Dansomanie Index du Forum
Connexion S'enregistrer FAQ Liste des Membres Rechercher Dansomanie Index du Forum

Ballet de Stuttgart : actualités
Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Jonquille



Inscrit le: 22 Avr 2005
Messages: 1353

MessagePosté le: Lun Jan 01, 2007 4:08 pm    Sujet du message: Ballet de Stuttgart : actualités Répondre en citant

Je vois qu'aucun fil n'a été ouvert pour le Ballet de Stuttgart. Des infos sur le ballet (La Mégère apprivoisée) et les interprètes ?


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 23856

MessagePosté le: Lun Jan 01, 2007 7:45 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ni l'Opéra de Paris, ni le Ballet de Stuttgart ne donnent la moindre information sur les distributions - la première de la Mégère apprivoisée est dans quatre jours pourtant...

http://www.staatstheater.stuttgart.de/ballett/start.htm (rubrique "Tourneen")


A défaut, vous trouverez toujours sur le site du Ballet de Stuttgart, la liste complète des membres de la compagnie avec trombinoscope pour chaque artiste. Cela peut permettre de s'entraîner en prévision des représentations à venir.

Artistes du Ballet de Stuttgart


Et pour ce qui est des adaptations chorégraphiques shakespeariennes, nous comptons sur vous, Jonquille Wink


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 23856

MessagePosté le: Jeu Jan 04, 2007 1:06 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Quelques images de la création de la Mégère apprivoisée (Der Widerspenstigen Zähmung) le 16 mars 1969 à Suttgart :





John Neumeier / Egon_Madsen /Susanne Hanke



John Neumeier / Susanne Hanke / Heinz Clauss



Marcia Haydee / Egon Madsen / John Neumeier / Susanne Hanke / Heinz Clauss



Marcia Haydee / Richard Cragun



Marcia Haydee / Richard Cragun



Marcia Haydee / Richard Cragun / Leigh-Anne Griffiths / John Neumeier



Marcia Haydee / Richard Cragun / Susanne Hanke



Marianne Kruse / Ivan Liska



Richard Cragun / Marcia Haydee



Marcia Haydee / John Cranko en répétition


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
friday



Inscrit le: 19 Jan 2004
Messages: 164

MessagePosté le: Jeu Jan 04, 2007 1:25 pm    Sujet du message: Répondre en citant

l'AFP annonce aussi que le Ballet de Stuttgart (Allemagne) sera l'invité de l'Opéra de Paris pour six représentations de vendredi à mardi avec "La Mégère apprivoisée" du Britannique John Cranko (1927-1973), qui a consolidé le rayonnement international de cette compagnie de danse.
Le chorégraphe né en Afrique du Sud avait créé en 1969 à Stuttgart ce divertissement dansant devenu célèbre mais resté rare en France, où il a été vu à Paris au Théâtre de la Ville (1978) et au Théâtre des Champs-Elysées (1989), ainsi qu'au Capitole de Toulouse (2005).
Cette oeuvre en deux parties, tirée de la comédie (1592-1594) de William Shakespeare et accompagnée d'une musique inspirée par Domenico Scarlatti, raconte, entre danse et pantomime, l'histoire universelle de jeunes gens et jeunes filles en quête de mariage.
Le Ballet de Stuttgart est riche d'une longue histoire qui a connu des heures de gloire sous le règne du chorégraphe réformateur Jean-Georges Noverre dans les années 1760, puis avec l'arrivée dans les années 1820 de Philippe Taglioni et de sa fille Marie, pionnière de la danse sur pointes et en tutu.
Directeur de la compagnie pendant 12 ans (1961-1973), John Cranko, l'un des plus importants chorégraphes de la seconde moitié du XXe siècle, lui donnera une impulsion décisive en développant son répertoire et en élevant son niveau technique, notamment avec la Brésilienne Marcia Haydée, son interprète fétiche.
Le Ballet de Stuttgart, aujourd'hui dirigé par le Canadien Reid Anderson, avait déjà été invité à se produire sur la scène du Palais Garnier en 1992 avec deux programmes, "Onéguine" de Cranko et "Un tramway nommé désir" chorégraphié par l'Américain John Neumeier.
"La Mégère apprivoisée" sera représentée au même endroit vendredi, lundi et mardi à 19H30, samedi à 14H30 et 20H00 et dimanche à 14H30.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 23856

