Dansomanie Index du Forum
Connexion S'enregistrer FAQ Liste des Membres Rechercher Dansomanie Index du Forum

Nouvelles des Ballets de Monte-Carlo
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 28, 29, 30, 31  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24819

MessagePosté le: Lun Juil 01, 2019 7:04 am    Sujet du message: Répondre en citant

Le Petit journal, publication destinée aux expatriés français dans le monde, part à la rencontre de Zino Merckx, dernière recrue des Ballets de Monte-Carlo, à l'occasion de la tournée en Australie de la compagnie.




https://lepetitjournal.com/melbourne/zino-merckx-la-pepite-belge-des-ballets-de-monte-carlo-260699



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24819

MessagePosté le: Mer Juil 03, 2019 2:02 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Si vous ne l'avez pas encore vue lors des diverses tournées de la compagnie, ou lors de la création au Bolchoï, La Mégère apprivoisée de Jean-Christophe Maillot est de retour à l'affiche des Ballets de Monte-Carlo du 26 au 28 juillet prochain, au Grimaldi Forum.





https://www.balletsdemontecarlo.com/fr/saison-2018-2019/megere-apprivoisee-maillot


Tarifs : 21 €, 31 €, 36 €, 12 € pour les jeunes


Offre combinée spectacle + entrée à l'exposition Dali qui se tient en même temps au Grimaldi Forum 30 €.

https://www.grimaldiforum.com/fr/agenda-manifestations-monaco/dali-une-histoire-de-la-peinture

https://www.balletsdemontecarlo.com/fr/actualites/billet-couple-danse-exposition



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 19785

MessagePosté le: Mar Juil 16, 2019 8:48 pm    Sujet du message: Répondre en citant

La saison 2019-2020 - spectacles monégasques et tournées - est annoncée, avec notamment Coppél-i-a fin décembre et une soirée Maillot / Mats Ek / Balanchine en avril.



Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 19785

MessagePosté le: Dim Juil 21, 2019 6:19 pm    Sujet du message: Répondre en citant

La vidéo du gala de l'Académie Princesse Grace 2019, dont j'ai fait le compte rendu plus haut :
https://youtu.be/4T0O6w1srL0


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24819

MessagePosté le: Lun Juil 29, 2019 10:51 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Petite virée estivale aux Ballets de Monte-Carlo, avec la reprise de La Mégère apprivoisée, qui nous aura permis de voir à l’œuvre la superbe Katharina d'Alessandra Tognoloni. Compte-rendu et album-photo :





    26 juillet 2019 : reprise de La Mégère apprivoisée (JC Maillot) au Grimaldi Forum

      Initialement destiné au seul ballet du Bolchoï, et créé à Moscou en juillet 2014, La Mégère apprivoisée est finalement entré au répertoire de la compagnie monégasque en 2017. Si Jean-Christophe Maillot avait à l'époque estimé qu'une transposition pour des danseurs non-russes était délicate, sinon impossible, un coup du sort – le retard pris dans la préparation de la Coppélia prévue en collaboration avec le compositeur Dany Elfman – en a décidé autrement. Et contrairement aux doutes – affichés tout au moins – par le chorégraphe, la greffe a plutôt bien pris. Les Ballets de Monte-Carlo disposent d'un nombre suffisant de solistes au charisme et au physique adéquats pour porter une telle pièce.

      --> Lire la suite



    Album-photo (cliquer sur la mosaïque) :





_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24819

MessagePosté le: Mer Oct 09, 2019 6:03 pm    Sujet du message: Répondre en citant

    Reprise, à partir du 23 octobre, du programme "En compagnie de Nijinsky", qui brille surtout par la très belle relecture de Pétrouchka par Johan Inger




      Une grande création mondiale, des chorégraphies emblématiques, de jeunes danseurs virtuoses, des performances, des workshops, des « Imprévus » et des tournées dans des théâtres internationaux prestigieux.
      La saison 2019-2020 des Ballets de Monte-Carlo est placée sous le signe de l’effervescence et fait de cette structure au service de l’art chorégraphique une institution plus dynamique et inventive que jamais.



