Dansomanie Index du Forum
Connexion S'enregistrer FAQ Liste des Membres Rechercher Dansomanie Index du Forum

Goecke Lidberg Cherkaoui [ONP Garnier 05/02-02/03 2019]
Aller à la page Précédente  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
SVASVA



Inscrit le: 31 Mai 2017
Messages: 40

MessagePosté le: Mer Fév 06, 2019 6:14 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Au Ballet de l'Opéra de Paris, Faun qui peut
par Philippe Noisette

"Dans ce programme partagé, « Faun » de Sidi Larbi Cherkaoui enchante et « Les Noces » de Pontus Lidberg intriguent, mais « Dogs Sleep » de Marco Goecke est un naufrage."

https://weekend.lesechos.fr/culture/spectacles/0600647711673-au-ballet-de-lopera-de-paris-faun-qui-peut-2242609.php#


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
tuano



Inscrit le: 27 Mar 2008
Messages: 652
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Fév 06, 2019 11:58 pm    Sujet du message: Répondre en citant

L'OnP a posté des vidéos du Goecke sur Youtube.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24091

MessagePosté le: Jeu Fév 07, 2019 12:24 am    Sujet du message: Répondre en citant

https://www.operadeparis.fr/saison-18-19/ballet/goecke-lidberg-cherkaoui#gallery

Ou :

https://youtu.be/E37pl-f5O5I

https://youtu.be/c0o-Re-3eeI



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Joelle



Inscrit le: 06 Avr 2013
Messages: 817

MessagePosté le: Jeu Fév 07, 2019 3:23 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Après la Première le 5 février, je suis un peu du même avis que Mister Noisette... Monopoliser 3 Etoiles et 4 Premiers Danseurs pour un truc tout sombre qui ressemble beaucoup à du Crystal Pite (sans en avoir le génie...), bof...

M. Ganio a cependant fait un solo très magnétique, et tous les danseurs se donnaient à fond, mais l'œuvre en elle-même.... bofff...

J'ai beaucoup aimé la relecture du Faune et le Lidberg (même s'il y avait du lyrique associé...) Lydie Vareilhes a piqué le fiancé d'Aurélia Bellet (Aurélien Houette) et c'était bien ! Mais Lydie est toujours superbe !


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
SVASVA



Inscrit le: 31 Mai 2017
Messages: 40

MessagePosté le: Jeu Fév 07, 2019 5:51 pm    Sujet du message: Répondre en citant

A l’Opéra Garnier, une meute de chiens lunatiques
par Thomas Hahn

"Pour la première fois, le chorégraphe allemand Marco Goecke crée une pièce à Paris. Nocturne et lunaire, « Dogs Sleep » est un choc esthétique et physique pour le Ballet de l’Opéra de Paris, un électrochoc qui illumine une soirée en trois parties qui n’aurait affiché que peu d’éclat sans la révolution gestuelle venue d’outre-Rhin."

https://www.artistikrezo.com/spectacle/a-lopera-garnier-une-meute-de-chiens-lunatiques.html


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
SVASVA



Inscrit le: 31 Mai 2017
Messages: 40

MessagePosté le: Ven Fév 08, 2019 1:01 am    Sujet du message: Répondre en citant

The Financial Times
Does the Paris Opera Ballet lack direction? New works by Marco Goecke and Pontus Lidberg reviewed

par Laura Cappelle

https://www.ft.com/content/5feb6c3a-2ac1-11e9-9222-7024d72222bc


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
vincentledanseur



Inscrit le: 01 Fév 2018
Messages: 33
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Fév 08, 2019 11:13 am    Sujet du message: Répondre en citant

J’ai toujours été effaré de l’impolitesse du public de l’opéra. On pourrait penser qu’en ce lieu prestigieux, où le public cherche à s’élever, cherche à se sublimer, une certaine élégance, une certaine retenue serait partagée par tous. Mais hier soir ; le 07 février, nous voilà revenu au temps des théâtres du XVIII, des tavernes de bas étage.

A cette personne qui a hué Faun de Cherkaoui, puis Dogs Sleep de Lidberg, sachez qu’un tel comportement discrédite votre pensée, toute justifiée soit elle. Vous avez le droit de ne pas apprécier ce que l’Opéra vient de vous proposer. Quand bien même vos critiques seraient justifiées, argumentées, Vous êtes pourtant devenu inaudible. Il existe d’autres moyens d’exprimer sa désapprobation, surtout à l’heure des réseaux sociaux. Parlez-en autour de vous, écrivez un article, un tweet… Vous vous déshonorez, et vous déshonorez l’opéra.

