Dansomanie Index du Forum
Connexion S'enregistrer FAQ Liste des Membres Rechercher Dansomanie Index du Forum

Nouvelles du Ballet du Rhin (Mulhouse - Colmar - Strasbourg)
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 23754

MessagePosté le: Sam Juil 09, 2016 5:34 am    Sujet du message: Répondre en citant

Le Ballet du Rhin a trouvé son nouveau directeur : Bruno Bouché, actuellement Sujet au Ballet de l'Opéra de Paris. Il prendra ses fonctions en septembre 2017.




Ballet du Rhin : Bruno Bouché, nouveau directeur (Dernières Nouvelles d'Alsace)

    Désigné à l’unanimité par un jury réunissant les tutelles et la directrice de l’Opéra national du Rhin, Eva Kleinitz, le directeur artistique d’Incidence Chorégraphique a fait l’essentiel de sa carrière au ballet de l’Opéra de Paris, où il s’est formé. Des grandes pièces de répertoire classique et néoclassique aux plus contemporaines créations de Pina Bausch, Carolyn Carlson, Angelin Preljocaj, au projet cinématographique audacieux de l’artiste JR, Les Bosquets , Bruno Bouché a le goût du risque.



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/


Dernière édition par haydn le Lun Sep 10, 2018 4:55 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mirage



Inscrit le: 19 Jan 2006
Messages: 197

MessagePosté le: Mar Sep 13, 2016 7:40 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Interview radio de Bruno Bouché concernant sa prise de fonction la saison prochaine avec le ballet du Rhin.
Malheureusement il faut y être abonné pour pouvoir l'écouter. Y a-t'il quelqu'un qui y a accès et peut nous en dire plus concernant sa reconversion et le programme qu'il compte concocter pour la compagnie alsacienne?

http://www.dna.fr/dossiers/2016/09/10/interview-de-bruno-bouche


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 23754

MessagePosté le: Jeu Avr 27, 2017 12:54 pm    Sujet du message: Répondre en citant

La saison 2017-2018 du Ballet du Rhin, qui sera la première conçue par Bruno Bouché, vient d'être annoncée :



http://www.operanationaldurhin.eu/danse-2017-2018.html



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ptite.danseuz



Inscrit le: 12 Fév 2006
Messages: 139
Localisation: Allemagne

MessagePosté le: Jeu Avr 27, 2017 1:12 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Chaplin... mais pourquoi donc? Il était déjà difficile de tenir toute la représentation ici à Leipzig, était-ce vraiment nécessaire de l'exporter?...


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 23754

MessagePosté le: Mar Sep 12, 2017 11:12 am    Sujet du message: Répondre en citant



    La saison 2017-2018 du Ballet du Rhin, la première conçue par Bruno Bouché, s'ouvrira avec un spectacle William Forsythe / Jiří Kylián / Uwe Scholz :


    QUINTETT / WILLIAM FORSYTHE
    [ENTRÉE AU RÉPERTOIRE ]

    Pièce pour 5 danseurs
    Création en 1993 par le Ballett Frankfurt
    Durée 26 minutes
    Chorégraphie : William Forsythe
    en collaboration avec Dana Carpersen, Stephen Galloway, Jacopo Godani, Thomas McManus, Jones San Martin
    Musique : Gavin Bryars
    Décors et lumières : William Forsythe
    Costumes : Stephen Galloway

    Au moment où Forsythe compose Quintett, sa femme est mourante. Comment s’empêcher, dès lors, de déceler une dimension métaphysique à cette pièce, peut-être lettre d’adieu ? Sur scène : une trappe d’où s’échappent successivement deux danseuses, avant d’y retomber à nouveau. Leurs sorties ne leur permettent que d’être saisies un instant par trois hommes, qui sans cesse les laissent échapper à leurs bras… Forsythe amène ici la technique classique jusqu’au déséquilibre, jusqu’à la chute, et la fait résonner au coeur du lancinant Jesus’ blood never failed me yet de Gavin Bryars.