      Le premier rendez-vous aura lieu du 24 au 25 octobre 2019 à la Salle Garnier de l’Opéra de Monte-Carlo. Dans cet écrin mythique qui fut l’atelier de travail des Ballets Russes, Les Ballets de Monte-Carlo présenteront à nouveau le programme En compagnie de Nijinsky.
      Ce spectacle qui avait fait salle comble l’an passé reprendra Daphnis et Chloé (Jean-Christophe Maillot), Le Spectre de la Rose (Marco Goecke), [i]Aimai-je un rêve ? (Jeroen Verbruggen) et Petrouchka (Johan Inger).




    Retrouvez ici la chronique rédigée par l'amie sophia en décembre 2018, et les albums-photos du spectacle :




      08 décembre 2018 : «En compagnie de Nijinsky» (Maillot, Verbruggen, Goecke, Inger) à l'Opéra Garnier de Monaco

        Les Ballets russes n'ont décidément pas fini d'inspirer les chorégraphes de notre temps. Dans le sillage du Centenaire célébré à Monaco durant l'année 2009, les Ballets de Monte-Carlo présentent à l'Opéra Garnier En compagnie de Nijinsky, un programme, très dense, de quatre relectures d'ouvrages emblématiques de la période, associés à la figure mythique de Nijinsky – programme qu'on retrouvera à l'affiche du Théâtre des Champs-Élysées en février prochain.

        La soirée s'ouvre sur Daphnis et Chloé, un ballet de Jean-Christophe Maillot remonté par Bernice Coppieters, qui en fut l'interprète en 2010, à la création. Pour cette pièce, le chorégraphe s'est appuyé sur les deux suites orchestrales composées par Ravel à partir de sa longue symphonie pour chœur et orchestre, qu'avait, a contrario, utilisée Benjamin Millepied pour sa propre version. Concise et sobre, la pièce s'affranchit de la narrativité et du pittoresque de la pastorale antique, s'offrant plutôt comme une réflexion poétique autour du désir, de l'élan amoureux et de leurs avatars sur la carte du Tendre. Construite autour de deux couples, la chorégraphie se déploie dans une vaste palette de registres – sinueuse, sensuelle, plus tempétueuse et spectaculaire – pour suggérer les différents « états » de l'amour. Au duo du couple éponyme, formé de Simone Tribuna (Daphnis) et Anjara Ballesteros (Chhloé), merveilleux de fraîcheur et de juvénilité, vient s'ajouter, dans un double effet de miroir et de contrepoint, celui d'un second couple, aux allures plus expérimentées, incarné par Matej Urban (Dorcon) et Marianna Barabas (Lycénion). Le dépouillement de la scénographie invite à une lecture débarrassée de l'anecdote et, de fait, les chassés-croisés, en forme de jeux de l'amour et du hasard, dessinés par les protagonistes paraissent renvoyer davantage à Shakespeare – celui du Songe – ou à Marivaux qu'à Longus.

        --> Lire la suite



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24819

MessagePosté le: Ven Oct 18, 2019 3:17 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Pour les fêtes, les cyber-danseurs des Ballets de Monte-Carlo passent à l'intelligence artificielle, avec Coppel-I.A., la nouvelle création de Jean-Christophe Maillot.




