 15/8 - Espagne
Variation classique: Fête des Fleurs à Genzano (Edward Helsted - Aruguste Bournonville)
Variation Neumeier: Spring and Fall (Antonin Dvorak - John Neumeier)

47 - Paul Russell - 16/1 - Australie
Variation classique: Le Lac des cygnes (Piotr Tchaïkovsky - Marius Petipa)
Variation Neumeier: Spring and Fall (Antonin Dvorak - John Neumeier)

49 - Dylan Tedaldi - 16/10 - USA
Variation classique: Giselle, Vendangeurs (Adolphe Adam - Marius Petipa
Variation Neumeier: Nijinsky (Dimitri Chostakovitch - John Neumeier)

60 - Charlotte O'Donnell-Barber - 17/4 - Australie
Variation classique: Giselle (Adolphe Adam - Maina Gielgud)
Variation Neumeier: A Cinderella Story (Serge Prokofiev - John Neumeier)

64 - Akane Takada - 17/9 - Japon
Variation classique: Giselle (Adolphe Adam - Hiromi Takahashi)
Variation Neumeier: Nocturnes (Frédéric Chopin - John Neumeier)

65 - Jessica Lee Fyfe - 17/9 - Australie
Variation classique: Raymonda, Tableau du Rêve (Alexandre Glazunov - Marius Petipa)
Variation Neumeier: Nocturnes (Frédéric Chopin - John Neumeier)

67 - Kristy Lee Corea - 18/3 - Australie
Variation classique: Don Quichotte, variation de Kitri (Léon Minkus - Rudolf Noureev)
Variation Neumeier: Bach Suite II (J.S. Bach - John Neumeier)

70 - Gozde Ozgur - 18/5 - Turquie
Variation classique: Don Quichotte, variation de Kitri (Léon Minkus - Patrice Bart)
Variation Neumeier: Bach Suite II (J.S. Bach - John Neumeier)

72 - Nancy Osbaldeston - 18/7 - Grande-Bretagne
Variation classique: Don Quichotte, variation de Kitri (Léon Minkus - Marius Petipa)
Variation Neumeier: Bach Suite II (J.S. Bach - John Neumeier)

80 - Irlan Silva - 17/5 - Brésil
Variation classique: Le Corsaire (Adolphe Adam - Joseph Mazilier)
Variation Neumeier: Nijinsky (Dimitri Chostakovitch - John Neumeier)

81 - Ricardo Santos - 17/5 - Brésil
Variation classique: Le Corsaire (Adolphe Adam - Joseph Mazilier)
Variation Neumeier: Spring and Fall (Antonin Dvorak - John Neumeier)

82 - Balazs Majoros - 17/6 - Hongrie
Variation classique: Le Corsaire (Adolphe Adam)
Variation Neumeier: Vaslaw (J.S. Bach - John Neumeier)

84 - Kyle Davis - 17/9 - USA
Variation classique: Giselle, variation d'Albrecht (Adolphe Adam - Mikhaïl Barychnikov)
Variation Neumeier: Spring and Fall (Antonin Dvorak - John Neumeier)

88 - Joakin Adeberg - 18/4 - Suède
Variation classique: La Belle au bois dormant, variation du Prince Désiré (Piotr Tchaïkovsky - Marius Petipa)
Variation Neumeier: Nijinsky (Dimitri Chostakovitch - John Neumeier)

90 - Rodrigo Hermesneyer - 18/6 - Brésil
Variation classique: La Sylphide (Herman Lovenskjold - Auguste Bournonville)
Variation Neumeier: Yondering (Stephen Foster - John Neumeier)


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 16915

MessagePosté le: Sam Fév 02, 2008 8:46 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Sur le site du Prix de Lausanne, vous pouvez disposer de petites informations supplémentaires par rapport à ce que je viens de poster: la note obtenue par chaque candidat (sur 9) et l'école où ils ont été formés.
http://www.prixdelausanne.org/pdf/2008/Prix_de_Lausanne_2008_finalists.pdf

Félicitations à eux et bonne chance pour la finale de demain!


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 16915

MessagePosté le: Dim Fév 03, 2008 12:35 am    Sujet du message: Répondre en citant

Quelques remarques sur ces résultats avant des compte-rendus plus détaillés.

- La grosse surprise de cette année par rapport aux éditions précédentes, c'est la quasi-absence des représentants japonais, chinois ou coréens pour la finale, pourtant venus encore nombreux à Lausanne, du moins en ce qui concerne les Japonais et les Coréens (il n'y avait qu'un candidat chinois, Zou Long, demi-finaliste l'an dernier): seules une candidate japonaise et une candidate coréenne ont réussi à échapper au "massacre". En ce qui me concerne, je trouve toujours les danseuses coréennes exceptionnelles (pour beaucoup d'entre elles) sur un plan physique, technique et stylistique, mais cette année, il n'y avait probablement pas de Sae-Eun Park, le diamant qui avait remporté le Prix 2007, pour dominer le concours.