    27’52’’ / JIŘÍ KYLIÁN
    [ENTRÉE AU RÉPERTOIRE]

    Pièce pour 6 danseurs
    Création en 2002 par le Nederlands Dans Theater II
    Durée 27 minutes, 52 secondes
    Chorégraphie, décors : Jiří Kylián
    Musique : Dirk Haubrich
    Costumes : Joke Visser
    Lumières : Kees Tjebbes

    Jiří Kylián crée 27’52’’ en 2002 au Nederlands Dans Teather II, pour le 25e anniversaire du théâtre. Pour l’occasion, le musicien Dirk Haubrich compose spécialement une partition basée sur deux thèmes du grand Gustav Mahler (extraits de sa 10e symphonie), qui dialoguent avec des extraits poétiques, parmi lesquels L’Albatros de Charles Baudelaire. Le titre parle de lui-même et annonce d’emblée l’exacte durée de la pièce. La danse se pare d’effets presque cinématographiques pour nous faire rencontrer l’un des thèmes de prédilection de Kylián : le couple, dans toutce qui l’unit, et tout ce qui le sépare.


    JEUNEHOMME / UWE SCHOLZ
    [REPRISE RÉPERTOIRE]

    Pièce pour 21 danseurs
    Création en 1986 par les Ballets de Monte-Carlo
    Durée 35 minutes
    Chorégraphie, décors et costumes : Uwe Scholz
    Musique : Wolfgang Amadeus Mozart

    En janvier 1777, à l’heure où Mozart s’apprête à quitter Salzbourg
    en compagnie de son père, arrive dans la ville une jeune française, Mademoiselle Jeunehomme, dont on ne sait pratiquement rien, sinon
    qu’elle est une remarquable pianiste que le jeune compositeur devait
    revoir à Paris l’année suivante. C’est elle qui, peut-être, a inspiré Mozart
    et, en tous cas, a donné son nom au Concerto n°9 (mi bémol majeur,
    K.271) écrit à Salzbourg, fin janvier 1777. Uwe Scholz, fervent mélomane,
    propose ici un prolongement chorégraphique du Concerto : « J’ai besoin de l’allégresse de Mozart, de sa beauté, de son objectivité et de sa mélancolie, conduite non par une sorte de narcissisme mais par une force tragique. Ce concerto est la synthèse de tout cela ».



    Durée totale 1 h 50 environ
    Spectacle présenté avec un entracte



    AUTOUR DU SPECTACLE
    entrée libre, inscriptions : ballet@onr.fr


    L’université de la danse
    Conférence dansée
    Mulhouse Studios du Ccn
    je 5 octobre 19 h
    (sur inscription)

    Coulisses studio
    Répétition ouverte
    Mulhouse Studios du CCN
    ma 10 octobre 18 h
    (sur inscription)

    Répétitions publiques sur scène
    - Mulhouse La Sinne
    lu 16 octobre 18 h 30
    - Strasbourg Opéra
    ma 14 novembre 14 h 30

    Danse à l’université
    Conférence dansée
    Strasbourg Université
    Le Portique
    je 9 novembre 18 h 30

    Prologues danse
    Pour vous permettre de vous familiariser avec les oeuvres que vous êtes sur le point de découvrir, nous vous invitons à suivre les « Prologues » qui précèdent chaque représentation à Strasbourg, Mulhouse et Colmar. 30 minutes avant le spectacle, durée 15 minutes.



    Représentations :

    MULHOUSE La Sinne
    je 19 octobre 20 h
    ve 20 octobre 20 h
    di 22 octobre 15 h

    COLMAR Théâtre
    sa 4 novembre 20 h
    di 5 novembre 15 h

    STRASBOURG Opéra
    ma 14 novembre 20 h
    me 15 novembre 20 h
    ve 17 novembre 20 h
    sa 18 novembre 20 h
    di 19 novembre 15 h


    MULHOUSE, La Sinne
    39 rue de La Sinne – BP 10020
    68948 Mulhouse cedex
    Tél. : +33 (0)3 89 33 78 00
    Prix des places : de 12 € à 48 €

    COLMAR, Théâtre
    3 rue des Unterlinden
    68000 Colmar
    Tél. : +33 (0)3 89 20 29 02
    Prix des places : de 12 € à 48 €

    STRASBOURG, Opéra
    19 place Broglie – BP 80320
    67008 Strasbourg cedex
    Tél. : +33 (0)825 84 14 84 (0,15 €/min)
    Prix des places : de 12 € à 48 €



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 23754

MessagePosté le: Ven Sep 15, 2017 7:05 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Le Ballet du Rhin nous informe de la disparition de Didier Merle, un des derniers "rescapés" de la glorieuse époque de Jean Sarelli, et qui occupa, de 1990 à 2017 les fonctions de Maître de ballet au sein de la compagnie. Il avait pris sa retraite au mois de juin dernier.