    COPPÉL-i.A.
    Ballet en 2 actes

    Chorégraphie : Jean-Christophe Maillot
    Création musicale : Bertrand Maillot d’après Léo Delibes
    Scénographie, Costumes : Aimée Moreni
    Lumières : Jean-Christophe Maillot et Samuel Thery
    Dramaturgie : Jean-Christophe Maillot et Geoffroy Staquet

    27 décembre 2019 20h
    28 décembre 2019 20h
    29 décembre 2019 16h
    30 décembre 2019 20h
    31 décembre 2019 20h
    02 janvier 2020 20h
    03 janvier 2020 20h
    04 janvier 2020 20h
    05 janvier 2020 16h

    Monaco - Grimaldi Forum
    Durée 1h50 entracte inclus




    Du 27 décembre 2019 au 5 janvier 2020, La Salle des Princes du Grimaldi Forum accueille le temps fort de la saison chorégraphique des Ballets de Monte-Carlo. La compagnie présente Coppél-i.A., la création mondiale de son Chorégraphe Directeur Jean-Christophe Maillot qui signe là son retour à la narration grand format. Alors que l’amour fait irruption dans la vie de deux jeunes gens, un être artificiel vient remettre en cause ce qu’ils croyaient en savoir… Revisitant ce classique du Répertoire romantique, Jean-Christophe Maillot nous livre, sur une création musicale inédite, une réflexion sur la recherche du partenaire idéal dans une société technologiquement avancée. Est-ce encore l’être de chair qui nous est familier ou un être différent qui interroge notre appartenance au genre humain ?

    From 27 December 2019 to 5 January 2020, the Salle des Princes of the Grimaldi Forum will be hosting the high point of the Ballets de Monte-Carlo choreographic season. The company is performing Coppél-i.A, the world première of its Choreographer Director Jean-Christophe Maillot, marking his return to large-scale narrative. While love is breaking into the lives of two young people, an artificial being will challenge what they believed they knew about it... Revisiting this classic of the Romantic repertoire, Jean-Christophe Maillot gives us, with an original musical score, a reflection on the search for the ideal partner in a technologically advanced society. Is it still the flesh and blood being with which we are familiar or a different being, making us question our allegiance to the human race?


    Pourquoi l’intelligence artificielle ?
    Why artificial intelligence?


    L’intelligence artificielle offre un angle chorégraphique intéressant pour traiter des rapports humains. À travers elle, on éprouve parfois le sentiment de n’être plus tout à fait maître de son corps, de sa vie ou de ses choix. le personnage de ce ballet est un être artificiel qui nous invite à nous interroger sur les relations et les émotions qui nous relient entre individus.

    Artificial intelligence offers an interesting choreographic angle for dealing with human relationships. Through it, we can feel that we are no longer complete masters of our bodies, our lifes and our choices. The character of this ballet is an artificial creature that invites us to question the relationships and emotions that connect us.


    À quand des danseurs artificiels ?
    When will we see artificial dancers?


    La quête de la danseuse ou du danseur idéal est un vieux rêve de chorégraphe qui tend à nous rapprocher de Coppélius. Lui aussi désespère de découvrir l’être parfait. Ce personnage est touchant et au même titre que Coppél-i.A., il joue un rôle central dans ce ballet.

    The quest for the ideal dancer is an old choreographer dream that brings us closer to Coppelius. He too despairs to discover the perfect being. This character is touching. Like Coppél-i.A, he plays a central role in this ballet.


    Quelle musique pour Coppél-i.A. ?
    What is the music for Coppél-i.A?


    La demande était de pouvoir chorégraphier à partir d’une musique mettant en perspective les émotions des personnages… à l’instar d’une musique de film au service du jeu des acteurs et de l’intrigue. Le choix d’une partition hybride s’est alors imposée : elle se compose d’une part - de séquences originales écrites par Bertrand Maillot et d’autre part - de manipulations sonores qu’il a effectuées sur la partition de Léo Delibes en altérant sa structure harmonique initiale par le biais de traitements audio et d’instruments virtuels.

    The requirement was to choreograph from music which put the characters’ emotions into perspective... as with film music which supports the actors and the storyline. The choice of a hybrid score was therefore obvious: it is made up on the one hand of original sequences written by Bertrand Maillot and, on the other, of sonic manipulations carried out by him on Leo Delibes’ score, thereby altering its original harmonic structure via audio processing and virtual instruments.



