Dansomanie Index du Forum
Connexion S'enregistrer FAQ Liste des Membres Rechercher Dansomanie Index du Forum

Le Lac des Cygnes [ONP Bastille 07/12-31/12/2016]
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 10, 11, 12 ... 25, 26, 27  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 18965

MessagePosté le: Jeu Déc 08, 2016 12:53 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Quel massacre de la langue française cet article! Shocked


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Delly



Inscrit le: 14 Juin 2016
Messages: 603

MessagePosté le: Jeu Déc 08, 2016 2:28 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci Haydn, ayant la chance d'avoir la même distribution samedi, votre compte-rendu détaillé laisse espérer le meilleur !!!


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
shylock



Inscrit le: 04 Jan 2004
Messages: 367
Localisation: Nanterre

MessagePosté le: Ven Déc 09, 2016 7:53 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Gros succès hier soir pour François ALU ainsi que le corps de ballet: les cygnes ont dansé les actes blancs avec un ensemble parfait qui a arraché des applaudissements et des vivats aux spectateurs. Quatre rappels.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
serge1 paris



Inscrit le: 06 Jan 2008
Messages: 820

MessagePosté le: Ven Déc 09, 2016 8:45 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Vu sur Medici Tv la représentation du 8.

Cette série du Lac des Cygnes me semble avoir été mieux préparée que les séries précédentes et le corps de ballet y est dans un très bon jour.

J'ai trouvé Mathieu Ganio plutôt au mieux de sa forme et Alu ne déçoit pas. Amandine Albisson est indubitablement plus à l'aise dans son cygne noir, très dynamique, que dans son cygne blanc (un petit incident de cheville dans son entrée ne l'a pas aidée).

Hannah O'Neill brille effectivement dans le Pas de Trois et cela donne envie d'aller la voir dans le rôle principal.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Juliette



Inscrit le: 27 Nov 2014
Messages: 13

MessagePosté le: Ven Déc 09, 2016 10:15 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai moi aussi assisté à la retransmission à l'UGC.

Si le grand écran ne vaut pas la "vraie" représentation, ça a le mérite de nous faire profiter à la fois de la vue offerte aux premiers rangs et de celle, plongeante, aperçue des hauteurs de Bastille. Le travail du corps de ballet est ainsi particulièrement mis en valeur, des pas réglés au métronome des 4 petits cygnes (avec le gros plan attendu sur les entrechats) aux belles lignes du corps de ballet dans les actes blancs - à moins que les passages moins propres n'aient été habilement dissimulés par des changement de plans ? En tout cas, cela paraissait très en place. Les danseurs étaient eux-aussi à l'honneur dans le premier acte, un passage que j'apprécie particulièrement par rapport à d'autres versions...

Amandine Albisson a de très belles lignes et une technique solide (malgré un tout petit accroc dans sa première variation), mais je n'ai pas été particulièrement touchée par son interprétation. C'est peut-être dû à la barrière de l'écran, je suis curieuse de voir quels sont les ressentis pour ceux qui étaient dans la salle.

Belle distribution en tout cas, notamment le fameux pas de trois (Louvet-Baulac-O'Neill). La complicité toute pétillante des deux vétérans que sont Mélanie Hurel et Emmanuel Thibaut faisait plaisir à voir ! Héloise Bourdon se détachait aussi dans la masse, dans les actes blancs comme dans les deux autres.

La captation permettait également d'apprécier le jeu de François Alu. J'en suis presque venue à espérer le miracle d'une nomination à la toute fin (après tout, ça s'est déjà fait...), même si l'interlude de l'entracte avait été conclu par un "très bonne fin de soirée" de la part d'Aurélie Dupont...


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Joelle



Inscrit le: 06 Avr 2013
Messages: 827

MessagePosté le: Dim Déc 11, 2016 12:46 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Superbe soirée hier à Bastille ! Beaucoup plus aboutie que la Première du 7 décembre avec la même distribution étincelante (M. Ould-Braham, M. Heymann et K. Paquette).