_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
drewdanse



Inscrit le: 01 Sep 2016
Messages: 6

MessagePosté le: Dim Sep 17, 2017 2:32 am    Sujet du message: Répondre en citant

Alessa Rogers a quité Atlanta Ballet pour le Ballet du Rhin. À Atlanta elle a créé le rôle de "Princess Irene" dans le ballet de Twyla Tharp "The Princess and the Goblin." Et elle a dansé Juliette dans la version de Maillot. Je suis desolé qu'elle ne danse plus à Atlanta (je vis près d'Atlanta)--mais je souhaite qu'elle aura succès avec le ballet du Rhin!


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 23754

MessagePosté le: Mer Jan 03, 2018 9:51 pm    Sujet du message: Appel à projets [chorégraphes, compagnies] Répondre en citant

Le Ballet du Rhin, dirigé par Bruno Bouché, lance un appel à projets pour des chorégraphes et des compagnies intéressés par une résidence :


    APPEL A PROJETS / ACCUEIL STUDIO 2019

    Depuis 2008, nous avons mené une grande politique de mise en réseaux des compagnies coproduites par l’accueil studio du BOnR/ CCN de ulhouse et les lieux de diffusion de la région Alsace. En 2011 nous avons créé une commission consultative qui examine collectivement les demandes. En réunissant plusieurs partenaires culturels autour des demandes de coproduction présentées au BOnR/ CCN de Mulhouse nous avons fait de ce moment un temps d’échange, de partage et de découverte où la proposition chorégraphique en Alsace est au cœur de nos questionnements. Le dispositif d’Accueil Studio s’affirme aujourd’hui comme un outil supplémentaire pour le développement de l’offre chorégraphique dans la région et pour la mise en place de plusieurs
    collaborations entre les structures culturelles nationales et internationales

    En 2012, nous avons décidé de valoriser le chemin déjà parcouru en affirmant notre rôle de pôle de la résidence chorégraphique dans la région. Parallèlement à l’accompagnement des chorégraphes coproduits par ce dispositif, nous favorisons la rencontre de ces derniers avec les danseurs permanents du BOnR mais aussi avec les danseurs de la région par l’ouverture des training pro des artistes en résidence. Bruno Bouché, qui prend la direction du BOnR en septembre 2017, donne plus de visibilité au dispositif et développe l’intégration du dispositif également dans les instances de l’OnR. La transversalité des artistes des accueil studio et des artistes permanents du Ballet permettra également de
    redéfinir l’identité du BOnR comme un Ballet Européen au XXI€ siècle.
    Fonctionnement du dispositif Le dispositif d’Accueil Studio se développe sous deux axes : le partage des outils et un apport financier forfaitaire en coproduction sur la résidence.

    Dans la mesure de ses possibilités, le BOnR mettra un studio a disposition pour le temps de la résidence au Centre chorégraphique national de Mulhouse. Si toutefois son programme de travail ou le planning de la compagnie en résidence ne le permettait pas, il pourra être fait appel aux partenaires pour délocaliser la résidence selon leurs possibilités et les besoins des compagnies. Dans le cadre de cette résidence, des actions de sensibilisation pourront être organisées et une présentation publique du travail en cours sera proposée. Par ailleurs, le BOnR pourra apporter aux compagnies choisies une aide directe en coproduction, ainsi qu’un soutien dans la recherche de nouveaux partenaires dans le réseau du BOnR.


    Sélection des projets

    Les demandes sont a envoyer avant fin avril 2018, directement au Ballet de l’Opéra national du Rhin par courrier (38 passage du Théâtre BP. 81165 68053 Mulhouse Cedex) ou par courriel a pnocera@onr.fr avec un dossier comprenant :

    - la fiche de renseignements (téléchargeable sur le site internet)
    - argumentaire
    - CV du ou des chorégraphes
    - historique de la compagnie
    - DVD ou liens vidéo de la dernière création
    - dossier de production
    - budget, RIB

    Ce dossier pourra être complété avec tous les éléments d’information jugés utiles (dossier de presse, DVD d’extraits des précédentes créations ou lien vers les vidéos, site internet etc.)

    La sélection des projets s’effectuera en deux temps :

    - une première sélection sera opérée par la direction artistique et administrative du BOnR, après instruction de la demande et vérification de son éligibilité au dispositif.

    - Les projets sélectionnés seront ensuite transmis aux membres de la commission consultative. Les membres de cette commission se réuniront pour donner leur avis, échanger sur les différentes demandes et étudier les collaborations possibles avec les projets sélectionnés. Au vu de ces échanges, le BOnR établira la liste des projets retenus pour une aide au titre de l’année 2019.

