Dansomanie Index du Forum
Connexion S'enregistrer FAQ Liste des Membres Rechercher Dansomanie Index du Forum

Cendrillon - ONP Bastille [26/11/2018-02/01/2019]
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 12, 13, 14
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Delly



Inscrit le: 14 Juin 2016
Messages: 603

MessagePosté le: Mer Jan 02, 2019 2:53 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Karl Paquette aujourd'hui et assez longuement sur France Inter :

https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-1ere-partie/karl-paquette-etoile-filante?fbclid=IwAR0UasXVQNXpXtgAXZxyG3qbW9ZYwZR0V-3NDo58aUP8TByzq88oo25kTEg


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sophia



Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 18422

MessagePosté le: Mer Jan 02, 2019 2:57 pm    Sujet du message: Répondre en citant

NEOPHYTE a écrit:
page 31 du programme de Cendrillon il est indiqué que, je cite:
" l'Opéra national de Paris célèbre les 80 ans de Rudolf Noureev disparu trop tôt.
Marius Petipa dont le chorégraphe eut à cœur de transmettre les œuvres à l'Ouest aurait eu 200 ans cette même année."

cet hommage deux en un est presque humoristique....
la Cendrillon de Noureev est plutôt un hommage à l'Amérique des années 30 que Petipa n'a pas vraiment connue (il est mort trop tôt lui aussi....)


Laughing
S'il y a un ballet de Noureev qui est vraiment du pur Noureev et rien d'autre, c'est Cendrillon. La mention de Petipa à cet endroit est effectivement loufoque et hors de propos.

Concernant Sylvia Saint-Martin, je suis d'accord : un très joli port de bras, des épaulements très soignés et expressifs, des jambes à l'infini (plus en difficulté dans les tours en revanche) et une sensibilité néo-classique qui lui permettent d'imposer son personnage aux côtés de la tornade Alu, dont je ne sais pas ce qu'il peut faire pour mieux jouer / mieux danser dans ce registre, même si la chorégraphie de ce ballet est pour moi exécrable.
Un peu plus mitigée en revanche sur le corps de ballet - en fin de course - et les seconds rôles de cette distribution, qui nous confortent, pour certains (Aurélia Bellet, Charline Giezendanner, Pablo Legasa), avec de la belle danse, mais déçoivent avec un jeu plus limité ou à l'humour quelque peu forcé. Bien agréablement surprise néanmoins par Jérémy-Loup Quer en Producteur.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
NEOPHYTE



Inscrit le: 25 Sep 2011
Messages: 926
Localisation: PARIS

MessagePosté le: Mer Jan 02, 2019 9:29 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Jeremy-Loup Quer était effectivement extra en producteur, dans un style un peu à la Harvey Weinstein, un peu bad boy, et surtout son passage en Groucho Marx avec des sauts, une petite batterie de toute beauté, je me suis délectèe, il y avait le style et la forme!

J'ai bien aimé Pablo Legasa en professeur de danse un peu dandy, son style un peu maniéré s'accompagnait d'une "petite batterie" dans un style que j'ai envie de qualifier de "Bournonville", c'était ciselé, affuté, un vrai plaisir des yeux!

Pour moi le premier moment fort a été la valse mauve, je l'adore, la musique de Prokofiev y est symphonique et la chorégraphie de Noureev fait bouger chaque groupe de danseurs sur un mouvement de la musique, c'est visuellement et musicalement magnifique.
La valse mauve : Katherine Higgins,Caroline Osmont, Bleuenn Battistoni, Eugénie Drion, Celia Drouy, Marion Gautier de Chamacé, Héloise Jocqueviel, Hohyun Kang, Luna Peigné, Sofia Rosolini, Seohoo Yun, Nine Seroplan.
Antoine Kirscher, Mathieu Contat, Simon Le Borgne, Florent Mélac, Andrea Sarri, Alexandre Carniato, Cyril Chokroun, Takeru Coste, Guillaume Diop, Giorgio Fourès, Julien Guillemard, Antonin Monié,

Les quatre saisons étaient très bien et m'ont fait penser à un passage de la comédie musicale "un Américain à Paris", j'y ai aussi retrouvé les soubrettes et j'adore les nôtres, elles sont très "chics"
les soubrettes : Victoire Anquetil, Marion Gautier de Chamacé, Eugénie Drion, Clémence Gross, Héloise Jacqueviel, Sofia Rosolini.

Et puis il y a King Kong, il faut s'appeler Noureev pour faire danser des vahinées sur du Prokofiev, s'il y avait des Polynésiens parmi les spectateurs, ils ont dû s'étrangler de rire.
C'est un peu comme les douze coups de minuit, il fallait oser, ceux qui s'endorment au spectacle doivent se réveiller en se demandant combien de temps ils se sont assoupis...

J'ai aussi bien aimé la danse chinoise de Charline Giezendanner qui avait troqué pour quelques minutes son déguisement de charmante petite peste de soeur pour un rôle plus glamour!

Moi aussi j'étais persuadée que François Alu serait nommé, il danse avec une amplitude et une énergie réjouissantes, le public était chaud-bouillant.
Ce sera forcément pour une autre fois, le suspens est total, il dansera peut-être Rothbart....
j'espère qu'il sera nommé sur un rôle qui lui ressemble...exceptionnel...!


