Dansomanie Index du Forum
Connexion S'enregistrer FAQ Liste des Membres Rechercher Dansomanie Index du Forum

Interview : ALEXEI RATMANSKY
Aller à la page Précédente  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Interviews et reportages : Archives
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 12952

MessagePosté le: Sam Nov 18, 2006 5:24 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Zakharov, Rostislav Vladimirovitch (Astrakhan, 1907 - Moscou, 1984)
Chorégraphe, metteur en scène et professeur

Après l'obtention de son diplôme de l'Ecole de Ballet de Léningrad où il fut l'élève de Vladimir Ponomarev, Zakharov devint danseur soliste dans la compagnie de ballet de l'Opéra de Kiev, où il demeura de 1926 à 1929. Parallèlement à son activité de danseur, il enseignait et montait déjà de petits ballets dans son propre studio.

En 1932, il obtint son diplôme de mise en scène de la Faculté d'Art Dramatique de Léningrad, où il fut l'élève du célèbre metteur en scène Sergeï Radlov. Tout en étant étudiant, Zakharov créait des chorégraphies pour des spectacles de variétés et de théâtre.

Entre 1934 et 1936, il fut chorégraphe au Théâtre Kirov.

De 1936 à 1956, il exerça la double fonction de chorégraphe et de metteur en scène d'opéra au Théâtre Bolchoï.

En 1948, Zakhorov reçut le diplôme de l'Institut de Théâtre de Léningrad.

La Fontaine de Bakhchissaraï, ballet monté en collaboration avec Radlov et le Théâtre Kirov, fut la première oeuvre importante de Zakharov. Sa manière d'appréhender le ballet était intimement liée à son expérience de metteur en scène de théâtre. Comme chorégraphe, Zakharov se voulait guidé par le concept de "danse du personnage dramatique", ainsi qu'il le décrivait. Selon lui, un ballet qui sortait des limites d'une intrigue littéraire était dépourvu de sens. Le fondement de l'expression chorégraphique devait être un mélange de mime et de danse empreints de jeu théâtral. Parmi les mouvements de la danse classique, Zakharov choisissait ceux qu'on pouvait aisément dramatiser. La Fontaine de Bakhchissaraï constituait ainsi un drame-ballet idéal, en raison de son intrigue facilement compréhensible.

Zakharov monta également d'autres ballets inspirés d'oeuvres littéraires: Illusions perdues, d'après un roman de Balzac, le Prisonnier du Caucase et La Demoiselle Paysanne, d'après des oeuvres d'Alexandre Pouchkine, ou encore Taras Boulba, d'après une histoire de Nicolas Gogol.

Toutefois, le concept de "danse du personnage dramatique" montra vite ses limites. Dans Illusions perdues, le mime et la gestuelle ne faisaient que souligner l'intrigue plutôt que signifier quelque chose. Plus tard, le mime et la danse devinrent la simple illustration d'une oeuvre littéraire, tandis que celle-ci n'était qu'un prétexte à monter un ballet. Zakharov trouva tout de même une issue avec des scènes fortes montées dans l'esprit des reconstitutions historiques: il s'agissait alors de divertir le public par des épisodes de type mélodramatique qui n'avaient rien à voir avec l'intrigue principale. Zakharov eut ainsi recours au divertissement conçu comme morceau de bravoure: dans Taras Boulba par exemple, la mort du héros Boulba est dramatisée avec la présence d'un feu de joie, de même, une scène de déluge, au cours de laquelle la scène du Bolchoï semblait recouverte de vagues déchaînées charriant des débris, fut créée pour l'épisode central du Cavalier de Bronze.

Cendrillon eut un succès particulier, en raison de la date où le ballet fut créé, en l'occurrence en 1945: il fut considéré comme une célébration de la victoire et de la fin de la guerre.

Zakharov monta aussi un certain nombre d'opéras, au Bolchoï et à l'étranger. Dans ses ballets et ses opéras, Zakharov fit la démonstration de ses talents en matière de mise en scène. Néanmoins, dans les années 50, ses ballets ne furent pas épargnés par la critique qui leur reprocha leur pauvreté en matière de danse. De son côté, Zakharov se mit alors à résister à toute forme d'innovation dans le domaine chorégraphique, et s'en prit notamment à de jeunes chorégraphes comme Yuri Grigorovitch et Igor Belsky. Zakharov eut également des propos assez cinglants à l'égard des compagnies étrangères qui commencaient à faire des tournées en Union Soviétique ainsi qu'à l'égard des critiques qui en appelaient à une réforme du ballet. Sur ces différents points, il avait l'appui des cercles officiels.

De 1945 à 1947, Zakharov fut le directeur artistique de l'Ecole de Ballet de Moscou. A partir de 1946, il dirigea le département chorégraphique de l'Institut d'Etat d'Art Dramatique, dont il devint professeur en 1951.

Zakharov écrivit de nombreux articles et ouvrages dans lesquels il développa ses idées.


(Biographie tirée de La Grande Histoire du Ballet Russe, traduction par mes soins)



La Fontaine de Bakhchissaraï - 1934

Ballet en quatre actes

Chorégraphie de Rostislav Zakharov
Musique de Boris Asafiev
Livret de Volkov d'après un poème de Pouchkine
Décors de Kodasevic

Créé le 28 septembre 1934, à Léningrad, au Théâtre Kirov


ARGUMENT:
Acte I: Dans un château de Pologne, le prince Pototski célèbre l'anniversaire de sa fille, Maria, amoureuse d'un jeune noble, Vaslav. Le bal est interrompu par un assaut des Tartares qui l'emportent sur les Polonais. Vaslav, en défendant Maria contre le chef tartare Gireï, est frappé en traître. Gireï, de son côté, tombe amoureux de Maria.
Acte II: A Bakhchissaraï, dans le harem du Khan. La favorite de Gireï et ses autres femmes attendent le retour de leur époux. Il arrive avec la malheureuse Maria qui pense toujours à Vaslav. Gireï repousse Zaréma qui est tournée en ridicule par les autres femmes.
Acte III: Dans la chambre qu'on lui a donnée, Maria joue de la harpe, que lui avait donnée Vaslav. Gireï lui offre son amour, mais il s'éloigne comprenant que jamais il ne l'aura. Maria rêve au passé. Zarema entre et lui demande de lui rendre son époux. Surprise par l'arrivée de Gireï, elle poignarde sa rivale. Le Khan menace de la tuer; elle est prête à mourir; les gardes l'emportent.
Acte IV: Bien que ses troupes remportent victoire sur victoire, le Khan est triste. Zarema est condamnée à mort. Devant la fontaine qu'il a fait construire à la mémoire de son amour impossible, le Tartare attend la mort.