    Les différents membres de la commission seront libres de s’associer à ces choix ou/et de soutenir l’un ou l’autre des projets qui n’aurait pas été retenu.


    Composition de la commission

    Bruno Bouche (Directeur artistique du BOnR)
    Pasquale Nocera (Chargé de Développement des missions du CCN)
    Parmi les partenaires fidèles de notre dispositif, nous avons :
    - Pôle Sud CDC en préfiguration à Strasbourg, Joëlle Smadja
    - SN de la Filature à Mulhouse, Monica Guillouet-Gélys et Laurence Rollet
    - Adiam 67, Claire Renckly
    - Théâtre la Coupole de Saint Louis, Eleonora Rossi
    - Théâtre Marché aux grains de Bouxwiller, Vidal Bini
    - MAC de Bischwiller, Denis Woelffel
    - Théâtre le Triangle de Huningue, Jacques Lamy-Chappuis
    - Salle Europe de Colmar, Joëlle ]urldewicz
    - CCN de Belfort, Héla Fattoumi et Éric Lamoureux
    - CCN du Ballet de Lorraine, Gregory Cauvin
    - Agence Culturelle d’Alsace, Virginie Lonchamp

    Périodes de résidences possibles : octobre 2018 à décembre 2019
    Date limite de dépôt des dossiers : ouverture des candidatures début en janvier et clôture le 30 avril 2018

    Informations et demande du formulaire de candidature :

    Pasquale Nocera
    Chargé de Développement des missions du CCN
    03 89 45 94 14 - 06 31 2794 71
    pnocera@onrfr



_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Zoe18



Inscrit le: 10 Déc 2015
Messages: 88

MessagePosté le: Ven Avr 20, 2018 8:18 pm    Sujet du message: Répondre en citant

La saison 2018-2019 est annoncée:
http://www.operanationaldurhin.eu/danse-2018-2019.html


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 23754

MessagePosté le: Lun Sep 10, 2018 4:46 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Premier spectacle de la saison 2018-2019 au Ballet du Rhin, du 11 octobre au 18 novembre, à Mulhouse, Strasbourg et Colmar :





SPECTRES D’EUROPE • BRUNO BOUCHÉ / KURT JOOSS

MULHOUSE
La Sinne
je 11 octobre 20 h
ve 12 octobre 20 h
sa 13 octobre 20 h

COLMAR
Théâtre
sa 3 novembre 20 h
di 4 novembre 15 h

STRASBOURG
Opéra
ma 13 novembre 20 h
ve 16 novembre 20 h
sa 17 novembre 20 h
di 18 novembre 15 h

Durée : environ 1 h 40, entracte compris
Conseillé à partir de 14 ans


FIREFLIES / BRUNO BOUCHÉ
[CRÉATION]
Chorégraphie Bruno Bouché
Musique Nicolas Worms
Dramaturgie Daniel Conrod
Costumes Thibaut Welchlin
Lumières Tom Klefstad

LA TABLE VERTE / KURT JOOSS
[REPRISE RÉPERTOIRE]
Pièce pour 16 danseurs
Création en 1932
au Théâtre des Champs-Élysées, Paris
Livret, chorégraphie Kurt Jooss
Musique F. A. Cohen
Pianos Maxime Georges, Stella Souppaya
Costumes Hein Heckroth
Lumières, masques Hermann Markard

Ballet de l’Opéra national du Rhin


AUTOUR DU SPECTACLE (entrée libre)
L’Université de la danse
Conférences dansées
à destination des étudiants
Mulhouse Studios du Ccn
je 27 septembre 19 h
(sur inscription à ballet@onr.fr)
Strasbourg Université, Le Portique
ma 6 novembre 12 h 30
Répétition publique en scène
Mulhouse La Sinne
ve 5 octobre 19 h
Classes ouvertes
Découvrez l’entraînement
quotidien des danseurs
Mulhouse Studios du Ccn
me 31 octobre 10 h
(sur inscription à ballet@onr.fr)
Strasbourg, Opéra
ma 13 novembre 12 h 45

Prologue
30 minutes avant chaque
représentation, des passeurs
du Ballet de l’OnR errent dans
le théâtre, menés par Pasquale
Nocera.