Je crois qu'elle va rester longtemps une soirée "3 étoiles"...


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Idamante



Inscrit le: 29 Nov 2015
Messages: 60

MessagePosté le: Dim Déc 11, 2016 1:12 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Instant magique ce jeudi 8 au soir: une salle de presque 3000 places absolument silencieuse , pour les deux actes blancs , et qui , soudain, érupte en ovations spontanées, en dit long sur la qualité de la représentation ! Toutes les géométries , lignes, cercles, spirales, carrés de tutus blancs en mouvements fluides et lyriques, et en placement précis = Un corps de ballet inspiré. Cela n’empêche pas de se laisser happer par les individualités , les artistes si différenciés du pas de trois salués plus haut ( Mlles & M Baulac, O'Neill, Louvet) , les petits cygnes curieux et naïfs, les grands cygnes emmenés par Mlle Bourdon qui frémit des pieds jusqu’ au bout des doigts, les artistes dont la musicalité s’épanouit ( on voudrait les retenir plus longtemps sur scène, Mlle Hurel & M Thibault , Mlle Bourdon et M.Raveau), la virtuosité dramatique de M. Alu, si appréciée du public, la fragilité du Prince vécue plus que jouée par M. Ganio qu’on arrive pas à quitter des yeux , même lorsqu’il ne danse pas tellement on suit , avec lui, la quête incertaine du personnage , l’arrivée du cygne noir ( Mlle Albisson) si soumise aux dictats de son Mentor .
Il faut dire que la très belle direction d’orchestre de Vello Pähn , ciselée, envoutante , permettait d’asseoir une féerie sans dramatisme inutile et sans aucune vulgarité . Les tempi, très lents, permettent aux danseurs de s’installer dans la beauté et la propreté des pas les plus simples … Un bonheur ! Petit regret par moment : les montées en tension, les basculements dans l’onirisme le plus absolu, les changements d’atmosphère induits par la musique nous touchent moins qu’ailleurs . Mais la volonté de traiter la pièce musicale en un poème symphonique continu emporte l’adhésion .

Le récit psychologique sur lequel est basé la chorégraphie de R. Noureev est séduisant mais force est de constater que , sur les jeunes ados - étrangers au monde de la danse - qui m’accompagnaient, ce sont les bonnes vieilles recettes de la féérie qui l’emportent : le final, entre brume du lac et corps qui émergent ; la gestuelle dramatique de la cape, le « méchant » flamboyant qui occupe l’espace, la course éperdue des cygnes , les mettent en transe plus surement que la trame humaine soulevée par cette lecture à l’acte I. Et l’on se prend à rêver à des danses de caractère plus colorées, plus vivantes ,plus exaltées , plus … populaires ( ?) , plus … éperdues, à l’acte III.. C’est enfoncer les portes ouvertes que le dire mais ce qui précipite les jeunes générations d’aujourd’hui vers ces grands ballets classiques , c’est ce qui soulevait le public de la fin du XIX° siècle qui découvrait l’électricité et la profusion , à savoir la féerie, les décors et l'ambiance onirique, les couleurs du rêve, le cosmopolitisme bienséant malicieusement ironique, le lyrisme des mouvements, le sentiment d'absolu … 60 représentations de Casse-Noisette à Londres et des salles pleines disait Paco ? On n'en est pas loin avec ce Lac, à Paris ...