(tiré de Mario Pasi, Le Ballet de 1581 à nos jours, Denoël, 1981)

La Fontaine de Bakhchissaraï: Tatiana Vecheslova (Zarema), Galina Oulanova (Maria), V. Bakanov (Gireï), 1934 - Kirov

source: http://jorgen-w.livejournal.com/

La Fontaine de Bakhchissaraï: Tatiana Vecheslova (Zarema), 1934 - Kirov

source: http://jorgen-w.livejournal.com/

La Fontaine de Bakhchissaraï: Alla Shelest (Zarema), années 40 - Kirov

source: http://www.ballerinagallery.com/

La Fontaine de Bakhchissaraï: Feya Balabina (Zarema), années 40 - Kirov

source: http://www.ballerinagallery.com/

La Fontaine de Bakhchisaraï: Galina Kirillova (Maria), années 40 - Kirov

source: http://www.ballerinagallery.com/

La Fontaine de Bakhchissaraï: Maïa Plissetskaïa (Zarema), 1949 - Bolchoï

source: http://www.mdf.ru/

La Fontaine de Bakhchissaraï: Irma Nioradze (Zarema) - Kirov-Mariinsky

source: http://www.ballerinagallery.com/

La Fontaine de Bakhchissaraï: Tatiana Amosova (Zarema) - Kirov-Mariinsky

source: http://www.kirov.com/

La Fontaine de Bakhchissaraï: Vassily Sherbakov (le Khan Gireï) - Kirov-Mariinsky

source: http://www.kirov.com/

La Fontaine de Bakhchissaraï: Svetlana Zakharova (Marie), Ruben Bobovnikov (Vaslav) - Kirov-Mariinsky

source: http://www.kirov.com/

La Fontaine de Bakhchissaraï: Irina Zhelonkina (Marie) - Kirov-Mariinsky

source: http://www.kirov.com/


A suivre avec Vainonen, le créateur des Flammes de Paris, et les danseurs Chabukhiani, Messerer, Yermolaev, Gusev, Vaganova... Smile




Dernière édition par sophia le Dim Nov 19, 2006 7:06 pm; édité 3 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 12952

MessagePosté le: Sam Nov 18, 2006 8:53 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Sur le site de la Maison de la Photographie de Moscou, une exposition de photos, signées George Petrusov, du Ballet du Bolchoï dans les années 40-50:
http://www.mdf.ru/english/
http://www.mdf.ru/english/exhibitions/moscow/petrusov_ballet/press96.html
http://www.mdf.ru/english/exhibitions/moscow/petrusov_ballet/

La Fontaine de Bakhchissaraï, version moscovite

Chorégraphie: Rostislav Zakharov
Musique: Boris Asafiev

Galina Ulanova (Maria), Piotr Gusev (Gireï)

source: http://www.mdf.ru/

Danse des Epouses de Gireï

source: http://www.mdf.ru/

Assaf Messerer (Nurali)

source: http://www.mdf.ru/



Cendrillon - 1945

Ballet en trois actes

Chorégraphie: Rostislav Zakharov
Livret: Nikolaï Volkov et Serge Prokofiev
Musique: Serge Prokofiev
Décors: Piotr Williams

Créé le 21 novembre 1945 à Moscou, au Théâtre Bolchoï

Interprètes de la création:
Cendrillon: Olga Lepeshinskaya
Le Prince: Mikhaïl Gabovitch

Raïssa Struchkova (Cendrillon)

source: http://www.mdf.ru/

Leonid Shvachkin (le Bouffon)

source: http://www.mdf.ru/

Danse des Trois Oranges: Tamara Tuchnina, Liudmila Ivanova, Olga Krylova

source: http://www.mdf.ru/

Danse andalouse: Valentina Faerbakh, Georgi Tarabanov

source: http://www.mdf.ru/



Le Pavot Rouge - 1949

Chorégraphie: Léonid Lavrovsky
d'après un ballet de Lev Lashchilin et Vasily Tikhomirov, créé au Bolchoï en 1927
Musique: Rheinhold Glière

Interprètes:
Tao Khoa: Galina Ulanova / Olga Lepeshinskaya
Le Capitaine Soviétique: Alexander Radunsky
Ma Lichen: Yury Kondratov / Mikhail Gabovich
Li Shanfu: Sergey Koren / Alexeï Yermolayev

Galina Ulanova (Tao Khoa)

source: http://www.mdf.ru/

Scène du ballet

source: http://www.mdf.ru/

Danse des oiseaux

source: http://www.mdf.ru/

Olga Lepeshinskaya (Tao Khoa), Alexeï Yermolayev (Lee Shang-Fu)

source: http://www.mdf.ru/

Galina Oulanova (Tao Khoa), Sergeï Koren (Lee Shang-Fu)

source: http://www.mdf.ru/

Olga Lepeshinskaya (Tao Khoa), Aleksander Lapauri (le Guerrier)

source: http://www.mdf.ru/


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 12952

MessagePosté le: Dim Nov 19, 2006 11:20 am    Sujet du message: Répondre en citant

Sur le merveilleux site de la New-York Public Library, quelques témoignages photographiques du Roméo et Juliette de Léonid Lavrovsky datant de 1956. Les clichés sont signés Roger Wood, un très grand photographe de danse de l'après-guerre.