PRÉSENTATION

Sous la forme d’un diptyque, Spectres d’Europe questionne le passé et le destin de notre continent, cent ans exactement après la fin de la Première guerre mondiale. Avec La Table verte, pièce que Kurt Jooss créa à Paris dans les mois qui précédèrent l’arrivée d’Adolf Hitler au pouvoir, l’esthétique expressionniste se nourrit d’emprunts aux danses macabres médiévales afin d’exprimer, souvent avec sarcasme, toute l’horreur de l’oppression et des combats. Bruno Bouché, quant à lui, accompagne sa création d’une partition créée par le musicien Nicolas Worms. Réflexion politique et geste poétique, Fireflies, ou lucioles, titre de la création de cette pièce de compagnie, renvoie notamment à la figure de Pier Paolo Pasolini. Métaphores d’un esprit de résistance en marge de l’ordre du monde, les lucioles sont des rhizomes luminescents fragiles qui scintillent dans la nuit. Fireflies est la première collaboration de l’écrivain Daniel Conrod, artiste associé du Ballet de l’OnR, avec Bruno Bouche.


FIREFLIES NOTE D’INTENTION (Daniel Conrod)

« …êtres luminescents, dansants, erratiques, insaisissables et résistants comme tels - sous notre regard émerveillé. » Survivance des lucioles de Georges Didi-Huberman (Éditions de Minuit, 2009).


Outre l’hospitalité qui m’est offerte par Bruno Bouché et le Ballet de l’OnR, une courbe inspire et soutient ce compagnonnage artistique et humain entre une grande compagnie de danse, son directeur artistique et un écrivain. Une courbe comparable à celle que dessine à travers les rues de Rome le comédien fétiche et compagnon de Pasolini, Ninetto Davoli, un immense coquelicot de papier à la main, dans le court-métrage du même Pasolini, La sequenza del fiore di carta (1968). Légère, lucide, tragique, erratique elle aussi, est cette courbe que traverse tel un funambule Ninetto Davoli sur fond d’images de désastres droits venus de la Seconde guerre mondiale et de la guerre du Vietnam. Tout y est dit de l’urgence du mouvement, de notre mise en mouvement, de son impérieuse nécessité tandis que partout manoeuvrent et éblouissent les spectres jamais rassasiés de la mémoire ou de la puissance prédatrice. Ce que nous voyons partout maintenant. La force est ce qu’elle est. Danser est autre chose. Il n’y a pas à comparer. Luminescents, insaisissables, tels sont les danseurs et les danseuses. Ainsi échappent-ils à toute capture de notre regard. Ils sont courbes, diagonales, lignes biseautées, mobilités infernales, miroitement des apparitions et des disparitions, silences vertigineux. Peut-être même sont-ils transes ou chamanes. Bienheureuse impossibilité que la nôtre de capturer quoi que ce soit. Qu’est-ce que danser ? Être incapturable, incapturable comme l’est Ninetto Davoli, écrire dans l’air et sur le sol, inventer, s’inventer au milieu du monde tel qu’il est, au milieu et dans ses marges, car le monde n’est pas autre que ce qu’il est. Ni la danse ni la littérature ne peuvent ignorer cela. Nous tous, nous savons d’où nous venons, ce qu’ont été les tables bouchères de l’histoire, les noms et les nombres, nous savons tout des menaces de ce temps, nous n’ignorons pas grand chose de ce qui vient, ni les noms ni les nombres là aussi. C’est là que nous sommes, là que se tient la danse, là que dansent les danseurs, là que notre regard peut témoigner de ce qu’il voit. Lueurs intermittentes, lueurs latérales. Ailleurs est la puissance. Ailleurs, la brutalité.








LA TABLE VERTE (Kurt Jooss, 1932)

Créé le 3 juillet 1932 au Théâtre des Champs-Élysées à Paris, La Table Verte de Kurt Jooss (1901-1979) reste le plus célèbre ballet du courant expressionniste allemand qui s’est épanoui dans la première moitié du XXe siècle. Fondateur à Essen d’une école où l’on enseigne plusieurs disciplines pour parvenir à un mode d’expression synthétique, Jooss dénonce, dans son chef-d’oeuvre chorégraphique, l’absurdité et les horreurs de la guerre à travers une suite de tableaux sarcastiques ou dramatiques, inspirés notamment par les danses macabres médiévales. Pièce qui préfigure la montée du nazisme, La Table verte (musique de Fritz Cohen) s’inscrit dans un courant qui rassemble des artistes aussi divers que Mary Wigman, Valeska Gert ou Harald Kreutzberg. Solos à l’expressivité parfois outrée et danses d’ensembles fortement structurées sont représentatifs de ce mouvement créatif. La Table verte est aussi la pierre angulaire du théâtre dansé (en allemand tanztheater), un genre plus que jamais à l’honneur aujourd’hui, à travers le travail d’artistes comme Pina Bausch.

