Dansomanie Index du Forum
Connexion S'enregistrer FAQ Liste des Membres Rechercher Dansomanie Index du Forum

Nouvelles du Mariinsky et du Bolchoï
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 99, 100, 101 ... 146, 147, 148  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
nabucco



Inscrit le: 14 Mar 2007
Messages: 1361

MessagePosté le: Dim Déc 11, 2011 11:52 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Florestiano a écrit:
Et est-elle toujours à la Douma ?

Je ne sais pas, maintenant que la Douma s'est enrichie de Marat Safin, ils doivent pouvoir se passer d'elle... Ca donne une belle image de la vie politique russe, comme s'il fallait encore des preuves. Ce n'est pas chez nous qu'on aurait un judoka ministre, ou un champion de moto ex-ministre et maire d'une des plus grandes villes du pays...


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Sarra



Inscrit le: 29 Sep 2009
Messages: 135

MessagePosté le: Lun Déc 12, 2011 3:35 am    Sujet du message: Répondre en citant

Sophia a écrit:
En direct du Concert Hall du Mariinsky : How a ballet is staged? http://mariinsky.tv/n/e

En direct à 10h ce dimanche matin (hier...) : et (je suppose que "ça va sans dire", mais...) à toute heure des jours suivants (si c'est comme l'an passé)... (Après quelques jours : dans le catalogue "Mariinsky média"-mais on n'y retrouvait pas toutes ces retransmissions...)

Cette année, c'est à une petite Vassilissa -et non plus à une jeune Ksenia- que le maître de ballet Korneyev apprend à mimer les deux actes les plus essentiels -sans doute- de toute vie humaine : "Je t'offre mon amour !", "Je ne puis te l'offrir...". D'autres détails sont différents aussi mais le principal est inchangé : le pouvoir de ces émissions -vues d'ici en tout cas- de dissiper les éventuelles tristesses passant sans vraies raisons, l'un ou l'autre de ces jours...

On aimerait -surtout en ce moment de cadeaux !- que notre époque soit assez avancée en technologie pour que ces "petites merveilles" existent sous la forme d'un grand livre (nécessairement rouge et doré, comme aux anciens Noëls...) où sur chaque page apparaîtrait, en hologramme reproduisant exactement le spectacle -le papier serait le plancher de la danse-, chacune de ces scènes télévisées...

***
Nous sommes tellement conditionnés, sous nos climats, à ce qu'"enfantin" signifie souvent niaiserie condescendante, que l'on ne peut s'empêcher d'un réflexe de surprise en découvrant là... Viktoria Tereshkina !

La première fois que j'ai vu en photographie son visage, il m'a semblé que si l'artiste de la Dame de Brassempouy avait eu la permission morale, ou tout simplement l'habileté de représenter avec précision et réalisme des traits humains, il aurait donné à sa figurine exactement ceux de Viktoria : comme dans ces romans où le merveilleux mêle les ères les plus lointaines, on peut avoir l'impression que le sculpteur, ayant voulu fixer l'idéal de la beauté féminine telle que son temps glaciaire la concevait, sa main arrêtée toutefois par un interdit ou par une maîtrise encore loin d'être parfaite dans l'art de la miniature sur une matière -l'ivoire- qui, paradoxalement peut-être, contrariait sa volonté en imposant une certaine rondeur pourtant éloignée de son souhait, avait ébauché le visage idéal qu'une anticipation de plusieurs millénaires lui présentait sous la forme d'un visage concret et réel : celui de Viktoria et sa beauté "sibérienne"...
Simple ébauche, simple élan inachevé vers un idéal de beauté, cependant identifié, aussitôt vu le visage de Viktoria Tereshkina, comme un élan vers la beauté même de celle-ci, d'elle en qui l'on veut reconnaître, dans le saillant des pommettes, dans la longue obliquité des yeux, dans ses accents très nets et comme formés par enlèvements lame après lame, "aiguisés", aigus, épurés du superflu, "comme du silex", et parce que tenant sa grâce des "peuples du Nord" sibériens, la beauté des jeunes femmes ayant posé leurs pas, à des milliers d'années d'aujourd'hui (en ces temps qu'elles ignoraient être le "paléolithique supérieur"), dans nos régions qui étaient alors les leurs, d'où elles ont suivi le froid se retirant, de l'Aquitaine jusqu'à la Tchoukotka...