Galina Ulanova et les danseurs du Bolchoï après une représentation de Roméo et Juliette, 1956

source: http://www.nypl.org/

Roméo et Juliette: Raïssa Struchkova (Juliette) et les danseurs du Bolchoï, 1956

source: http://www.nypl.org/

Roméo et Juliette: les danseurs du Bolchoï, 1956

source: http://www.nypl.org/

Roméo et Juliette: Raïssa Struchkova (Juliette), Yuri Gofman (Roméo), 1956

source: http://www.nypl.org/


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 12952

MessagePosté le: Dim Nov 19, 2006 8:21 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Quelques vidéos de certains des ballets évoqués précédemment avec des interprètes historiques:

La Fontaine de Bakhchissaraï de Rostislav Zakharov
Avec Maïa Plissetskaïa (Zarema), Galina Oulanova (Maria), Piotr Gusev (le Khan Gireï) , Yuri Jdanov (Vaslav), 1953:
http://www.dropshots.com/daymainframe.php?userid=171017&cdate=20060912&cimg=1

Shuraleh de Léonid Jakobson
Avec Maïa Plissetskaïa et Yuri Kondratov:
http://www.dropshots.com/daymainframe.php?userid=171017&cdate=20060914&cimg=0

La Fleur de Pierre de Léonid Lavrovsky
Avec Maïa Plissetskaïa (la Maîtresse de la Montagne de Cuivre), Nikolaï Fadeechev (Danila):
http://www.dropshots.com/daymainframe.php?userid=171017&cdate=20060914&cimg=0

Roméo et Juliette de Léonid Lavrovsky
Avec Galina Oulanova
http://www.dropshots.com/daymainframe.php?userid=171017&cdate=20060914&cimg=1
http://www.dropshots.com/daymainframe.php?userid=171017&cdate=20060914&cimg=2


Prochain "épisode": Vassili Vainonen, Vakhtang Chabukiani et Les Flammes de Paris... Smile


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 12952

MessagePosté le: Jeu Nov 23, 2006 7:52 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Les Flammes de Paris - 1932

Ballet en quatre actes et cinq scènes

Chorégraphie: Vassily Vainonen
Musique: Boris Asafiev (à partir de chants révolutionnaires français)
Livret: Nikolaï Volkov et D. Dimitriev
Décors: Vladimir Dimitriev

Créé le 7 novembre 1932 au Théatre Kirov de Léningrad

Interprètes:
Natalia Dudinskaya (Mireille de Poitiers)
Vakhtang Chabukiani (Jérôme)
Olga Jordan (Jeanne)
Nina Anisimova (Thérèse)
Konstantin Sergeev (Mistral)

Remonté le 6 juillet 1933 au Théatre Bolchoï de Moscou

Interprètes:
Marina Semenova (Mireille de Poitiers)
Alexei Yermolaev (Jérôme)
Anastasia Abramova (Jeanne)
Nadezhda Kapustina (Thérèse)


Les Flammes de Paris est un ballet qu'on peut qualifier de révolutionnaire et dont le sujet est inspiré de l'histoire de la Révolution Française.
Bien que le contexte soit celui de la France du XVIIIème siècle, ce ballet est parfaitement révélateur du style des ballets qu'on pouvait voir à Léningrad dans les années 20 et 30. Il s'agissait alors de recourir à des intrigues tirées de l'histoire mondiale qui servaient à illustrer la situation de la Russie moderne et à montrer le rôle de la Révolution d'Octobre dans le cours universel de l'histoire


ARGUMENT:
Le ballet commence dans une forêt près de Marseille. Gaspard, un paysan, accompagné de ses enfants, Jeanne et Pierre, ramasse du bois.
Un aristocrate arrive alors avec sa suite pour une partie de chasse royale. Les paysans se retirent, mais Jeanne attire l'attention d'un noble, qui essaye de la circonvenir. Son père intervient, mais un domestique le frappe.
Plus tard, sur une place à Marseille, Jeanne raconte au peuple ce qui est arrivé à son père. La colère du peuple contre les injustices sociales grandit. Ils attaquent alors la prison et libèrent les prisonniers du Marquis de Beauregard.
On assiste ensuite à un portrait de la cour de Versailles en pleine décadence. Après une représentation théâtrale suivie d'un banquet, une pétition est adressée au roi par des officiers de la cour, lui demandant la permission de traiter avec des révolutionnaires félons.
Le comédien Antoine Mistral découvre le document secret, mais il est tué par le Marquis. Avant de mourir, il réussit à faire passer le document à Mireille de Poitiers qui s'enfuit du palais au son de la Marseillaise.
La scène suivante se déroule sur une place à Paris, où le peuple se prépare à attaquer le palais.
Mireille proclame alors l'existence d'une conspiration menée contre la Révolution que révèle le document. Elle reçoit une ovation pour son courage. A ce moment-là arrivent les officiers du Marquis. Jeanne, reconnaissant l'homme qui l'a insultée dans la forêt, se précipite vers lui pour le gifler. La foule s'en prend alors aux aristocrates. Au son des chants révolutionnaires, on assiste alors à la prise du palais par le peuple qui pénètre à l'intérieur de celui-ci. Jeanne attaque le Marquis qui est tué par son frère. La basque Thérèse se sacrifie au nom de la Révolution.
De retour sur la place, le peuple célèbre sa victoire contre les défenseurs de l'Ancien Régime.


