Dansomanie Index du Forum
Connexion S'enregistrer FAQ Liste des Membres Rechercher Dansomanie Index du Forum

La Bayadère, ONP Bastille 07/03- 15/04 2012
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 33, 34, 35 ... 48, 49, 50  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
cymbales



Inscrit le: 06 Nov 2011
Messages: 283

MessagePosté le: Sam Mar 24, 2012 2:53 pm    Sujet du message: Répondre en citant

haydn a écrit:
Pour Florimond Lorieux, je ne pouvais pas rectifier l'histoire de la chute, dans la mesure où je n'ai pas assisté au spectacle. Merci à Cymbales d'avoir rétabli les faits.

euh, je ne rétablis rien du tout, il a bien chuté sur sa dernière réception, mais l'a juste couvert très rapidement. Embarassed
Cela n'a, pour moi, rien ôté à mon appréciation du spectacle.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Leo



Inscrit le: 13 Juil 2011
Messages: 20

MessagePosté le: Sam Mar 24, 2012 2:56 pm    Sujet du message: Répondre en citant

akhmatova a écrit:
Bref, ceux qui ont plus qu'une année d'ancienneté en tant que spectateurs sont priés de ne pas critiquer/comparer avec les anciens et/ou actuels danseurs, de peur de gâcher le plaisirs et l'enchantement des autres ?

Pas du tout, bien au contraire ! Ce sont même vos remarques qui me permettent petit à petit d'apprendre que le tricoté de bras n'est que le fruit de mon imagination parfois débordante... Confused Notez par ailleurs qu'on peut retourner votre argument : ceux qui "aiment" simplement, sans avis technique particulier, devraient se taire pour laisser aux spécialistes le plaisir de discuter ?

Je pense que les deux regards que nous pouvons avoir sont complémentaires et inhérents même à la nature profonde de l'art chorégraphique, et doivent pouvoir s'exprimer. A la suite d'Hendiayin, je répondais à une tendance à la critique que je trouve également plutôt générale. J'exprime simplement la conviction personnelle que la danse, si elle est affaire de technique, bien évidemment, a aussi une dimension émotionnelle et artistique très forte, aussi forte AMHA que les aspects techniques. Dans cette Bayadère, il y a eu – même un béotien comme moi s'en est rendu compte – beaucoup d'erreurs techniques, individuelles ou collectives. C'est regrettable, cela doit être relevé et corrigé si possible, je ne le conteste pas. Mais ces erreurs ne doivent pas faire oublier tout le reste, toutes les danses et soli qui étaient superbes et qui personnellement m'ont ravi.

Ceci dit, je ne vous conteste bien évidemment pas, chère akhmatova, le droit de ne pas avoir aimé. Je cherche même à comprendre ce qui vous amène à cela. Et je vous jure que ce n'est pas une figure de style, mais une vérité sincère : c'est de cette compréhension que mon propre regard évoluera. Et je ne demande que ça, progresser : c'est même pour ça que je me suis inscrit ici.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
akhmatova



Inscrit le: 27 Mar 2007
Messages: 341

MessagePosté le: Sam Mar 24, 2012 3:12 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je ne suis qu'une amatrice et loin de moi l'idée de m'autoproclamer spécialiste.
Et je n'attache d'importance ni au vocabulaire technique, ni à la technique comme fin en soi.
Mais la technique, c'est comme la grammaire d'une langue. On ne maitrise pas la syntaxe, aucun sens ne peut être dégagé. La poésie, le lyrisme ne peuvent s'exprimer qu'une fois le technique maîtrisée.
Alors qu'un tel ou une telle se heurte tout le spectacle durant à des problèmes techniques visibles, cela m'empêche de voir autre chose qu'un beau spectacle esthétique.
Après que tel danseur ait plus ou moins de présence scénique, c'est un don. Et il y a des danseurs qui ont une telle présence que cela couvre une technique non parfaite.




Dernière édition par akhmatova le Sam Mar 24, 2012 4:17 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24824

MessagePosté le: Sam Mar 24, 2012 3:57 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Emmanuel Thibault remplace Mallory Gaudion en Idole dorée le 28/03. Pour le moment, Mathilde Froustey est maintenue en Gamzatti le 28/03, le 11/04 et le 15/04.