Évidemment, le dessin particulier du visage de Viktoria Tereshkina se trouvait associé (par glissement classique du physique au moral) à une certaine "dureté" : or sa voix (telle que l'a révélée -pour moi, et avant aujourd'hui- une vidéo de "Mariinsky media" vue l'an passé, sur Légende d'Amour) est -merveilleuse étrangeté !- une voix toute gentille, toute simple, toute "jeune", presque une voix d'adolescente, une voix tenant encore les meilleurs accents de l'enfance -leur absolue sincérité non éraillée au monde des roueries-, accents qui, passé un geste dans le flux de l'émission -deux ou trois secondes à peine- ramèneront celui-ci et le superposeront sans cesse à notre regard sur elle : ce transport en avant, bras ouverts, impulsion d'affection et de gratitude vers la pédagogue que Viktoria offre aux bravos (Lyoubov Kounakova, désignée par le contre-champ), impulsion à la nature de laquelle se reconnaît sa source, son principe, sa matière d'ignition : cette fraternité -cette sororité- sans retenue que seule l'enfance justement possède en apanage, parfois reçue tellement, dans une sorte d'avance d'hoirie consentie par la "transcendance", qu'il en restera toujours -évanoui depuis longtemps le puéril dans quoi tel âge adulte sans lumière range le tout de l'enfance- de l'absolu dans l'âme de certains êtres : ainsi Viktoria Tereshkina.

Alors, quand, tel que nous sommes : sans attrait ni mérite particuliers faisant a priori passerelle (et pour évoquer seulement deux autres ballerines vers qui des raisons inconnues de nous-même -comme toujours dans les préférences sentimentales- inclineraient notre désir de proximité), quand nous ne trouverions aucune permission d'oser nous approcher de Evguénia Obraztsova ou de Ekaterina Osmolkina, cette voix, son timbre de candeur, devient pour nous comme un accès vers Viktoria, parce que -du moins le croyons-nous- nous pourrions lui présenter non un sumbolon brisé selon des complications faites pour ne s'ajuster sans erreur qu'à une seule autre moitié, mais le passe-partout de notre simple humanité allant avec celle-là même de sa voix...

Telle ! est en Viktoria Tereshkina cette force d'humanité, que les simples circonstances de notre histoire personnelle (d'abord avoir reconnu en elle la passagère lointaine d'une glaciation sur le départ, passante ancienne qui -sitôt donné par un "savant" local, dans notre enfance, un outil de silex et la révélation qu'il avait été fait de mains d'hommes ou de femmes exactement semblables à nous, aux bords d'une Dordogne simplement bien plus large qu'aujourd'hui et environnée d'un paysage sans doute mi-steppe mi-taïga, lointaine inconnue ayant pensé pérennité aux endroits mêmes que nous supposions "éternels"- avait alors attiré à elle notre rêverie, rêverie peu après forcément dirigée vers ces régions du monde où sont aujourd'hui steppes et taïgas, et trouvant représentation de la chasseresse ancienne dans leurs jeunes femmes aux yeux obliques ; puis -autre circonstance purement personnelle- au cours de cette même enfance un peu forestière, un peu orpheline, avoir assimilé cette antique jeune femme, et sa permanence en esprit dans les lieux où elle avait vécu, au cercle des mélèzes qui dans des hauteurs à peine plus au nord veillaient sur nous, jeteurs de sorts à tout péril), que ces simples déterminismes personnels se voient effacés -telle est la force d'humanité de Viktoria !- et de causes premières deviennent seulement partage singulier d'une conviction générale : si, au-delà d'un acte de foi abstrait, nous désirons reconnaître notre Ève, son pouvoir perpétuel d'engendrement et de protection, nous devons amener notre regard vers une jeune femme pareille en tous points à Viktoria Tereshkina...

Aussi, quand les ingénieurs d'un nouveau Pioneer enverront dans les "espaces intersidéraux" une nouvelle sonde, lancée à son tour vers la probabilité infime d'une rencontre avec des intelligences autres qu'humaines, et si, en ces temps mêmes où les idéaux de fraternité paraissent morts, où l'on s'esclaffe de leur dépouille -pour ainsi dire retournée d'un pied allègre-, ils veulent, soit résultat d'une équation simplement logique, soit affirmation grandiose d'une fierté désespérée, informer non seulement de l'apparence d'une femme et d'un homme -comme la première fois- mais de ce qu'aura été notre humanité (la rencontre d'yeux autres qu'humains demandera sans doute un si long parcours que tout le temps dévolu à notre espèce, et à la Terre elle-même, aura peut-être été compté), c'est-à-dire de ce qu'aura été l'humanité de notre humanité : un espoir de l'avènement de l'humain en l'humain perpétuellement tué et perpétuellement relevé, c'est cette fin de Spartacus -telle qu'on la voit ici- qu'ils devront choisir, celle-ci et pas une autre, dansée par personne d'autre que Viktoria Tereshkina.