- Comme cela avait été précédemment suggéré, le Brésil et l'Australie ont su briller - et ô combien! - à l'occasion de la compétition, grâce à des candidats à la personnalité scénique et artistique déjà très affirmée et même, pour certains d'entre eux, impressionnante. On le constatera demain, sans nul doute, à l'occasion des résultats. Quoi qu'il en soit, ces deux pays comptabilisent à eux deux neuf finalistes. Le Prix de Lausanne a, plus encore que les années précédentes, semblé privilégier les tempéraments de solistes et par-là même le potentiel artistique, en mettant particulièrement en avant des qualités comme l'énergie et la puissance scéniques, très bien incarnées, à l'occasion de cette édition, au travers des Brésiliens et des Australiens. Les candidats venus du Brésil notamment, et sélectionnés pour la finale, n'ont pas forcément tous une technique impeccable ou très académique (comme on peut le voir souvent, et à l'inverse, chez les Coréennes), mais ils sont extraordinairement vivants et créatifs sur scène. Dans le même esprit, on notera la présence en finale d'un excellent candidat philippin.

- Parallèlement, les plus jeunes candidates, parmi lesquelles beaucoup d'Asiatiques, ont pu faire les frais de la sélection du jury. L'âge et surtout la maturité ont au contraire plutôt joué en faveur des danseurs, si l'on examine les résultats.

- L'Europe n'est pas oubliée avec deux candidats scandinaves qui ont surtout explosé chacun dans la variation de Neumeier, un très solide candidat espagnol (bravo l'Espagne, encore présente en finale cette année!), deux Hongrois très intéressants (bravo la Hongrie, deux candidats et deux finalistes!), et... une Anglaise bien sûr (en la voyant, on s'en serait un peu douté à vrai dire)... Faut-il encore évoquer la déroute, peu surprenante à ce stade, de la France?... Certaines candidates, comme Vanessa Dirven, Camille de Bellefon, ou la très jeune Marie Varlet, sont prometteuses et montrent de belles qualités - de ce point de vue, on ne pouvait qu'être agréablement surpris - mais à l'évidence, cela ne suffit pas, et sur nombre de plans, face à la "concurrence" internationale.

- N'oublions pas deux fantastiques Américains, qui allient puissance et élégance, et la jeune Turque, superbe danseuse élève à Zürich, qui a obtenu un beau succès auprès du public au chapitre de l'applaudimètre.


Une finale enthousiasmante s'annonce d'ores et déjà...


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
suzy



Inscrit le: 31 Déc 2003
Messages: 190
Localisation: liers belgique

MessagePosté le: Dim Fév 03, 2008 9:13 am    Sujet du message: Répondre en citant

merci pour la photo sophia, en fait vanessa fut aussi l'élève a l'école d'anvers et avant cela elle etais dans une école privée. Dommage pour cette candidate q'ellene soit pasen finale. Et en passant une de mes petites élèves de 9 ans a participé a un autre concours le prix Gabriel a bruxelles et a ue le premier prix dans ca categorie. bon c'est pas le prix de lausanne mais je suis fiere quand meme Laughing Wink


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 16915

MessagePosté le: Dim Fév 03, 2008 9:23 am    Sujet du message: Répondre en citant

Dimanche 3 février - Finale

Diffusion sur Mezzo de la finale à partir de 15h (rediffusions: jeudi 7 février 2008 à 20h30, dimanche 24 février 2008 à 17h).

Finale:

- Variation classique, filles et garçons
- Variation Neumeier, filles et garçons

Entracte (pendant les délibérations du jury):

- Opus 100 pour Maurice, ballet de John Neumeier
Chorégraphie: John Neumeier
Musique: Simon et Garfunkel
Texte tiré des Chaises de Ionesco
Interprété par Ivan Urban et Yohan Stegli (Ballet de Hambourg)
Créé le 20 décembre 1996 au Théâtre Métropole de Lausanne pour le 70ème anniversaire de Maurice Béjart

- Yondering
Chorégraphie: John Neumeier
Musique: Stephen Foster
Interprété par les élèves de l'Ecole du Ballet de Hambourg, de l'Ecole Nationale de Ballet du Canada, et de l'Ecole de danse de l'Opéra National de Paris
Créé en 1996 pour l'Ecole Nationale du Ballet du Canada, puis repris par l'Ecole du Ballet de Hambourg (1996), et l'Ecole de danse de l'Opéra National de Paris (1999)

Cérémonie de remise des prix


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante
Page 3 sur 7

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous pouvez voter dans les sondages de ce forum


Nous Contacter
Powered by phpBB © phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com