MessagePosté le: Jeu Jan 04, 2007 5:21 pm    Sujet du message: Répondre en citant

La Mégère apprivoisée, dont la dernière reprise parisienne date de juin 1989, au Théâtre des Champs-Elysées, avait reçu à l'époque un accueil plus que mitigé si on en croit la critique publiée alors par Gérard Mannoni dans le Quotidien de Paris, journal aujourd'hui disparu :


Citation:
Comment ne pas reconnaîre la déception engendrée par cette "Mégère apprivoisée"? Ballet célèbre, cité comme une référence dans l'histoire de la chorégraphie anecdotique d'après-guerre, l'oeuvre a terriblement vieilli. Créée en 1969, elle était défendue ici par deux solistes de grand renom, Birgit Kiel et Vladimir Klos. Marcia Haydée et Richard Cragun assurent les spectacles en alternance. Hormis l'intérêt présenté par les pas de deux interprétés avec esprit et qui contiennent quelques beaux passages de danse, l'ensemble du ballet paraît d'une extrême légèreté. Certes, on sourit à maintes reprises, mais comme on le ferait à Guignol ou devant un dessin animé.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 18144

MessagePosté le: Jeu Jan 04, 2007 6:12 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Sur le site de l'Opéra: la présentation du Ballet de Stuttgart et de La Mégère apprivoisée


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 18144

MessagePosté le: Ven Jan 05, 2007 9:44 am    Sujet du message: Répondre en citant

Sur le site de la John Cranko Gesellschaft:
http://www.johncrankogesellschaft.de/
vous trouverez dans la rubrique "Galerie" des photographies des ballets de John Cranko, parmi lesquels Der Widerspenstigen Zähmung (La Mégère apprivoisée).


source: http://www.johncrankogesellschaft.de/


source: http://www.johncrankogesellschaft.de/


source: http://www.johncrankogesellschaft.de/


Egalement, une liste de toutes les chorégraphies de Cranko dans la rubrique "John Cranko", puis "Der Mensch" et enfin "Choregraphien", ainsi que des liens vers une présentation de ses principaux ballets.

Présentation de La Mégère apprivoisée


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 23856

MessagePosté le: Sam Jan 06, 2007 12:11 am    Sujet du message: Répondre en citant

En attendant un commentaire détaillé, les distributions de ce soir, que malheureusement l'Opéra de Paris n'a pas jugé utile de communiquer au public au préalable. Il semblerait que deux distributions doivent alterner, un spectacle sur deux.


La Mégère apprivoisée

Chorégraphie : John Cranko

Musique : Kurt Heinz Stolze, d'après Domenico Scarlatti

Décors et costumes : Elisabeth Dalton

Orchestre Colonne, dir. musicale James Tuggle



Baptista : Rolando d'Alesio

Pas de photo disponible


Catarina : Sue Jin Kang




Bianca : Elena Tentschikowa




Lucentio : Marijn Rademaker




Gremio : Alexander Zaitsev




Hortensio : Stefan Stewart




Petrucchio : Filip Barankiewickz




Deux filles de joie : Oihane Herrero, Heather Chin




Un patron de taverne / Un prêtre : Thomas Danhel




Les valets de Petrucchio : Alexis Oliveira, Mikhail Soloviev, Alexander Teutscher, Arman Zazyan




Pas de six :

Elisa Carillo Cabrera, Magdalena Dziegielewska, Anna Osadcenko




Evan McKie, Dimitri Magitov, Roland Havlica





Dernière édition par haydn le Sam Jan 06, 2007 5:01 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 23856

MessagePosté le: Sam Jan 06, 2007 12:41 am    Sujet du message: Répondre en citant

Les avis des dansomaniaques présents à la représentation étaient très partagés, et en ce qui me concerne, je n'ai pas été réellement convaincu par la chorégraphie de Cranko. Mais je vous en reparlerai plus en détail demain.

A noter que le Ballet de Stuttgart avait transporté avec lui son propre plancher de danse (platelage en bois + balatum!) afin que les danseurs, déjà quelque peu déroutés par le plateau incliné à 5 degrés du Palais Garnier, ne perdent pas tous leurs repères et leurs sensations.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 18144

MessagePosté le: Sam Jan 06, 2007 10:31 am    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai pour ma part beaucoup apprécié ce ballet et ses interprètes.
J'ignorais tout de ce répertoire il y a peu, et j'avoue que je craignais un peu de voir une comédie de Shakespeare chorégraphiée... Si le ballet reste très narratif et au service de l'intrigue de la pièce, néanmoins la comédie l'emporte toujours grâce à une chorégraphie qui mêle constamment la danse et la pantomime, à rebours du ballet classique qui a plutôt tendance à les distinguer.