Qu'il soit question de la chorégraphie de Vainonen ou de la musique d'Asafiev, Les Flammes de Paris associe classicisme et caractère, aussi bien musicalement que chorégraphiquement. On y trouve de la musique de cour en même temps que des chants populaires, et les soli alternent avec d'importantes danses de groupe.
La chorégraphie est essentiellement classique, mais pour le rôle de Thérèse, Vainonen choisit une danseuse de caractère du Ballet de Léningrad: Nina Anisimova. Elle n'interprétait que des danses de caractère, composées de mouvements puissants et expressifs pour signifier l'énergie et l'esprit populaires.
A côté de cela, les danses chorégraphiées pour Philippe, l'un des Marseillais, et sa femme, sont de style strictement classique: ils dansent ainsi un pas de deux dans le plus pur style Petipa.
Dans les scènes de palais, Vainonen a eu recours à beaucoup de pantomime. On voit aussi Marie-Antoinette danser un menuet, qui constitue un très beau moment chorégraphique.
Vainonen imagina également les rôles de Mireille de Poitiers et d'Antoine Mistral, invités par le roi à jouer la comédie durant le banquet, ce qui permettait d'ajouter encore un peu de technique classique dans le ballet. Ces rôles furent créés par Natalia Dudinskaya et Konstantin Sergeev et chorégraphiés pour des danseurs virtuoses, possédant une excellente technique de pas de deux. Ces deux comédiens étaient évidemment du côté des révolutionnaires et après la prise du palais, ils étaient rejoints par un corps de ballet très important pour un tableau mêlant pas de deux avec variations et codas et danse d'ensemble composée de 24 puis de 32 danseurs.

(source: Wikipédia, article en anglais http://en.wikipedia.org/wiki/Flames_of_Paris , traduction par mes soins et archives personnelles)




source: http://chabukiani.iatp.ge/index_e.htm

Aujourd'hui, il ne reste plus des Flammes de Paris qu'un pas de deux, dont les variations sont souvent proposées dans les concours de danse internationaux.
On peut voir un extrait de ce ballet sur le DVD "The Glory of The Bolshoi" interprété par Vakhtang Chabukiani et Musa Gottlieb (1953).


A suivre avec une petite présentation de Vassily Vainonen (qui a travaillé par ailleurs pour l'Opéra de Paris) et de Vakhtang Chabukiani... Wink


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 12952

MessagePosté le: Mar Nov 28, 2006 2:07 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Chabukiani, Vakhtang Mikhailovitch (Tbilissi, 1910 – Tbilissi, 1992)
Danseur, chorégraphe et professeur


source: http://chabukiani.iatp.ge/

A l’âge de 13 ans, alors qu’il était apprenti chez un artisan, Chabukiani découvrit le Studio de Danse des Enfants de Maria Perini. Maria Perini (1873-1939) était une Italienne qui avait été danseuse à l’Opéra de Tbilissi de 1891 à 1907. C’est ainsi qu’il entra dans le monde de la danse.

Après deux ans de formation, il fut engagé par la compagnie de ballet de l’Opéra de Tbilissi (rebaptisé plus tard Théâtre Paliashvili) en 1924. La même année, il obtint son diplôme du Studio de Ballet de Maria Perini.

En 1926, Chabukiani partit pour Léningrad et fut accepté aux cours du soir de l’Ecole de Ballet de la ville, où il étudia avec Viktor Semenov, Vladimir Ponomarev et Alexander Shiraev. Il y chorégraphia une oeuvre intitulée La Danse du feu pour un spectacle d'école de danse. Ayant obtenu son diplôme, il entra au Théâtre Kirov où il fut danseur de 1929 à 1941.

Chabukiani représenta durant la période 1930-1950 le type même du danseur "héroïque". Comme artiste et comme chorégraphe, il incarna sur scène le thème du combat héroïque contre le mal. Il possédait une technique virtuose; sa danse se caractérisait par une grande énergie et répondait idéalement aux exigences du drame-ballet. Il avait le talent pour rendre toute l'énergie et la passion par des sauts puissants et des poses sculpturales. Dans le répertoire classique, il interpréta les rôles de Siegfried dans Le Lac des cygnes, de Solor dans La Bayadère, de l'Esclave dans Le Corsaire, de Basilio dans Don Quichotte et d'Albert dans Giselle. Des rôles comme ceux de Jérôme dans Les Flammes de Paris, de Kerim dans Jours de Guérilla, d'Actéon (dans le pas de deux de Diane et Actéon tiré d'Esmeralda) et d'Andriy dans Taras Bulba furent créés pour lui. Dans les années 30, il dansa dans les ballets héroïques aussi bien que dans les ballets romantiques qu'il chorégraphia, notamment Le Coeur des Montagnes et Laurencia. Il contribua à développer l'aspect dramatique des ballets en y intégrant des chorégraphies particulièrement énergiques. Les personnages du montagnard Djardji dans Le Coeur des Montagnes et du paysan espagnol Frondoso dans Laurencia confirmèrent le succès de Chabukiani en tant que chorégraphe et interprète dans le genre héroïque. Plus tard, en 1957, il monta aussi Othello. Son interprétation du rôle-titre constitua l'un des plus grands succès scéniques des années 50. En tant que chorégraphe, Chabukiani associa au ballet classique des rythmes et des motifs empruntés au folklore.

Entre 1941 et 1973, il fut directeur de la compagnie de ballet du Théâtre Paliashvili de Tbilissi, pour lequel il créa de nombreux ballets. De 1950 à 1973, il dirigea aussi l'Ecole du Ballet de Tbilissi, où il enseigna la danse classique aux élèves d'un niveau avancé. Il obtint la chaire de chorégraphie de l'Institut d'Art Dramatique de Tbilissi, une chaire qu'il occupa de 1960 à 1970.

Chabukiani a été filmé dans le rôle d'Othello du Maure de Venise ainsi que dans d'autres ballets.

Il a aussi monté des ballets en Hongrie, au Japon et en Inde.


source: http://chabukiani.iatp.ge/


(Biographie tirée de La Grande Histoire du Ballet Russe, traduction par mes soins)

Galerie-photos à suivre...


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 12952

MessagePosté le: Mar Nov 28, 2006 4:40 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Vakhtang Chabukiani en images

Les rôles du répertoire classique:

Albert dans Giselle


Solor dans La Bayadère




Jean de Brienne dans Raymonda


Siegfried dans Le Lac des cygnes (avec Natalia Dudinskaya sur la première photographie)






L'Esclave dans Le Corsaire


Basilio dans Don Quichotte


Chopiniana




Les chorégraphies de Chabukiani

La Danse de feu


Frondoso dans Laurencia (avec Natalia Dudinskaya)




Le Coeur des Montagnes


Othello



Chabukiani professeur



Chabukiani dans l'un de ses fameux sauts



Les photographies proviennent du site géorgien dédié à Vakhtang Chabukiani (chargement extrêmement lent):
http://chabukiani.iatp.ge/index_e.htm
et pour deux d'entre elles du site de Natalia Dudinskaya:
http://www.n_m_dudinskaya.chat.ru/




Dernière édition par sophia le Mar Nov 28, 2006 6:40 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 12952

MessagePosté le: Mar Nov 28, 2006 5:41 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Quelques mots sur le ballet Laurencia, un ballet soviétique chorégraphié par Chabukhiani particulièrement populaire et qui eut de nombreux interprètes fameux (notamment Natalia Dudinskaya qui l'a dansé avec Rudolf Noureev).

