Dansomanie Index du Forum
Connexion S'enregistrer FAQ Liste des Membres Rechercher Dansomanie Index du Forum

Kenji USUI

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Katharine Kanter



Inscrit le: 19 Jan 2004
Messages: 1041
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Déc 26, 2017 11:56 am    Sujet du message: Kenji USUI Répondre en citant

Nos amis au Japon ont le regret de dire que

KENJI USUI

l'une des figures les plus importantes de la danse au Japon

est mort le 24 décembre.


http://www1.gcenter-hyogo.jp/ballet/contents/english/index.html

"About Kenji Usui

/ Ex-chairman and C.E.O of Japan Ballet Association, Emeritus Professor of National Academy of the Russian Bolshoi Ballet



Born in Tokyo in 1924, Kenji Usui was discovered by Eiryo Ashihara in his school days, studied under Yusaku Azuma at the age of 16 and made a debut as a ballet dancer. While at Faculty of Economics, University of Tokyo, he joined the army, which took him to Harbin. On returning to Japan from four years’ detention at Siberia after the war, Kenji came back to Yusaku Azuma Ballet Company and continues further study of ballet under Vitaly Ounces and Aleksei Varlamov. He widened his appeal in classical and original ballet on stage as well as in television. In 1957, he established his own company and was on stage as a dancer himself in China with the Matsuyama Ballet. He had been on jury at many international ballet competitions such as the world’s three largest ballet competitions: Moscow, Varna and Jackson. Kenji Usui is also known as a dance historian who wrote and translated quite a few books. Received awards are: Tachibana Akiko Award (1978), Hyogo Cultural Achievement Award (1995), Eiryo Ashihara Award (1995) , Culture Award 2003 in Hyogo prefecture and Soul of the Dance awards(2016) .



Kenji Usui Ballet Collection



Kenji Usui Ballet Collection is one of the largest private collections in the world, which amounts to as many as 6,500 items. The collection, starting in 1930’s and still expanding now, should be described as an extremely valuable collection in ballet history that covers widely from the begging to present age.



It is roughly divided into four themes: “Romantic Ballet” and “Russian Ballet” of the ballet golden age, “Ballets Russes” and following “Ballets Russes de Monte Carlo” which are the basics of contemporary ballet.



The collection covers from the only items in the world such as dancers’ handwriting letters and notes to official program of the performances with luxurious design and sometimes simple design at the time which can be useful materials for reference. There also includes a lot of colorful and artistically valued lithographs, paintings and posters, in addition to books and magazines counting more than 2,000."


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
chien en peluche



Inscrit le: 29 Oct 2011
Messages: 1088

MessagePosté le: Dim Avr 08, 2018 4:53 pm    Sujet du message: Répondre en citant

C'est, me semble-t-il, pour rendre hommage à Kenji USUI, décédé l'an dernier, que le Ballet de Kyoto reconstruira Le Rêve pour le spectacle de la compagnie en été prochain. Mais malheureusement, le site signalé plus haut par Katharine ne permet pas de faire la recherche sur sa collection. Et quand même il y a eu une exposition intitulée "Le Ballet et la japonaiserie" l'an dernier, et dans le petit catalogue numérisé de cette exposition, sont cités (en japonais) quelques documents iconographiques concernant Le Rêve que Kenji USUI possédait, puis on y voit aussi que l'on a alors emprunté à la BNF les maquettes de costumes et la partition de ce ballet pour piano (Comme ce catalogue est en format PDF, je ne peux vous en faire le lien. Si vous comprenez le japonais, en utilisant le lien fait par Katharine, cherchez ensuite à gauche ”企画展” et le cliquez. Vous trouverez alors “バレエと日本趣味” et le cliquez.).


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Katharine Kanter



Inscrit le: 19 Jan 2004
Messages: 1041
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Juil 24, 2018 6:18 pm    Sujet du message: Biographie de Kenji Répondre en citant

Texte complet d'un article de journal sur Kenji USUI dans la traduction de Katsumi MOROZUMI de l'Inoue Ballet Foundation

Kenji Usui (1924-2018)

Né en 1924 à Omori, Tokyo.
Guerre d’invasion de Mandchourie en 1931, l’Affaire LoKokyo en 1938, l’incident Nomonhan (la guerre entre les armées japonaise et russe) en 1939. Après cet incident, un ordre de recrutement a été promulgué.