C'est donc à un type de spectacle inédit que nous avons assisté hier soir avec ce ballet-comédie (et non comédie-ballet!), ce ballet comique même. Avouons que l'intrusion du comique est rare dans la danse en général (ah! Mercutio!...), du moins dans celle que l'on nous propose, qu'elle soit classique ou contemporaine, a fortiori dirais-je pour cette dernière, tant celle-ci me semble dominée par l'esprit de sérieux. Cela dit, - deuxième digression -, il y a certainement tout un pan du répertoire chorégraphique qui a eu recours et à la comédie et au comique, il me semble notamment que cette dimension est bien présente dans les ballets de Bournonville.

Pour que la sauce prenne, il est nécessaire que les danseurs soient aussi d'excellents acteurs et je dois dire que les artistes du Ballet de Stuttgart, même si je ne possède pas de points de comparaison, réussissent fort bien à jouer sur tous ces registres. L'interprète du rôle de Petrucchio, - qui est donc le personnage principal, celui qui va épouser et apprivoiser la "Mégère" Catarina -, Filip Barankiewicz, est excellent, à la fois danseur virtuose et acteur formidable: séducteur, vulgaire et doté d'une grande puissance scénique, il possède vraiment la "vis comica"! Laughing A ses côtés, Sue Jin Kang réussit le tour de force d'interpréter de manière convaincante le rôle de la Mégère, un rôle quasi-exclusivement composé de pantomime, de la pantomime dansée certes, mais rappelons que la danse n'existe ici que peu pour elle-même, sinon dans le pas de deux final, qui est d'ailleurs le passage que j'ai le moins aimé, avec ses portés échevelés et impossibles que l'on retrouve dans La Dame aux camélias de Neumeier... Je ne suis pas certaine que j'apprécierais Sue Jin Kang dans un répertoire strictement classique, mais dans ce rôle de composition véritable (c'est une danseuse longiligne, très gracieuse, qui possède un physique assez glamour), son interprétation m'a paru absolument remarquable. Elena Tentschikowa, qui interprète Bianca, la gentille soeur, est un peu plus en retrait, -mais le rôle le veut aussi-, et sa danse n'est pas exempte de quelques raideurs. Ses trois prétendants, qui sont chacun des archétypes de Commedia dell'Arte (Hortensio le précieux, Lucentio l'étudiant, et Gremio le barbon), étaient eux aussi, à l'instar de Petrucchio, fort appréciables dans leurs rôles comiques.

Un spectacle qui vaut le détour, dirait le Guide Michelin... Mr. Green
Plus sérieusement, j'y suis allée par curiosité, pour mieux connaître et la compagnie de Stuttgart liée historiquement au nom de Cranko, et une oeuvre fameuse du Maître, et j'en suis sortie enchantée... J'ai oublié de mentionner la très jolie scénographie, dans un style renaissant un peu naïf qui n'a pas du tout vieilli... En revanche, les arrangements musicaux à partir de la musique de Scarlatti, jouant à l'image du décor sur des clichés archaïsants, ne sont pas toujours formidables...


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 18144

MessagePosté le: Sam Jan 06, 2007 12:41 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Sue Jin Kang sur "The Ballerina Gallery":
http://www.ballerinagallery.com/kang.htm

De belles photos (à agrandir) de Sue Jin Kang dans un autre ballet de Cranko, Onegin (à Vienne):
http://dance.smugmug.com/keyword/onegin

La ballerine d'origine coréenne a aussi une page web, mais quand même un peu pauvre (avec un lien, qui ne fonctionne pas d'ailleurs, sur le site de Yong-Geol Kim!!), où on la voit toutefois dans Notre-Dame de Paris aux côtés du même Yong-Geol Kim, lorsqu'ils dansaient tous deux encore en Corée:
http://user.chollian.net/~sjahn77/frame3.htm

Il y a également des photographies d'elle dans La Dame aux camélias sur le site du Ballet de Stuttgart (voir "Stücke A-Z"):
http://www.staatstheater.stuttgart.de/ballett/start.htm


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 23856

MessagePosté le: Sam Jan 06, 2007 1:21 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J’avoue, ne pas partager du tout l’enthousiasme de Sophia pour cette Mégère apprivoisée, non en raison de l’interprétation – tout à fait décente – qu’en ont donné les danseurs du ballet de Stuttgart, mais de la chorégraphie elle-même, qui pose à mon sens problème sur plusieurs points.