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
NEOPHYTE



Inscrit le: 25 Sep 2011
Messages: 944
Localisation: PARIS

MessagePosté le: Sam Mar 24, 2012 8:06 pm    Sujet du message: Répondre en citant

La malédiction de la Bayadere est rompue et des tonnerres d'applaudissements se sont abattus sur Bastille cet après-midi!
Héloise Bourdon a été FABULEUSE en Nikiya!
Je ne la connaissais pas et j'ai été subjuguée, elle a la souplesse des danseuses indiennes et un port de bras digne d'une "prima ballerina assoluta", incroyable!

En plus, Stéphane Bullion a été un magnifique Solor "sachant sauter", il était parfait.

François Alu a été formidable en Idole dorée, à tel point que le chef d'orchestre l'a applaudi, c'était sympa!

Ludmila Pagliero a réussi, sans avoir beaucoup répété si j'ai bien compris, un sans faute!

Le corps de ballet était super synchro, il y avait ce délicieux petit bruit des pointes qui tapent le sol en cadence, c'était très réussi!

Je regrette que cette distribution ne redanse pas, j'y serais bien retournée!


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24824

MessagePosté le: Sam Mar 24, 2012 9:09 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'attends avec impatience les comptes-rendus, car retenu par des obligations professionnelles, je ne pouvais aller à la Bastille cet après midi. Mais l'amie Sophia devrait vite nous en dire davantage. Les échos que j'ai eus du spectacle vont dans le même sens que les propos de NEOPHYTE, à savoir que Héloïse Bourdon a "cassé la baraque" pour sa prise de rôle en Nikiya.



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 19788

MessagePosté le: Sam Mar 24, 2012 9:48 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Néophyte a raison, c'était une prise de rôle absolument magnifique. Je le dis d'autant plus que je ne m'attendais pas à un résultat aussi abouti.
Très peu de Nikiya m'ont convaincue et/ou séduite à l'Opéra, je trouve les danseuses françaises souvent trop sèches, mais là, il n'y a rien à redire, il y a tout : la présence, la force et la fragilité, les lignes, le port de bras (incroyable!), le cambré, une technique magnifiquement maîtrisée, la théâtralité quand il le faut... Vraiment bravo!

Et Alu, l'autre bonheur du jour!

J'en reparle plus tard en détails...


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
genoveva



Inscrit le: 04 Avr 2011
Messages: 63

MessagePosté le: Sam Mar 24, 2012 11:29 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Oui, Alu, le grand bonheur du jour !!!!!!!!!!


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
perlimpinpin



Inscrit le: 23 Fév 2012
Messages: 41

MessagePosté le: Sam Mar 24, 2012 11:53 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Racontez-nous! Very Happy Pas de place. Confused

J'aurais bien aimé voir Alu en Solor! Cool


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Ailey



Inscrit le: 24 Aoû 2008
Messages: 70

MessagePosté le: Dim Mar 25, 2012 12:04 am    Sujet du message: Répondre en citant

Alu en Solor ce sera pour plus tard. Le Solor de Stéphane Bullion était à la fois brillant et très attentif à Héloïse Bourdon qui a pu donner sa pleine mesure.



_________________
Ailey
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Joël



Inscrit le: 11 Avr 2010
Messages: 112

MessagePosté le: Dim Mar 25, 2012 1:40 am    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai une petite question (de dingue de l'Inde) à propos de la variation de l'Idole dorée. Le danseur maintient ses deux mains dans une position particulière (pouce et index joints, voir http://www.hindu.com/fr/2009/12/11/stories/2009121150480200.htm). Elle est codifiée sous le nom de Hamsâsya (Tête de cygne) dans l'Abhinayadarpana (IIe siècle) qui fait référence pour les danses indiennes (notamment le Bharatanatyam). Je lis sur Wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Bayad%C3%A8re#L.27idole_de_bronze que cette position serait appelée « fleur de lotus ». Or, la position utilisée (Tête de cygne) a plusieurs significations parmi lesquelles ne figurent pas la fleur de lotus (qui est me semble-t-il le plus souvent évoquée par d'autres positions, notamment Alapadma : http://www.flickr.com/photos/munch_munch/4193594036/).
Est-ce que quelqu'un connaîtrait des sources qui donneraient plus de détails sur les volontés du chorégraphe (Nikolai Zubkovsky) au moment de l'ajout de cette variation ?


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
genoveva



Inscrit le: 04 Avr 2011
Messages: 63

MessagePosté le: Dim Mar 25, 2012 9:17 am    Sujet du message: Répondre en citant

Je n'ai pas eu le temps de voir ces détails toute absorbée que j'étais par la prestation de François Alu ! Mais c'est bien intéressant !