Laurencia

Ballet en trois actes

Chorégraphie: Vakhtang Chabukiani
Musique: Alexandre Krein
Livret: Eugène Mandelberg, d'après le drame de Lope de Vega Fuente Ovejuna

Créé le 22 mars 1939 à Léningrad au Théâtre Kirov
Remonté par Léonid Lavrovsky le 19 février 1956 à Moscou au Théâtre Bolchoï (avec Maïa Plissetskaïa)

Le thème de l'histoire est la lutte des paysans contre leur tyrannique seigneur. A travers différentes péripéties, interprétées par les deux acteurs principaux, Laurencia et Frondoso, le ballet atteint son sommet dramatique, quand la révolte des paysans devient révolution.

(Tiré de Mario Pasi, Le ballet de 1581 à nos jours, Denoël, 1981)

Natalia Dudinskaya (Laurencia) seule, puis avec Rudolf Noureev (Frondoso) dans Laurencia (sur la dernière photographie, Natalia Dudinskaya est aux côtés de Boris Bregvadze)

















Source des photographies: http://www.n_m_dudinskaya.chat.ru/


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 12952

MessagePosté le: Jeu Déc 07, 2006 11:13 am    Sujet du message: Répondre en citant

En Occident, on associe généralement le nom de Vaganova à une méthode et à une école (qui ne porte son nom que depuis 1957), ce qui fausse un peu les perspectives dans la mesure où Vaganova n'a jamais fait qu'approfondir dans son enseignement les principes de l'école russe datant de l'époque du Théâtre Impérial. De plus, avant d'être professeur et pédagogue, Vaganova fut une danseuse du Théâtre Impérial ainsi qu'une chorégraphe, à qui l'on doit notamment, puiqu'il est toujours dansé aujourd'hui, le fameux pas de deux de Diane et Actéon tiré d'Esmeralda, ballet qu'elle avait entièrement remonté. La vie et la carrière de Vaganova illustrent également la créativité et l'esprit de renouveau qui caractérisent la période des années 20 et 30 en Union Soviétique.


Vaganova, Agrippina Yakovlevna (1879, Saint-Pétersbourg - 1951, Léningrad)
Ballerine, professeur et chorégraphe



Fille d'un ouvreur, Vaganova fit ses études à l'Ecole du Théâtre de Saint-Pétersbourg avec comme professeurs Ekaterina Vazem, Christian Johansson et Pavel Gerdt [Ekaterina Vazem fut la première interprète du rôle de Nikiya dans La Bayadère, Christian Johansson, élève de Bournonville, fut d'abord un grand danseur du Théâtre Impérial avant de devenir le professeur de toute la génération des Gerdt, Pavlova, Karsavina, Préobrajenska, Legat..., Pavel Gerdt fut le créateur des rôles du Prince Désiré dans La Belle au bois dormant, de Siegfried dans Le Lac des cygnes..., N.D.T.]. Après l'obtention de son diplôme en 1897, elle intégra le corps de ballet du Théâtre Mariinsky et continua de se perfectionner auprès d'Olga Préobrajenska.

Vaganova, dont l'apparence était forte et robuste plutôt que fragile, ne possédait pas le physique idéal pour le ballet. Mais elle disposait d'une intelligence vive et d'une volonté de fer. Sa saltation était rapide et élevée et elle travailla avec obstination sa virtuosité. D'après Akim Volynsky, un très grand critique de danse, les variations qu'exécutaient Vaganova "resteront pour l'éternité parmi les légendes de l'art du ballet". Elle était en effet surnommée "la reine de la variation". Elle interpréta notamment la Princesse des Mers dans Le Petit Cheval Bossu ou la Reine des Dryades dans Don Quichotte. En 1911, peu de temps avant sa retraite, Vaganova dansa les rôles de la fée Naïla dans La Source, Odette-Odile dans Le Lac des cygnes, la Demoiselle- Tsar dans Le Petit Cheval Bossu ainsi que le rôle-titre de Giselle. En 1916, Vaganova mit fin à sa carrière de danseuse.

Elle commença alors à enseigner à l'Ecole de Ballet Russe de Volynsky. Olga Spessivtseva, danseuse au Théâtre Mariinsky, y fut son élève. En 1921, elle rejoignit l'Ecole de Ballet de Pétrograd (Léningrad après 1924), dont elle devint professeur en 1946. Son système d'enseignement donna un nouvel élan aux conceptions qui prévalaient dans l'interprétation du ballet classique. En tant qu'enseignante, Vaganova pensait que le fondement de la danse reposait sur la tenue correcte du torse et du dos, d'où naît une liberté totale du mouvement et du placement des bras et des jambes. Ce n'est certainement pas par hasard que les plus grandes danseuses de l'époque, ou tout du moins un nombre important d'entre elles, furent ses élèves: Marina Semenova, Olga Jordan, Galina Ulanova, Tatiana Vecheslova, Natalia Dudinskaya, Feya Balabina, Alla Shelest, Alla Osipenko ou encore Irina Kolpakova.

De 1931 à 1937, Vaganova fut directrice artistique du Ballet du Théâtre Kirov, pour lequel elle monta Le Lac des cygnes en 1933. Elle traita la partition de Tchaïkovsky dans l'esprit du romantisme allemand comme "l'histoire d'un jeune homme du XIXème siècle". Elle appliqua les conceptions du drame-ballet dans sa version d'Esmeralda qu'elle monta en 1935.