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Constance



Inscrit le: 13 Juin 2016
Messages: 65
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Jan 03, 2019 12:07 am    Sujet du message: Répondre en citant

Retour la soirée du 31 décembre et les adieux de Karl Paquette.
Il ne me serait pas forcément venue à l’esprit de voir une nouvelle fois Cendrillon sur cette série, si cela n’avait été pour les adieux de Karl Paquette en ce 31 décembre 2018.
Avec ce départ, une page se tourne. En parlant de lui, je n’emploierai pas l’imparfait qui donne l’impression que le danseur ou la danseuse qui se retire vient de mourir : Karl Paquette n’est pas le plus grand danseur du monde, et on a pu voir d’ailleurs lors de cette soirée qu’il était peut-être temps, sur le plan technique (sauts notamment), de raccrocher ; pas le plus grand danseur du monde donc, mais un remarquable partenaire, qui a su magnifier la danse des ballerines à ses côtés: lors des dernières saisons, je me souviendrai du pas de deux du divertissement du Songe d’une nuit d’été de Balanchine, avec Sae Eun Park ; du sublime « bleu » du Palais de Cristal, avec Ludmilla Pagliero ; reste à espérer qu’il puisse transmettre aux plus jeunes ce savoir-faire, et qu’il puisse leur apprendre que pour être vraiment un grand danseur, il faut être aussi un grand partenaire.
Que dire de la représentation? Encore une fois, Valentine Colasante surprend par le charme et le moelleux qu’elle apporte au personnage de Cendrillon, sans parler d’une technique très affutée, rapide, ciselée, avec de très beaux bras. Il me semble qu’elle se départit toujours davantage, depuis son passage au titre d’étoile, du côté un peu scolaire que montrait la première danseuse. Le partenariat fonctionne très bien avec Karl Paquette, qui, lui, atteint ici ses limites techniques, et c’est assez courageux, voire assez crâne, d’avoir choisi de partir sur ce rôle. Par ailleurs, sa caractérisation du personnage de l’acteur vedette est moins rayonnante, moins subtile que celle de François Alu, par exemple ; peut-être l’enjeu et la charge émotionnelle de la soirée ont-ils aussi pesé… de toute façon, ce soir, on lui pardonne tout.
Les sœurs, en rose l’idiote, en bleu la peste, respectivement Dorothée Gilbert et Ludmilla Pagliero, sont irrésistibles, et extraordinaires techniquement; ces deux Etoiles possèdent vraiment un don comique, avec une mention spéciale pour Melle Pagliero, qui décidemment réussit tout ce qu’elle fait, et joue la méchante avec délectation. Face à elles, le producteur d’Alessio Carbone, très bienveillant, souriant, charmant, est tout de même un peu effacé ; Jeremy-Loup Quer y était plus fascinant, plus mystérieux et dominait son monde. Toujours sous-employé, Hugo Vigliotti tire son épingle du jeu en prisonnier ; Paul Marque, très en forme techniquement, campe un professeur de danse très brillant, sans avoir la fantaisie de Pablo Legasa. Nicolas Paul et Francesco Mura sont très bons en metteur en scène et assistant. Aurélien Houette me convainc en mère abusive et folle -son essayage de soulier au dernier acte fait littéralement peur- et le père d'Erwan Leroux lui donne la réplique appropriée. Ce sont les solistes des saisons -un des pires moments chorégraphiques de l’œuvre- qui ne me comblent pas : soit, Marion Barbeau danse très bien et fait tout pour le faire savoir mais Emilie Cozette semblait tétanisée, Sae Eun Park semblait imprécise techniquement, ce qui est rare, et s’est fait peur en reposant mal un pied après un porté ; quant à Fanny Gorse, elle est un peu transparente et Alice Catonnet, derrière elle, captait plus la lumière.
Enfin, ce fut de nouveau une bonne surprise que d’apprécier le ballet en lui-même, oui, oui. Ce n’est vraiment pas un chef-d’œuvre mais on passe une agréable soirée, le champagne aidant. Bien sûr, en osant écrire cela, on passera pour une béotienne. Tant pis.
Les adieux furent émouvants et comme des adieux doivent être : acclamation et ovation du public, pluie d’étoile, jolis enfants sur scène, partenaires en pleurs (Ludmilla Pagliero) ou au bord des larmes (Dorothée Gilbert), anciennes partenaires, directrices de la danse, actuelle et passée. Est-ce par pudeur ou par manque d’enthousiasme, les messieurs sont beaucoup moins présents sur scène lors de ces évènements. Enfin, la victime sacrificielle ou, au choix, le héros de la soirée, Karl, tout en émotion sobre mais à fleur de peau. Un beau moment.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
LucyOnTheMoon



Inscrit le: 18 Nov 2008
Messages: 976

MessagePosté le: Jeu Jan 03, 2019 4:46 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci beaucoup Constance pour ce compte-rendu... et par pitié ne vous excusez pas d'aimer ce ballet !!!
Pour ma part j'ai du me contenter - comme beaucoup - de voir le 3e acte en "replay" (avec une grande partie des adieux hélas amputée par les plans de coupe - et de flûte - sur l'animatrice et sur Stéphane Lissner). La principale pensée qui m'est venue est que ça devait être un jour particulièrement triste pour... la gent féminine du ballet, qui devra à l'avenir se passer d'un partenaire exceptionnel...


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 12, 13, 14
Page 14 sur 14

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous pouvez voter dans les sondages de ce forum


Nous Contacter
Powered by phpBB © phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com