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gracian2



Inscrit le: 25 Nov 2009
Messages: 147
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim Mar 25, 2012 1:56 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je suis très impressionné par les commentaires sur la prise de rôle de Heloise Bourdon. Aborder un rôle d'une telle difficulté, non seulement technique, mais d'interprétation, avec une telle évidence est tout à fait exceptionnel.

Passer, sans préparation, de l'emploi de première ombre à celui de Nikiya tient du prodige.
Quelqu'un pourrait-il m'indiquer qu'elles ont été précédemment les rôles dansés par Héloise Bourdon ? Je n'arrive pas à la situer.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 19788

MessagePosté le: Dim Mar 25, 2012 2:38 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Petit retour sur la matinée de La Bayadère qui voyait les débuts - attendus - d'Héloïse Bourdon en Nikiya et de François Alu en Idole dorée.

J'avoue que je n'avais pas une idée bien précise des possibilités et du charisme d'Héloïse Bourdon avant cette représentation. Pour moi, elle était avant tout, ni plus ni moins qu'une charmante danseuse du corps de ballet, du genre de celles qu'on met très vite en première ligne, dotée de beaucoup d'assurance et d'une technique excellente - bien qu'un peu sèche -, qu'elle avait notamment pu faire valoir lors de ses deux premiers concours et d'une soirée Jeunes Danseurs. Bien sûr, on avait aussi très vite compris qu'elle était très appréciée de la direction, ce qui, par les temps qui courent, ne garantit pas forcément le succès auprès du public des amateurs. Disons-le franchement, ce début, dans un rôle qu'on ne confie d'ordinaire qu'à des étoiles, est allé bien au-delà de mes espérances. C'est un début dans un grand rôle, alors je pense qu'il faut faire attention avec les (gros) mots, il n'empêche, à aucun moment, elle ne m'a semblé en difficulté d'un point de vue technique ou en décalage sur le plan dramatique, à aucun moment, je ne l'ai sentie autrement qu'en pleine possession de la scène et de ses moyens, focalisant sur elle tous les regards, toujours juste dans l'intention. On sent qu'elle est encore, sur certains détails, sur certaines inflexions, dans un travail d'imitation (youtubesque?), mais cette attention à d'autres interprètes me paraît tout à son honneur. Dans l'acte I, j'ai aimé d'emblée ce regard baissé qui se relève doucement lorsque le Brahmane ôte, de manière intensément théâtrale, le voile de Nikiya, détail qu'on n'a pas toujours l'habitude de voir à Paris. Son premier solo, très appliqué, manque sans doute un peu d'expressivité, mais l'essentiel est là : une présence scénique évidente, des lignes déliées (et des jambes qui se lèvent, on n'est pas obligé d'être Zakharova, mais oui, ça fait du bien...), un dos, des bras et des mains étonnamment travaillés pour l'Opéra, un vrai sens du personnage et du tragique qui l'entoure. Ouf! on se dit. Le premier pas de deux avec Solor-Bullion finit de convaincre tout à fait : Nikiya s'illumine dès qu'elle le voit, on la sent follement amoureuse de lui, leur duo, peaufiné, laisse voir un lyrisme et un abandon qu'on apprécie encore dans le pas de deux de l'Esclave et la variation de l'acte II. Si je ne doutais pas de l'assurance technique d'Héloïse Bourdon, je ne m'attendais pas à ce qu'elle déploie une telle puissance théâtrale - qui n'est quand même pas la première qualité des danseurs de l'Opéra, a fortiori jeunes et sans expérience. Que ce soit dans le duo avec Gamzatti (féroce!) ou le solo à deux visages de l'acte II, elle montre que Nikiya n'est pas qu'une pauvre petite chose fragile victime du destin, en confondant lyrisme et mièvrerie, mais bien une héroïne de caractère, dont le tragique naît aussi de la révolte. L'acte III, enfin, laisse voir une technique classique superbement maîtrisée, mise en valeur par une plastique pour tout dire idéale. Elle s'est certes emmêlée les pinceaux avec le voile - on a eu peur quelques secondes -, mais s'est finalement bien récupérée dans les pirouettes.