    RÉSERVATIONS & BILLETTERIE


    PAR TÉLÉPHONE
    Grimaldi Forum :
    00377 99 99 30 00
    (du mardi au samedi de 12h à 19h)
    Atrium du Casino de Monte-Carlo :
    00 377 98 06 28 28
    (du mardi au samedi de 10h à 17h30)

    SUR PLACE
    Au Grimaldi Forum :
    10 avenue Princesse Grace, Monaco
    (du mardi au samedi de 12h à 19h)
    À l’Atrium du Casino de Monte-Carlo :
    Place du Casino
    (du mardi au samedi de 10h à 17h30)

    SUR INTERNET
    balletsdemontecarlo.com
    fnac.com

    DANS LES MAGASINS
    Fnac et Carrefour


    INFORMATIONS GROUPES
    Scolaires, universitaires,
    écoles de danse : 06 43 91 06 41
    CE, Associations et partenariats :
    06 07 14 24 69

    LIEUX DE LA MANIFESTATION
    Grimaldi Forum : 10 Av Princesse Grace 98000
    MONACO - Tél : +377 99 99 30 00
    PARKINGS : 0,30€ / heure à partir de 19h.



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24819

MessagePosté le: Dim Déc 01, 2019 7:12 pm    Sujet du message: Répondre en citant

5 et 6 décembre 2019, aux Ballets de Monte-Carlo


"Les imprévus", séance de travail autour de Coppel-I.A., réservée aux titulaires de la carte des Ballets de Monte-Carlo. Evitez le train pour vous y rendre, les chemins de fer monégasques, c'est la SNCF (en grève illimitée à partir du 5/12).





_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24819

MessagePosté le: Jeu Déc 05, 2019 6:12 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Quelques premières images de répétition de la cyber-Coppélia de Jean-Christophe Maillot :











_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 19785

MessagePosté le: Ven Déc 27, 2019 9:35 am    Sujet du message: Répondre en citant

Un reportage sur Coppél-i.A. :
https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/copel-ia-ballets-monte-carlo-s-empare-du-theme-intelligence-artificielle-1767151.html


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 19785

MessagePosté le: Sam Déc 28, 2019 5:40 pm    Sujet du message: Répondre en citant

A noter que Chelsea Adomaitis, qui fut un temps surnuméraire à l'Opéra, figure maintenant à l'effectif des Ballets de Monte-Carlo.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 19785

MessagePosté le: Dim Déc 29, 2019 11:30 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Coppél-i.A
Ballets de Monte-Carlo
Grimaldi Forum
27 décembre 2019


En cette fin d'année 2019, Jean-Christophe Maillot présente au Grimaldi Forum Coppél-i.A (prononcez Coppéli-point-a), une création attendue de longue date qui consacre son retour au ballet narratif – en même temps qu'à des sujets issus de la grande tradition du ballet –, qu'il a souvent privilégié au cours de sa carrière.

Coppélia, chorégraphié en 1870 par Arthur Saint-Léon, est un peu le prototype du ballet de la fin du XIXe siècle, avec son mélange bien dosé de danse académique, de danse de caractère, de pantomime – une recette éprouvée à laquelle vient s'adjoindre, dans l'acte III, un pur divertissement virtuose déconnecté de la narration. Le ballet, dont l'efficacité tient en particulier à la formidable partition, cousue de leitmotivs hauts en couleur, de Léo Delibes, a su attirer tout au long de son histoire de nombreuses versions classiques, néo-classiques gentillettes et jusqu'à des relectures plus contemporaines – pensons notamment, en France et en vrac, à celles de Roland Petit, de Maguy Marin ou de... Patrice Bart pour l'Opéra de Paris. À tort ou à raison, le livret original a subi dans les grandes largeurs les foudres critiques de la modernité, non pas tant pour son manque de lisibilité (quelque part, c'est un modèle du genre) que pour sa légèreté coupable et son caractère passablement édulcoré, notamment au regard de sa source, une nouvelle fantastique et même franchement sombre d'E.T.A. Hoffmann, L'Homme au sable, par ailleurs célèbre pour avoir donné naissance au concept freudien d' « inquiétante étrangeté ».