Encore enfant, il allait souvent au théâtre pour voir les spectacles de Kabouki ou du Takarazuka avec sa mère et sa sœur ; il aimait également voir la danse. La première fois qu’il a vu un ballet, c’était avec la ballerine Anna Pavlova.

Par hasard, il a entendu la musique de l’Oiseau de Feu de Stravinsky dans un magasin de disques quand il avait 13 ans.

Cette confrontation provoqua chez lui un choc culturel ; il se mit à faire des recherches pour en savoir plus. Ainsi il a découvert les Ballets russes de Serge Diaghilev, qui avait commandé la partition à Stravinsky pour ce ballet.

La troupe russe avait introduit la musique et les décors d’une qualité très élevée dans le ballet. Grâce à elle, le ballet a été reconnu à Paris comme forme d’art parfait alors qu’à l’époque il avait perdu de sa dignité, étant vu comme un vulgaire divertissement. Kenji s’est alors passionné pour les Ballets russes, que presque personne ne connaissait au Japon.
Malgré son grand succès en Europe, cette troupe ne se produisit jamais au Japon. Seule un petit cliché a été publié provenant d’une revue d’art européenne.

Kenji admirait la Russie parce qu’on y pratiquait cet art extraordinaire, et il écuma toutes les librairies de Tokyo à la recherche de documents sur les Ballets russes.

A l’âge de 17 ans, il découvrit qu’il existait bien une troupe de danse classique au Japon ; il se rendit au spectacle de la troupe de M. Yusaku Azuma (1910-1971) à Hibiya City Hall à Tokyo en janvier 1942. Il y vit L’après-midi d’un Faune et Le Spectre de la Rose. Les sauts d’Azuma étaient spectaculaires et son expression poétique. Kenji raconte : « à l’époque, il n’était possible d’étudier le ballet qu’à travers des livres ou par les dires de gens. Même dans cette situation difficile, Azuma était un danseur génial et encore de nos jours serait considéré comme un excellent danseur ».

Dans le programme du spectacle, Kenji trouva une publicité pour un Séminaire de Ballet et commença à le fréquenter une fois par mois. C’est M. Eiryo Ashihara, critique de danse, qui donnait des cours sur l’histoire de la danse au studio d’Azuma. Kenji était le plus jeune des cinq ou six membres.

M. Ashihara était alors un critique important de danse et de musique au Japon. Il a fait découvrir au public japonais l’art né en Europe sous l’influence des Ballets russes.

Lors des Séminaires, M. Ashihara avait commenté les Ballets russes de Monte Carlo et avait fait écouter un enregistrement de Gaité parisienne. Il avait aussi parlé d’Alexandra Danilova, une de leurs étoiles. Kenji était fortement attiré par ce qu’il apprenait aux cours de M. Ashihara.
Plus tard, M. Ashihara a publié un livre intitulé « Les Bases de la danse classique ». Après l’avoir lu, Kenji a conclu qu’on ne pouvait comprendre la danse sans la pratiquer. En 1924 il commença à prendre les cours chez Azuma trois fois par semaine.

Kenji y investit de grands efforts et la même année, il se produisait déjà sur scène dans Sérénade d’Azuma. Il y avait peu de danseurs masculins au Japon et les gens le regardaient de travers. Il a donc déguisé son vrai nom, tout en étant satisfait de son existence.

Azuma était très érudit tant en matière de la danse classique européenne (sur laquelle il possédait beaucoup de documents) que des nouvelles créations. Kenji a approfondi ses connaissances grâce à ces documents. Il fréquenta l’Université de Tokyo, mais n’arrêta pas ses cours de danse.

En 1944, Azuma a été mobilisé. Si ses danseurs ont continué à travailler, ils ne pouvaient progresser sans le maître Azuma.

Au mois de février 1945, Kenji aussi a été mobilisé, dans l’armée de terre. Il s’est retrouvé à Harbin en Chine affecté au 2ème régiment des chemins de fer (construire, maintenir ou détruire).

Un mois plus tard, il était hospitalisé pour cause d’appendicite ; c’est là qu’il apprit la fin de la guerre. Il craignit d’être fait prisonnier et ce pressentiment s’est réalisé. Son unité a tenté de fuir par le train, mais fut capturée par l’Armée Rouge et envoyée en wagons de marchandises en Extrême-Orient russe. C’était le début de 4 ans de détention.