A ses côtés, il faut bien sûr saluer d'abord le Solor de Stéphane Bullion, qui m'a paru très bon dans la caractérisation, beaucoup plus puissant et autoritaire que Josua Hoffalt. Le couple qu'il forme avec Héloïse Bourdon est dramatiquement fort bien assorti, dans ses ressemblances (la force commune des deux interprètes) comme dans ses contrastes (la maturité face à la jeunesse, une virilité très marquée face à une féminité éclatante). Sur le plan technique, c'est un peu inégal : la variation de l'acte II m'a paru bien juste, avec des sauts qui ne décollent pas vraiment et un arrêt malencontreux dans les pirouettes - en bref, tout cela manquait légèrement de panache... En revanche, après les déboires des uns et des autres, la variation de l'acte III est une réussite : manège de double assemblés parfaitement maîtrisé et mené avec une fougue appréciable.

La prestation de Ludmila Pagliero laisse une impression mitigée. J'ai bien aimé la confrontation féroce (presque sexuelle, je dirais même, dans l'étreinte au sol!) avec Nikiya au premier acte. Sa Gamzatti est vraiment la méchante de l'histoire et Nikiya, sous ses dehors soumis, ne se laisse pas faire. Ce qui me plaît moins, c'est que son personnage manque quelque peu de grandeur princière - l'on a vu démarche (et Gamzatti marche beaucoup) et balancé de bras plus élégants... Pour ce qui est de l'acte II, on ne peut pas lui reprocher de grosses défaillances techniques - et elle pirouette avec une grande aisance -, mais l'on est quand même bien loin du niveau de Dorothée Gilbert ou de Marianela Nunez, étoiles de l'Opéra ou du Royal Ballet... Je sais bien que c'est un remplacement de toute dernière minute (on le sent notamment dans le partenariat assez nerveux avec Bullion) et qu'elle assume deux autres ballets en même temps, je sais bien que les danseurs de l'Opéra ne sautent pas de manière générale (à quelques exceptions près, dont Fanny Fiat, qui n'est plus là), mais j'avoue que j'ai été gênée par son manque d'élévation, ses petites cabrioles, ses petits levers de jambe, et une coda exécutée comme dans la précipitation, avec des fouettés qui s'arrêtent avant la musique.

L'autre révélation de cette représentation, à une autre échelle, c'est évidemment l'Idole dorée enthousiasmante de François Alu, largement à la hauteur des espoirs que l'on peut mettre en lui depuis l'Ecole de danse (je l'avais vu alors dans Piège de lumière). François Alu donne certes à voir dans cette miniature indienne sa virtuosité magnifique (des ralentis fascinants dans les tours, des réceptions incroyablement propres), mais il en fait surtout une "chose de beauté", qui transcende la pure mécanique, aussi bien huilée et exceptionnelle soit-elle. Il y a eu Thibault, il y a maintenant Alu. Le style et le physique sont complètement différents, mais l'essentiel - le frisson, cette chose si rare à l'Opéra - est bien là. [N.B. : si je puis me permettre, que ce jeune homme, qui a l'air si complexé par son physique (v. interview AltaMusica], pas dans la norme Opéra actuelle c'est vrai, reste comme il est, il est magnifique et, mon Dieu, que ça fait du bien parfois un physique et un naturel à la Ivan Vassiliev!!!...] En bref, un talent à cultiver sans attendre mais avec discernement (et sans cette espèce de précipitation typiquement Opéra qui a pu nuire à d'autres), chère Madame Lefèvre...

Je m'étendrai peu sur le reste de la distribution, ayant déjà longuement parlé des interprètes principaux. J'ai beaucoup aimé le Fakir de Hugo Vigliotti : sa danse, comme celle d'Alu, a ce côté magique, cette absence de trivialité, qui va bien au-delà de la simple virtuosité technique. A noter également, parmi les moments qui m'ont semblé remarquables, la prestation de Sabrina Mallem, toujours excellente dans la Danse Indienne (pour moi, le hit de la première, quasiment... Rolling Eyes), accompagnée de Fabien Révillion. Le corps de ballet masculin a certes moins à montrer, mais il est dans l'ensemble beaucoup plus convaincant et enjoué que le corps de ballet féminin, pas indigne bien sûr, mais un brin terne. Et si la Descente des Ombres est toujours aussi belle et harmonieuse, l'instabilité de certaines dans l'adage est quand même parfois un peu trop visible...