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
marc



Inscrit le: 16 Fév 2009
Messages: 1157

MessagePosté le: Dim Déc 11, 2016 4:21 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'étais à la représentation de jeudi dernier et je suis d'accord avec tout ce qui a été dit précédemment, c'était une représentation de haut niveau dans laquelle le Ballet de l'Opéra de Paris peut se prétendre une des plus grandes compagnies de Ballet du monde. Je décernerais une palme particulière à Mathieu Ganio qui m'a complètement scotché : rarement, voire jamais, je n'avais vu un prince Siegfried aussi intensément émotionnel et dramatique. À lui tout seul il a illuminé ma soirée, plus que tous les autres artistes (et c'est un comble de vivre cela devant le Lac des Cygnes dans lequel on ne devrait normalement s'extasier que devant le Cygne ! Very Happy ) Mathieu Ganio est de toute évidence un danseur étoile magnifique qui est au sommet de son art !

Il n'empêche, je regarde cet après midi en DVD le "Lac des Cygnes" de 1992, avec Patrick Dupond et Marie Claude Pietragalla, la version Boumeister que Sophia appelle avec humour la version "Ninja", bon mot par rapport aux costumes extravagants de cette production, et je me dis que j'aimerais bien la revoir (ou plutôt la voir) à l'opéra de Paris. Il y a dans cette version une force émotionnelle, narrative et visuelle que je ne trouve pas dans la version de Noureev qui trop souvent me laisse avec un électro-encéphalogramme émotionnel complètement plat. D'ailleurs, c'est cette version Bourmeister que j'avais découverte à la télévision à l'occasion des fêtes de fin d'année de 1992 qui avait fait de moi un "balletomane" sur le tard. C'est dire qu'elle a certainement de franches qualités ! Smile


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mathieu



Inscrit le: 31 Mai 2016
Messages: 1

MessagePosté le: Dim Déc 11, 2016 5:32 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour. Tout comme Joelle, j'ai beaucoup apprécié la représentation de samedi 10. J'ai trouvé le trio Ould-Braham, Heymann et Paquette formidable. Mention spéciale au second pour sa virtuosité, son élégance, et la qualité de son jeu. J'ai également été séduit par les prestations du corps de ballet ... et de Mlle Sae Eun Park.
Merci beaucoup à Haydn pour les très belles photos sur la Première.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24461

MessagePosté le: Dim Déc 11, 2016 6:07 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Bienvenue parmi nous Mathieu et merci pour ce premier commentaire Smile.



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Sun



Inscrit le: 07 Aoû 2014
Messages: 73

MessagePosté le: Dim Déc 11, 2016 6:12 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Vu sur Medici Tv la représentation du 8, je me dis BRAVO MILLEPIED ET AURELIE!

La compagnie semble avoir trouvé un nouveau souffle d'énergie, d'élan et de joie libérée qui a été tant plébiscité par Millepied. Il est certain que Millepied n'a pas tout bien fait mais il faut lui reconnaitre d'avoir su mettre LES BONNES PERSONNES sur le devant de la scène et d'avoir fait émerger des talents qui semblaient bien partis pour attendre de longues années avant de pouvoir émerger du corps de ballet.
Des Germain Louvet, Léonore Baulac, Hannah O'Neill, Eléonore Guérineau, Sae Eun Park, François Alu, Marion Barbeau, Paul Marque, Jérémy-Loup Quer...cela envoie du rêve.

Bravo à Aurélie d'avoir fait une synthèse des erreurs et des innovations de Millepied: ne pas mettre au placard les artistes méritants et également à leur place dans des rôles de solistes: Emmanuel Thibault, Mélanie Hurel, Arthus Raveau, Héloïse Bourdon, Fabien Revillion et de continuer à former la prochaine génération de jeunes bouillonnants et talentueux: Alice Catonnet, Camille Bon, Roxane Stojanov, Célia Drouy, Pablo Legasa, Antoine Kirsher et j'en passe...

Dans l'ensemble j'ai trouvé une prestation de très haut niveau de toute la compagnie et ce qu'il fait le plus plaisir à voir: beaucoup de joie communicative et de plaisir libéré d'être en scène. Techniquement c'était très enlevé également.