Mais avant ce futur infiniment lointain d'un legs "au cosmos" du meilleur de nous par elle-même, il y a l'émission de ce jour, et cette voix dont la première harmonique est la gentillesse, doublée d'une autre de simplicité.
Et comme de la voix au caractère, du ton à l'être, la distance est bien plus courte que depuis toute autre apparence, on se dit que c'est vraiment bien -vraiment très bien !- qu'une artiste de la dimension de Viktoria Tereshkina, aussi universellement célébrée qu'elle, non seulement ait cette très probable simplicité, cette très probable gentillesse, d'où vient en nous le sentiment de parenté spécifique par lequel nous est conférée un peu de sa grandeur, mais qu'avant même le sens de ses mots simplement le son de sa voix le dise, avec, en nous, cet agréable dans la surprise ajoutant un toron de plus au fil par quoi l'espérance fondamentale nous soutient, finalement...

Simplicité et gentillesse l'ayant amenée -elle "prima ballerina" (avec elle d'autres artistes célébrés également)- dans ce spectacle "pour enfants" qui, précisément parce qu'il est simple et gentil aussi, n'oublie jamais l'intelligence ni la splendeur ; spectacle "pour enfants" auquel assistent d'ailleurs -parce qu'il n'y a bien sûr pas d'âge pour l'intelligence et la splendeur- les trois générations de la vie, comme le montre souvent la caméra -simple et gentille-, cadrant à la fin le lustre allumé toujours sur les fauteuils maintenant déserts, lustre qu'un simple changement de focale transforme en constellation pour finir...

Pour Viktoria Tereshkina, du mieux que j'ai pu.

***
C'est très sympathique à Sophia de nous rappeler l'existence de ces émissions-là...




Dernière édition par Sarra le Sam Nov 24, 2012 3:17 pm; édité 4 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 12566

MessagePosté le: Lun Déc 12, 2011 2:41 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Prochain rendez-vous le 8 janvier, même heure et même lieu, avec "The magical world of dance" : http://www.mariinsky.ru/en/playbill/playbill/2012/1/8/2_1200/


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 18829

MessagePosté le: Mar Déc 13, 2011 1:56 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Le Bolchoï vient de mettre en ligne une vidéo avec quelques petits extraits de Casse-Noisette, dans lesquels on peut notamment voir la nouvelle étoile de la maison, Nina Kaptsova, en Clara :





_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/pages/Dansomanie/117356184996001
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Buddy



Inscrit le: 04 Juil 2008
Messages: 212
Localisation: Etats Unis et La Suisse

MessagePosté le: Mar Déc 13, 2011 7:36 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Parmis beaucoup de chose, pour moi, c'est la merveilleuse clarté sculpturale de ses mouvements et l'expression de ses yeux qui la font très spéciale.

Merci, haydn, pour le «clip».


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 18829

MessagePosté le: Mer Déc 14, 2011 10:21 am    Sujet du message: Répondre en citant

Article de Philippe Noisette dans Paris-Match sur la "guerre des étoiles" entre le Bolchoï et le Mikhaïlovsky :


Bolchoï : la guerre froide est déclarée, par Philippe Noisette (Paris-Match)

Citation:
Dans le monde feutré de la danse classique, on préfère les étoiles... aux étincelles. Il est loin le temps, celui de l’ex-URSS, où les défections des stars du ballet donnaient des sueurs froides aux agents du pouvoir et des émotions aux amateurs avec un Noureev puis un ­­Bary­shnikov passés à l’Ouest. Seul le départ de Sylvie Guillem du ballet de l’Opéra de Paris, en 1988, a fait autant de bruit. Autant dire que, depuis l’ouverture des frontières, on sait se ­tenir. En cet automne, l’événement n’était autre que la réouverture en grande pompe du théâtre Bolchoï à Moscou...