Nous croyons à la Danse, comme à un art théâtral indépendant, cet art ne pouvant pas être traduit par les mots, son langage est le mouvement construit par les formes et pénétré par les sentiments. Notre désir est de servir la danse scénique, qui pour nous est la synthèse la plus significative entre l’expression vivante et dramatique et la danse proprement dite. Notre dessein artistique est donc de trouver une forme de la chorégraphie qui soit basée également sur les apports de l’art moderne et sur les enseignements de la danse classique. La base de notre travail est l’échelle complète de tous les sentiments humains et de toutes les phases de son expression illimitée, et c’est par la concentration sur « l’essentiel » que nous arrivons à notre forme dansante. La Table verte, dans sa stylisation, a été pour nous un problème entre tous les autres.



Composition de la pièce (F. A. Cohen, 1935)

Le Ballet se compose des tableaux suivants, formant chaque fois un ensemble et enchaînés par quelques caractères :

1. Les messieurs en noir
2. Les adieux
3. La bataille
4. Les réfugiés
5. La partisane
6. Le bordel
7. Marche macabre
8. Les messieurs en noir

La Table verte est celle autour de laquelle s’assemblent les messieurs vêtus de noir qui décident de la vie ou de la mort de millions d’hommes. Discours, menaces, provocations des diplomates prennent forme de canons, de bombes et de torpilles. Derrière leurs confortables fauteuils se tient la Mort, impatiente du moment d’ouvrir la ronde macabre. Le signal est donné. Un courageux jeune homme se lève, brandissant un drapeau qu’il fait fièrement claquer au vent. À cet appel, apparaissent un, deux, cinq, dix autres jeunes gens qui suivent avec un enthousiasme passionné le rythme de ce « Chant du Départ ». Une armée est née. Chacun ayant perdu son individualité propre est devenu une pièce de l’implacable et toute puissante Machine de Mort. C’est en vain que les femmes, les mères, les fiancées se jettent aux corps de jeunes hommes. Ceux-ci s’arrachent à leurs étreintes et se hâtent vers leur devoir. Alors c’est la bataille, le long exode des exilés et des fuyards, la félonie de l’espion, le cynisme du jusqu’au boutiste, l’héroïsme du dernier guerrier. La Mort est partout présente. Elle sème la destruction et broie indifféremment enfants et vieillards. La guerre cependant touche à sa fin. Les peuples ont donné jusqu’à leur dernière goutte de sang. Mais les diplomates veillent. Les Messieurs vêtus de noir s’assemblent à nouveau autour de La Table verte. Et ils parlent… Ils parlent… Ils parlent… La musique des Ballets Jooss Le Tanztheater exige de la musique un dynamisme dramatique, un rythme d’ensemble, le respect des formes chorégraphiques et une atmosphère appropriée. La musique dans le tanztheater cherche à sauvegarder les lois formelles de la musique pour ne pas s’abaisser à une position de servante. La musique veut servir librement l’idée sans pour cela s’abdiquer. Les compositeurs de cette musique renoncent aux effets habituels. Leur table de travail se trouve au milieu du studio où évolue le ballet. Là, le chorégraphe et le compositeur cherchent ensemble le style et la forme que nécessite l’idée dramatique. La transposition du rythme du mouvement dans un rythme de musique ne doit gêner aucunement le danseur, mais doit au contraire lui faciliter la tâche. L’expression dramatique signifie pour le musicien une concentration strictement limitée des moyens musicaux adaptée à la précision du simple geste sans paroles. Et finalement, il faut obtenir une harmonie parfaite entre la forme chorégraphique et la forme musicale.






_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
haydn
Site Admin


Inscrit le: 28 Déc 2003
Messages: 23754

MessagePosté le: Ven Sep 28, 2018 9:19 am    Sujet du message: Répondre en citant

Le 05/10, le Ballet du Rhin organise une répétition publique et gratuite de ce spectacle au Théâtre de la Sinne, à Mulhouse. Aucune inscription préalable n'est requise.




_________________
Un petit "j'aime" sur la page Facebook de Dansomanie : http://www.facebook.com/Dansomanie/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4
Page 4 sur 4

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous pouvez voter dans les sondages de ce forum


Nous Contacter
Powered by phpBB © phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com