Le seul bémol vient pour moi d'Amandine Albisson qui est une Odile très convaincante mais qui n'est en rien un cygne blanc. Son travail est sec et scolaire. De plus, l'’absence de complicité avec Mathieu Ganio rend leur histoire caduque, il ne se passe pas grand chose (à moins que ce ne soit la vidéo qui me fait ressentir cela).

En tout cas, après tout ce qui a été dit ces dernier temps, y compris par moi-même, sur le niveau de la compagnie, cette représentation me laisse présager le meilleur pour la suite et l'avenir de la compagnie! Croisons les doigts^^




Dernière édition par Sun le Dim Déc 11, 2016 6:45 pm; édité 2 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24461

MessagePosté le: Dim Déc 11, 2016 6:44 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Idamante a écrit:
Et l’on se prend à rêver à des danses de caractère plus colorées, plus vivantes ,plus exaltées , plus … populaires ( ?) , plus … éperdues, à l’acte III.. C’est enfoncer les portes ouvertes que le dire mais ce qui précipite les jeunes générations d’aujourd’hui vers ces grands ballets classiques , c’est ce qui soulevait le public de la fin du XIX° siècle qui découvrait l’électricité et la profusion , à savoir la féerie, les décors et l'ambiance onirique, les couleurs du rêve, le cosmopolitisme bienséant malicieusement ironique, le lyrisme des mouvements, le sentiment d'absolu … 60 représentations de Casse-Noisette à Londres et des salles pleines disait Paco ? On n'en est pas loin avec ce Lac, à Paris ...


Les danses de caractère sont le principal point faible de ce Lac des cygnes, j'ai eu l'occasion de le souligner plusieurs fois (à l'inverse de celui de Grigorovitch, au Bolchoï, dont elle sont le principal attrait). Que les jeunes passent au-dessus des lectures "psychanalytiques" un peu forcées que Nouréev a voulu plaquer dessus, cela n'a rien d'étonnant (je pense que nombre d'adultes sont dans le même cas), d'autant que, comme pour Casse-Noisette, l'Opéra de Paris (pour ne pas faire fuir le public familial?) ne se montre pas très disert sur les intentions du chorégraphe à ce sujet.

En ce qui concerne l'arrivée de l’électricité, je ne sais quelles furent les réactions du public en Russie, mais à Paris, bizarrement, il y en eut beaucoup pour regretter l'ancien éclairage au gaz (voir aux lampes à huile, également utilisées sur scène), qui paraît-il donnait au théâtre une ambiance de fantasmagorie romantique absolument incomparable... Les cent-dix morts de l'incendie de l'Opéra-Comique, en 1887 - provoqué justement par l'explosion d'un bec-de-gaz, eux, avaient peut-être une opinion différente sur le sujet...



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
JulietteA



Inscrit le: 07 Fév 2016
Messages: 69

MessagePosté le: Dim Déc 11, 2016 7:05 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Représentation du 8 décembre au cinéma.

Cette production du Lac est vraiment magnifique.
Magnifique le corps de ballet : tous investis dans le jeu dramatique aux 1er et 3e actes, débordants de joie de danser ; des ensembles et des alignements parfaits aux 2e et 4e actes…. Merveilleux !
Magnifiques aussi dans le pas de trois : Léonore Baulac , Hannah O’Neill et Germain Louvet, quelle énergie, quel bonheur de danser !
J’ai beaucoup aimé la proposition de François Alu (toujours explosif dans sa danse), surtout Rothbart, qui est crédible et lui correspond bien.
Par contre, je n’ai pas été transportée par Amandine Albisson (plus convaincante en Odile) et Mathieu Ganio. Peut-être l’enjeu de la retransmission? Peut-être filmés de trop près? Je n’ai pas trouvé leur jeu convaincant et il ne se passe pas vraiment grand-chose entre eux. Ils jouent plutôt qu’ils ne créent un personnage, me semble-t-il. Je le regrette car ce sont des danseurs que j’apprécie beaucoup, mais que je connais dans le répertoire néo-classique.
J’avais vu Héloïse Bourdon et Josua Hoffalt lors de la dernière série et ils étaient magnifiques, chaque geste, chaque mouvement étaient portés par une intention, un contenu.
Je regrette beaucoup de ne pas voir d’autres distributions, Mathias Heymann et Myriam Ould Braham surtout, et j’aurais bien voulu voir Léonore Baulac. J’attends donc vos comptes rendus avec impatience…