À la suite de quelques autres relecteurs contemporains, Jean-Christophe Maillot s'attache ainsi, sinon à « re-hoffmaniser » à proprement parler le ballet, du moins à lui rendre cette part obscure et inquiétante qu'avait délibérément écartée, dans un contexte esthétique résolument différent, Charles Nuitter. De fait, comme le titre à la syllabe décomposée l'annonce – i.A pour intelligence artificielle –, Maillot se sert de l'intrigue sentimentale bien connue pour la mettre au service d'un thème touchant de près à l'actualité, celui des « corps augmentés » et des pratiques transhumanistes, dont les conséquences sont susceptibles d'échapper à l'homme.

De cette relecture, la musique apparaît comme une composante essentielle, qui contribue à lui donner sa forte dimension cinématographique. Celle-ci, qui devait d'ailleurs revenir un temps à Danny Elfman, compositeur associé aux films de Tim Burton, a finalement été confiée à Bertrand Maillot, frère du chorégraphe et compagnon de route de celui-ci sur quelques productions antérieures. Déroutante et familière, la partition se réapproprie de manière souvent grinçante, en les désarticulant ou en leur ajoutant des voix de synthèse, les grands thèmes de Delibes. Elle vient appuyer efficacement un visuel lui-même très cinématographique, où l'on repère notamment quelques clins d’œil à Metropolis ou au Nosferatu de Murnau, qu'on croit voir surgir à un moment en ombre chinoise.

Adieu donc au charme pittoresque de l'Europe centrale qui servait de cadre au ballet princeps, la Coppél-i.A de Maillot s'ancre a contrario dans un monde froid et sans couleurs – un monde de nulle part, dont les décors spectaculaires et oppressants, signés de la talentueuse Aimée Moreni, donnent à voir une succession de cercles au pouvoir assez hypnotique (les portes d'une navette spatiale ouvrant sur l'inconnu ?), qui évoquent quelque utopie futuriste. Dans cet univers, Coppélia n'est plus une poupée mécanique, reflet de la fascination longtemps exercée sur les artistes par les automates, et avant tout prétexte à « numéro » virtuose pour la ballerine principale, mais un robot, un androïde dépourvu d'émotions, qui prend progressivement vie sous les mains de son créateur, à la manière d'une moderne Galatée. Elle devient dès lors une figure dramatique à part entière, qui finit par interagir – pour le meilleur ou pour le pire – avec les autres protagonistes. « Coppélius aime Coppél-i.A qui aime Frantz qui devrait aimer Swanilda », résume joliment Maillot. Celui-ci redessine la trame sans toutefois la bouleverser et le balletomane y reconnaîtra les siens sans peine. Deux personnages absents du livret original, aux contours plus contemporains, viennent certes s'ajouter au quatuor principal – celui de la mère de Swanilda et celui de Lennart, confident de Swanilda –, mais à vrai dire, leurs rôles ne paraissent pas si clairs et ils semblent surtout là pour mettre en valeur des individualités fortes – celle de la puissante Mimoza Koike et du jovial Lennart Ratke. Dès la première scène, un long duo qui s'offre comme un retournement de la tradition, on comprend que l'accent est mis sur la relation entre Coppélius, le démiurge amoureux et tyrannique, et sa créature, Coppél-i.A, plutôt que sur celle entre Swanilda et Frantz, traitée de manière plus conventionnelle. C'est du reste à travers ce quatuor, décliné alternativement en duos ou en trios qui se suffiraient presque à eux-mêmes, que Maillot imprime le mieux sa marque. Engagée récemment dans la compagnie, Lou Beyne, dans un costume qui évoque le Metropolis de Fritz Lang, sert admirablement la gestuelle robotique du chorégraphe avant de se métamorphoser en fée futuriste, aussi fascinante qu'inquiétante, convertie à la fluidité du mouvement, à défaut d'avoir de vraies émotions. Matej Urban, parfait en Coppélius, confirme de son côté qu'il est désormais un interprète phare des Ballets de Monte-Carlo. Plus en retrait dans cette relecture, Anna Blackwell et Simone Tribuna servent quant à eux avec fraîcheur et dynamisme les rôles des éternels jeunes premiers.