Dans la région de Khabarovsk, les prisonniers changeaient continuellement de camp. Leur travail consistait en charger d’énormes bûches les wagons de chemin de fer, avec trois heures de repos après 12 heures de travail, et ainsi de suite.

Pour tout repas, on leur donnait un bol de soupe claire par jour. Pour survivre, les prisonniers mangeaient des herbes et des fleurs sauvages. Kenji s’est souvent demandé s’il allait se réveiller le lendemain.

A partir de la deuxième année de détention, il a commencé à comprendre le russe et a pu parler avec les villageois et officiers de l’Armée rouge.
Dans la troisième année, l’unité a séjourné dans le village de Kirga. Un jour – bonheur inespéré – un film de danse classique est arrivé à la gare de Kirga. Kenji expliqua à l’officier du camp qu’il était danseur et demanda une autorisation spéciale pour aller voir le film. C’était Les Solistes du ballet, tourné en Russie en 1947 : L’Acte II du Lac des cygnes avec Ulanova dans le rôle d’Odette, et un pas de deux de La Belle au Bois dormant.

De retour au Japon après 4 ans de détention, il reprit ses études à l’Université de Tokyo ainsi que la danse au sein de la troupe d’Azuma. En 1950, il se produisit dans le spectacle de la troupe. En 1951, il termina ses études universitaires et commença à danser professionnellement. Il participa non seulement aux spectacles de danse classique mais aussi aux créations contemporaines. Il a également dansé pour la télévision et a créé quelques chorégraphies.

Lorsqu’il se retira de la scène, il se mit à donner des cours de danse dans l’Académie de danse de Kyoto et à l’Institut russe de la danse (Russian Ballet Institute), où il forma des danseurs professionnels. En 1992 il fut nommé Professeur honoraire de l’Académie du Bolchoï à Moscou.

Il a souvent été invité à participer comme membre du jury aux concours internationaux.

Grand studieux toute sa vie de l’histoire de la danse, où il acquit des connaissances très étendues, il a écrit plusieurs livres et a traduit des livres et documents sur la danse.

Il n’éprouvait aucun ressentiment vis-à-vis de la Russie en raison de la détention. Il expliquait qu’il avait rencontré des villageois au grand cœur qui l’avaient soutenu et que grâce à eux, il avait appris la langue russe.

Après la guerre, ses connaissances du russe l’ont aidé dans sa vie de danseur et d’historien. Il considérait qu’il n’aurait sans doute pas fait d’échanges culturels internationaux sans avoir eu l’expérience de la détention.

En 2016, Kenji a été le premier Japonais à recevoir le Prix Esprit de la Danse.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
chien en peluche



Inscrit le: 29 Oct 2011
Messages: 1088

MessagePosté le: Ven Juil 27, 2018 6:51 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci, Katharine, pour ces détails sur Kenji USUI.
Je suis allée ce soir au spectacle du Ballet de Kyoto dont je parlerai un peu plus tard dans un autre fil.
Je dis simplement ce soir que l'on affichait au foyer de la salle de spectacle quelques documents concernant Kenji USUI. Comme j'avais eu un rendez-vous avant la représentation, j'y suis arrivée une dizaine de minutes avant le lever du rideau. Je n'ai donc pas eu le temps de les regarder, je n'ai jeté qu'un coup d'œil. J'ai été au deuxième balcon de face, je n'ai pas eu le courage de descendre à l'entrée du foyer pendant les entractes. J'aurais aimé voir ces documents après le spectacle, mais malheureusement, tout avait été enlevé quand j'y suis passée en partant. C'était vraiment dommage.
Mais il paraît qu'il aura une exposition sur sa collection en novembre et en décembre à Tokyo, une autre dans le département de Hyogo en janvier 2019.