Ainsi, vous huez Faun de Cherkaoui. C’est bien dommage, c’était de loin le meilleur moment de la soirée. Je n’ose imaginer votre consternation en voyant les deux pièces suivantes. Il y a dans cette pièce une recherche d’ondulation, de délié, de Marc Moreau incarne très bien le lutin espiègle, truculent, espiègle. Ce génie de la forêt, tout en malice, nous montre sa force musculaire, tout en cherchant à créer une onde avec son corps. Puis c’est la rencontre avec la vespérale Juliette Hilaire, nimbée de mystère, nimbée d’orientalisme. Les corps s’emmêlent, s’entremêlent, se dévoilent. Rien de classique ici, beaucoup de déhanchés, d’en-dedans. Le charme opère. La pièce est courte, et tant mieux. Elle ne saurait durer plus.
La création de Goecke, Dogs Sleep, est quant à elle à l’image de sa mise en scène : un écran de fumée. Le langage chorégraphique est peut-être génial…il faudrait pour cela le voir. Plongés dans le noir, derrière un rideau translucide, enveloppés de fumée, les danseurs étaient-ils sur scène ? Je ne sais. Impossible de voir le travail des jambes, qui semble quasiment inexistant de toute façon. Pour le haut du corps, les mouvements sont très saccadés, arrêtés. Aucune liaison, aucune souplesse. Le mouvement est rude. Mon ennui également. La musique ne me transporte pas. Je me dis que les astuces de mise en scène sont des gadgets présents pour faire oublier la vacuité de ce rêve de chien. Un canapé vient sur scène. Pourquoi pas. Mais quand je me rends compte qu’on l’a apporté, uniquement pour le retirer de la scène quelques minutes plus tard, englouti par la fumée… Cette œuvre rejoindra le panthéon des pièces à oublier.

Enfin, les Noces de Lidberg clôturent la soirée. Des couples qui se font et se défont. Des portés travaillés. Des courses entremêlées. Rien de bien nouveau. La danse et la musique ne font pas corps. Comme si le chorégraphe avait créé la pièce sans écouter la pièce de Stravinsky. Les Noces de Stravinsky, écrites en 1923, sont étonnamment modernes, piquantes, accentuées. Autant de qualificatifs qui ne correspondent en rien au ballet que j’ai vu hier soir.

Vivement le retour du Lac.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
SVASVA



Inscrit le: 31 Mai 2017
Messages: 40

MessagePosté le: Ven Fév 08, 2019 12:17 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Le Monde

Danse : un spectre d’émotions au Palais Garnier
La soirée mixte de l’Opéra de Paris associe Sidi Larbi Cherkaoui, Marco Goecke et Pontus Lidberg.

Par Rosita Boisseau

https://www.lemonde.fr/culture/article/2019/02/08/danse-un-spectre-d-emotions-au-palais-garnier_5420854_3246.html


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24091

MessagePosté le: Ven Fév 08, 2019 2:30 pm    Sujet du message: Répondre en citant

A partir du moment où ils ont payé leur billet, et s'il ne s'agit pas d'une séance de répétition mais du "produit fini", cela ne me choque pas que des spectateurs manifestent leur mécontentement. On est devenus bien trop consensuels, s'il y a des opinions tranchées, cela signifie au moins que l’œuvre présentée n'a pas laissé le public indifférent.



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 18470

MessagePosté le: Dim Fév 10, 2019 9:28 am    Sujet du message: Répondre en citant

Complètement d'accord avec haydn sur cette histoire de sifflets et sur la liberté totale du spectateur - dans les limites d'un certain savoir-vivre (les portables allumés pendant le spectacle ou les mangeurs de chips, on en parle?). Si l'Opéra est un temple (d'un drôle de genre), il me semble qu'il en a vu bien d'autres... Du reste, on est ici loin de la "cabale" - phénomène plus fréquent dans le monde lyrique.
D'un autre côté, il y a, régulièrement, des spectateurs qui voudraient bannir les applaudissements (mon dieu, quelle horreur, quelle vulgarité, applaudir des fouettés et autres "trucs" de cirque!...). Laughing


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 24091

MessagePosté le: Sam Fév 23, 2019 5:27 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai enfin assisté au spectacle Cherkaoui / Goecke / Lidberg hier soir, avec donc la seconde distribution.

Il me faut avouer que seul Faun, de Cherkaoui, a vraiment retenu mon attention, même s'il ne s'agissait pas là d'une création, ni d'une première parisienne d'ailleurs, la pièce ayant été présentée à Chaillot en 2009 (voir la critique de l'amie Sophia à ce sujet : http://www.forum-dansomanie.net/pagesdanso/critiques/cr0087_dans_l_esprit_de_diaghilev_chaillot_19_11_2009.html ).