Sur un plan pratique, tout d’abord, on notera que la scène du Palais Garnier est sensiblement plus grande que celle du Staatstheater de Stuttgart (ouverture de 16m à Paris contre 12 m à Stuttgart), ce qui pouvait faire craindre quelques difficultés pour adapter le décor. De ce point de vue, il n’en a rien été, et l’effet optique de la jolie structure imaginée par Elisabeth Dalton n’a pas été altéré. Mais les dimensions plus vastes du plateau parisien ont néanmoins quelque peu dérouté les artistes du Ballet de Stuttgart, qui avaient tendance à danser un peu «petit», limitant trop l’amplitude des mouvements pour utiliser pleinement l’espace à leur disposition.


Mais au-delà de ces raisons techniques, c’est surtout à la chorégraphie que ce manque d’ampleur est imputable. John Cranko a voulu restituer dans son ouvrage l’essentiel des répliques de la pièce de Shakespeare [même s’il a procédé à quelques élagages en supprimant des personnages secondaires], ce qui le conduit à «étouffer » littéralement la danse par la pantomime. Les mouvements semblent systématiquement entravés et ne peuvent se développer jusqu’à leur terme, Cranko éprouve à chaque fois le besoin de retourner à la narration, qui tient une place démesurée dans ce ballet, au point que la danse « pure » y paraît quasiment inutile. Seules les deux sœurs, Bianca la douce et Catarina l’hystérique sont réellement caractérisées par la danse proprement dite (lyrisme de la première, agressivité, piquant de la seconde, Aurore et Kitri, en quelque sorte), tandis que tous les autres personnages ne sont véritablement construits que par la pantomime.

Cranko ne permet guère à la danse de s’épanouir que dans le pas de deux conclusif évoquant, Sophia l’a souligné, le style de John Neumeier, qui, rappelons-le, a collaboré à la création de La Mégère apprivoisée en 1969 (il interprétait le rôle de Hortensio), ainsi que dans la variation extrêmement virtuose de Petrucchio qui le précède.

Autre handicap pour cette adaptation shakespearienne, les médiocres arrangements musicaux réalisés par Kurt-Heinz Stolze à partir de sonates pour clavecin de Domenico Scarlatti, notamment plusieurs «essercizi per gravicembalo » composés en 1730 à l’intention de l’Infante d’Espagne, dont Scarlatti était le maître de musique. Stolze emprisonne ces pièces pétillantes dans un béton orchestral grisâtre et massif. La partition de Stolze trahit une regrettable absence de talent et d’imagination, et mène au désastre là où, dans un exercice analogue, Strawinsky touchait au génie lorsqu’il adapta Pergolèse pour son Pulcinella.

On remarquera par ailleurs que la musique, constituée d’une succession de pièces brèves, d’une durée de trois à quatre minutes, contribue aussi à donner cette sensation d’une danse toujours bridée dans ses envols.

Enfin, on notera que la version présentée par le Ballet de Stuttgart n’est pas tout à fait conforme à la chorégraphie originale de Cranko, avec remplacement du Pas de huit par un Pas de six au second acte, et suppression des rôles du Tailleur et du Chapelier.

L’interprétation elle-même ne porte pas vraiment à critique, et Filip Barankiewicz est un Petrucchio de grande classe, impressionnant dans les sauts et techniquement extrêmement sûr. De manière générale, les rôles principaux ont été bien servis, avec une mention particulière pour le Hortensio au fort tempérament incarné par Stefan Stewart. Dans le corps de ballet, on aura plus spécialement relevée la prestation de Magdalena Dziegielewska, très piquante et débordante de vitalité dans le Pas de six évoqué plus haut, aux côtés de Dimitri Magitov.