p.s. Je ne suis pas connaisseur sur l'histoire de l'importation du ballet (ou de la danse classique) au Japon. Je n'ai d'ailleurs lu que deux livres sur ce sujet : Le Ballet au Japon. Trois Pavlova de Mayumi Watanabe publié par le Nouveau Théâtre national de Tokyo et une étude philologique de Kyoko Kawashima sur Elena Pavlova, une des réfugiés russes, installée au Japon et qui fonda une première école de danse chez nous. Je n'ai pas le livre de Kyoko Kawashima chez moi. Mais d'après celui de Mayumi Watanabe, Anna Pavlova vint faire la tournée au Japon en 1922. Etant né en 1924, il fut impossible pour Kenji USUI d'assister à une des représentations de cette tournée. Je ne suis pas sûre si Anna Pavlova ne revint jamais au Japon après sa première tournée. Par contre, Mayumi Watanabe affirme que Yusaku Azuma et Eiryo Ashihara virent Pavlova en 1922.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
chien en peluche



Inscrit le: 29 Oct 2011
Messages: 1088

MessagePosté le: Jeu Sep 06, 2018 7:14 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Après un énorme typhon qui a traversé le 4 septembre la région du Kansaï, à cause duquel l’aéroport international du Kansaï-KIX est fermé en ce moment, a eu lieu vers trois heures du matin du 5 encore un grand séïsme à l’île du Hokkaödo. Non seulement beaucoup de dégâts, mais aussi une panne d’éléctricité un peu partout, même à Sapporo, la plus grande ville du Hokkaïdo.
Mais parlons ici de ce qui concerne la danse. Deux représentations du Lac du Nouveau Théâtre national de Tokyo sont programmées les 23 et 24 novembre à Sapporo et elles sont déjà complètes. Comme on a encore plus de deux mois, j’espère que la situation s’améliorera et que les spectacles seront maintenus. D’autre part, d’après Le Ballet au Japon. Trois Pavlova de Mayumi Watanabe, mentionné dans mon message ci-dessus, c’est Olga Ivanova Pavlova qui fut la troisième. Elle fit ses activités comme danseuse et maître de ballet à Nichigeki sous le nome d’Olga Sapphire pour éviter la confusion entre elle et deux autres Pavlova. Parmi ses élèves, il y eut Toshiko SATO, originaire de Sapporo. Tout en travaillant comme professeur d’une université privée de Sapporo, elle continua sa carrière de danseuse à la fois à Tokyo et à Sapporo, et elle suivit les cours de danse d’Olga Sapphire jusqu’à la mort du maître. Toshiko SATO traduisit aussi l’Histoire de ballet de Marie-Françoise Christout (col. Que sais-je?) en japonais.
N’ayant pas trouvé le livre original dans la bibliothèque où je fréquente, j’ai pris entre mes mains cette traduction. Quant j’ai trouvé le nom de SATO comme traductrice, sa passion pour la danse m’a beaucoup émue. Car elle fit ses études à l’Université de Hokkaïdo, qui est très connue pour la littérature russe, mais non pas pour la littérature fraçaise. En effet, SATO se spécialisa en littérature angalise. Mais elle fit cette traduction du livre de Christout, travail qui ne fut pas facile pour elle, je suppose, mais elle le tenta parce qu’elle aima la danse. SATO fut morte en 2010.

p.s. J'ai rédigé ce message avec un traitement de texte et fait un copier-coller. C'est plus facile à faire que de rédiger un texte directement. Merci, Haydn, pour votre conseil.




Dernière édition par chien en peluche le Ven Sep 07, 2018 9:07 pm; édité 2 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
LucyOnTheMoon



Inscrit le: 18 Nov 2008
Messages: 954

MessagePosté le: Jeu Sep 06, 2018 11:14 pm    Sujet du message: Répondre en citant

C'est vrai que les éléments se sont déchaînés chez vous... Bon courage à vous et à vos compatriotes pour la reconstruction et condoléances aux familles des victimes Crying or Very sad


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
chien en peluche



Inscrit le: 29 Oct 2011
Messages: 1088

MessagePosté le: Ven Sep 07, 2018 9:55 am    Sujet du message: Répondre en citant

Merci, Lucy, de votre message cordial. Mais en fait, ce ne sont pas uniquement mes compatriotes qui ont des ennuis, mais aussi beaucoup de touristes étrangers, car tous les vols internationaux sont toujours annulés (dont deux vols de l'Air France par jour sauf mardi et mercredi) à l'aéroport du Kansaï KIX, ils doivent chercher le moyen de retour en prolongeant leur séjour.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dansomanie Index du Forum -> Tout sur la danse Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous pouvez voter dans les sondages de ce forum


Nous Contacter
Powered by phpBB © phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com