Dans l'interview publiée dans le programme du spectacle, Jean-Christophe Maillot prétend ne pas trancher quant aux conséquences de l'intelligence artificielle, même si l'on sent bien qu'il n'est pas particulièrement exalté par les mondes virtuels et les nouvelles technologies. S'il préserve certes un dénouement heureux de façade – avec le mariage des deux tourtereaux –, ce qui marque vraiment – ce qu'on pourrait appeler la morale de l'histoire –, ce sont plutôt les images finales de la créature au corps de titane s'éloignant vers l'inconnu, échappant à son créateur, apparaissant terrassé, sinon mis à mort. Une Coppél-i.A qui résonne de manière inquiétante comme un avatar de Frankenstein.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 19785

MessagePosté le: Lun Déc 30, 2019 10:10 am    Sujet du message: Répondre en citant

Reportage sur Coppél-i.A dans Télématin : https://youtu.be/dB_4QQ7otXM


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24819

MessagePosté le: Lun Déc 30, 2019 12:47 pm    Sujet du message: Répondre en citant

La critique de sophia avec les illustrations ad_hoc est à présent en ligne sur le site de Dansomanie :




    27 décembre 2019 : Coppél-i.A. (Jean-Christophe Maillot) au Grimaldi Forum

      En cette fin d'année 2019, Jean-Christophe Maillot présente au Grimaldi Forum Coppél-i.A (prononcez Coppéli-point-a), une création attendue de longue date qui consacre son retour au ballet narratif – en même temps qu'à des sujets issus de la grande tradition du ballet –, qu'il a souvent privilégié au cours de sa carrière.

      Coppélia, chorégraphié en 1870 par Arthur Saint-Léon, est un peu le prototype du ballet de la fin du XIXe siècle, avec son mélange bien dosé de danse académique, de danse de caractère, de pantomime – une recette éprouvée à laquelle vient s'adjoindre, dans l'acte III, un pur divertissement virtuose déconnecté de la narration. Le ballet, dont l'efficacité tient en particulier à la formidable partition, cousue de leitmotivs hauts en couleur, de Léo Delibes, a su attirer tout au long de son histoire de nombreuses versions classiques, néo-classiques gentillettes et jusqu'à des relectures plus contemporaines – pensons notamment, en France et en vrac, à celles de Roland Petit, de Maguy Marin ou de... Patrice Bart pour l'Opéra de Paris. À tort ou à raison, le livret original a subi dans les grandes largeurs les foudres critiques de la modernité, non pas tant pour son manque de lisibilité (quelque part, c'est un modèle du genre) que pour sa légèreté coupable et son caractère passablement édulcoré, notamment au regard de sa source, une nouvelle fantastique et même franchement sombre d'E.T.A. Hoffmann, L'Homme au sable, par ailleurs célèbre pour avoir donné naissance au concept freudien d' «inquiétante étrangeté».

      --> Lire la suite




    Album-photo (cliquez sur la mosaïque)








_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 19785

MessagePosté le: Mar Jan 07, 2020 2:17 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Un reportage-vidéo dans Le Figaro : https://www.lefigaro.fr/culture/decouvrez-le-nouveau-coppel-i-a-des-ballets-de-monte-carlo-20200107


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 28, 29, 30, 31  Suivante
Page 29 sur 31

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous pouvez voter dans les sondages de ce forum


Nous Contacter
Powered by phpBB © phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com