La méthode de Vaganova continua de se développer et exerça une grande influence dans le monde entier. Elle est expliquée dans l'ouvrage écrit par Vaganova elle-même et intitulé Les Fondements de la Danse Classique, traduit en plusieurs langues. Un film (Agrippina Vaganova) fut tourné pour la télévision en 1988 en son honneur, sans parler des nombreux livres publiés. En 1957, l'Ecole de Ballet de Léningrad prit son nom.



(Biographie tirée de La Grande Histoire du Ballet Russe, traduction par mes soins)

Quelques photos

La danseuse:

Agrippina Vaganova dans Esmeralda, aux alentours de 1910


Agrippina Vaganova dans Le Lac des cygnes


Le professeur:






source: http://www.nypl.org/

La tombe d'Agrippina Vaganova au cimetière Novo-Volkovskoie à Saint-Pétersbourg


La plupart des photographies proviennent du site:
http://www.n_m_dudinskaya.chat.ru/
ou de l'article consacré à Vaganova sur Wikipédia:
http://en.wikipedia.org/wiki/Agrippina_Vaganova


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 12952

MessagePosté le: Jeu Déc 07, 2006 11:44 am    Sujet du message: Répondre en citant

Diane et Actéon (pas de deux) - 1935

tiré du ballet la Esmeralda
créé d'après Jules Perrot le 3 avril 1935 au Théâtre Kirov

Chorégraphie: Agrippina Vaganova
Musique: Ricardo Drigo (d'après Cesare Pugni)

Interprètes de la création:
Galina Oulanova
Vakhtang Chabukiani

Vidéos:
- avec Larissa Lezhnina et Farukh Ruzimatov, Gala du Kirov à Covent Garden, 1992
1) Entrée et adage: http://www.youtube.com/watch?v=qYWJxzWkWhM
2) Corps de ballet: http://www.youtube.com/watch?v=vPAHOYgAOvw
3) Variation d'Actéon: http://www.youtube.com/watch?v=PQQDtSeoFn4
4) Variation de Diane: http://www.youtube.com/watch?v=wIEgs0LE8yA
5) Coda: http://www.youtube.com/watch?v=QSraKd7sIms

- avec Tatiana Terekhova et Nikolaï Kovmir, 1983:
1) Entrée et adage: http://www.youtube.com/watch?v=-ATEuqVM4TY
2) Variation d'Actéon: http://www.youtube.com/watch?v=nzdn8WaCn4w
3) Variation de Diane: http://www.youtube.com/watch?v=T5U7xeXuL7E
4) Coda: http://www.youtube.com/watch?v=ZVXLHAgrof4


Autres chorégraphies signées Agrippina Vaganova:
- La Bayadère, 13 décembre 1932, Théâtre Kirov, Léningrad
- Le Lac des cygnes, 13 avril 1933, Théâtre Kirov, Léningrad (avec Galina Oulanova)


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 12952

MessagePosté le: Ven Déc 08, 2006 9:58 am    Sujet du message: Répondre en citant

Yermolayev, Alexeï Nikolaïevitch (Saint-Pétersbourg, 1910 - Moscou, 1975)
Danseur, chorégraphe et professeur



Après l'obtention de son diplôme à l'Ecole de Ballet de Léningrad en 1926 (où il avait été l'élève de Vladimir Ponomarev), Yermolayev fut engagé comme danseur d'abord au Théâtre Lyrique et Chorégraphique de Léningrad où il demeura de 1926 à 1930, puis au Théâtre Bolchoï où il dansa de 1930 à 1958. Son répertoire comprenait les rôles du Dieu du Vent dans Le Talisman, de Basilio dans Don Quichotte, d'Albert dans Giselle, de Siegfried dans Le Lac des cygnes et de Ripafratta dans Mirandolina.

Yermolayev fut l'un des représentants les plus remarquables de l'école de ballet russe entre 1920 et 1950. Il joua un rôle important dans l'évolution du ballet en Russie. Il alla plus loin que ses collègues dans la remise en cause du stéréotype du danseur-partenaire courtois et galant, un stéréotype qui s'était imposé depuis le XIXème siècle au Théâtre Impérial. Son interprétation inédite des rôles du répertoire classique était pleine de finesse et de profondeur et sa façon de danser était particulièrement expressive. Yermolayev réussit à changer les conceptions qui prévalaient dans la danse masculine: ainsi, dans l'exécution des tours en l'air et à terre, des sauts, et plus encore, dans le domaine de la vitesse, il contribua à élever la danse masculine à un niveau de virtuosité inédit et en fit la référence pour les danseurs des générations suivantes. Néanmoins, certains des exploits de Yermolayev, notamment les triples tours en l'air et les doubles révoltades, n'ont pas été réitérés à ce jour. Yermolaev avait tout pour être le héraut de cette révolution dans la danse masculine: il avait une passion fanatique et inextinguible pour l'expérimentation en même temps qu'un esprit vif, il n'avait peur de rien, il possédait le sang-froid nécessaire, il était prêt à prendre tous les risques et bénéficiait d'une condition physique exceptionnelle.

Yermolayev connut la gloire pendant plus de dix ans. Cependant, les exigences physiques extrêmes auxquelles il se soumettait eurent raison de tout cela et il finit par se blesser gravement à la jambe en 1937. Le climat artistique changeait alors et s'attachait davantage aux bienséances. Aussi, l'esprit rebelle de Yermolayev, jugé à présent inopportun, apparaissait comme une provocation. De plus, le drame-ballet, qui se présentait comme une forme de théâtre dansé avec du mime, devint prédominant à cette époque. Les talents de danseur exceptionnels dont disposait Yermolayev eurent du mal à s'y exprimer et furent perçues comme des défauts par beaucoup de chorégraphes.