Précisons que si nous émettons à titre personnel des réserves sur la chorégraphie, le spectacle a été bien accueilli par le public.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 23856

MessagePosté le: Sam Jan 06, 2007 5:00 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Deuxième distributions, pour ceux qui iraient ou sont allés la voir aujourd'hui :


Baptista : Kurt Speker

Pas de photo disponible


Catarina : Katja Wünsche




Bianca : Elisa Carillo Cabrera




Lucentio : Evan Mckie




Gremio : Rolando d'Alesio

Pas de photo disponible


Hortensio : Dimitri Magitov




Petrucchio : Jason Reilly




Deux filles de joie : Oihane Herrero, Heather Chin




Un patron de taverne / Un prêtre : Thomas Danhel




Les valets de Petrucchio : Alexis Oliveira, Mikhail Soloviev, Alexander Teutscher, Arman Zazyan




Pas de six :

Katarzyna Kozielska, Laura O'Malley, Daniela Lanzetti




William Moore, Damiano Pettenella, Laurent Guilbaud



Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
laurence



Inscrit le: 16 Juin 2006
Messages: 430
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim Jan 07, 2007 12:51 am    Sujet du message: Répondre en citant

Pour faire bref... je suis sortie à l'entracte... Rien de shakespearien dans cet chorégraphie (ah le Roméo et Juliette de Mac Millan dansé [édité par la modération Wink ] par Sylvie Guillem) un patchwork d' acrobaties et de déplacements dans tous les sens sans aucun lien avec une musique bizarre qui pourtant n'avait rien de contemporain comme quoi...tous les goûts sont permis mais je commence à en douter...


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Katharine Kanter



Inscrit le: 19 Jan 2004
Messages: 1059
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim Jan 07, 2007 8:04 pm    Sujet du message: Mégère Non-Apprivoisée Répondre en citant

Mégère Non-Apprivoisée, cette Katharina abonde dans le sens de M. Haydn...

Ce qui est proprement insupportable est précisément la "MUSIQUE", si c'est le mot, bruit de fond innomable de Stolze.

J'aimerais aussi savoir pourquoi le son de la mandoline joué sur scène, est d'abord rendu dans la fosse par

- clavecin,

ensuite par

- violoncelle

ensuite par

hautbois

ensuite par

cuivres (oui, cuivres!)

J'avais envie de hurler dans la fosse d'orchestre, "Anybody got a mandolin, a luth, or even an ELECTRIC GUITAR down there?

Mieux vaut assister avec des Boules Quiès.

Le fait que Cranko ait pu accepter une partition d'une vapidité aussi absolue, INDANSABLE, en dit long. Et il recidiva avec "Oneguin", pourtant meilleur sur le plan dramaturgique.

Sur la question du pantomime :

C'est peut être là, d'ailleurs, l'un des rares points où j'oserais diverger des opinions exprimées par M. J.G. Bart dans son récent interview pour balletto.net : le pantomime classique n'est pas périmé.

Le PANTOMIME théâtral classique est et sera toujours d'actualité, comme la vraie Commedia dell'arte d'ailleurs (et non pas Goldoni!).

Le Pantomime classique permet de dire des choses qui seraient ridicules si elles étaient dites dans la danse pure.

(Rappelons-nous de l'ouverture de la scène du rêve de Juliette, la meilleure chose à mon sens que Nureyev ait imaginé, où Mercutio et Tybalt surgissent du pénombre dans un "dumb show" - Cela se gâte seulement lorsque Nureyev les fait danser avec Juliette. Où le "dumb show" des enfants sur le théâtre improvisé dans le Don Quichotte, Act II. )

Or. John Cranko REJETTAIT le pantomime classique. C'est pour cela que ses danseurs ont l'air tellement ridicules lorsqu'ils essaient de "narrer" - où plutot ce mot dans le sens allemand de Narren - le ballet devient un Narrenschiff, un bâteau ivre piloté par des fous.

La chorégraphie de Cranko pour les scènes d'ensemble est pauvre - cela se résume à temps levé, ballonné, développé seconde, pas de galop .... et ses pas de deux, entièrement composés de portées "gymniques".

J'aimerais aussi que l'on m'explique comment dans des scènes de bal supposés se dérouler au XVIème siècle en Italie, le corps de ballet soudainement fait des pas qui sortent du Scots Reel? Again, Please Advise.

On passera sous silence le goût délicat de voir la Mégère, dame de la haute société de Padoue, lever sa jupe et chauffer son c...... devant le feu de bois. Où la virginale et aristocratique Bianca soulevée par ses trois prétendants, la jupe renversée sur la tête ...

En tout cas, si l'on sourit devant ce ballet, c'est un sourire gêné.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivante
Page 1 sur 8

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous pouvez voter dans les sondages de ce forum


Nous Contacter
Powered by phpBB © phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com