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 18965

MessagePosté le: Dim Déc 11, 2016 7:05 pm    Sujet du message: Répondre en citant

haydn a écrit:
Les danses de caractère sont le principal point faible de ce Lac des cygnes, j'ai eu l'occasion de le souligner plusieurs fois (à l'inverse de celui de Grigorovitch, au Bolchoï, dont elle sont le principal attrait).

Grigorovitch a complètement réarrangé et rechorégraphié les danses de caractère du Lac (et inséré une danse russe qui n'existe pas dans l'original de Petipa), puisqu'elles sont sur pointes et exécutées par des "fiancées". Elles ont leur charme, c'est certain, mais ce n'est pas du pur caractère, c'est avant tout du Grigorovitch.
Si les danses de caractère sont le point faible du Lac du Noureev, ce n'est pas à cause de la chorégraphie - Noureev est resté très fidèle à la version du Mariinsky -, mais plutôt pour des raisons d'école (et la mise en scène jouant sur l'abstraction n'aide pas non plus).

marc a écrit:
la version Boumeister que Sophia appelle avec humour la version "Ninja", bon mot par rapport aux costumes extravagants de cette production

La production "ninja" (ou "manga", je ne sais plus) plutôt que la version, qui a existé avant et existera encore après ce malheureux accident de l'histoire! Laughing


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Imtheboy



Inscrit le: 06 Déc 2008
Messages: 77

MessagePosté le: Dim Déc 11, 2016 8:33 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'étais à la représentation du 10 décembre, Ould-Braham, Heymann, Paquette.

Une magnifique soirée. Je crois que je n'avais jamais vu le corps de ballet si impeccable. Il y avait cette perfection qui, en fait, est indispensable dans ce genre de chorégraphie, car la moindre imperfection rompt le charme. Ce soir-là, c'était magique.

Heymann, un poète, un interprète au sens le plus plein du terme. Que dire de plus ? Son adage de l'acte I (le plus beau moment du ballet, selon moi) était l'un de ces moments suspendus, inoubliables, où un artiste tient la salle dans sa main. Où 2700 personnes, le souffle coupé, sont concentrées sur la moindre de ses intentions. Et il fait cela en toute décontraction, avec une telle générosité. Ce legato, cette élégance. Merci à lui, infiniment !

Inconditionnel de MOB, j'ai pourtant moins "marché" par rapport à son personnage - mais c'est aussi parce que je n'ai jamais été vraiment touché par le rôle d'Odile, quel que soit l'interprète.

Il me semble que dans ce genre de soirées, le ballet de l'opéra de Paris actuel n'a rien à envier (ou tellement peu) à la "génération dorée" des années 90-2000. Franchement, qui peut faire nettement "mieux" que MOB ou Heymann ? A un tel niveau, on ne fait pas faire "mieux" ; tout devient affaire de goût, je crois.

Paquette est vraiment idéal dans le rôle de Rothbart. Pour être honnête, il m'a tout simplement fait peur à certains moments ! Je me suis amusé à surveiller, à la jumelle, ses expressions faciales : il prend un malin plaisir à incarner, excusez-moi du terme, un salaud.

J'ai été également impressionné par la prestation de Sae Eun Park, comme Mathieu.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 10, 11, 12 ... 25, 26, 27  Suivante
Page 11 sur 27

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous pouvez voter dans les sondages de ce forum


Nous Contacter
Powered by phpBB © phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com