De retour sur la scène du Bolchoï, Yermolayev continua à danser les rôles-titres. Sans se montrer aussi brillant qu'auparavant, il devint pourtant un excellent mime. Il développa une gestuelle efficace, expressive et d'une intensité rare dans divers rôles, comme ceux de Tybalt dans Roméo et Juliette, Gireï dans la Fontaine de Bakhchissaraï, Abderam dans Raymonda et Severyan dans Le Conte de la Fleur de Pierre. Si l'on doit juger l'effet qu'il avait sur le public, Yermolayev pouvait être comparé aux plus grands acteurs de théâtre.

Il commença à chorégraphier à la fin des années 30. Chorégraphe-né, il n'eut pourtant pas de succès comme librettiste en raison des exigences idéologiques qui touchaient l'art soviétique et auxquelles il était soumis. Ces exigences affectèrent de manière regrettable ses productions.

Comme professeur, Yermolayev fut plus heureux. Incapable par tempérament d'entrer dans une routine quotidienne d'enseignement, il dirigea l'Ecole de Ballet de Moscou de 1965 à 1972. Il y connut néanmoins le succès et goûta grandement l'enseignement au Théâtre du Bolchoï. Il travailla avec des danseurs talentueux et consacra toute son énergie à s'occuper des meilleurs. Vladimir Vassiliev, Maris Liepa et Alexandre Godunov figurent parmi ceux qui lui doivent beaucoup.



(Biographie tirée de La Grande Histoire du Ballet Russe, traduction par mes soins)



Olga Lepeshinskaya (Tao-Khoa), Alexeï Yermolayev (Lee Shang-Fu) dans Le Pavot Rouge, 1950

source: http://www.mdf.ru/

Source des photographies: http://old.bolshoi.ru/


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 12952

MessagePosté le: Jeu Déc 28, 2006 11:59 am    Sujet du message: Répondre en citant

Gusev, Piotr Andreïevitch (Saint-Pétersbourg, 1904 - Léningrad, 1987)
Danseur, professeur et maître de ballet

Elève de Vladimir Ponomarev et d'Alexander Shiriaev à l'Ecole de Théâtre de Pétrograd, Gusev rejoignit le Théâtre Lyrique et de Ballet de Pétrograd après l'obtention de son diplôme en 1922.

Il contribua à la création du Jeune Ballet et interpréta aux côtés d'Olga Mungalova des chorégraphies signées George Balanchivadze [le futur George Balanchine, n.d.t.]. Il participa également à la symphonie dansée de Fédor Lopukov, La Grandeur de l'Univers (1923). Devenu l'un des fidèles disciples de Lopukhov, Gusev créa le rôle d'Asak dans La Vierge de Glace (The Ice Maiden - 1927) ainsi que le rôle-titre du Casse-Noisette (1929), des ballets que Lopukhov chorégraphia spécifiquement pour lui.

Sa façon de danser eut une une influence considérable sur la technique masculine. Gusev maîtrisait ainsi la technique acrobatique et les combinaisons complexes que Lopukhov imaginait pour lui. Il était un interprète exceptionnel dans tous les duos, - d'après Lopukhov, il était "le roi des portés" -, et on le voyait notamment danser des pas de deux avec Mungalova dans des spectacles de variétés durant les années 20. Il y affirmait l'audace, le dynamisme et l'énergie comme les valeurs caractéristiques de l'art moderne.

De 1932 à 1935, Gusev fut distribué dans les productions que Lopukhov monta pour le Théâtre Maly de Léningrad: il interpréta notamment le rôle de Piotr dans Le Clair Ruisseau. Lorsqu'il fut question de monter Le Clair Ruisseau à Moscou en 1935, Gusev fut invité à danser le rôle au Théâtre Bolchoï, où il décida alors de s'installer. Peu à peu, il investit les rôles de pantomime, ainsi que celui de Gireï dans La Fontaine de Bakhchissaraï, considéré comme l'un de ses plus grands succès.

Durant la Seconde Guerre Mondiale, Gusev se produisit dans de nombreux galas-concerts aux côtés d'Olga Lepeshinskaïa.

En 1945, il se retira de la scène.

C'est à la fin des années 40 que Gusev commença à travailler comme chorégraphe. Le ballet intitulé Sept Beautés, monté en 1952 à Bakou d'après un poème narratif de Nizami Gyanjevi, un grand écrivain originaire d'Azerbaïdjan, est considéré comme l'une de ses oeuvres les plus importantes. Ce ballet fut par la suite monté au Théâtre Maly de Léningrad, à Kiev et à Novosibirsk. Pour ce qui est des ballets du répertoire classique, Gusev s'efforça de les remonter de la manière la plus fidèle possible, mais il n'y réussit pas toujours.

Il fut directeur artistique du Ballet du Kirov de 1945 à 1950, il exerça la même fonction au Théâtre Bolchoï de 1950 à 1956, puis au Théâtre Maly de Léningrad de 1960 à 1962. De 1962 à 1966, il dirigea la compagnie de ballet du Théâtre de Novosibirsk. C'est là qu'Oleg Vinogradov et Nikita Dolgushin commencèrent leur carrière artistique. A la fin des années 60, Gusev créa la compagnie de Ballet de Chambre à Léningrad.

A partir de 1922, Gusev entama également une carrière d'enseignant dans divers institutions et théâtres à Léningrad et à Moscou. De 1935 à 1941, il fut directeur artistique de l'Ecole de Ballet de Moscou. En 1962, en collaboration avec Lopukhov, il participa à l'organisation de la formation chorégraphique au Conservatoire de Léningrad, où il enseigna jusqu'en 1983. Entre 1958 et 1960, il donna également des cours de chorégraphie en Chine et contribua à la création d'un Ballet National à Pékin, de même qu'à l'établissement d'écoles de ballet à Shanghaï et à Canton.