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Esto40



Inscrit le: 19 Déc 2006
Messages: 22

MessagePosté le: Dim Mar 25, 2012 3:59 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je n'ose en général jamais commenter les ballets que j'ai l'occasion de voir, mais ayant assisté hier à la prise de rôle d'Héloïse Bourdon je ne peux pas résister à l'envie de livrer mes sentiments ! Soyez indulgents avec la critique débutante que je suis, je vais juste y aller avec mon coeur... Embarassed

J'étais hier accompagnée par mes élèves (je suis prof de danse en province) pour qui c'était leur première à l'Opéra, et quelle première ! Nous étions plusieurs à sortir avec les yeux rouges tellement l'émotion était incroyable !

Je vais peut-être commencer une anecdote, mais très révélatrice du spectacle : toutes mes élèves (parfois âgées de seulement 9-10 ans) et leurs parents m'ont posé 50 fois la question : "mais c'était qui la danseuse étoile, je ne comprends rien" et moi d'expliquer que Gamzatti était étoile et Nikiya non... Car ça a été ça le spectacle d'hier : une Ludmila Pagliero écrasée par la performance d'Héloïse Bourdon !

Je veux bien que les conditions soient très difficiles pour Ludmila Pagliero avec ces blessures et ce catapultage précipité sur le rôle, mais quand même. Elle m'a beaucoup déçue techniquement, surtout dans les sauts (ses fouettés et ses tours attitudes étaient toutefois très bien). Mais une danseuse, étoile qui plus est, ne doit pas savoir que sauter ou que tourner, elle doit savoir faire les deux ! Les cabrioles avec une jambe qui ne monte pas, des grands jetés pas à l'écart et avec une jambe de derrière pliée, une danse petite... Tout cela fait qu'on n'est pas du tout transporté et que personne n'ait voulu me croire quand je disais qu'elle était étoile... Peut-être s'économisait-elle pour le spectacle du soir, mais quand on vient à l'Opéra, à fortiori quand on fait 12 heures de bus dans la journée pour cela, on n'a pas envie de voir une danseuse qui n'est pas à fond, et on ne doit pas savoir qu'elle redanse le soir et lui donner des excuses !

Mais tout cela est en fin de compte anecdotique quand on est à ce point transporté par une autre danseuse, Héloïse Bourdon ! A son entrée sur scène je me disais quel trac elle doit avoir, quelle pression cette entrée avec ce cérémonial du voile pour un premier grand rôle, et bien il n'en n'a rien été : immédiatement elle a captivé le public avec une danse ample, sûre techniquement, de magnifiques arabesques et surtout des bras... Enfin de vrais bras, c'est à dire des bras qui engagent tout le buste, tout le dos et pas seulement des bras décoratifs qui partent des épaules comme chez beaucoup de ses collègues de l'Opéra... Le summum de sa prestation a pour moi été sa variation lente du deuxième acte, où elle avait absolument tout ! Une magnifique émotion dans la salle, premières larmes pour moi... et une énorme ovation ! A tel point que j'ai trouvé la reprise du chef d'orchestre un peu trop rapide et que le serpent est arrivé trop vite, juste après les derniers applaudissements. Puis une fin de deuxième acte tout aussi réussie et émouvante et que dire du troisième... Elle a été majestueuse, parfaite techniquement, très sûre. Malgré un incident dans le pas de deux du voile (elle a failli s'étrangler quand le voile s'est pris dans son diadème puis autour de sa tête dans les tours arabesques), elle n'a rien laissé paraître et a assumé la suite parfaitement. Puis une fin dont il me manque les mots : deuxièmes larmes !

Concernant le reste du spectacle, j'avais été prévenue et pas déçue, François Alu a été formidable, autre triomphe dans la salle ; Stéphane Bullion, parfait tant dans la technique que dans le partenariat, même s'il ne m'a vraiment transportée qu'au dernier acte. Laurène Lévy était très gracieuse, une très belle troisième ombre, elle manque juste encore un peu d'amplitude mais je trouve qu'elle promet de belles choses.
Et bien sûr coup de chapeau aux ombres du corps de ballet malgré deux petites défaillances dans le redoutable développé seconde et les équilibres arabesque à plat, ça rassure presque en prouvant qu'elles restent des êtres humains dans cette partie si impressionnante ! Par contre j'ai trouvé moins précis les alignements du deuxième acte dans les ensembles féminins.

Donc une magnifique journée, qui restera dans ma mémoire et celle de mes élèves, un moment féérique !


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 33, 34, 35 ... 48, 49, 50  Suivante
Page 34 sur 50

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous pouvez voter dans les sondages de ce forum


Nous Contacter
Powered by phpBB © phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com