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/pages/Dansomanie/117356184996001
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
yiannakis74



Inscrit le: 12 Fév 2011
Messages: 141

MessagePosté le: Mer Déc 14, 2011 1:32 pm    Sujet du message: Répondre en citant

"La guerre des étoiles"! On n'est pas dans...le film de Georges Lucas mais au Bolchoi. Ça l'air..très accueillant comme même ce Bolchoi.
J'espère que ça ne sera pas trop dur pour ce pauvre David Hallberg le temps de s'adapter dans ce contexte "chaleureux" de guerre froide.
Zakharova semble être à l'aise en tout cas (c'est elle sur la photo? Je ne l'ai pas reconnue.).


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 12566

MessagePosté le: Ven Déc 23, 2011 2:55 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ce que l'Opéra de Paris n'a pas été capable de faire, rendre décemment hommage à Roland Petit, le Bolchoï le fait le 28 décembre. Voici le programme et les distributions du gala : http://www.bolshoi.ru/about/press/articles/2011/2040/


Première partie

L'Arlésienne - Première
Musique : Georges Bizet
Frédéri : Ivan Vassiliev
Vivette : Nina Kaptsova
Anna Balukova, Anzhelina Vorontsova, Yulia Grebenshikova, Maria Zharkova, Olga Kishneva, Yanina Parienko, Ekaterina Seredkina, Anna Turazashvili
Karim Abdullin, Ivan Alexeev, Artem Belyakov, Dmitri Dorokhov, Klim Efimov, Yuri Ostrovsky, Denis Rodkin, Anton Savichev


Deuxième partie

Extraits de ballets :

Ma Pavlova
Musique de Jules Massenet
Olga Smirnova, Semyon Chudin

Notre-Dame de Paris
Musique de Maurice Jarre
Maria Alexandrova, Mikhaïl Lobukhin

Proust, ou les Intermittences du coeur
Musique de Camille Saint-Saëns
Svetlana Lunkina, Alexandre Volchkov

Carmen
Musique de Georges Bizet
Natalia Ossipova, Ruslan Skvortsov

La Dame de pique
Musique de Piotr Tchaïkovsky
Ilze Liepa, Nikolaï Tsiskaridze


3e partie

Le Jeune homme et la Mort
Musique de Jean-Sébastien Bach
Ivan Vassiliev, Ekaterina Shipulina


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
serge1 paris



Inscrit le: 06 Jan 2008
Messages: 603

MessagePosté le: Ven Déc 23, 2011 4:31 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Alors les ponts ne sont pas coupés !!

Ossipova et Vassiliev regrettent peut être déjà ce départ sur un coup de tête...

Je viens de visionner le Dvd de Casse Noisette du Bolchoi et je me disais justement que ce doit quand même être plus exaltant de danser dans ce genre de troupe que dans de pathétiques "remakes" de Petipa...


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 12566

MessagePosté le: Ven Déc 23, 2011 5:47 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Les danseurs n'ont pas forcément les mêmes goûts que les spectateurs, sans parler des considérations autres qu'artistiques. Rolling Eyes

Qu'on ne se fasse pas d'illusion, ils danseront le "pathétique remake" dès le lendemain au Mikhaïlovsky.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
jigara



Inscrit le: 11 Nov 2011
Messages: 62
Localisation: France

MessagePosté le: Ven Déc 23, 2011 11:02 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Savez-vous si cette soirée sera filmée ?


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 12566

MessagePosté le: Sam Déc 24, 2011 11:51 am    Sujet du message: Répondre en citant

Je fais confiance aux Russes! Laughing On aura au minimum des reportages télé...


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 12566

MessagePosté le: Mar Déc 27, 2011 9:54 am    Sujet du message: Répondre en citant

Le site du Bolchoï indique qu'Anastasia Stashkevitch remplacera Nina Kaptsova (blessée?) dans le rôle de Vivette pour la première de l'Arlésienne.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 12566

MessagePosté le: Mer Jan 04, 2012 2:56 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Pour avoir trop critiqué les rénovations du théâtre, Nikolaï Tsiskaridze a été démis de ses fonctions de professeur par la direction du Bolchoï (l'article d'Anna Gordeeva).

Ses élèves sont, je crois, Anzhelina Vorontsova et Denis Rodkin.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
akhmatova



Inscrit le: 27 Mar 2007
Messages: 341

MessagePosté le: Mer Jan 04, 2012 6:05 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Heureusement pour lui, la Kolima ne fonctionne plus Twisted Evil


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 99, 100, 101 ... 146, 147, 148  Suivante
Page 100 sur 148

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous pouvez voter dans les sondages de ce forum


Nous Contacter
Powered by phpBB © phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com