(Biographie tirée de La Grande Histoire du Ballet Russe, traduction par mes soins)


Galina Ulanova (Maria), Piotr Gusev (Gireï) dans La Fontaine de Bakhchissaraï de Rostislav Zakharov

source: http://www.mdf.ru/


Parmi les ballets du répertoire classique remontés par Gusev figure notamment Le Corsaire monté en 1955 pour le Théatre Maly (désormais Théâtre Moussorgsky). Gusev monta sa version sur des souvenirs de la version originale dansée jusqu'en 1928. Il chorégraphia de nouvelles scènes, réécrivit le scénario en collaboration avec Yuri Slonimsky, et ajouta au collage de musiques d'Adam, Drigo et Delibes auquel avait eu recours Petipa des fragments de musiques de Minkus et d'Oldenburg. En 1987, Oleg Vinogradov, à l'époque directeur artistique du Kirov, choisit de remonter la version de Gusev du Corsaire qui est toujours au répertoire du Mariinsky (il s'agit de la version publiée en dvd avec Altinay Asylmuratova et Farukh Ruzimatov).


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 12952

MessagePosté le: Jeu Déc 28, 2006 1:30 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Messerer, Asaf Mikhaïlovitch (Vilnius, 1903 - Moscou, 1992)
Danseur chorégraphe et professeur

Après l'obtention de son diplôme de l'Ecole de Ballet de Moscou (où il fut l'élève d'Alexander Gorsky) en 1921, Messerer fut engagé comme danseur au Théâtre Bolchoï. Il y dansa comme premier danseur soliste jusqu'en 1954. Son répertoire comprenait les rôles suivants: Pétrouchka et le Maure dans Pétrouchka, Basilio dans Don Quichotte et Philippe dans Les Flammes de Paris.

En 1925, il commença à chorégraphier et monta Le Footballeur, Ecole de Ballet, ainsi que des danses pour des opéras, au Théâtre Bolchoï.

Messerer appartenait à une grande famille d'acteurs: son frère aîné, Azari, était comédien au Théâtre d'Art Dramatique de Moscou; sa soeur Rachel, la mère de Maïa Plissetskaïa, était actrice de cinéma; son autre soeur, Sulamith, était danseuse et professeur (elle dansa comme soliste au Théâtre Bolchoï dans les années 30 et 40, souvent aux côtés de son frère); quant à son fils Boris, il devint l'un des décorateurs de théâtre les plus en vue en Russie.

Au départ, Messerer s'intéressait davantage aux sports qu'au ballet. Il débuta la danse à un âge tardif et inhabituel, en l'occurrence à 16 ans, mais il fit des progrès tellement fulgurants qu'il ne mit que trois ans pour obtenir son diplôme. Il était ouvert à toutes les expériences théâtrales. Toutes ses activités, en particulier au tout début de sa carrière, étaient en relation étroite avec les mouvements d'avant-garde. Comme chorégraphe, il travailla avec Vsevolod Meyerhold. Il devint très vite un danseur virtuose, développant un style original et peu académique. Il inventait des mouvements toujours plus difficiles et des pas qui exigeaient précision, énergie et puissance athlétique. Lorqu'il exécutait ses sauts, Messerer ressemblait à un athlète en plein vol. De plus, il était doué d'un talent comique exceptionnel et d'un sens de l'humour unique. Il réinterpréta de façon ironique de nombreux rôles du répertoire classique, notamment l'un de ses derniers rôles, celui du Prince dans Cendrillon, resté célèbre pour cela.

Ayant mis un terme à sa carrière de danseur, Messerer engagea ensuite toute son énergie dans le domaine de l'enseignement. Dès 1946, il devint répétiteur auprès de danseurs solistes et de ballerines du Bolchoï. C'est ainsi qu'il trouva un second souffle et acquit sa réputation internationale.

Il travailla à Bruxelles en 1961-62, puis en Hongrie, en Pologne et dans d'autres pays, comme chorégraphe et comme enseignant.


(Biographie tirée de La Grande Histoire du Ballet Russe, traduction par mes soins)



source: http://www.n_m_dudinskaya.chat.ru/

Asaf Messerer (à gauche), Sulamith Messerer (à droite)

source: http://www.peoples.ru/

Asaf Messerer avec deux danseurs de l'Australian Ballet School, Kathy Reid et Craig Phillips, 1976

source: http://nla.gov.au/


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
NEOPHYTE



Inscrit le: 25 Sep 2011
Messages: 776
Localisation: PARIS

MessagePosté le: Ven Oct 07, 2011 6:02 pm    Sujet du message: Répondre en citant

sophia a écrit:
Diane et Actéon (pas de deux) - 1935

tiré du ballet la Esmeralda
créé d'après Jules Perrot le 3 avril 1935 au Théâtre Kirov

Chorégraphie: Agrippina Vaganova
Musique: Ricardo Drigo (d'après Cesare Pugni)

Interprètes de la création:
Galina Oulanova
Vakhtang Chabukiani

Vidéos:
- avec Larissa Lezhnina et Farukh Ruzimatov, Gala du Kirov à Covent Garden, 1992
1) Entrée et adage: http://www.youtube.com/watch?v=qYWJxzWkWhM
2) Corps de ballet: http://www.youtube.com/watch?v=vPAHOYgAOvw
3) Variation d'Actéon: http://www.youtube.com/watch?v=PQQDtSeoFn4
4) Variation de Diane: http://www.youtube.com/watch?v=wIEgs0LE8yA
5) Coda: http://www.youtube.com/watch?v=QSraKd7sIms

- avec Tatiana Terekhova et Nikolaï Kovmir, 1983:
1) Entrée et adage: http://www.youtube.com/watch?v=-ATEuqVM4TY
2) Variation d'Actéon: http://www.youtube.com/watch?v=nzdn8WaCn4w
3) Variation de Diane: http://www.youtube.com/watch?v=T5U7xeXuL7E
4) Coda: http://www.youtube.com/watch?v=ZVXLHAgrof4


Autres chorégraphies signées Agrippina Vaganova:
- La Bayadère, 13 décembre 1932, Théâtre Kirov, Léningrad
- Le Lac des cygnes, 13 avril 1933, Théâtre Kirov, Léningrad (avec Galina Oulanova)


le filon "sophia" est riche en pépites!
malheureusement les liens sur youtube ne fonctionnent plus et comme je ne parle pas russe je ne sais pas si les vidéos que je trouve sont celles que sophia a séléctionneès.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Interviews et reportages : Archives Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Nous Contacter
Powered by phpBB © phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com