Faun est solidement construit, et si l'on peut parfois s''irriter des interpolations signées Nitin Sawhney dans la célèbre musique de Debussy, c'est aussi une façon, pour Cherkaoui, de dire "ce n'est pas le Faune de Nijinsky".

Le duo d'interprètes est largement dominé par Simon Le Borgne, qui a beaucoup de présence, de sensualité, avec une gestuelle soignée, pensée. En revanche, Juliette Hilaire s'efface beaucoup trop devant son partenaire, et semble très sage, très retenue, dans un ouvrage qui est tout de même censé sentir un peu le soufre. Cela dit, contrairement à une tendance fréquente aujourd'hui, Sidi Larbi Cherkaoui ne cherche pas la surenchère, et son Faun n'est pas chargé davantage que celui de Nijinsky sur le plan érotique.

J'avoue ne pas avoir réellement saisi le propos de Marco Goecke dans Dogs Sleep. La brève note d'intention est passablement absconse (mauvaise traduction de l'allemand?) et n'est pas d'un grand secours. Si quelqu'un peut m'expliquer le sens de : "des filaments argentés de confusion mènent au néant, des fils en agent génèrent un choc", je suis preneur. On dirait une facétie de Google Translate...

Côté scénographie, c'est collants noirs sur fond noir, avec tulle noir à l'avant scène pour absorber le peu de lumière qui reste. Donc, on ne voit pas grand chose, hormis quelques formes, et il n'est même pas toujours aisé de distinguer les danseurs. La haute stature d'Emilie Cozette se détache un peu de l'ensemble. Elle est, à mon sens, celle qui, dans le septuor de solistes, s'approche le mieux du style brutal, heurté de Goecke, qui est un peu un maniaque des mouvements rapides, saccadés. On enrage de voir Héloïse Bourdon fourvoyée dans cette création sans lendemain, alors qu'elle aurait pu nous éblouir dans Le Lac des cygnes, que l'on jouait à l'autre extrémité de la ligne 8 du métro parisien. Sae Eun Park s'essaye à un peu d'animalité, sans donner l'impression d'être vraiment à l'aise non plus. Elle, heureusement, pourra montrer ce qu'elle sait faire en Oiseau blanc dans quelques jours. Chez les messieurs, Florian Magnenet, comme Emilie Cozette, use de son physique pour s'extirper de la brume. Paul Marque, Arthus Raveau et Fabien Révillion, eux, restent dans le flou. Lorsque le rideau tombe sur les trente minutes d'opacité de Dogs sleep, une voie off susurre : "dormez bien". Et ce n'est pas la réflexion ironique d'un spectateur mécontent.

Dommage en tout cas pour la musique, car là, les choix de Marco Goecke étaient intéressants, avec notamment Requiem for strings de Toru Takemitsu, qu'on peut considérer, mutatis mutandis, comme le Boulez japonais. Disparu prématurément en 1996, il reste l'une des figures majeures de la musique du XXème siècle. Faire suivre Takemitsu d'extraits d’œuvres de Ravel et Debussy, puis d'une chanson interprétée par Sarah Vaughan, était aussi tout à fait judicieux. Ravel et Debussy, tout comme la chanson populaire américaine, ont compté parmi les principales sources d'inspiration de Takemitsu - en plus des musiques traditionnelles de son pays natal. De ce point de vue, Dogs Sleep retrace avec beaucoup d'à-propos le parcours artistique de Takemitsu. Le hic, c'est qu'on est censé assister à un spectacle de ballet, et non à un cours d'histoire de la musique...

Les Noces de Pontus Lidberg se déroulent dans une ambiance un peu plus lumineuse que Dogs Sleep, mais la chorégraphie ne s'élève jamais au-dessus de la banalité. Les costumes semblent tout droit sortis d'un catalogue de vente par correspondance, et rien n’accroche vraiment l’œil du spectateur. Si la chorégraphie originale de Bronislava Nijinska - créée en 1923 au Théâtre de la Gaîté (!) par la compagnie des Ballets Russes - n'est pas exempte de défauts (elle est très statique, avec peu de "vrais" mouvements de danse), elle offre du moins de magnifiques "tableaux vivants", dont on cherchera en vain l'esquisse chez Lidberg, qui sous-utilise manifestement le potentiel expressif de la partition de Stravinsky. L'interprétation musicale aurait elle aussi gagné à être un peu plus percutante, avec davantage de sauvagerie et moins de civilité.

Pour les habitués de l'Opéra de Paris, cela restera pourtant l'une des dernières occasions de voir Caroline Bance sur scène. Pour cette fidèle d'entre les fidèles du corps de ballet, l'heure des adieux va malheureusement très prochainement sonner.



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous pouvez voter dans les sondages de ce forum


Nous Contacter
Powered by phpBB © phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com